Il y a un tyran en moi

Les billets de Michel A.

Je vous rassure, je ne suis pas ce tyran. Mais il y a bel et bien un tyran en moi, je l’ai reconnu. Il ne s’est pas encore montré directement, il ne le fera d’ailleurs jamais, il n’en a pas le courage, car il serait totalement mis à jour, et cela signifierait sa fin. Mais j’ai reconnu ses manières sournoises, ses manipulations et même ses attaques quand il se sent en danger.

Ce tyran vit en moi, à l’image d’un parasite qui se nourrit de son hôte. Oui, il se nourrit de mes énergies, me pompe même, mais ce n’est pas un parasite ordinaire, car c’est moi qui l’ai créé. Une fois encore, je vous rassure, je ne l’ai pas créé volontairement. Comment est-il né ? Je ne le sais pas exactement. Je sais par contre que cela date de fort longtemps, au point que nous avons très longtemps cohabité ensemble sans que je réalise que je n’étais pas lui.

Il a grandi petit à petit, et a envahi peu à peu ma terre intérieure, sans que je ne comprenne ce qui se passe, et sans que je m’aperçoive que je perdais progressivement mon identité, que je confondais avec la sienne. Son emprise sur moi est devenue telle que je me suis retrouvé relégué au second plan. Moi, son créateur, j’étais dominé par ma créature !

Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en apercevoir. Ça a commencé quand j’ai observé que je n’étais plus en accord avec ce que « je » faisais. Par exemple, je regrettais certaines paroles aussitôt qu’elles soient sorties de ma bouche, ou certains gestes malvenus, ou que je ne comprenais plus « mes » ressentis à l’égard de personnes aimées.

J’ai finalement compris qu’il y avait plusieurs « je » en moi, et que ce tyran qui disait « je » n’étais pas moi, en tant que moi qui vous écris, moi qui observe ce tyran. Oh, j’ai dû m’appliquer un long temps pour arriver à ce discernement, pour être capable de démêler nos deux identités.

Si je vous en parle aujourd’hui, c’est parce que je crois que nous sommes un peu tous dans le même état, et que vous aussi vous pouvez vous trouvez en prise avec un tyran intérieur. Si une partie de vous pense ou dit des choses comme : je suis stupide, tous des imbéciles, c’est la faute à…, eh bien vous pouvez être certain que c’est le tyran qui parle.

Comme tout tyran, il est impitoyable, et cherche à rabaisser les autres, y compris vous, l’autre « je », juge tout le monde, se met en colère, veut toujours avoir raison. Et par-dessus tout, il cherche à nous faire peur, à nous maintenir sous sa coupe en nous manipulant par la peur. Pour vous empêcher de le reconnaître, il fait tourner des scénarios de catastrophe, de critiques et de commérages dans votre tête, un verbiage incessant qui étouffe les élans de la conscience, de notre vrai « Je ».

Si vous êtes comme moi, vous aimeriez bien le voir s’en aller ce tyran. Mais user de violence pour le faire partir ne servira à rien, car il se nourrit de violence. Par expérience, je sais que la douceur, la tendresse, l’amitié le font fuir, tout comme les arts et l’expression créatrice. Dans mon cas, écouter de la belle musique et écrire surtout me connectent à mon « Je » profond, me placent en position d’observateur, d’où je peux mieux identifier ce tyran et ses manigances. Il doit donc s’effacer. Je sais qu’il est encore là, mais avec suffisamment de vigilance, je reconnais maintenant assez vite lorsqu’il pointe son nez.

Je me dis qu’en l’affamant, c’est-à-dire en ne réagissant plus à ses provocations, jugements, élans de colère ou de victimite, apitoiements sur lui-même et autres jeux égocentriques, il devrait finir par chercher une autre maison, à moins qu’il ne meure de sa belle mort. Les funérailles seront joyeuses, c’est certain !

Michel A.
http://merci-la-vie.com/michel-a-6/

 

 

