La Pensée du Jour de Mooji

« Si vous pensez que c’est plus « spirituel » de devenir végétarien, acheter des aliments bio, pratiquer le yoga et méditer, mais ensuite vous vous retrouvez à juger ceux qui ne font pas toutes ces choses, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » aller à vélo ou avec les transports publics au travail, mais ensuite vous vous trouvez à juger ceux qui vont dans la voiture, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » d’arrêter de regarder la télé parce qu’elle annule le cerveau, mais ensuite tu te retrouves à juger ceux qui la regardent encore, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » d’éviter de lire des journaux et des magazines de potins, mais ensuite vous vous trouvez à juger ceux qui les lisent, vous êtes tombé dans un piège de l’ego.

Si vous pensez que c’est plus « spirituel » d’écouter de la musique classique ou les sons de la nature, mais ensuite vous vous trouvez à juger ceux qui écoute la musique commerciale, vous êtes tombés dans un piège de l’ego.

Il faut toujours faire attention au sentiment de la « supériorité », il est en effet l’indice le plus important que nous ayons pour comprendre que nous sommes dans un piège de l’ego.

L’ego se cache habilement dans des pensées nobles comme celui de commencer un régime végétarien ou d’utiliser le vélo pour ensuite se transformer en sentiment de supériorité vis-à-vis de ceux qui ne suivent pas le même chemin « spirituel ». »

Ce qui nous dérange chez les autres en dit long sur nous

par Jackie B. Hamilton

Tous ces gens sont placés là, sur notre route, pour nous apprendre quelque chose que nous refusons de voir en nous.

Ce n’est pas la première fois que j’affirme que, si nous voulons véritablement évoluer dans la vie, ce sont vers nos « ennemis » que nous devons nous tourner, car ils sont des sources d’informations précieuses pour nous aider à progresser rapidement. Si nous avons assez d’ouverture pour les voir comme telles, évidemment…

Par « ennemis », j’entends toutes ces personnes qui nous agacent, nous dérangent, nous font vivre de l’inconfort. Ceux et celles avec qui nous vivons des conflits ou tout individu que nous n’arrivons pas à sentir ni de près ni de loin. Pensons aussi à ceux qui sont notre cible lorsque nous versons dans le sarcasme ou dans la mesquinerie… Tous ces gens sont placés là, sur notre route, pour nous apprendre quelque chose que nous refusons de voir en nous. Soit il s’agit de quelque chose dont nous avons honte, soit cela éveille de douloureux souvenirs avec lesquels nous ne nous sommes pas encore réconciliés. Peu importe, ils sont les porte-paroles de tout ce qui n’a pas été compris et pardonné.

Se battre contre ses démons

À titre d’exemple, je me souviens à quel point, il y a de cela plusieurs années, j’avais horreur de devoir me plier à l’autorité. De sentir que je devais me soumettre aux ordres de quelqu’un – même si ce quelqu’un était celui qui signait mon chèque de paye – provoquait chez moi une certaine forme de révolte. En fait, je me sentais humiliée. Oui, vous avez bien lu… Humiliée! Humiliée de ne pas avoir le choix de refuser ce qu’on me demandait. C’est profond, n’est-ce pas?

Ma vision des choses faisait en sorte que j’interprétais toute forme d’autorité comme un abus de pouvoir, même si ça n’en était pas un en réalité. Tout cela à cause d’expériences vécues au cours de mon enfance, expériences au cours desquelles j’avais senti qu’on avait tenté de m’écraser et de me diminuer.

Au fond, j’étais réfractaire à l’autorité parce que j’en voulais énormément à ma mère et à la façon dont elle m’avait souvent injustement traitée.

Accepter l’inconfort pour guérir

Heureusement, j’ai énormément cheminé depuis, mais je dois avouer qu’il reste une petite pointe d’inconfort par rapport à l’autorité et celle-ci veut parfois remonter à la surface et se faire justice. Toutefois, désormais, j’ai assez de discernement pour comprendre ce qui se passe et pour faire la part des choses.

Si nous prenons quelques instants pour penser à quelqu’un pour qui nous éprouvons une certaine forme d’aversion ou avec qui le courant ne passe vraiment pas… Essayons de voir ce qui suscite chez nous autant de réactions négatives et voyons si, en réalité, cette personne ne nous renvoie pas une image de nous dont nous avons honte ou peur ou si elle n’éveille pas tout simplement un souvenir qui nous a énormément blessés ou marqués.

