Âme Jumelle, Âmes Soeurs

Âme Jumelle

Une âme jumelle voit en vous l’essence de votre être, en cela vous frotter à elle au quotidien peut être à la fois magique et “challenging”. Car votre âme jumelle à également un égo polarisé à l’opposé du vôtre. Vous êtes comme deux aimants qui se repoussent lorsque vos égos s’expriment. Et vous vous sentez les plus beaux amants du monde lorsque vos âmes s’alignent…

Parfois les personnes en cheminement spirituel préfèrent vivre en couple avec certaines de leurs âmes sœurs, car c’est plus reposant pour le mental. Deux âmes sœurs peuvent partager leurs souffrances et se réconforter quel que soit leur niveau de fréquence du moment.

Cela créée moins de perturbations au quotidien, les échanges peuvent être très “Fun”. Car avec un frère d’âme ou une sœur d’âme, les émotions ressenties sont parfois très fortes… On peut même tomber “amoureux”, mais c’est aussi moins porteur qu’avec une âme jumelle, car l’amour qu’on échange reste souvent un amour émotionnel.

A l’inverse deux âmes jumelles ne se trouvent pas vraiment d’affinité au niveau mental. Elles sont incompatible à ce niveau là, et pour cause, le but de leur rencontre est d’évacuer tout se qui nourrit l’égo. Elles ne peuvent fusionner que lorsqu’elles sont connectées à leurs âmes. Elles entrent ainsi fréquemment en conflit ou désaccord lorsque le quotidien les ramènent dans des fréquences plus basses.

Les couples d’âmes jumelles sont capables de se propulser très haut en conscience lorsqu’ils sont alignés à leurs âmes. Ils ouvrent un portail d’accès à d’autres sphères que l’on ne peut connecter qu’en tant qu’être réunifié.

L’état de réunification ne dure pas toute la journée au départ. Après la rencontre, ces connexions s’alternent avec de nombreuses phases d’évacuation d’énergies denses. Petit à petit cependant, les âmes jumelles parviennent à tenir la fréquence de leurs âmes réunifiées et tendent alors à incarner leurs divinités au quotidien.

Le processus dure plusieurs mois,voire des années, selon le rythme de nettoyage des champs énergétiques et la disponibilité de chacun. Il est important d’accepter toutes les étapes et de n’en sauter aucune… Un travail sur soi doit être fait… Un face à face avec ses peurs est incontournable pour mieux les comprendre et les évacuer, dans la fréquence des flammes jumelles (une fréquence qui ne pardonne pas le moindre écart de connexion Ciel/Terre :)).

Pour ceux qui vivent avec leur âme jumelle, sachez être indulgent avec l’autre quand son mental s’exprime. Sachez ne pas le blâmer lorsqu’il tente d’exprimer ses souffrances afin de les faire remonter pour être libéré. Sachez également que vous n’êtes pas là pour lui éviter celles-ci, il doit les affronter consciemment.

C’est important l’indulgence dans ce type de relation. Soyez aussi indulgent avec vous même, dans les moments où votre âme jumelle s’écarte de vous. Nul besoin de vous blâmer ou de nourrir davantage un sentiment de rejet ou d’abandon… C’est juste une phase nécessaire pour vous permettre de voir en profondeur, seul avec vous même, ce qu’il vous faut évacuer.

Une fois l’évacuation réalisée, votre bien aimé(e) revient toujours vers vous et plus fortement encore, car vous êtes alors débarrassé d’énergies bloquantes pour votre évolution en conscience. Ne négligez pas les moments où vous pouvez être seul pour travailler sur vous-même…

Les retrouvailles seront encore plus fusionnelles, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus besoin de ces phases là. Alors vous pouvez faire l’expérience d’une vie commune, qui n’a plus rien à voir avec une vie de couple 3D.

Vivre le couple en conscience, cela demande d’être responsable de soi-même, de ses propres énergies. Lorsque surviennent des états d’âmes, l’autre peut guider mais ne peut pas les évacuer à votre place.

D’ailleurs vous n’en avez pas besoin, car lorsque vous sentez un obstacle à votre bien être, vous savez intuitivement que cet événement est une illusion. Au lieu de vous indigner, reprocher à l’autre ce malaise, vous allez directement chercher en vous-même ce qui à créé cela.