Aspiration à l’éveil

Le bonheur ne se trouve pas avec effort et volonté
Mais réside là, tout proche,
Dans la détente et l’abandon.
Ne sois pas inquiet, il n’y a rien à  faire.
Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance,
Parce que dépourvu de toute réalité.
Ne t’attache pas aux pensées, ne les juge pas.
Laisse le jeu de l’esprit se faire tout seul,
S’élever et retomber,
Sans intervenir.
Tout s’évanouit et recommence à nouveau,sans cesse.
Cette quête même  du bonheur est ce qui t’empêche de le trouver.
Comme un arc-en-ciel qu’on poursuit sans jamais le rattraper.
Parce qu’il n’existe pas, parce qu’il a toujours été  là.
Et parce qu’il t’accompagne à chaque  instant.
Ne crois pas à la réalité des choses bonnes ou  mauvaises,
Elles sont semblables aux arcs-en -ciel.
A vouloir saisir l’insaisissable, on s’épuise en vain.
Dès lors qu’on relâche cette saisie, l’espace est là,
Ouvert, hospitalier et confortable.
Alors jouis-en.
Ne cherche plus.
Tout est déjà tien.
A quoi bon aller traquer dans la jungle inextricable,
L’éléphant qui demeure tranquillement chez lui.
Cesse de faire,
Cesse de forcer,
Cesse de vouloir.
Et tout se trouvera accompli,
Naturellement.

Poème de Lama Guendune Rimpoché

Si je t’aime vraiment

« Qui n’a jamais dit « je t’aime » à quelqu’un ? Pas grand monde sans doute, et pourtant qui aime vraiment en prononçant ces mots ?

« Je t’aime » est parfois une manière personnelle de se rassurer, une petite phrase lancée en harpon dans l’attente de l’affirmation réciproque ou d’un « moi aussi ». Il n’y a donc souvent rien de gratuit dans cette déclaration qui s’apparente plus à une prise d’otage qu’à une expression de sentiments profonds.

Pour ma part :

Si je t’aime vraiment, mes sentiments pour toi n’ont rien de conditionnel et bien évidemment s’il m’arrive de te l’affirmer par pur plaisir, je n’attends rien en retour, même pas ton amour, car l’amour n’oblige pas à la réciprocité.

Si je t’aime vraiment, je n’attends pas que tu me rendes heureux, car je sais que mon bonheur n’appartient qu’à moi. Je n’attends rien de toi afin de mieux me laisser surprendre, afin de ne pas t’en vouloir un jour de ne pas m’avoir offert ce que tu ne m’as jamais promis.

Si je t’aime vraiment, je ne cherche pas à t’influencer ou à te changer. Je savoure ta liberté, conscient du privilège de pouvoir enrichir ma vie du reflet de l’être différent que tu es. Tes différences deviennent mes remises en question, mes défis personnels.

Si je t’aime vraiment, je ne chercherai jamais à te rendre dépendant(e) de moi afin que tu te sentes pleinement libre de tes gestes et de tes choix. Car si nos chemins se croisent, je dois être sûr qu’en aucun cas ce ne soit par intérêt ou obligation.

Si je t’aime vraiment, ma seule préoccupation à ton égard est de te savoir heureux/heureuse et épanoui(e). Là où ton cœur te mènera, je me plairai à te regarder, à savourer tes joies, même si ton bonheur te distance un jour de mon chemin.

Ainsi je t’aime et je t’aimerai… »