Évidemment, le plus facile serait de s’éloigner de ces personnes, de les ignorer tout simplement. Parfois, les émotions qu’elles nous font vivre sont si intenses que, oui, il est sans doute préférable de prendre du recul pour mieux nous préparer à leur faire face ultérieurement.

Quoi qu’il en soit, ce que nous devons retenir ici, c’est que si ça accroche avec quelqu’un, c’est qu’il y a un message dans la boîte aux lettres pour nous.

Jackie B. Hamilton

Jackie B. Hamilton est auteure et blogueuse en éveil de conscience. On retrouve, dans sa bibliographie, L’enfant invisible (se donner le droit d’exister)Qui sommes-nous sans nos blessures (Comprendre et gérer intelligemment ses émotions)La philosophie du let it be (Parce que le bonheur n’a pas à être compliqué)Du moi actuel au moi rêvé (Devenir ce que l’on désire être) et le Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com. Suivez-la sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.

Partagé par laPresseGalactique.org – le Quotidien qui Réunit

Tu es une personne exceptionnelle


Je vous partage un magnifique texte d’Alexandra Julien

Tu es une personne exceptionnelle. Chacun est quelqu’un d’exceptionnel. C’est juste que souvent, on ne nous l’a pas assez dit. Alors on grandit ou on se pousse en négligeant la petite lumière, en nous.
Etre quelqu’un d’exceptionnel, ce n’est pas faire des choses grandioses, ce n’est pas avoir aucun raté, ce n’est pas être parfait. C’est oser faire briller cette étincelle qui vient créer l’originalité.
Certains feront des œuvres de charité, d’autres construiront des buildings, d’autres gouverneront le monde, d’autres feront danser de leur voix, d’autres cultiveront en prenant soin de la Terre, d’autres feront des petites sculptures, d’autres peindront sur des toiles ; Et puis certains permettront le sourire, un peu plus de paix, auront les mots pour porter les enfants vers le haut, valoriseront leur conjoint, seront présent pour leurs amis, se relèveront après l’échec, riront après les larmes.
Tu es une personne exceptionnelle. Reste fidèle à toi-même, continue d’apprendre, d’avancer, de tomber, d’oser. Et surtout, pense toujours à Aimer. L’autre en face sera aussi exceptionnel. Ne le vois pas comme quelqu’un de commun. Il ne sera pas parfait, elle ne sera pas parfaite, mais à vous deux, vous pouvez créer un univers imparfait dans lequel vous serez bien. Grâce à ces outils imparables : la tolérance, le respect, l’empathie, la bienveillance. Peu importe que ce soit en amitié, dans ce qu’on appelle l’Amour, ou bien en famille. Il faut bien commencer par semer une graine pour que la forêt pousse .

Alexandra Julien
http://www.alexandrajulien.com/

 

Je fais le rêve

      

 « Je fais le rêve que les hommes, un jour, se lèveront et comprendront enfin qu’ils sont faits pour vivre ensemble comme des frères.

       Je fais encore le rêve, qu’un jour, chaque soir, chaque homme de couleur dans le monde entier, sera jugé sur sa valeur personnelle plutôt que sa couleur de peau.

       Je fais encore le rêve que la fraternité sera un jour un peu plus que quelques mots à la fin d’une prière, qu’elle sera bien au contraire le premier sujet à traiter dans chaque assemblée.

       Je fais encore le rêve qu’un jour la justice ruissellera, comme l’eau et la droiture, comme un fleuve puissant.

       Je fais encore le rêve qu’un jour la guerre prendra fin, que les nations ne se lèveront plus les unes contre les autres et qu’elles n’envisageront plus jamais la guerre.

        Je fais encore le rêve que nous serons capables de repousser au loin les tentations du désespoir et de jeter une nouvelle lumière sur les ténèbres du pessimisme.

       Oui ! Nous serons capables de hâter le jour où la paix régnera sur la terre et la bonne volonté envers les hommes.

       Ce sera un jour merveilleux, les étoiles du matin chanteront ensembles, et les fils de Dieu pousseront des cris de joie. »

Martin Luther King
Extrait