Qu’est ce que la liberté lorsque l’on se retient prisonnier ? par Sananda

La liberté est celle que vous vous accordez, celle que vous voulez bien prendre.
Le mot prisonnier est celui qui vous mène, qui vous retient, qui vous entraîne…

Voyez cet être que vous êtes ! Regardez-vous tel que vous êtes ! Ne voulez-vous pas vous voir ? Et pourtant vous devriez. Quelle opportunité vous avez là de vous reconnaître!  Cette opportunité vous ne la prenez pas car la peur de vous voir vous entraîne. Cet être de chair que vous êtes devrait pourtant s’identifier à sa divinité et tout se délierait.

Vous avez tissé vos liens et ceux-ci vous retiennent prisonniers. Ils sont bien là, présents en vous et autour de vous. Ils sont ceux que vous avez créés sans même les voir. Ils se sont disposés dans vos corps, dans votre corps. Ils ont pris le pouvoir en vous, autour de vous, le pouvoir de votre vie, de votre vouloir. Ils ont tissé peu à peu la trame, ils se sont multipliés pour prendre possession de vous, tout comme de la terre qui se meurt. C’est vous qui les avez créés, entretenus, nourris, intensifiés et vous leur avez donné leur pouvoir et non le vôtre.

Aujourd’hui, en ces temps de grande transformation, en ces temps désunis qui sont la fin d’un cycle de l’humanité, il est temps de réinstaurer la liberté de l’homme et de la terre, il est temps de prendre le pouvoir en vous et autour de vous. Votre vie doit se libérer de vos liens.

Le travail de grande transformation que vous effectuez actuellement est un moment de grâce qui vous est donné. Accueillez-le comme tel, prenez-le en vos cœurs et regardez-le dans toute sa splendeur. Il vous est donné pour cesser cette démesure humaine, il vous est donné pour une libération, pour un renouveau.

L’être a besoin de se libérer, de sortir de son carcan, de la rigidité qui le retient, d’aller à sa guise et de prendre le pouvoir. Ce qui vous est donné actuellement est l’opportunité que Dieu vous donne de vous débarrasser de votre démesure humaine. C’est pourquoi la liberté doit être recouvrée.

Ces liens qui vous empêchent de vous mouvoir en toute liberté doivent devenir lumière. Pour cela, en résonance avec votre corps, vous devez vous en défaire. Prenez cette pensée en vous, laissez-la pénétrer au plus profond de vos cellules. La reconnaissance de ce qu’elle est, de ce qu’elle représente doit être forte. Le vouloir est la mesure divine. Il doit être profondément ancré en vous. C’est lui qui fera le travail, c’est lui qui commandera l’acte, c’est lui qui libèrera l’être de ses liens.

Ce vouloir, il faut le travailler profondément, il doit faire partie intégrante de votre personne. Sans un vouloir certain, vous ne pourrez vous débarrasser de vos liens. Il en est de même pour tout ce dont vous ne voulez plus en vous. Toutes les techniques échoueront si le vouloir n’est pas   réellement présent en vous. Ce vouloir c’est votre libération, c’est votre liberté.

Les doutes, les peurs sont des liens qui vous retiennent. Vos anciens schémas sont encore des liens qui prennent sur votre être. Vos blessures, votre culpabilité sont aussi des liens qui vous tiennent. Votre raison elle-même vous retient.

– Et avec tout ceci, me direz vous, comment puis-je me libérer ?
– Avec le vouloir, vous répondrai-je. La volonté est une force qui doit faire partie intégrante de votre personne. Lorsqu’elle est présente en vous, elle peut vous mener à tout, même à vous libérer de vos liens.

Prenez-la en votre cœur, aimez-la et laissez-la s’installer en vous. Demandez-lui de vous libérer et regardez-la dissoudre tous les liens qui vous retiennent, qui vous empêchent d’aller. Cette volonté doit faire disparaître tous vos doutes, toutes vos peurs et c’est elle qui doit mener cette libération. L’être doit s’installer dans la foi de celle-ci et se laisser porter.

Je sais que vous recherchez des techniques pour vous aider mais je vous assure que vous avez en vous le pouvoir de vouloir. Il n’est nullement nécessaire de vous éparpiller pour retrouver votre liberté. Centrez-vous en votre cœur et installez-y votre volonté. Demandez et vous obtiendrez. Tout est en vous dans la grâce de Dieu le Père. L’unité c’est vous, elle est en vous et non ailleurs.

Pour vous aider, vous pouvez chaque jour pratiquer l’exercice suivant :

– Prenez en vous, en votre cœur la volonté de vous libérer de tous vos liens.
– Visualisez-les autour de vous, ils sont serrés et vous empêchent de vous mouvoir.
– Centrez-vous en votre cœur et visualisez une lumière dorée qui en sort et qui inonde votre corps. Elle est puissante, lumineuse. Elle se répand en vous et vous procure chaleur et douceur. Vous ressentez aussi son amour. Sa force aide à percer peu à peu cette armure qui est autour de vous. Des rais de lumière trouent cette trame et la réduisent petit à petit pour la faire disparaître définitivement. Vous la regardez clairement s’effacer et vous ne voyez plus que votre être beau et lumineux.
– Restez un moment ainsi, apprenez à ressentir les effets de la lumière, apprivoisez-la, dites-lui merci pour le travail qu’elle a effectué en vous et autour de vous. C’est ainsi que vous irez bientôt, c’est ainsi que vous serez…un être de lumière dans la lumière.

Cet exercice, vous pouvez, vous devez le répéter chaque jour. Mais, sachez que votre vouloir sera celui qui déterminera votre travail de transformation. C’est lui qui, sans blocage, vous libèrera.

La liberté vous appartient maintenant. Alors, allez vers elle, allez en elle. Vous le pouvez et si vous le désirez vraiment, vous deviendrez cet être lumineux, d’une grande beauté, que vous avez vu pendant votre travail de purification. C’est vous, oui vous, qui pouvez vous libérer !

Allez en paix mes frères.
Je prie pour vous tous et pour l’humanité afin que vous vous releviez enfin dans la lumière.

Sananda.

Transmis par Mirena le 26 janvier 2008.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.