Le basculement doit avoir lieu

L’être humain veut avancer rapidement.  Pressé par son mental, il ne comprend pas qu’il y a un temps pour la compréhension, un temps pour l’intégration, un temps pour la révélation et l’avancée. Il suit ses envies, il court après ses désirs, il se démène avec ce qu’il attire à lui et n’accepte pas toujours le miroir qui le met face à lui-même.

La voie spirituelle est une progression constante à réaliser. Lorsqu’il y a des blocages, il y a des choses à comprendre, à intégrer et à dépasser par l’amour et la lumière. L’être incarné se meut dans les énergies de la compréhension de lui-même et de tout ce qui est autour de lui. Il est sans cesse sollicité pour se révéler et grandir.

Aujourd’hui encore, il y a chez les êtres beaucoup trop de recherches extérieures, beaucoup trop d’attentes vis-à-vis de la vie et des autres. Le chemin spirituel est tout d’abord celui qui permet de se re-trouver, celui qui nous fait avancer vers notre lumière intérieure pour la vivre pleinement et fusionner avec elle. L’extériorité et l’ego sont deux séparations qui nous détournent trop souvent de l’essentiel : Nous.

Trop de personnes sont encore dans l’attente de leurs désirs et de ce qu’elles voudraient réaliser. Trop d’êtres sont dans le faire et non dans l’accueil de la vie. Trop d’êtres sont dans la recherche extérieure. Le manque de foi en la vie est bien présent.

Quoi de plus important que vivre sa lumière et son amour ?
Quoi de plus important que soi ?
Quoi de plus important que connaître le bonheur d’être ?
Lorsque l’on comprend cela, tout vient facilement car l’alignement avec les énergies de lumière et d’amour se fait. La fluidité des énergies s’installe car nous n’émettons plus de bocage.

Pourquoi être dans l’action et chercher à faire, à réaliser sa propre lumière sur Terre ? Lorsque l’on est, on n’a pas besoin de vouloir. On accepte ce qui est, et dans cette acceptation tout se déroule naturellement. Tout se place sur notre chemin car nous sommes dans l’accueil de la vie et de sa compréhension. On laisse la place à la lumière. Le mental n’intervient pas ou très peu. Il faut néanmoins le recadrer et rester centrés dans l’énergie de la Vie, dans la fluidité des énergies qui placent sagement tout ce dont nous avons besoin pour avancer sur notre chemin.

Il y a encore trop de séparation dans notre façon de fonctionner. Le chemin spirituel n’est pas celui de l’extériorité mais celui de l’intériorité. Il n’est pas celui du vouloir humain mais celui de l’accueil de la Vie. Il n’est pas celui du mental mais celui du cœur. Il est celui de la découverte de l’Être intérieur, celui de l’acceptation et de la fluidité.

L’ère ancienne a transmis des schémas et des comportements de recherches extérieurs à l’homme. Elle a transmis des formules, des techniques, des rituels, des placements, des positionnements extérieurs. L’être humain a beaucoup appris par l’intellect. Mais aujourd’hui, tout ceci est terminé. Nous devons être, simplement être. Être et accueillir. Nous devons être nous-mêmes, véritablement et simplement. Nous ne devons pas vouloir autre chose qu’être et accepter ce qui est.

Laisser venir à soi et ne plus rechercher.
Exercer nos dons, nos talents sans désir.
Laisser la fluidité des énergies s’installer.
Accueillir.

L’avancement est maintenant celui-ci. Nous n’avons plus besoin de béquilles extérieures. Tout est en nous et non à l’extérieur de nous. Nous devons laisser les commandes à notre cœur et à son amour, et aller là où la vie nous dépose, aller là où le vent nous pousse, aller à l’intérieur de nous, et ne plus laisser le mental nous mener et poser ses limites.

Faites-vous confiance. Ayez la foi et accueillez ce que la vie vous tend. Elle seule sait ce dont vous avez besoin. Je constate que les croyances et recherches extérieures sont encore bien ancrées. Pourtant, ce basculement dans l’être doit avoir lieu. Vous êtes les seuls à pouvoir le faire et personne ne peut le réaliser pour vous. Vous devez modifier vos attentes et vos recherches. Vous devez Être, simplement Être. Ceci est la chose la plus importante à réaliser. Ne plus vous soucier de ce qui est extérieur, ni des connaissances. Lorsque vous intégrez que la lumière c’est vous, que l’amour c’est vous, tout vient facilement, tout se place et vous avez accès à la Connaissance. Tout est fluide et la vie vous apporte la compréhension de votre chemin.