André Baechler

L’amour est la seule réalité

5d6f86_cea1cef87ba64556b9467944a893bc37mv2

Seul l’Amour est réel. L’Amour ou Ame-Aour est l’Ame de Dieu, l’Emanation de l’Etre, Son Essence.
Quand tu rencontres un Etre vivant, c’est Lui que tu rencontres. Tu ne fais que Le rencontrer partout sous une multitude de formes différentes. C’est Lui qui en tant qu’Emanation anime toute chose vivante.
Quand tu rencontres un Etre en chemin qui se « prend pour Dieu » mais n’incarne pas l’Amour de l’Un, ne le critique pas, car il est aussi Toi sous une autre facette.
Le Soleil brille parce que c’est sa Nature d’Etre, il ne fait aucun effort particulier, il Est-ce qu’il est.
Dieu – l’Un – ne sait qu’aimer, c’est sa Nature fondamentale, il ne peut être autre chose qu’Amour. Il est la Force animatrice de toute chose, au-delà des apparences trompeuses reflétées par la Matière opaque.
Dés que tu reconnais l’Un en toutes choses, que tu fais Un avec lui, alors tout change. Tu retrouves le Pouvoir d’Etre, le Pouvoir d’Aimer .. le Pouvoir émane de l’Amour.
Vois l’Amour s’exprimer sous les multitudes d’Etres vivants et tu Connaîtras Celui Qui est. Tu seras Un avec lui.
Tant que tu gardes les lunettes du mental formaté et limité, tu ne vois que les apparences et ce que tu vois chez l’autre n’est que le reflet de tes propres ombres, et tu ne peux Voir l’Amour.
La Vision de l’Amour vient du Cœur, c’est un ressenti, une vibration sans Image, une Onde douce et bénéfique.
Dieu aime tous les Êtres sans aucune distinction car Tous sont Lui sous une forme particulière.  Ou que tu sois, quoi que tu fasses, tu ne peux être en dehors de Lui, il est Omniprésent, le seul Pouvoir, Celui qui donne et maintient la Vie.
Cette Présence, cet Amour s’exprime différemment selon les nécessités. Elle est Lumière ou Substance, Essence, Energie, Force vitale selon les besoins de l’Instant. Pour trouver l’Amour tu n’as rien d’autre à faire que de le Reconnaître en toute chose,  et là où les autres voient l’Ombre, tu verras la Lumière et même si celle-ci est voilée, le simple fait de la reconnaître, lui redonnera sa vitalité.
En tout lieu que tu foules, en tout chemin, en tout monument, en tout Etre, reconnais-le. Tu n’a rien d’autre à faire. Reconnaître c’est « donner vie », c’est porter Attention, c’est révéler.
Tu peux passer des années de ta vie à vouloir nettoyer tes corps subtils ou les lieux de vie pollués par les mémoires anciennes et lutter et t’acharner contre ce qui est l’Ombre de l’Illusion ou laisser tomber tout cela et ne voir que l’Amour.  En tout lieu, dès que tu reconnais l’Amour comme étant Présent, Ici maintenant, tu rétablis la Vérité première.
L’Amour est en toi, autour de Toi, il tisse le corps du Fils de l’Om, le Grand Androgyne né du Père Mère. L’Ombre n’est qu’illusoire.
Y a-t-il une différence entre l’air qui est dans une cruche en terre cuite et l’air qui est autour ? Aucune. Seule la forme en terre cuite donne l’illusion de différence. Si tu casses la cruche, la différence s’estompe. C’est ce qui t’arrive quand tu meurs, ton corps est comme cette cruche et la mort rétablit l’Unité. Mais rien ne t’oblige à attendre la Mort, reconnais le Vivant tant que tu Es vivant. Quand tu es Mort c’est pour la Vie.
N’imite point ceux, qui en chemin luttent contre l’illusion générée par les formes, laisse les vivre leur vie, ils ne peuvent échapper à la vraie Lumière qui est leur Nature profonde, ce sont eux qui cependant décident du moment.
La Lumière ne combat pas l’Ombre. Quand la Lumière apparaît, l’Ombre disparaît. C’est naturel. Il en est de même pour l’Amour, dés qu’il apparaît tout ce qui n’est pas Lui disparaît.
La Présence est la.  Continue ta Vie avec la Volonté d’aimer tout ce qui Est, sans aucune distinction.  Dés que tu vis comme cela, tu fais la Volonté de l’Un, celle-ci est tout simplement d’aimer. Alors tu seras Lui, tu seras l’Amour, l’Onde, l’Eros, pure vibration.
L’Amour est partout, dans ta nourriture, dans le café ou l’eau que tu bois, il ne peut être autre part et rien n’existe en dehors de Lui.
Tout ce qui est élaboré sur, pour et par l’Amour est Éternel. Par l’Amour, Dieu tisse l’œuvre universel,  le Fil d’origine s’est multiplié en « Fils » et chacun tisse une partie de la toile. Sois convaincu qu’à travers toi, il tisse son œuvre.
L’Amour donne joie et enthousiasme. Dés que tu es en sa compagnie, tu te sens joyeux et heureux, tu ne dépends de rien. Tu es comblé.
Si tu vis en heureuse compagnie alors partage cet amour avec les êtres aimés, si tu vis seul prends pour compagne ou compagnon l’Amour et en toute situation il se révélera à toi. Même dans la solitude la plus profonde tu sentiras que tu n’es pas seul. Tu ne peux être seul, la Présence est omniprésente.