Chacun est responsable de ses perceptions et de ses ressentis. Il n’y a plus de reproche ou d’excès d’entraide. On échange l’Amour vibration et on est libre, heureux et porté par cet Amour qui nous tient dans la conscience et la compréhension de tout ce qu’il se passe.

Le monde devient clair et lumineux. La souffrance des autres nous invite alors à la compassion, elle ne nous touche plus émotionnellement, nous savons qu’elle fait partie de leur chemin. Nous pouvons alors aider les autres en nous tenant dans nos vibrations d’Amour, en les diffusant, sans rien attendre en retour.

Aurélie & Pascal

Vous pouvez reproduire ce texte pour le transmettre à condition de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner ce site: www.smilingsky.fr

Le jeu des énergies

Le jeu des énergies

Nous avons, grâce aux énergies, une capacité de création de vie qui prend forme à la moindre pensée, au moindre souffle, au moindre geste, à la moindre action, à la moindre intention…. Nous créons notre vie et créons à chaque seconde l’avenir. Nous ouvrons notre chemin et le parcourons pas à pas, bien centrés sur celui-ci ou pas du tout. Nous ne voyons pas ce qui se passe autour de nous mais les énergies sont présentes et se meuvent comme des courants de vie qui coulent, qui nous entourent et nous pénètrent, qui vibrent et qui créent.

Nous sommes énergie et tout ce qui nous entoure est énergie. Une énergie en mouvement qui va et qui vient. Elle peut être lumineuse, colorée ou bien sombre. Notre corps est composé d’énergie, notre aura, nos pensées, nos émotions, nos mentalisations également. Elle possède un taux vibratoire d’une fréquence plus ou moins élevée. Il existe en nous et autour de nous, sur Terre ainsi que dans l’univers, des énergies claires et lumineuses et d’autres plus sombres, .

Dans la compréhension de ce fonctionnement, nous pouvons ouvrir notre conscience sur nos propres créations. Car nous créons, consciemment ou non, notre vie, que nous le désirons ou pas. Nous mettons en mouvement les énergies de l’univers et nous attirons à nous les évènements, les situations, les opportunités mais aussi la négativité qui cause beaucoup de souffrances et de maladies.

Il y a également en nous des mémoires inscrites dans notre aura, dans nos chakras, dans notre corps physique. Elles émettent une séquence vibratoire qui attire d’autres énergies de même fréquence. L’univers nous envoie des expériences de vie qui sont à reconnaître pour être dépassées et lâchées. La vibration positive attire le positif et donc l’expérience positive de même fréquence. La vibration négative attire le négatif et également l’expérience de même fréquence.

Nous sommes des aimants et nous pouvons, dès lors que nous intégrons cette compréhension, nous ouvrir à la création conscience de notre vie pour ne plus souffrir et ôter les voiles qui nous recouvrent, ôter la non-conscience de la vie et la non-compréhension du jeu des énergies.

Car la vie est un vaste jeu et nous en sommes les pions. Nous avançons d’un pas, puis reculons de deux, nous nous arrêtons, nous retournons en arrière, nous tournons en rond et parfois nous nous égarons. Et pourquoi cela ? Pourquoi n’avançons-nous pas directement vers le but du jeu ? Car nous avons peur, car nous n’écoutons pas notre intuition, car nous suivons les directions du mental plutôt que celles de notre âme. Nous avons peur de lâcher ce que nous connaissons, nous n’avons pas foi en la vie et nous retenons toutes les inscriptions négatives qui sont en nous. Nous leur obéissons. Ce sont des énergies qui, si nous leur donnons de l’importance, s’activent et amplifient le processus créatif, et attirent d’autres énergies de même fréquence. Et une fois cernés et pris dans leur filet, il est difficile de refaire surface.

Or, aujourd’hui, nous pouvons comprendre ce qui est, nous pouvons changer notre vie en nous libérant du joug des énergies négatives, en dépassant et purifiant leurs empreintes,  en accueillant enfin les énergies positives, lumineuses et de fréquence vibratoire élevée, en développant l’amour, la lumière, la compassion, la joie, l’harmonie, la douceur, le rire, l’acceptation, le lâcher prise….. Nous pouvons avec volonté, vibrer différemment et nous offrir un nouveau chemin sur lequel nous ne souffrirons plus, sur lequel nous pouvons cueillir les bienfaits de la vie.