Je sais que beaucoup d’entre vous se sentent incapables d’effectuer ce basculement. J’étais ainsi auparavant et je me surprends tous les jours par les capacités que je découvre en moi. Je vis un grand bonheur, je m’emplis des énergies de la Vie et je constate qu’être est bien plus porteur que le vouloir du mental. Moi qui ne connaissais rien, moi qui n’ai rien appris, moi qui étais une femme réservée et effacée, je peux dire aujourd’hui qu’il suffit d’être pour grandir. Il suffit de se connaître, simplement cela, et accueillir. Lorsque l’être est prêt à recevoir, il reçoit.

Avant cela, j’ai pratiqué de nombreuses purifications de l’ADN. Elles m’ont libérée de nombreuses mémoires négatives. Elles ont changé ma vie. Elles m’ont transformée. Elles m’ont ouverte à la Vie et à « qui je suis ». J’ai énormément de gratitude pour la lumière qui m’a permis de réaliser cette avancée en moi. Je remercie la vie ainsi que mes guides pour cette belle libération intérieure qui me porte et me permet d’être allégée de ces lourdeurs. Elles ont permis que passe en moi la fluidité de la Vie ainsi que la connaissance.

Ayez confiance en vous. Purifiez votre ADN. Gardez des pensées de lumière. Parlez lumière. Agissez lumière et vous comprendrez ce que cela signifie. Soyez vous, pleinement vous et accueillez.

A quoi bon vouloir rechercher encore à l’extérieur alors que tout se trouve en vous. Accueillez votre lumière et votre amour, et laisser faire la Vie. Soyez dans l’acceptation de la vie. Ceci est se rapprocher de l’Unité. C’est ainsi que nous devons fonctionner maintenant, fonctionner avec notre cœur et non avec notre mental. Nous devons basculer dans les nouvelles énergies qui nous poussent dans ce changement.

Basculez dans l’Être. Vous y trouverez la joie d’être, la paix intérieure, l’abondance de la vie, l’amour, la lumière… Tout ceci est en vous. Tout ceci vous appartient. Vivez dans l’Être et Soyez !

Belle découverte à tous.

Mirena, le 6 Avril 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.
Contact : mirena@audeladesmots.org

Le chemin du coeur

Les rêves de l’homme sont bien souvent des constructions mentales menées par l’ego. Celui-ci élabore sa vie en fonction de ses désirs. Il anticipe, il prévoit, il prend des dispositions avant même que les choses aient le temps nécessaire de se placer. Il écoute la petite voix de l’ego qui lui montre l’illusion de la vie. Il se laisse emporter pour des placements, pour des édifications illusoires qui en sont le reflet.

Alors qu’un souffle nouveau prend naissance actuellement sur Terre, il est nécessaire d’apprendre à lâcher prise afin d’accueillir le meilleur pour soi. Il est temps de vivre sans établir des scénarios de vie, de ne pas se précipiter, de ne pas élaborer par le mental, mais de nous fixer sur notre ressenti intérieur, en créant notre vie avec nos désirs et en laissant les énergies nous apporter le meilleur.

L’être humain doit laisser remonter ce qui vient de l’intérieur et croire que ses rêves se réaliseront de la meilleure façon possible.

Écouter le cœur parler, lui laisser la place pour nous conduire. Là est le chemin…
Mirena.

Et pour illustrer cette réflexion :

Il était une fois trois arbres…

Il était une fois sur une montagne, trois arbres qui partageaient leurs rêves et leurs espoirs.

Le premier dit :  » Je voudrais être un coffre aux trésors, richement décoré, rempli d’or et de pierres précieuses. Ainsi tout le monde verrait ma beauté « .
Le deuxième arbre s’écria :  » Un jour, je serai un bateau solide et puissant, et je transporterai des reines et des rois à l’autre bout du monde. Tout le monde se sentira en sécurité à mon bord « .
Le troisième arbre dit :  » Je veux devenir le plus grand et le plus fort des arbres de la forêt. Les gens me verront au sommet de la colline, ils penseront au ciel et à Dieu, et à ma proximité avec eux. Je serai le plus grand arbre de tous les temps et les gens ne m’oublieront jamais « .

Les trois arbres prièrent pendant plusieurs années pour que leurs rêves se réalisent. Un jour arrivèrent trois bûcherons. L’un d’eux s’approcha du premier arbre et dit : « Cet arbre m’a l’air solide, je pourrais le vendre à un charpentier « . Et il lui donna un premier coup de hache. L’arbre était content, parce qu’il était sûr que le charpentier le transformerait en coffre aux trésors.

Le second bûcheron dit en voyant le second arbre : « Cet arbre m’a l’air solide et fort, je devrais pouvoir le vendre au constructeur de bateaux ». Le second arbre se réjouissait de pouvoir bientôt commencer sa carrière sur les océans.

