La ligne de l’instant présent

lumiere_mystiquePhoto www.eternelprésent.ch

Nous sommes poussés vers l’instant présent et nous devons nous accorder à lui pour évoluer de plus en plus librement. Les énergies présentes nous poussent  à sa rencontre. Elles nous orientent vers lui et  toutes les compréhensions dont nous avons besoin pour cela, arrivent à nous. L’œuvre intérieure que nous effectuons nous rapproche pas à pas, de la demeure de l’Être. L’ère nouvelle est ce tremplin-là, et elle nous apportera la liberté individuelle, si nous arrivons à basculer dans l’espace de notre Présence intérieure.

Les techniques de purification ne suffisent pas à tout établir et il est aujourd’hui nécessaire de comprendre le fonctionnement de notre mental, ainsi que son pouvoir directionnel. Il y a le pouvoir du mental et l’instant présent. Et tous deux ne peuvent fonctionner ensemble. Lorsque nous sommes situés dans le mental, nous sortons de l’instant présent. Avec lui, nous vivons la séparation et la souffrance. Avec lui, il nous est impossible de trouver la paix intérieure. Pourtant, nous devons nous défaire de son emprise en étant attentifs à son fonctionnement. Avec un peu d’attention, nous constatons qu’il nous situe toujours dans le passé ou bien dans l’avenir. Avec lui, le présent n’existe pas. Tant que nous répondons aux informations qu’il nous transmet, nous nous définissons dans l’illusion de la vie et ne pouvons avancer avec le potentiel de l’Être intérieur.

Le passé et l’avenir sont des illusions. Tout se crée dans le moment présent. Tout prend effet en lui dans l’instant de l’éternité. Ce qui a été créé dans le passé, l’a été dans le présent à ce moment-là. Et tout ce qui s’y rapporte est une mémoire et donc une illusion. La projection dans l’avenir et les créations qui se feront en lui, s’établiront elles-aussi dans le présent. Donc toute projection est illusoire car elle n’est pas actuelle, elle n’est pas « ici et maintenant ».

Dès lors que vous pensez « présent », vous créez une forme d’égrégore qui axe vos demandes sur la ligne de l’instant présent. Ainsi, toute création est réalisée en l’instant. Plus vous êtes centrés dans cette compréhension et donc, dans ce positionnement, plus l’Esprit créateur agit sur vos demandes.

Lorsque l’être comprend cela, il devient spectateur de sa vie et peut ainsi se détourner du mental. Il ne le suit plus car il sait que celui-ci le conduit dans l’illusion. Il ne lui résiste pas. Il l’observe et ne répond pas à ses directions. Il se recentre le plus souvent  dans le moment présent et ainsi, il peut s’en détacher. Il sait que l’instant est la seule vérité et que le temps n’existe pas.

L’instant est le moment d’éternité qui nous relie à l’ouverture de l’Être. Il est présent dans notre cœur et nous seuls pouvons le découvrir. Avoir conscience de ce moment permet de lâcher l’illusion de la vie pour entrer peu à peu dans l’Unité.

Chaque être rêve de créer sa vie comme il le désire. Il rêve d’entrer dans la re-connaissance de l’Être. Mais pour cela, il doit intégrer que le temps n’existe pas et s’ouvrir à l’instant qui Est. L’Être est le repos, et en Lui demeurent la joie et la beauté de la vie. Nourrir cette certitude permet un rapprochement avec son axe de liberté. Vous pouvez trouver en lui les réponses et vous placer ainsi dans la richesse de la Vie et non dans la souffrance. Être conscient de l’instant présent permet de se rapprocher de l’Être intérieur. C’est une étape nécessaire à tout parcours spirituel.

Le temps est illusion. Le moment présent est la Vérité et le mental ne peut vivre en lui.