Le plaisir apporte le bien-être du corps et de l’esprit, l’amour guérit, la compassion nous place dans l’énergie de la paix intérieure, la joie nous met en confiance, et la confiance nous ouvre les portes de la vie car avec elle nous lâchons prise, avec elle nous n’avons plus peur et n’érigeons plus aucune limite. La confiance nous place dans la compréhension du jeu de la vie. La confiance développe la foi et, lorsque les limites ne sont plus présentes, lorsque les peurs et les doutes sont envolés, l’impossible n’existe pas.

La conscience est profonde. Plus nous lâchons nos peurs, nos doutes, nos incompréhensions, plus nous allons dans sa profondeur. Plus nous levons les voiles qui obscurcissent notre lumière, plus nous élevons nos vibrations et reconnaissons notre place dans la création consciente de votre vie.

Les temps sont au rassemblement des cœurs et à l’Unité qui demeure en nous. Si nous désirons atteindre ce but et répandre sur Terre les semences christiques pour créer une nouvelle vie faite de lumière, d’amour et de paix, nous devons intégrer le fonctionnement du jeu des énergies dans notre vie. L’intégrer par le cœur et ne pas le laisser au niveau de l’intellect. Nous devons nous ouvrir à cette compréhension et l’appliquer avec amour, avec la pleine conscience de son impact sur notre vie, sur Terre et dans l’univers. Nous devons nous reconnaitre tous Un, sans séparation, sans différence.

Car les limites n’existent que dans l’esprit humain. Dans la conscience de l’univers tout est infini, tout est beau, tout est Amour !
Belle découverte à vous tous.

Mirena, le 18 Juin 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Equilibrer les énergies

Par  Monique Mathieu , le 01/06/13.

(En rappel car, très important en ce moment)
« Plus vous aurez des pensées élevées, plus vous faciliterez la montée vibratoire de votre matière et une transformation profonde quant à votre santé.
A l’époque actuelle, beaucoup d’êtres se sentent en difficulté dans leur corps. Vos énergies partent dans tous les sens et il faut absolument que vous appreniez à les canaliser, et surtout à canaliser vos émotions car se sont elles qui créent ces énergies indisciplinées et non fluidiques.
Nous allons vous aider à rééquilibrer ces énergies.
Portez votre conscience sur votre plexus solaire, sur votre centre émotionnel. Essayez de ressentir si il y a des émotions. Ce sont peut être des émotions très anciennes qui sont capturées, emprisonnées par l’énergie de votre centre émotionnel.
Visualisez devant vous une magnifique sphère blanche, comme un grand ballon, et essayez de ressentir ces énergies, ces émotions indésirables se trouvant dans votre centre émotionnel capturées . Libérez les et projetez-les dans ce ballon, dans cette sphère blanche très lumineuse. Vous pouvez créer un couloir, un chemin entre votre plexus solaire et cette sphère. Cette sphère absorbera tout ce que vous libérerez.
Se trouvent prisonniers dans votre centre émotionnel, toutes vos peurs, tout votre stress, toutes vos angoisses présentes et aussi toutes celles que vous avez eues depuis votre naissance.
Essayez de sentir se produire cette libération. Cette sphère blanche est là pour absorber les émotions, les énergies indésirables qui peuvent perturber les énergies de votre propre corps, donc votre santé .La colère, les peurs et le doute sont souvent des énergies prisonnières que vous devez libérer.
Essayez de ressentir tout ce qui est libéré de votre centre émotionnel, toutes les énergies, toutes les émotions qui n’ont plus lieu d’être en vous. Elles vous freinent dans votre évolution, dans votre perfection, dans l’Amour que vous pouvez exprimer, dans votre élévation vibratoire.
Le résultat de cette libération des émotions sera que vous vous ressentirez beaucoup plus légers, peut être pas tout de suite mais dans les jours qui viennent, à la seule et unique condition que vous ne créez pas en permanence des émotions et des pensées inférieures, que vous ne recréiez pas tout ce que vous avez libéré au niveau de votre plexus solaire.
Imaginez à quel point vous tenez prisonnières en vous des émotions qui n’ont plus rien à faire et qui peuvent être somatisées dans votre corps ! Une émotion est créée dans votre pensée, elle est stockée dans votre centre émotionnel, mais vous pouvez annihiler ce que vous avez créé.
L’être humain qui avance inéluctablement vers un devenir totalement différent générera beaucoup moins d’émotions et de pensées inférieures. Son centre émotionnel sera complètement différent de ce qu’il est actuellement. Ce que vous appelez les maladies n’existeront plus car elles ne seront plus nourries par des énergies inférieures.
Cependant, pour vous, le centre émotionnel est un outil précieux; il vous permet de comprendre, d’avancer, d’aimer, les émotions ne sont pas toujours inférieures, ne sont pas toujours des freins. Il peut même y avoir certaines émotions inférieures qui vous permettent de vous propulser, de vous élever ; cependant, il ne faut pas vous y enfermer.
Il faut que vous compreniez qu’il faut vous libérer de ce qui n’a plus raison d’être. »
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
• qu’il ne soit pas coupé
• qu’il n’y ait aucune modification de contenu
• que vous fassiez référence à notre site http://ducielalaterre.org/
que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

