Une vie s’efface

Depuis quelques temps, ne trouvez-vous pas une différence dans votre vie ? Ne trouvez-vous pas une différence dans votre être, vos pensées, votre vouloir d’être ?

La transformation opère en chacun. Elle est bien présente et plus ou moins active selon la personne. Même le temps s’accélère de plus en plus. Il s’en va lui aussi, il se transforme dans sa durée et nous met face à ce qui est, à ce qui intervient, à ce grand bouleversement que nous avons choisi de vivre. Il dirige nos pas vers l’essentiel. Car ne serait-ce pas là que nos pas doivent se diriger ? Ne serait-ce pas ce chemin lumineux que nous devons tous poursuivre ?

Ce chemin intérieur est l’axe lumineux de nos pensées, de nos paroles, de nos agissements. Il est la pleine reconnaissance de notre façon d’exister. Nous devons lâcher l’ancien, notre ancienne vie, notre ancienne relation avec ce qui est lourd, avec ce qui nous retient dans le pouvoir, dans le contrôle, dans l’ego. Nous devons lâcher ce poids car il devient lourd à porter. Il pèse tant qu’il empêche notre être de vibrer, de s’élever.

Nous devons poursuivre nos efforts, nous devons libérer tout ce qui n’est pas en accord avec cette belle lumière qui sort de notre centre, cette belle lumière qui essaie de nous montrer son chemin, sa direction. Nous devons lâcher nos anciens schémas de pensée, nos anciens comportements liés à la dualité, lâcher nos jugements pour voler au-dessus de la vague qui est présente. Nous devons également accepter que tout est parfait, que chacun est à sa place et que cette place n’est pas forcément la même pour tous.

Nous devons également remercier la vie pour ce que nous vivons en ce moment. Être reconnaissants pour les leçons que nous recevons chaque jour, même si parfois elles nous font mal. Nous devons avoir une profonde gratitude pour ce qui est.

Beaucoup d’êtres sont bousculés actuellement et ont peur de ne pas tenir le cap. Beaucoup sont dans cette tourmente qui remet en question toute une vie passée. Il faut pourtant tenir bon. Il faut pourtant lâcher ce qui n’a plus lieu d’être. Il faut pourtant accepter ce changement profond. Il ne faut pas se laisser « gaver » de négativité par ceux qui veulent garder le pouvoir sur nous et notre monde. Ce pouvoir pourtant, nous le leur avons donné sans même en être conscients. Nous avons vécu dans cette grande illusion humaine! Cette fausse liberté qui est la nôtre, nous l’avons prise et nous avons vécu par elle, en elle, avec elle. Et nous avons appris grâce à elle !

Mais maintenant, nous savons que nous pouvons reprendre notre liberté et poser nos pas dans la positivité de notre création, en toute compréhension. Nous devons poursuivre nos efforts afin de sortir de cet étau métallique qui nous enserre. Nous savons tous que nous agissons comme nous le pouvons et parfois nos actes ne sont pas lumineux. Nous savons qu’il est difficile de se relever d’une vie de dualité et d’un vécu parfois lourd de souffrances. Les blessures ont marqué l’être. Elles ont mené un lourd combat en nous tous. Mais nous ne devons pas faiblir. Nous devons être courageux, avoir la volonté de poursuivre dans cette œuvre remarquable que nous avons choisie de vivre. Nous devons relever la tête et garder le cœur plein d’espoir. Nous devons regarder la lumière et la suivre. Nous devons tourner définitivement le dos à l’ombre, à la négativité, au pouvoir, à ce qui ne nous convient plus et ne pas avoir peur du changement qui se fait. Nous ne sommes pas obligés d’adhérer à ce qui n’est plus en accord avec nous. Nous avons notre propre liberté de choix et nous devons lâcher tous les liens qui nous retiennent à la négativité, quels qu’ils soient.

L’essentiel n’est-il pas d’être heureux ?      
L’essentiel n’est-il pas de se débarrasser de tous les parasitages négatifs, de tout ce qui n’est plus en accord avec nous ?
L’essentiel n’est-il pas de vivre dans la paix intérieure en accord avec soi-même et avec ce qui est ?
L’essentiel n’est-il pas de comprendre l’autre sans jugement ?
L’essentiel n’est-il pas d’accepter l’autre tel qu’il est ?
L’essentiel n’est-il pas de lâcher notre contrôle ?
L’essentiel n’est-il pas d’ouvrir nos ailes pour nous envoler là où nous pousse notre âme ?
L’essentiel n’est-il pas d’être qui nous avons envie d’être ?