Lorsque les bûcherons s’approchèrent du troisième arbre, celui-ci fut effrayé, car il savait que si on le coupait, ses rêves de grandeur seraient réduits à néant. L’un des bûcherons s’écria alors : « Je n’ai pas besoin d’un arbre spécial, alors je vais prendre celui-là ». Et le troisième arbre tomba.

Lorsque le premier arbre arriva chez le charpentier, il fut transformé en une simple mangeoire pour les animaux. On l’installa dans une étable et on le remplit de foin. Ce n’était pas du tout la réponse à sa prière. Le second arbre qui rêvait de transporter des rois sur les océans, fut transformé en barque de pêche. Ses rêves de puissance s’évanouirent. Le troisième arbre fut débité en larges pièces de bois et abandonné dans un coin. Les années passèrent et les arbres oublièrent leurs rêves passés.

Puis un jour, un homme et une femme arrivèrent à l’étable. La jeune femme donna naissance à un bébé et le couple l’installa dans la mangeoire qui avait été fabriquée avec le premier arbre. L’homme ne pouvait offrir un berceau pour le bébé, et cette mangeoire fit l’affaire. L’arbre comprit alors l’importance de l’événement qu’il était en train de vivre et sut qu’il contenait le trésor le plus précieux de tous les temps.

Des années plus tard, un groupe d’hommes monta dans la barque fabriquée avec le bois du second arbre. L’un d’eux était fatigué et s’endormit. Une tempête terrible se leva et l’arbre craignit de ne pas être assez fort pour garder tout son équipage en sécurité. Les hommes réveillèrent alors celui qui s’était endormi. Il se leva et dit : « Paix ! » Et la tempête s’arrêta. À ce moment, l’arbre sut qu’il avait transporté le Roi des rois.

Enfin, quelqu’un alla chercher le troisième arbre oublié dans un coin. Il fut transporté à travers les rues et l’homme qui le portait se faisait insulter par la foule. Cet homme fut cloué sur les pièces de bois élevées en croix et mourut au sommet de la colline. Lorsque le dimanche arriva, l’arbre réalisa qu’il avait été assez fort pour se tenir au sommet de la colline et être aussi proche de Dieu que possible, car Jésus le Christ avait été crucifié à son bois.

Ces trois arbres vécurent leur rêve d’une manière différente de ce qu’ils imaginaient, tellement moins orgueilleuse mais tellement plus forte ! Il est toujours important de croire en ses rêves et de toujours avoir la foi qu’ils vont se réaliser de la meilleure façon possible.

N’hésitez pas à faire confiance en l’énergie divine, qui sait mieux que vous, ce qui est bon pour vous.

Source inconnue.

Transmis par Mirena, le 3 Mars 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

Je suis ce que je suis

Chaque être est différent car il a en lui des mémoires qui lui sont propres. Chaque être est venu sur Terre avec des énergies bien spécifiques et personnelles. Elles sont représentées par sa date de naissance, son nom, ses parents, ses mémoires ancestrales et karmiques…

Aujourd’hui où notre conscience s’ouvre à la compréhension de tout ce qui est en nous et autour de nous, chacun doit comprendre que l’autre est différent de soi, qu’il a un chemin différent, qu’il exprime ses émotions et ses désirs, en fonction de « qui il est ».

Avant notre naissance, notre âme choisit de vivre des expériences bien précises. Elle choisit l’être à travers lequel elle va évoluer pour retrouver son tout. C’est pourquoi les jugements ne servent à rien. Si vous êtes dans l’amour et la compassion, vous pouvez comprendre que l’autre est différent et qu’il vit ce qu’il a choisi de vivre pour se révéler.

Et c’est parce que nous sommes tous différents que nous pouvons évoluer ensemble vers la lumière…

J’ai choisi ce poème de Roger Kemp qui reflète très bien mes mots.
Belle réflexion à tous.

 

Je suis ce que je suis

Je suis ce que je suis

La tulipe ne sera une rose
Et la rose ne sera un pissenlit
A quoi sert espérer être une rose
Quand au fond « Je suis ce que je suis ».

Je suis peut-être une tulipe
Qui s’éveille à tous les printemps
Démontrant ses couleurs ses principes
Jugée souvent bien hors du temps.

Je suis peut-être une rose
Dégageant l’arôme de l’amour
On se pique sur mon côté morose
Mais le bonheur revient au détour.

Je suis peut-être un pissenlit
Répandu et plutôt mal compris
Mais sachez quand il est bien servi
Il donnera du goût à votre vie.

Qu’importe la fleur que vous soyez
Vous avez tous un rôle à jouer
Mais vous devez vous rappeler
De Celui qui vous a créé.