La nourriture : un aliment spirituel ?

Le repas est un moment privilégié qui doit être pris en conscience pour nourrir l’être dans sa totalité et non simplement pour remplir l’estomac. Mieux manger et manger léger, permet à nos différents corps de s’alléger pour accueillir les énergies de l’avancement.
Les allègements, les purifications de nos corps, nous permettent d’être en  accord avec les énergies de lumière. Ainsi nous nous nourrissons physiquement et spirituellement.
Voici un article d’ Alessandra Moro Buronzo sur l’importance de considérer la nourriture comme un aliment spirituel.

 la_nourriture_un_aliment_spirituel_24Il est intéressant de voir comment tous les grands sages ou les grands initiés – si nous voulons employer un terme savant – ont donné, depuis le passé, une grande importance à l’alimentation.

Toutes les personnes religieuses, quelle que soit leur confession, accordent un instant de réflexion, de prière ou simplement de recueillement avant de manger et normalement le repas se déroule dans le silence. Dans certains cas, donc, les aliments deviennent une nourriture spirituelle, parce qu’à travers la nourriture il est possible de nourrir toutes les parties qui composent l’être humain : certes, la partie physique, mais aussi les corps qui sont appelés subtils.

En reprenant la théorie et l’enseignement du philosophe et du pédagogue français, d’origine bulgare, Omraam Mikhael Aivanhov, nous découvrons une signification de la nourriture, très originale et hautement spirituelle. C’est à travers la nourriture qu’Aivanhov nous enseigne comment il est possible d’augmenter notre spiritualité. Se nourrir devient, grâce à ses enseignements, un acte de conscience auquel nous devrions, tous, tendre.
La nourriture a certainement la fonction de nous nourrir physiquement, mais aussi de porter de la nourriture à toutes les autres composantes de notre être, à tous les autres corps qui nous composent. Ce sera le but de la partie éthérée de tout aliment, de nourrir nos corps subtils, qui sont le siège de nos fonctions psychiques et spirituelles.

La première règle est celle d’être conscients de la première bouchée que nous portons à notre bouche : le début est extrêmement important, vu que, de lui, dépend tout le reste du repas. Si nous commençons bien le repas, celui-ci se déroulera bien jusqu’à la fin, mais si nous le commençons quand nous sommes nerveux ou agités, nous resterons dans cette condition jusqu’à la fin. L’harmonie naît donc de la première bouchée.

Les aliments doivent ensuite être mâchés convenablement, c’est-à-dire lentement et pendant longtemps ; car c’est dans la bouche que se produit la première digestion, même au niveau subtil. Selon Aivanhov, c’est dans la bouche, à travers de petites glandes situées sous la langue, que sont absorbées les particules éthérées des aliments, celles qui peuvent se définir comme l’énergie subtile, pas calorique, de l’aliment et qui servent à alimenter le système nerveux (c’est peut-être pour cette raison que, en homéopathie, on dit qu’il faut garder les granules sous la langue, pour qu’elles soient efficaces ?).