Mirena, le 14 novembre 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de la faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Dépasser les épreuves que la vie nous envoie

Nous sommes tous confrontés aux épreuves que la vie nous envoie et nous les recevons souvent de plein fouet. Nous ne voyons pas toujours ce qu’il y a à comprendre et nous sommes déstabilisés par ce qui nous arrive. Notre mental s’emballe, nous vivons des émotions négatives qui nous mènent bien au-delà de ce que nous aimerions. Nous n’avons à ce moment là aucun moyen pour nous relever dans la positivité et malgré nous, nous répondons aux messages négatifs de notre mental par l’inquiétude, la peur, ou tout autre sentiment négatif.

Pourtant avec détachement, nous pouvons relativiser tout ce que nous recevons, tout ce que nous attirons à nous. Nous savons que la vie est une création que nous renouvelons à chaque instant par nos pensées, par nos paroles, par nos actes. Elle est notre reflet et par l’attirance des énergies, nous recevons ce qui nous correspond pour grandir chaque jour un peu plus.

Il n’y a pas de hasard. Si nous sommes attentifs, nous pouvons voir ce qui vient avec une autre vision. Nous pourrons ainsi lâcher prise et rester centrés dans l’énergie positive. Répondre au négatif ne fait qu’accentuer notre état négatif. Lâcher prise permet de rester soi-même et de vivre avec compréhension chaque étape de la vie.

La progression dans les divers paliers de la conscience, nous ouvre une vision plus claire et nous fait accepter ce qui vient. Nous pouvons ainsi comprendre et entrevoir un horizon nouveau qui sera fait d’acceptation et changera la perception de notre vie. En acceptant les épreuves de la vie, nous lâchons le mental et nous nous ouvrons la compréhension des choses. Alors, nous accueillons le nouveau dans notre vie car nous avons grandi. Par contre, si nous vivons mal ces épreuves, nous attirons à nous d’autres situations négatives jusqu’à ce qu’elles soient bien intégrées en profondeur, par notre esprit humain et notre conscience.

Vivre le détachement permet de ne pas souffrir. Ce n’est pas de l’indifférence mais l’acceptation de ce qui est, l’acceptation de ce rôle que nous jouons tous dans notre vie. Nous sommes des êtres humains. Nous expérimentons la matière et la dualité est bien présente pour nous le rappeler. A nous de comprendre et surtout d’intégrer cette forme de vie que nous avons choisie lors de notre incarnation. Lutter n’engendre que la souffrance ; la souffrance morale, la souffrance mentale, la souffrance émotionnelle, la souffrance physique. Notre travail individuel de chaque jour nous apporte ces situations, ces épreuves, dans notre travail, dans notre foyer, dans nos relations, dans tout ce qui est et qui peut nous faire grandir.

Nous ne devons pas nous juger, ni juger les autres. Nous devons simplement accepter et comprendre ce que nous vivons. Nous devons accepter avec amour ce que veut notre âme, ce que nous faisons, même si nous n’arrivons pas toujours à ce que nous désirons.

La vie a un rôle grandiose qui peut nous révéler dans l’amour et la lumière. Nous devons la considérez ainsi avec tout notre amour et la remercier pour ce qu’elle nous offre chaque jour. La conscience est  et demeurera toujours le facteur de notre progression. A nous de grandir dans sa profondeur pour guérir de tous nos maux.

Belle continuation à toutes et à tous dans la conscience de la vie.

Mirena, le 29 Février 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

L’extériorité ou l’intériorité ? (1)

L’hiver arrive peu à peu, le froid est bientôt là. Nous évoluons aux rythmes des saisons, nous menons notre vie en fonction de celles-ci. Nous savons que nous entrons dans une saison où il est bon de se poser un peu, de prendre le temps, de nous intérioriser pour nous découvrir… Après avoir passé l’été à l’extérieur, nous passons maintenant à l’intérieur grâce à l’hiver.