Quoiqu’il en soit le choix de chacun sera toujours le meilleur car toute chose est parfaite, toute création de vie est parfaite ! Personne n’est mieux placé que soi-même pour le savoir ! Et tout est leçon de vie pour soi-même et pour les autres !

Avec amour et lumière,

Photo Mirena

Mirena, le 16 Octobre 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

La liberté de l’être

Nous voici à l’entrée d’une ère de changement et d’ouverture sur l’Amour. La dualité prend fin. Toute notre négativité doit se défaire de nos pensées, de nos paroles, de nos actes et de notre corps. Nous devons lâcher prise sur tout ce qui nous retient dans la dualité. Outre la tâche individuelle d’avancer dans la lumière et d’œuvrer chaque jour à ce renouveau, nous devons aussi purifier notre corps de tout le négatif qui y est inscrit.

Nous ne devons pas renier le passé, ni lutter contre cette forme humaine qui nous a permis d’avancer et d’expérimenter. Le jeu de rôles de que nous avons joué lors de nos nombreuses incarnations nous a aidé à dépasser l’ombre pour trouver la lumière. Tout ce que nous avons vécu, nous a fait grandir. Nous avons dépassé les épreuves, nous avons connu les opposés : le mal pour le bien, le noir pour le blanc, le négatif pour le positif. Tout a été parfait dans tout ce que nous avons vécu car notre âme a choisi l’expérience de la dualité pour sa réalisation.

Alors aujourd’hui, nous devons remercier notre âme et l’univers pour ce que nous avons vécu. Grâce à elle, nous avons marché pas à pas vers la lumière et nous avons progressé. Nos souffrances ont été mal vécues car nous étions sur le plan de la dualité. Souvent, nous n’avons pas su lâcher pour accueillir la compréhension. Souvent, nous avons été blessés et nous avons souffert. Mais nous avons grandi au travers de la dualité et par la dualité. Les choix de nos incarnations ont été les nôtres, en accord avec notre âme et également en accord avec ceux qui nous entourent.

Notre ouverture de conscience doit se faire de plus en plus profonde pour pouvoir lâcher cette dualité qui nous colle à la peau. Nous devons comprendre et intégrer que tout le négatif vécu n’a été qu’un passage, qu’il avait un sens pour notre avancement, et que désormais nous pouvons nous ouvrir à l’Amour. Nous devons comprendre que les autres ont été nos miroirs. Ils nous ont aidés à dépasser notre ombre afin que la lumière se révèle en nous. Pour cela, nous devons faire un travail purificateur pour découvrir nos êtres de ces voiles sombres, pour couper tous les liens qui nous retiennent au négatif. Nous devons dépasser la dualité en rectifiant nos pensées, nos paroles et nos actes de chaque jour. Nous devons aussi aller au-delà en purifiant notre ADN pour y enlever tout le négatif qui y est inscrit. Car celui-ci nous maintient dans des schémas et des comportements qui nous lient à la dualité, à la peur, à la souffrance. Nous sommes tenus par leurs liens et nous ne pouvons évoluer librement.

La liberté de l’être nous appartient. Pour la trouver, nous devons couper et transmuter en lumière tout ce qui nous lie à la dualité et au négatif que nous avons vécu. Les blessures et les souffrances que nous avons vécues lors de toutes nos incarnations sont inscrites dans notre ADN. Elles nous freinent fortement. Elles nous maintiennent dans un passé qui est maintenant dépassé. Bien des êtres ont du mal à franchir cette étape.

Actuellement, les Maîtres de l’univers nous offrent de beaux cadeaux pour nous permettre de franchir ce cap important. Nous vivons des moments de grâce et les délivrances sont nombreuses. Ils nous tendent les outils nécessaires afin que nous retrouvions notre liberté. Nous n’avons qu’une seule chose à faire : les prendre. Si nous restons en retrait, si nous doutons de ce qui peut nous alléger, nous ne pourrons franchir ce passage. Nos fardeaux de 3° dimension sont lourds, si lourds que nous ne pouvons plus les porter. Les souffrances peuvent être évitées et pour cela, nous devons lâcher notre ego car il nous fait douter sur ce qui nous permettrait de nous envoler vers l’Amour. Il nous retient par son pouvoir. Il nous murmure sa raison négative et nous maintient sous sa coupe. Notre ouverture de conscience sur cette compréhension est nécessaire.

