Aujourd’hui … je me libère du pouvoir des autres

Je me libère du pouvoir*

Aujourd’hui je choisis la liberté de mon être et de mon chemin. Je me respecte et je respecte mes choix.

Aujourd’hui je sais que mes choix sont toujours les meilleurs pour moi. Je suis libre de vivre ce que je désire vivre,  sans aucune autorité ni pouvoir sur ma vie.

Aujourd’hui je me reconnais dans ma pleine puissance créatrice et je garde les rênes de ma vie. Mes choix sont ceux qui m’animent et me portent. Ils sont ma voie et me permettent de grandir quoiqu’il en soit.

Aujourd’hui je choisis de vivre en accord avec moi-même, libre du pouvoir d’autrui et de la société. Je suis en joie d’aller là où je désire aller, de faire ce que je désire faire, d’être enfin moi-même.

Aujourd’hui j’ai confiance en la vie et j’avance avec foi. Elle me mènera toujours vers la compréhension qui me fera grandir grâce aux choix que je ferai.

Aujourd’hui je me libère du pouvoir des autres.
Aujourd’hui je suis libre.

Affirmation positive.
Mirena, le 06 Décembre 2014 – Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Se libérer !

Se libérer Lâcher prise sur ses souffrances, et donc sur le passé, permet de se placer dans l’instant d’éternité où tout demeure, où tout devient simple, juste et beau. Ainsi, plus de luttes contre soi-même, ni contre les autres. L’Amour, seulement l’Amour émane de l’être.
N’avez-vous jamais remarqué qu’il suffit parfois de peu de choses, d’un regard, d’un mot, d’une pensée, pour raviver une blessure et n’être plus véritablement soi-même ?

L’échange d’énergie passe alors par le mental et non par le cœur. L’émotion gagne et voilà que, la stabilité intérieure n’est plus. L’ego prend l’ascendant sur l’être pour le placer dans une spirale négative qui le descend au sous-sol de sa demeure. Il le fait douter de lui-même, des autres. Il lui transmet la peur et le maintient sous sa coupe. Son pouvoir est parfois dévastateur. Il emporte l’harmonie intérieure et la remplace par de tumultueuses mise en scène.

Il est pourtant possible de garder notre liberté intérieure en lâchant notre ego. Avec de la volonté, cela est possible. Et si vous vous libériez de lui ? Et si vous vous libériez de vos chaînes ? L’éveil consiste à cela.

Se libérer, c’est ne plus vouloir vivre dans le passé.
Se libérer, c’est lâcher ce qui fait mal.
Se libérer, c’est reprendre le pouvoir de ses pensées, de ses paroles et de ses actes.
Se libérer, c’est ne plus lutter contre soi-même, ne plus résister et ne plus se fermer à la Vie.
Se libérer, c’est reconnaître l’autre comme son égal, le reconnaitre comme soi-même. C’est l’accueillir par l’amour de son cœur.
Se libérer, c’est s’aimer et s’accepter pleinement. C’est avoir confiance en soi et en la Vie. C’est accueillir sa propre lumière pour l’aimer divinement.
Se libérer, c’est accueillir la Vie dans sa totalité, avec bonheur. C’est comprendre que nous en sommes les concepteurs.
Se libérer, c’est permettre au Soleil de l’Univers d’illuminer notre chemin.

Mirena, le 22 Novembre 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

L’arbre du silence

L'arbre du silence« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti, frissonner l’arbre du silence. C’était après un orage, dans cette odeur de terre et de pierres mouillées qui réveille si bien en nous un écho oublié, venu du fond des âges . Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression ( la conviction ? ) qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes tous issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »
Christian Signol ( Ils rêvaient des dimanches )

Pardonner pour être en paix

Nous devons évoluer dans l’ère nouvelle avec un passage qui soumet bien des états, des schémas et des comportements au grand nettoyage. Nous sommes mis devant des situations pour nous permettre de comprendre ce qui ne va pas dans notre vie et ce qui a besoin d’être épuré pour pouvoir avancer sur notre chemin. Nous ne pouvons plus marcher avec le fardeau que nous avons en nous et notre dos ne peut plus supporter ce poids lourd qui demande à être considéré et réglé. Les énergies ambiantes sont là pour nous rappeler au fur et à mesure de notre avancée, ce qui n’a pas encore été réglé et nous prenons en pleine face ce qui n’est plus en accord avec le nouveau monde.