Cette saison qui n’est pas toujours appréciée car il fait froid, est pourtant une période intense au point de vue intérieur. Si nous nous réglons sur elle, nous pouvons nous poser, tout comme elle, entrer en nous, faire le point sur ces derniers mois et en tirer les conclusions, donc les bénéfices. Car le regard sur soi est un geste d’humilité, de pleine conscience, qui nous montre notre image. Les bons, les mauvais moments, ne sont pas importants. Il ne doit pas y avoir de jugement. Ce qui compte est le travail que nous avons effectué grâce à eux et avec eux. Nous pouvons faire le point sur notre avancement, sur nos changements et en tirer profit.

–    Que s’est il passé ces derniers mois ?
–    Y a-t-il eu un changement en moi, dans ma vie ?
–    Qu’ai-je réglé ou pas ?
–    Quel est le point que je peux encore approfondir, que je peux libérer ?

Il ne s’agit pas de faire un étalement, mais un constat qui, s’il est fait en toute sincérité, peut nous apporter des réponses. En nous intériorisant, en nous posant, nous pouvons avoir une vue juste de notre chemin. Il ne s’agit pas de revenir en arrière pour rejouer encore les mêmes scènes par la pensée, mais au contraire accueillir avec le cœur les évènements de ces derniers mois pour les comprendre et leur dire merci pour le travail qu’ils nous ont permis d’effectuer en nous.

L’intériorité mène à cela. Elle nous initie, elle nous montre, elle nous dévoile, elle nous permet de nous libérer, de prendre conscience. Elle est un outil à notre avancement car elle est pleinement dans l’instant. Avec elle, nous ne nous évadons pas. Au contraire, nous restons bien centrés sur nous, sur notre vie, sur notre corps, à l’écoute… Avec elle nous ne fuyons pas !

L’extériorité, quant à elle, est une vision éphémère, un rêve de projections, une constante évasion de notre être pour une vie souvent chaotique, pleine à ras bord, qui nous tient plutôt qu’elle ne nous libère. Nous croyons répondre à nos envies, à nos besoins, mais en fait elle nous tient de toute sa force et nous conduit dans la mêlée de nos émotions et de notre mental. Avec elle, pas de repos. Avec elle, une infinité de mouvements, qu’ils soient du corps ou de l’esprit. Un mouvement sans cesse répété qui nous éloigne de notre Être intérieur, de notre voie initiatique et de tous ses bienfaits. Nous y entrons pourtant volontiers pour essayer de nous débarrasser de nos problèmes, pour nous occuper l’esprit, pour ne pas entendre ce que notre voix pourrait nous dire. Car nous mettre à nu devant qui nous sommes, devant notre création est parfois déplaisant. Nous préférons foncer, renverser les barrières et courir à perdre haleine pour ne pas être rattrapés par le temps. Cette éphémère construction est pourtant notre création de chaque jour. Nous ne voyons pas, nous n’entendons pas. Nous préférons l’évasion inconsciente à la conscience de notre évasion.
Alors aujourd’hui, il est temps de regarder notre comportement d’action. Il est temps car les changements sont là, bien présents, et nous bousculent. Nous devons prendre conscience de cet état de notre vie et essayer de nous poser, de nous intérioriser fréquemment pour nous retrouver, pour retrouver notre lumière et sa douce chaleur. Notre travail prend beaucoup de temps sur notre vie. Mais il reste toutefois les week-ends, les soirées… La télévision, quant à elle, n’arrange rien. Elle est le constat de notre vie actuelle. Elle nous endort dans la violence, dans l’immoralité, dans la peur…. Elle nous empêche de nous poser pour entendre notre voix, pour entendre la raison du cœur. Elle est elle aussi le reflet de notre existence.

Prenons l’hiver comme un cadeau, même s’il pleut, même s’il fait froid, même si nous manquons de soleil. Le soleil est dans notre cœur. Si nous le découvrons, il illuminera nos journées, il nous réchauffera, il nous transmettra sa douceur, sa connaissance. Il sera pour nous un fidèle ami, un maître qui nous conseillera, nous initiera. Profitons de ses bienfaits et entrons en nous pour le retrouver…

Transmis par Mirena, le 21 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.