Pourquoi rester sur un passé qui nous fait souffrir ?
Pourquoi nous ôter la capacité d’entrer dans le monde de l’Amour ?
Pourquoi lutter ?

Bientôt nous ne pourrons plus porter cette lourdeur. Bientôt le monde de la dualité s’écroulera et emportera avec lui tout ce qui est sur le même plan. Il est temps que nous options pour l’allègement de nos corps et de notre corps. Il est temps que nous nous envolions enfin vers cette liberté qui nous tend les bras. Ceci est la vraie liberté.

Avec elle nous pouvons évoluer sans toutes les attaches négatives qui nous relient au passé. Nous pouvons ainsi avancer avec l’Amour qui se trouve dans notre cœur. Avec elle, nous respirons cet Amour. Nous regardons avec Amour. Nous vivons cet Amour. Nous pensons, parlons et agissons avec lui. Nous baignons dans sa douceur et également dans sa puissance. Nous le transmettons et nous déployons ainsi nos ailes de lumière pour de belles et grandes réalisations. Nous sommes enfin libres ! Libres d’évoluer avec toutes nos capacités ! Libres d’être qui nous sommes, sans lien, sans mental négatif mais avec l’Amour de notre centre qui n’est autre que l’Amour divin … 

Je vous souhaite une belle réflexion dans l’Amour de votre cœur.

Mirena, le 24 Mai 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 Osons porter notre regard au-delà de l’amour humain !

Qu’est ce que la liberté lorsque l’on se retient prisonnier ? par Sananda

La liberté est celle que vous vous accordez, celle que vous voulez bien prendre.
Le mot prisonnier est celui qui vous mène, qui vous retient, qui vous entraîne…

Voyez cet être que vous êtes ! Regardez-vous tel que vous êtes ! Ne voulez-vous pas vous voir ? Et pourtant vous devriez. Quelle opportunité vous avez là de vous reconnaître!  Cette opportunité vous ne la prenez pas car la peur de vous voir vous entraîne. Cet être de chair que vous êtes devrait pourtant s’identifier à sa divinité et tout se délierait.

Vous avez tissé vos liens et ceux-ci vous retiennent prisonniers. Ils sont bien là, présents en vous et autour de vous. Ils sont ceux que vous avez créés sans même les voir. Ils se sont disposés dans vos corps, dans votre corps. Ils ont pris le pouvoir en vous, autour de vous, le pouvoir de votre vie, de votre vouloir. Ils ont tissé peu à peu la trame, ils se sont multipliés pour prendre possession de vous, tout comme de la terre qui se meurt. C’est vous qui les avez créés, entretenus, nourris, intensifiés et vous leur avez donné leur pouvoir et non le vôtre.

Aujourd’hui, en ces temps de grande transformation, en ces temps désunis qui sont la fin d’un cycle de l’humanité, il est temps de réinstaurer la liberté de l’homme et de la terre, il est temps de prendre le pouvoir en vous et autour de vous. Votre vie doit se libérer de vos liens.

Le travail de grande transformation que vous effectuez actuellement est un moment de grâce qui vous est donné. Accueillez-le comme tel, prenez-le en vos cœurs et regardez-le dans toute sa splendeur. Il vous est donné pour cesser cette démesure humaine, il vous est donné pour une libération, pour un renouveau.

L’être a besoin de se libérer, de sortir de son carcan, de la rigidité qui le retient, d’aller à sa guise et de prendre le pouvoir. Ce qui vous est donné actuellement est l’opportunité que Dieu vous donne de vous débarrasser de votre démesure humaine. C’est pourquoi la liberté doit être recouvrée.

Ces liens qui vous empêchent de vous mouvoir en toute liberté doivent devenir lumière. Pour cela, en résonance avec votre corps, vous devez vous en défaire. Prenez cette pensée en vous, laissez-la pénétrer au plus profond de vos cellules. La reconnaissance de ce qu’elle est, de ce qu’elle représente doit être forte. Le vouloir est la mesure divine. Il doit être profondément ancré en vous. C’est lui qui fera le travail, c’est lui qui commandera l’acte, c’est lui qui libèrera l’être de ses liens.

