La souveraineté de la Conscience

 

Par le fait de penser que nous avons raison et que l’autre à tort, nous sommes dans l’ego. Nous le nourrissons par cette croyance et celle-ci reflète notre manque de compréhension vis-à-vis des expériences que l’homme attire à lui, pour vivre ce qu’il a à vivre. Et par là-même, pour accéder à la transformation intérieure qui est le but de l’incarnation. La Terre et l’humanité sont nourries par cette vibration et le lien avec l’égrégore concerné reste actif.

Bien évidemment, ce que nous voyons autour de nous ne nous convient pas toujours. Mais tout est là pour nous montrer ce que cela touche en nous et notamment, la part négative à conscientiser, à éliminer, à transmuter en lumière. C’est aussi cela la magie de la Vie et si on veut bien la voir, elle nous permet d’avancer à grands pas, avec plus de légèreté et d’harmonie. Sans contrôle mais avec simplement un regard de soi, simple et efficace, qui permet de grandes transformations sans aucune attache mais avec une grande ouverture sur la vérité. Cela demande une grande humilité aussi.

Nous ne pouvons pas changer les autres par notre seul vouloir. Et nous ne sommes supérieurs à personne. Mais nous pouvons être un exemple de compréhension, de respect et de compassion. L’état de conscience du moment agit alors en se répercutant à l’extérieur de soi pour toucher les autres êtres par sa vibration.

La loi universelle est une belle « mécanique » et son fonctionnement, s’il est intégré, peut aider l’humanité à sortir de ses croyances et de son vouloir, de son pouvoir également, par une belle transformation de lumière. La simplicité de ce qui est, peut paraitre déroutante.

Si seulement on sortait de l’ego, si seulement on sortait des apparences, si seulement on reconnaissait en soi sa vraie nature, on pourrait changer la vie humaine. Non pas en voulant la changer mais en étant simplement dans l’état de conscience de la Vie, en rayonnant sa vibration positive, lumineuse, élevante et aimante, et sans besoin de convaincre qui que ce soit, sans besoin d’une quelconque technique ou encore d’un quelconque savoir. La conscience peut tout, sa vibration et son rayonnement sont puissants. Elle est ce que chacun recherche à l’extérieur pour grandir sur sa voie. Le changement n’aura pas lieu à l’extérieur de nous, ne le recherchons pas. Il ne viendra pas à nous par une autre personne. Car tout simplement, nous sommes le changement tant espéré !

La puissance de la Conscience du Cœur peut tout changer, par nous et seulement par nous. Il convient d’y demeurer et s’y reconnaitre parfaitement, sans aucun vouloir. Être la conscience  elle-même en reconnaissant notre vraie nature qui est la même pour tous. Demeurer Un avec les autres, avec la Terre, avec l’univers, avec la Vie.

Car nous sommes cela et rien d’autre.

Mirena
Source : www.audeladesmots.org

 

Pardonner pour être en paix

Nous devons évoluer dans l’ère nouvelle avec un passage qui soumet bien des états, des schémas et des comportements au grand nettoyage. Nous sommes mis devant des situations pour nous permettre de comprendre ce qui ne va pas dans notre vie et ce qui a besoin d’être épuré pour pouvoir avancer sur notre chemin. Nous ne pouvons plus marcher avec le fardeau que nous avons en nous et notre dos ne peut plus supporter ce poids lourd qui demande à être considéré et réglé. Les énergies ambiantes sont là pour nous rappeler au fur et à mesure de notre avancée, ce qui n’a pas encore été réglé et nous prenons en pleine face ce qui n’est plus en accord avec le nouveau monde.

Nous nous révélons parfois par la force des choses. Nous sommes soumis à faire des choix pour nous libérer de ces entraves, de ces liens sombres qui nous tiennent fermement. Nous devons nous ouvrir à une vue plus simple de la vie, en comprenant que nous sommes des êtres soumis aux expériences de la dualité pour nous révéler dans la lumière. Peu à peu, la conscience se révèle dans la profondeur. Nous entrons dans des compréhensions de plus en plus profondes et évidentes. Nous lâchons ce qui n’est plus en accord avec nous, avec notre profonde révélation d’être libres de toute attache sombre de la dualité.

Mais ce choix n’est pas si facile à réaliser car nous devons lâcher notre mental qui résiste avec force à ce que nous voulons établir en notre vie et en notre corps. Pour cela, nous devons nous rendre à l’évidence que le pardon est celui qui permet de remonter vers la lumière. En effet, lorsque notre mental s’emballe et nous déballe toute sa litanie négative sur les autres, sur la vie, sur ce qui ne va pas, sur le monde… nous devons avoir le réflexe de ne pas le suivre et de pardonner. Pardonner est la prière de l’homme qui conduit ses pas dans la lumière. Elle est le reflet de la Vie, la pleine floraison de l’âme. Sans pardon, nous ne pouvons nous ouvrir à l’avancement. Celui qui reste dans la croyance de la dualité ne peut se révéler sans pardon.

Pardonner c’est vivre ce qui est avec compréhension et humilité. L’homme a trop souvent besoin d’un autre pour rejeter la faute de ce qui est. Il ne veut pas regarder ce qui ne va pas en lui. Il ne veut pas entrer dans la compréhension de la vie. Il se laisse entraîner par la force de son mental négatif et résiste en soutenant qu’il n’est responsable en rien.