La partie éthérée d’un aliment est liée aux couleurs, à la vie qu’il contient : tout un monde qui est situé dans le domaine de l’air. Voilà pourquoi, pour bien alimenter le corps éthéré, il faut accompagner chaque repas d’une bonne respiration. Il faut penser à respirer en profondeur entre une bouchée et l’autre pour permettre une bonne combustion. Soutenir de cette manière notre corps éthéré signifie soutenir notre vitalité, notre mémoire tout comme notre sensibilité.

Mais la conscience ne suffit pas si nous voulons arriver à nourrir le corps astral, où résideraient nos émotions et nos sentiments : pour cela, il faut aimer la nourriture que nous consommons. Être en harmonie avec soi-même est une condition fondamentale pour pouvoir s’arrêter et avoir une pensée de paix, de façon à permettre, même à ce corps, qui est encore plus subtil, d’extraire ce dont il a besoin. Pour ceux qui croient, il est suffisant de voir dans la nourriture une manifestation de la Divinité et se concentrer sur telle pensée pour tirer le plus grand bénéfice et l’illumination grâce à l’acte répétitif du repas.

Pour Aivanhov, si nous voulons recevoir les parties les plus subtiles des aliments, il faut être conscients et surtout prédisposés envers l’amour, et voilà que notre corps sera ainsi prêt et ouvert pour recevoir le meilleur de l’aliment. En effet, c’est comme quand nous accueillons une personne avec beaucoup d’amour, elle s’ouvrira à nous et nous donnera tout ; mais si nous la recevons avec hostilité, elle se fermera et nous ne pourrons rien recevoir de cette personne.
Tout comme une fleur s’ouvre et cède tout son parfum à la lumière et à la chaleur, de la même manière l’aliment se comportera avec nous, si nous sommes habiles à nous positionner envers lui de façon positive.
Un autre point fondamental dans sa théorie précise qu’il est possible de manger de tout, mais seulement comme il se doit et dans des quantités raisonnables. Se laisser aller à consommer des quantités au-dessus des véritables nécessités est nuisible et favorise une perte d’énergie. Une fois compris comment s’alimenter, il serait possible de se nourrir en doses « homéopathiques».

L’alimentation possède, évidemment, un rôle fondamental, mais la vie psychique et spirituelle est encore plus importante.

Voilà pourquoi les pensées positives et pleines d’amour constituent la base pour pouvoir jouir de façon complète des aliments qui sont ingérés. De telles pensées sont nécessaires, même pendant la préparation des repas, lorsque nous sommes en contact avec les aliments, nous pouvons leur fournir des énergies positives, à travers nos pensées.(…)

Aivanhov donne des priorités aux aliments qui sont en mesure de développer la spiritualité. En partant du postulat que nous nous nourrissons même des odeurs, des couleurs, des sons, il devient évident de comprendre comment les fruits et les légumes, qui sont des aliments imprégnés de lumière solaire, nous permettent de l’absorber, à travers eux, lorsque nous les mangeons. Par contre, la viande, selon lui, est pauvre de cette lumière et surtout elle a un temps rapide de putréfaction. Voilà pourquoi elle n’est pas apte à l’alimentation humaine. De plus, l’animal sent la mort s’approcher lorsqu’il arrive à l’abattoir, ce qui fait que ses glandes produisent des hormones qui sont des poisons pour ceux qui mangent ensuite sa viande.
Même l’énergie solaire contenue dans les végétaux peut nous nourrir, mais il est important que, par la pensée, nous arrivions à lui faire atteindre toutes les parties de notre corps.

Le silence est fondamental pendant le repas pour pouvoir se concentrer, pour être conscient de l’acte qui s’accomplit. De cette manière, le repas devient un moment privilégié de méditation.

À travers cette façon de méditer, nous sommes présents à l’acte qui s’accomplit, et grâce à l’amour et à la conscience, notre corps est nourri de manière complète, même dans ses corps les plus subtils.(…)

Pour en savoir plus :

L’alimentation intelligente, Editions Médicis, Alessandra Moro Buronzo

www.buronzo.com

Transmis par mirena, le 29 Avril 2013.