Ce vouloir, il faut le travailler profondément, il doit faire partie intégrante de votre personne. Sans un vouloir certain, vous ne pourrez vous débarrasser de vos liens. Il en est de même pour tout ce dont vous ne voulez plus en vous. Toutes les techniques échoueront si le vouloir n’est pas   réellement présent en vous. Ce vouloir c’est votre libération, c’est votre liberté.

Les doutes, les peurs sont des liens qui vous retiennent. Vos anciens schémas sont encore des liens qui prennent sur votre être. Vos blessures, votre culpabilité sont aussi des liens qui vous tiennent. Votre raison elle-même vous retient.

– Et avec tout ceci, me direz vous, comment puis-je me libérer ?
– Avec le vouloir, vous répondrai-je. La volonté est une force qui doit faire partie intégrante de votre personne. Lorsqu’elle est présente en vous, elle peut vous mener à tout, même à vous libérer de vos liens.

Prenez-la en votre cœur, aimez-la et laissez-la s’installer en vous. Demandez-lui de vous libérer et regardez-la dissoudre tous les liens qui vous retiennent, qui vous empêchent d’aller. Cette volonté doit faire disparaître tous vos doutes, toutes vos peurs et c’est elle qui doit mener cette libération. L’être doit s’installer dans la foi de celle-ci et se laisser porter.

Je sais que vous recherchez des techniques pour vous aider mais je vous assure que vous avez en vous le pouvoir de vouloir. Il n’est nullement nécessaire de vous éparpiller pour retrouver votre liberté. Centrez-vous en votre cœur et installez-y votre volonté. Demandez et vous obtiendrez. Tout est en vous dans la grâce de Dieu le Père. L’unité c’est vous, elle est en vous et non ailleurs.

Pour vous aider, vous pouvez chaque jour pratiquer l’exercice suivant :

– Prenez en vous, en votre cœur la volonté de vous libérer de tous vos liens.
– Visualisez-les autour de vous, ils sont serrés et vous empêchent de vous mouvoir.
– Centrez-vous en votre cœur et visualisez une lumière dorée qui en sort et qui inonde votre corps. Elle est puissante, lumineuse. Elle se répand en vous et vous procure chaleur et douceur. Vous ressentez aussi son amour. Sa force aide à percer peu à peu cette armure qui est autour de vous. Des rais de lumière trouent cette trame et la réduisent petit à petit pour la faire disparaître définitivement. Vous la regardez clairement s’effacer et vous ne voyez plus que votre être beau et lumineux.
– Restez un moment ainsi, apprenez à ressentir les effets de la lumière, apprivoisez-la, dites-lui merci pour le travail qu’elle a effectué en vous et autour de vous. C’est ainsi que vous irez bientôt, c’est ainsi que vous serez…un être de lumière dans la lumière.

Cet exercice, vous pouvez, vous devez le répéter chaque jour. Mais, sachez que votre vouloir sera celui qui déterminera votre travail de transformation. C’est lui qui, sans blocage, vous libèrera.

La liberté vous appartient maintenant. Alors, allez vers elle, allez en elle. Vous le pouvez et si vous le désirez vraiment, vous deviendrez cet être lumineux, d’une grande beauté, que vous avez vu pendant votre travail de purification. C’est vous, oui vous, qui pouvez vous libérer !

Allez en paix mes frères.
Je prie pour vous tous et pour l’humanité afin que vous vous releviez enfin dans la lumière.

Sananda.

Transmis par Mirena le 26 janvier 2008.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

La plénitude de la conscience du Tout par Maha Chohan

Bonjour, chers Êtres de lumière, bonjour à vous tous en ce monde qui grandit.

Je suis Maha Chohan, Maître Ascensionné et je viens aujourd’hui vous révéler dans votre évidence, une oraison belle et joyeuse à la fois. Elle est l’hymne de l’univers, elle est louange aussi et elle vous rendra grâce lorsqu’elle aura touché vos cœurs.

Vous recherchez la plénitude, vous optez pour des choix de vie en cherchant toujours à l’extérieur de vous une raison, un plaisir, un vouloir de grandir et de laisser derrière vous vos bagages emplis d’un passé dépassé.

Mais ce passé, savez-vous qu’il vous a modelé, qu’il vous a transmis sa forme, qu’il vous a acquis et donné « qui vous êtes » ? Il a aussi délivré les situations qui vous ont menés à votre présent, avec toutes les joies et les peines qui ont accompagné vos années.