Ne suis pas la voie de ceux qui défendent avec acharnement leur chère indépendance. Celle-ci fait partie de l’Illusion. Vous êtes tous interdépendants. Toutes les cellules de ton corps dépendent les unes des autres, tous les humains dépendant les uns des autres, tous les règnes sont unis. Il suffit qu’un lapin pète dans la forêt pour que toute l’humanité en profite.
La Terre n’est pas indépendante. Elle vit en interaction avec le Soleil, les Etoiles, le Cosmos, les Univers. Tout est lié. Tout ce que tu vis « dedans » se répand « dehors ». Chacune de tes colères ou de des joies modifient l’agencement de tout l’Univers.
Il t’est donné comme à tout humain le droit d’Être libre. Disons plutôt que tu es Libre d’Etre Ce que Tu Es tout en partageant avec les Autres. Celui qui voulant être libre et indépendant se coupe des autres et s’isole, s’éloigne de la Nature même de l’Etre. Il se coupe du « Tout », c’est une illusion mais il expérimente cela.
Tes climats intérieurs modifient les climats extérieurs, les ambiances, les atmosphères, là est un grand pouvoir. Tu peux tout créer.
L’Amour doit déborder de toi telle l’eau d’une Coupe. Ne cherche pas le Graal autre part. Certes il est parfois dynamisant et euphorisant de chercher les mystères secrets enfouis dans les civilisations anciennes, mais en vérité cela ne fait que rassurer le mental, qui exulte lorsqu’il découvre que les Anciens étaient fort érudits. Mais cela peut aussi t’éloigner de la Vérité. L’Amour n’est pas caché dans les vieilles reliques de sagesse, il est là Ici et Maintenant, il est la Présence du Je Suis.
Jésus a exprimé cet Amour mais ce n’est pas en t’émerveillant de cela ou en défendant sa noble cause que tu connaîtras l’Amour. Il ne peut être enfermé dans le Passé ou un Futur probable, qu’il soit terrestre ou Galactique. Il est là en toi, la Force qui t’anime et anime le Tout.
Ne te laisse pas séduire par ces chemins d’errance qui t’amènent à soulever des vieilles pierres pour trouver ce qui ne s’y trouve plus. Tout est révélé. Sois la révélation !
Tu es la Présence de l’Un sous cette forme, c’est cela que tu dois révéler à chacun. Sa véritable nature d’Etre, et peu importe les anciennes vies vécues en cette dimension ou dans d’autres espaces temps. Importe ce que tu es aujourd’hui. Sois Ce que tu es, C’est cela l’Amour. Il n’y a rien de particulier à faire, à nettoyer, à créer, à imaginer. Dés que tu reconnais Cela, l’Etre tisse sa toile à travers Ce que tu es.
Le Soleil qui brille chaque jour est le cœur de l’Androgyne visible en cet Univers, il est la Pierre philosophale et il en est de même pour toi et pour chaque Humain.
Le Grand chaudron zodiacal contient l’Essence de l’Un, parfumée par les 12 Essences Mères de cet Univers. C’est en celle-ci qu’est Né le Fils, le Christ et toutes les âmes de cet Univers.
L’Ere du Verseau est là. Le Chaudron commence à se déverser. Te souviens tu de ce qu’a fait Hercule, ce Héros solaire lorsqu’il à été chargé de nettoyer les Écuries d’Augias, son 11° travail ? Il à détourné les 4 fleuves de vie, ceux des Eléments et a ainsi nettoyé rapidement toutes les scories résiduelles. Il est devenu le Verseur d’eau.
C’est ce travail qui en ces temps s’accomplit, les Eaux Célestes sont cet Amour de l’Un, les eaux vives adombrées de Feu, celles qui portent en elles toutes les Informations du Cosmos. Tout Etre vivant conscient peut puiser en ce Chaudron et le déverser sur Terre. C’est cela le Graal. Tous sont invités et conviés.
Le moment est venu de rétablir la Fraternité entre tous les règnes. Celle-ci doit être Installée en ton corps organique, puis entre tous tes corps et entre tous les êtres que tu rencontres, et c’est l’Amour inconditionnel qui tisse la toile Universelle.
L’Amour fait tomber toutes les barrières qui séparent les hommes, brise toutes les chaines, enlève tous les obstacles. Ce n’est ni un concept ni une doctrine philosophique. L’Amour est l’Energie libre qui anime toutes les formes et dès que tu le reconnais, et y portes ton Attention, alors il accomplit sa tâche. L’Attention est Fille de l’Amour.
L’Humanité est devant un choix crucial. Soit elle se donne à cet Amour et les Eaux célestes provoqueront la rédemption, soit elle refuse et l’Energie d’amour, tel un raz de marée fera disparaître tout ce qui s’Oppose à la Réunification. On appelle cela un déluge, un Chaos.
L’Amour n’est pas un Etat de faire, mais un Etat d’Etre. Une fois installé en celui-ci il suffit de le laisser s’exprimer tout ce qui nourrit cet Etat viendra vers toi, sans aucun effort particulier.
C’est comme cela que « L’Ame agit Ici et  Maintenant » que tu peux lire aussi «  La Magie Ici et  Maintenant ».

La Gazette de Wydyr…Christian Duval le 6 Décembre 2016