Or, tout ce que nous vivons est notre reflet : notre vie, nos relations, nos souffrances, nos maladies… Tout ce qui est autour de nous nous ressemble. C’est comme si nous avions un miroir autour de nous qui nous révèle qui nous sommes par ce que nous attirons. Car nous attirons qui nous sommes. Ceci a pour but de nous révéler ce qui ne va pas. Et avec le pardon, nous pouvons sortir de la souffrance et entrer dans la profondeur de la conscience pour voir plus loin que le bout de notre nez en comprenant le jeu de la vie et le rôle de premier que nous tenons.

Le pardon est la grâce de l’univers. Il nous unit à la lumière. Il peut tout gommer, il peut tout effacer et surtout, il nous permet de lâcher notre ego. Il est le sauveur de notre monde et il le restera. Sans pardon, nous vivons dans la souffrance et nous espérons que l’autre changera, que le monde lui-même changera. Mais ceci appartient au passé et à dualité. Nous devons renaître à l’évidence de l’ouverture nouvelle qui naît et qui n’est plus limitée désormais. Nous ne sommes plus obligés de souffrir, de rester dans le monde de l’ego et de la soumission de l’être. Nous pouvons être nous-mêmes sans les voiles de la séparation pour vivre libres, heureux, dans l’amour et la lumière qui est en nous.

La conscience sera déterminante dans la nouvelle vie. Elle est l’ouverture en soi, la compréhension des étapes de l’Ascension et non la révélation de l’homme dans l’ego et le pouvoir. Les anciens schémas, les anciennes compréhensions sont maintenant obsolètes. Nous devons nous révéler par le pardon pour pouvoir évoluer dans la nouvelle dimension.

Le monde meilleur est là. A nous de le saisir par la compréhension de ce qui est et par l’ouverture du pardon en soi pour une vie de paix.

Mirena, le 3 Avril 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

Le temps est le repère de l’homme

Qu’est-ce que le temps ? Il est un repère que les hommes se sont donnés pour vivre en relation avec les autres hommes dans leur monde. Mais qu’en est-il réellement ? Pourquoi cette création nous limite-t-elle ? Parce qu’elle n’est pas intégrée à sa juste valeur.

Il est vrai que nous avons besoin de ce repère pour vivre, pour nous repérer dans notre évolution. Le temps a été créé par rapport à la rotation de la terre, mais aussi par sa position face au soleil et aux autres planètes. Il a été défini en années, en mois, en semaines, en jours, en secondes. Nous avions besoin de ce réglage de l’humanité sur le temps.

Mais aujourd’hui, notre conscience nous élève au-delà de cela. Elle nous montre cette relation de l’homme au temps, qui n’en est pas vraiment une. Nous savons que nous sommes dans l’espace temps, à plusieurs endroits en même temps. Nous vivons des vies parallèles dans les différentes dimensions de l’univers. Ceci est plutôt compliqué à concevoir, c’est pourquoi je reviens à notre dimension terrienne définie par le temps.

Les dates sont des créations que l’homme a aussi définies par rapport au temps qui s’écoule. Elles représentent le moment de vie écoulé, le moment de vie qui s’écoule, et aussi le moment de vie qui vient. Avec une conscience supérieure nous pourrions voir qu’il s’agit du même instant et de sa probité. Car tout se vit dans l’instant qui Est et qui Demeure. Ce n’est qu’avec la capacité du pouvoir de la conscience que nous définissons l’instant de l’homme, ou bien l’instant de l’éternité, qui sont la même chose mais ne sont pas perçus dans leur réalité vraie. La dualité différencie la vie. L’éternité l’associe à ce qu’elle est car nous ne formons qu’un seul tout.

Les dates donc sont des créations, des repères. Dans la conscience collective, nous les avons définies par notre savoir humain, par notre intellectualisation, et leur avons attribué des chiffres. Ces chiffres représentent la signification que l’homme a définie, et ils se développent par leurs vibrations. Amplifiés par la conscience, l’homme leur a donné un pouvoir créatif par sa pensée, par ses croyances. La conscience de masse, qui est aussi la conscience collective, transmet donc un énorme pouvoir de signification, de compréhension et donc, de création. Cette conscience collective a mené et mène les hommes depuis des milliers d’années. Elle représente le pouvoir créatif à grande échelle.

Alors, que nous soyons le 11/11/11, ou bien une date quelconque, ceci représente à lui seul, le moment présent de l’éternité. Par contre, au niveau de la conscience collective, tout le monde se base sur ces repères de dates et leurs significations car l’homme en a besoin pour évoluer. De ce fait, la masse amplifie par sa pensée et ses croyances, la création de ce que cela peut représenter sur sa vie et sur terre. Si bien que certaines significations comme le 11/11/11, ouvrent des portes et transmettent par la conscience collective, des pouvoirs amplifiés.

La conscience collective est une amplification de la pensée de l’homme et de ses croyances. Elle donne le pouvoir amplifié de la création par celles-ci. C’est ce qui conduit aux soulèvements de la société, aux guerres, aux religions et à la condition humaine, mais aussi au pouvoir créatif, à la transformation positive de chacun quand la conscience est axée dans cette direction.

Voilà pour cette définition, cette précision sur la conscience de chacun, qui je le répète, peut déployer à grande échelle un pouvoir immense dans notre univers. A nous de le créer dans l’amour, la paix et la sagesse.

Transmis par Mirena, le 13 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.