Ce passé a aussi servi de tremplin à vos choix de vie. Il vous a apporté ce que vous avez voulu et vous l’avez inscrit en l’univers. Peu à peu, pas à pas, il a été le témoin de votre existence. Et aujourd’hui, avec toute l’application que vous mettez dans vos actions, vous vivez votre passé au temps présent car vous avez posé votre vie, en cette journée que vous vivez actuellement.

Lorsque vous évoluez, vous marquez votre chemin de repères, de distances, de désirs, de choix et lorsque vous avancez sur ce chemin, vous vivez les situations que vous avez programmées.

Cette limite qui n’en est pas une, est au contraire une ouverture. Elle doit vous appeler, elle doit vous interpeller afin que votre conscience s’éveille et se dirige vers un chemin fleuri de lumière et d’espérance.

Chaque action vécue est un hymne de l’univers qui vous renvoie votre reflet. Et malgré toutes les techniques, toutes les connaissances, s’il résiste une incompréhension dans la création de vos actions, de votre vie, vous ne changerez rien à ce que vous avez attiré à vous.

La pensée est une voie qui ouvre les actions de chacun. Elle doit être pure et respectueuse. Elle peut être négative et ouverte au contre emploi de la lumière. Le choix est là. Il vous est posé pour une œuvre de vie belle et lumineuse, pour un parcours de joie, d’amour, d’abondance.

La pensée est un être en vous qui ouvre sa projection sur un univers en action. La résonance est forte car l’onde nouvelle qui vibre, est une révélation de l’énergie divine. Elle reçoit et renvoie. Elle accueille et multiplie. Elle transmet sa toute puissance dans une union des énergies qui développe la création. Telle une balle qui bondit, elle va, elle vient et développe une trajectoire directe ou indirecte par un don de l’énergie qui attire à elle la réciprocité, l’immensité.

La pensée détermine le vouloir de l’homme, votre vouloir dans une fonction déterminante de la création. L’homme a un choix à faire dans sa création de vie, vous avez un choix à établir dans votre création de vie. Tel un aimant qui attire, vous attirez à vous la condition que vous placez en vous.

La pensée, la parole, l’action sont des éléments déterminants de création. Ils utilisent l’énergie et s’en nourrissent. Ils prennent en elle une résonance, une couleur, la polarité qui s’accorde. Vous jouissez ainsi d’un pouvoir légitime, d’un accord parfait avec les énergies. Car cet accord est parfait dans toute sa logique. Il illumine l’essence même de la création en délivrant votre ressemblance. Vous devez comprendre son emploi et l’utiliser en toute conscience.

Le bien, le mal n’existent que dans votre création personnelle.
Le beau, le laid sont votre reflet.
Le blanc, le noir sont les polarités qui vous identifient à votre vie.

La jouissance de l’Être est parfaite. Elle est pleinement belle. Elle marque une voie qui doit être étudiée, intégrée. La conscience prime. Elle donne l’effet vibratoire nécessaire à l’ouverture consciente de la création de vie, de votre vie.

Nul ne peut espérer, sans consentement individuel, sans foi personnelle, sans regard sur soi, évoluer dans une parfaite entente avec les énergies et établir sa vie en communion avec l’univers.

La conscience d’un être est la naissance du Tout en vous. Elle vous transmet une vue nouvelle qui résonne en vos cellules et donne une vision positive de la création. Elle enlève les blocages et les utilise pour une meilleure compréhension. Elle sait et retransmet la naissance de toute chose, la pureté. L’onde nouvelle s’étend en vous et clarifie peu à peu votre volonté d’aller vers le meilleur. Cette conscience délie toute source négative et, grâce à elle, la compréhension permet une évacuation des schèmes dépassés pour un accueil favorable et certain des nouvelles constructions.

La conscience est aussi un accès à l’Unité. Plus elle est élevée, plus elle vous relie à l’univers. Avec elle vous allez dans la transformation de votre être mais aussi dans le regard profond de votre âme. La fusion s’établit dans un respect nouveau de votre présence et un allègement des fardeaux de votre vie qui deviennent peu à peu des moyens de compréhension, des éléments positifs qui vous permettent un regard autre sur la création de votre vie. Vous comprenez que les problèmes ne sont que des moyens pour vous aider à grandir et à modifier votre intériorité. Car ils sont votre reflet, le reflet de votre vie. Vous les reportez à l’extérieur de vous et attirez leur ressemblance, leur sosie. C’est pourquoi actuellement, avec l’ampleur de la puissance des énergies, tout vous revient rapidement et très aisément.