La tulipe ne sera une rose
Et la rose ne sera un pissenlit
A quoi sert espérer être une rose
Quand au fond « Je suis ce que je suis ».

Roger Kemp

 

Transmis par Mirena, le 12/01/13.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

La confiance en soi

La confiance en soi permet d’ouvrir les portes de la réalisation. Elle nous transmet l’assurance nécessaire pour aller sur notre chemin, pour établir notre voie avec plus de stabilité. Elle libère les nœuds émotionnels et mentaux, les convictions erronées de soi et permet d’entreprendre sereinement.

Bien souvent nous ne nous faisons pas confiance et passons à côté des belles choses que la vie pourrait nous offrir. Nous pensons ne pas être à la hauteur, ne pas être capables d’effectuer certaines choses et également d’en recevoir. Nos relations aussi sont limitées car nous avons peur de nous ouvrir aux autres, peur d’entreprendre, peur de nous dévoiler tels que nous sommes… Nous bloquons ainsi toute possibilité d’avancement.

Bien des portes se ferment lorsque nous ne nous faisons pas confiance. Les peurs qui sont en nous expriment leurs énergies et transmettent le refus d’avancer. Avec elles, nous sommes dans le repli de soi et non dans l’ouverture qui pourrait être la nôtre. Or, les opportunités ne peuvent se saisir sans la confiance dans le cœur de chacun.

La confiance en soi est une nourriture saine qui pourrait pourtant apporter son énergie pour former des constructions, des édifications personnelles. Sans elle, nous ne pouvons réellement nous épanouir dans notre vie, dans notre famille, dans notre travail, dans nos relations, dans nos désirs et nos passions. Nous ne nous exprimons pas véritablement car nous avons peur du jugement. Nous ne nous exprimons pas librement car nous sommes toujours dans la retenue de l’action et de la parole. Nous ne nous accordons pas la possibilité d’exprimer notre créativité, d’exprimer qui nous sommes, d’exprimer ce que veut notre âme et d’être réellement nous-mêmes. Beaucoup n’osent pas, d’autres passent à côté du bonheur car ils ne se permettent pas l’épanouissement personnel qui pourrait être le leur. Nous avons tous vécu des frustrations, des brimades dans notre vie. Souvent, celles de l’enfance ont formaté le manque de confiance en nous qui reste gravé dans nos mémoires.

Nous pouvons pourtant les surmonter et passer à autre chose en exprimant tout d’abord l’amour que nous avons pour nous-mêmes, mais aussi en ré-apprenant à nous aimer et à nous apprécier, en comprenant que nous sommes des êtres d’amour et de lumière. Nous avons la capacité de croire en notre valeur. Pour cela, nous devons avoir la certitude que nous ne sommes pas différents. Nous devons seulement nous ouvrir à la vie, à l’amour, en nous faisant confiance, en développant nos pas dans cette assurance.

Nous ne sommes pas moins bien que les autres. Seules les expériences que nous choisissons de vivre nous différencient. Nous avons tous les mêmes capacités de création. A nous de les exploiter avec nos propres moyens, avec nos propres désirs, avec tout l’amour que nous possédons dans notre coeur. Notre valeur individuelle est à respecter. Notre valeur d’âme est lumière. Notre valeur intérieure est un trésor divin. Alors, que demander de plus à la vie ?

Nous devons nous répéter chaque jour que nous pouvons dépasser cette croyance erronée que nous avons de nous-mêmes et passer à l’ouverture de la confiance en soi. Nous devons faire chaque jour un pas en avant pour nous affirmer sur cette voie. Le vouloir de croire en notre valeur fera de nous des êtres ouverts à recevoir ce que nous pensons. La pensée est créatrice et permettra d’inverser le processus de limitation inscrit en nous. Avec elle, nous dépasserons nos limites et entrerons dans la confiance en soi qui établira peu à peu, l’assurance de nos pas et nous ouvrira à la réalisation de ce que nous désirons réellement.

Ouvrons-nous à la création de nos passions, à la capacité de dire ce que nous avons à dire, toujours dans le respect de l’autre et de la vie, sans peur, sans honte, sans timidité mais avec une belle et grande assurance ! Osons aller vers les autres et ouvrons-leur notre cœur ! Sans confiance en soi, nous ne pouvons donner notre amour car nous sommes dans la retenue. Permettons-nous d’être ouverts à ce que nous désirons ! Epanouissons-nous dans le bonheur d’être tout simplement, le bonheur d’être qui nous sommes, sans retenue mais avec une profusion d’amour à donner par l’élan de notre cœur, par l’élan de notre personne que nous transmettra la confiance que avons en nous-mêmes !

Le plus beau cadeau que nous pouvons nous offrir est bien celui-ci ! 

Mirena, le 22 Avril 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.