Nous nous révélons parfois par la force des choses. Nous sommes soumis à faire des choix pour nous libérer de ces entraves, de ces liens sombres qui nous tiennent fermement. Nous devons nous ouvrir à une vue plus simple de la vie, en comprenant que nous sommes des êtres soumis aux expériences de la dualité pour nous révéler dans la lumière. Peu à peu, la conscience se révèle dans la profondeur. Nous entrons dans des compréhensions de plus en plus profondes et évidentes. Nous lâchons ce qui n’est plus en accord avec nous, avec notre profonde révélation d’être libres de toute attache sombre de la dualité.

Mais ce choix n’est pas si facile à réaliser car nous devons lâcher notre mental qui résiste avec force à ce que nous voulons établir en notre vie et en notre corps. Pour cela, nous devons nous rendre à l’évidence que le pardon est celui qui permet de remonter vers la lumière. En effet, lorsque notre mental s’emballe et nous déballe toute sa litanie négative sur les autres, sur la vie, sur ce qui ne va pas, sur le monde… nous devons avoir le réflexe de ne pas le suivre et de pardonner. Pardonner est la prière de l’homme qui conduit ses pas dans la lumière. Elle est le reflet de la Vie, la pleine floraison de l’âme. Sans pardon, nous ne pouvons nous ouvrir à l’avancement. Celui qui reste dans la croyance de la dualité ne peut se révéler sans pardon.

Pardonner c’est vivre ce qui est avec compréhension et humilité. L’homme a trop souvent besoin d’un autre pour rejeter la faute de ce qui est. Il ne veut pas regarder ce qui ne va pas en lui. Il ne veut pas entrer dans la compréhension de la vie. Il se laisse entraîner par la force de son mental négatif et résiste en soutenant qu’il n’est responsable en rien.

Or, tout ce que nous vivons est notre reflet : notre vie, nos relations, nos souffrances, nos maladies… Tout ce qui est autour de nous nous ressemble. C’est comme si nous avions un miroir autour de nous qui nous révèle qui nous sommes par ce que nous attirons. Car nous attirons qui nous sommes. Ceci a pour but de nous révéler ce qui ne va pas. Et avec le pardon, nous pouvons sortir de la souffrance et entrer dans la profondeur de la conscience pour voir plus loin que le bout de notre nez en comprenant le jeu de la vie et le rôle de premier que nous tenons.

Le pardon est la grâce de l’univers. Il nous unit à la lumière. Il peut tout gommer, il peut tout effacer et surtout, il nous permet de lâcher notre ego. Il est le sauveur de notre monde et il le restera. Sans pardon, nous vivons dans la souffrance et nous espérons que l’autre changera, que le monde lui-même changera. Mais ceci appartient au passé et à dualité. Nous devons renaître à l’évidence de l’ouverture nouvelle qui naît et qui n’est plus limitée désormais. Nous ne sommes plus obligés de souffrir, de rester dans le monde de l’ego et de la soumission de l’être. Nous pouvons être nous-mêmes sans les voiles de la séparation pour vivre libres, heureux, dans l’amour et la lumière qui est en nous.

La conscience sera déterminante dans la nouvelle vie. Elle est l’ouverture en soi, la compréhension des étapes de l’Ascension et non la révélation de l’homme dans l’ego et le pouvoir. Les anciens schémas, les anciennes compréhensions sont maintenant obsolètes. Nous devons nous révéler par le pardon pour pouvoir évoluer dans la nouvelle dimension.

Le monde meilleur est là. A nous de le saisir par la compréhension de ce qui est et par l’ouverture du pardon en soi pour une vie de paix.

Mirena, le 3 Avril 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.