Chacun construit sa vie en étant « qui il est ». C’est en acceptant, en comprenant cette forme de création de vie que vous parviendrez à modifier votre être pour retrouver la paix. C’est en modifiant vos pensées, en établissant l’amour dans votre vie que vous parviendrez au souhait de chacun, au plaisir certain d’une vie harmonieuse édifiée dans l’abondance de la création.

L’unité est en vous. Elle est paix et amour. Elle est liberté aussi. Liberté de l’être dans l’édification de sa vie. Vous êtes les constructeurs de votre vie, de toute vie sur terre. Vous êtes ancrés dans la douceur et la lumière et pourtant  vous ne les trouvez pas.

Prenez un temps de réflexion et regardez votre vie avec amour, sans jugement. Regardez en vous chaque souffrance, chaque peur, chaque pensée négative, chaque action, chaque parole. Analysez-vous sans critique. Constatez seulement. N’ayez aucune peine, aucun rejet de vous-mêmes. Prenez conscience seulement.

Toutes ces souffrances sont des blessures à guérir, les blessures d’une vie et aussi les blessures anciennes de vos autres vies. Vous êtes ici et maintenant pour les guérir. Vous en avez la possibilité, le moyen. Et c’est la conscience qui va vous aider à le faire. C’est votre foi en l’univers et en vous aussi qui va l’établir. Si votre vouloir de guérir ces blessures est empreint d’humilité, vous arriverez à ôter toutes les couches, tous les voiles qui les cachent et vous pourrez les mettre au jour, à la lumière de votre compréhension pour les laisser sortir de votre intériorité. Vous arriverez ainsi à la ressemblance, à l’action de la transformation.

En laissant remonter vos blessures, vous comprenez « qui elles sont ». Elles vous montreront « qui vous êtes » et c’est en les identifiant que vous saurez que le moment est venu de vous séparer d’elles. Elles partiront alors, chargées de votre volonté et vous pourrez ainsi les remplacer par leur polarité positive. Peu à peu, vous modifierez votre état d’être et vous rentrerez dans une création positive de votre vie.

Mais comment, me direz-vous, vais-je arriver à éliminer toutes les souffrances qui se trouvent en moi ?

Avec la conscience de « qui elles sont », vous répondrai-je, seulement avec elle. La conscience de chaque chose, le regard sur soi, sans jugement, sans rejet, sans peur, avec humilité et respect pour ces actions qui vous ont aidés à être « qui vous êtes », tout ceci est une clé précieuse pour modifier votre vie. Si vous avez la volonté sincère de vous reconnaître tel que vous êtes, si vous n’avez aucun regret, aucune culpabilité mais une compréhension des expériences de vie qui vous ont mené à être ici et maintenant, alors vous pouvez engager cette transformation.

Le constat doit être fait sans jugement. Laissez simplement passer vos actions. Ne les retenez pas. N’y revenez pas. Regardez-les passer tel un film que vous visionnez. N’y accordez qu’un constat et remerciez-les pour vous avoir construits dans toutes ces vies, pour vous avoir aidés à être « qui vous êtes » ici et maintenant. Ce ne sont que des expériences de vie pour une réalisation, une poussée vers votre divinité. Ces souffrances ne sont que ce que vous en avez fait. Le reflet de votre vie est votre reflet et vous devez l’accepter tout simplement. Un simple accord avec votre conscience libèrera les points négatifs un à un. Et s’ils reviennent de temps en temps à votre esprit, regardez-les passer, sans les retenir.

Revenez à votre conscience et revenez à cette compréhension que vous édifiez en vous en sachant qu’ils ont été des expériences de la dualité, des témoins négatifs, des sources du passé qui vous ont aidé à grandir, à comprendre, à prendre conscience.

Dans l’immensité le vouloir d’aller plus loin dans la lumière vous sera retourné pour vous aider à grandir encore et encore, avec plus d’amour pour trouver enfin la paix.
Je vous aime chères âmes, je vous dédis ces mots car ils sont l’immensité, le pouvoir de la création et je sais que vous saurez acquérir cette conscience, cette compréhension pour un nouveau choix de vie, une nouvelle destinée qui vous attend dans la lumière et l’amour.

Je vous remercie et je remercie les énergies qui vont vous aider à vous transformer et à transformer de ce fait ceux qui vous entourent et la terre elle-même, Mère de l’humanité, qui attend votre transformation pour sa transformation.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 19/03/09.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.