Projet en cours

Réfection de la cuisine de l’école tibétaine de Choglamsar (Ladakh) Inde

Deux mille deux cents repas sont servis chaque jours à mille huit cents enfants réfugiés tibétains de cette école, ainsi qu’à quatre cents personnes âgées. La cuisine où sont préparés les repas est dans un état de vétusté important et l’hygiène est difficile à maintenir.
Le plafond se détache peu à peu et les débris tombent dans les préparations. Le sol est en partie en terre battue. La citerne d’eau et le matériel sont à changer. Les travaux de plomberie et d’électricité sont également à prévoir.

main-kitchen-013main-kitchen-009

Ce projet s’élève à environ 6.500 €. Nous avons déjà récolté 1.000 € pour celui-ci. Une autre association a également versé 500 €. Il manque donc 5.000 €.
Nous espérons de tout cœur réunir cette somme d’ici l’été prochain. Tout don est important, même minime. Imaginons que 500 d’entre vous versent 10 €. Le projet serait alors réalisé.

Rien n’est impossible et nous remercions par avance, ceux qui se joindront à ce projet et qui permettront d’améliorer les conditions difficiles dans lesquelles ce peuple tibétain vit.


renovation-cuisine

Si vous désirez participer à ce projet et être informés des actions réalisées, vous pouvez faire un don en cliquant sur le lien ci-dessous :

Toute aide est une énergie, donner c’est aussi recevoir.
Merci pour eux !
Mirena et Saadgi

Contact de l’association:
Saadgi tel : 06 89 52 09 18
aideethumanite@gmail.com

 

Libérer les blessures de l’enfance

Nous entrons dans une nouvelle ère qui nécessite une purification de nos mémoires ainsi qu’un travail individuel pour guérir nos blessures émotionnelles. Nous devons considérer cette tâche avec attention car elle permet de nous ouvrir à l’amour.

Les blessures de l’enfance sont pour certains, non réglées. Elles sont enfouies bien profondément à l’intérieur de l’être qui a choisi cette option en pensant qu’en essayant de les oublier, elles ne reviendraient pas. Hélas, actuellement, tout ce qui n’est pas réglé remonte en nous pour être reconsidéré avec amour afin d’être libéré. Nous ne pouvons garder des blessures, quelles qu’elles soient. Nous devons les sortir de notre être pour pouvoir nous guérir.

L’amour fait des miracles et permet une juste considération de la chose, sans colère, sans rancœur, sans ego. Il permet la libération d’un passé que nous ne pouvons garder et qui, bien souvent, provoque des maladies. Nous devons conscientiser ces souffrances et les remercier pour le travail qu’elles nous ont permis d’effectuer. Car le hasard n’existe pas et l’injustice également. Tout a sa raison d’être. Nous avons vécu ce qu’il était utile pour nous de vivre, pour notre avancement, pour notre réalisation. L’expérience est donnée pour une compréhension de soi et une tâche qui doit toujours être dirigée par la lumière et l’amour.

Les blessures de l’enfance sont profondes et souvent liées à des mémoires karmiques. A l’heure actuelle, et pour ceux qui en ressentent le besoin, elles doivent être évacuées de l’être par l’amour qui est en leur centre et non par le mental qui leur dit que c’est le moment de le faire. Cette libération doit se vivre par le cœur, se vivre pleinement, en comprenant que rien n’est le fait du hasard et que ce qui a été reçu, est ce qui devait être reçu. Ces souffrances sont des souvenirs qui doivent être considérés simplement, sans mentalisation, et accueillis avec amour. Cet enfant qui a souffert, et qui est en l’être, est l’enfant intérieur. En conscience, il faut lui donner beaucoup d’amour, un amour sincère qui sort du centre coeur. Cet amour est pur, il vient de la Source. Cet  enfant intérieur doit entendre qu’il doit se libérer de sa peine, maintenant, que le passé est terminé, qu’il n’a plus à avoir peur, que personne ne lui veut du mal, qu’il est beau. Il doit être consolé, rassuré. Les paroles viennent du cœur, avec douceur. Elles font sortir les larmes, et permettent de laisser partir la peine.

Ainsi ces blessures de l’enfance vont pouvoir guérir. Cet enfant intérieur, s’il a été cajolé avec amour, doit pouvoir se libérer de sa peine. Vous devez pouvoir le voir avec un beau sourire, avec soulagement, sans tristesse mais avec un poids en moins sur vos épaules. Vous devez vous sentir légers, libérés par cette souffrance qui était en vous. Puis, vous devez vous rappeler à l’instant présent, ici et maintenant, pour revenir à qui vous êtes.

L’amour, je vous le répète, fait des miracles. Avec celui-ci déployé par votre centre cœur, vous pouvez panser vos blessures et vous libérer de leur poids. L’amour est une belle ouverture qui peut vous faire renaître, qui peut vous guérir de votre passé, qui peut vous ouvrir sur un avenir lumineux, sans peine, sans souffrance, mais avec une belle lumière qui n’est autre que la vôtre, celle de votre cœur.

Je vous souhaite une belle libération et un plein bonheur dans cette ouverture de l’amour qui doit être considéré pour ce qu’il est réellement et conscientisé pour un beau parcours.
Que l’amour soit !

Mirena, le 11 Décembre 2011.

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

La sécurité matérielle

Depuis notre enfance, nous avons appris à nous mettre à l’abri du besoin par nécessité. On nous a inculqué que l’argent procure le bonheur et nous nous sommes installés dans cette vision, cette protection toute relative et éphémère. Nous avons cru qu’avec lui, nous pouvions tout obtenir et le pouvoir s’est installé. Le paraître a grandi avec ce pouvoir. Ce pouvoir du paraître a complètement dénaturé notre vie. Nous avons recherché à  l’extérieur de nous, la sécurité par un avide besoin d’argent pour combler tous nos vides intérieurs. Sans rien voir, nous nous sommes laissés entraînés dans la spirale de la société de consommation, par l’attrait d’un bonheur éphémère et dévastateur en soi puisqu’il nous a relié à la peur du manque. Avoir de l’argent pour être bien dans notre vie, a endormi notre véritable nature.

Mais aujourd’hui, nous devons réellement nous poser les questions suivantes :
–    Pourquoi ce besoin permanent d’acheter ?
–    Sommes-nous plus heureux (se) ainsi ?
–    Quelles sont les conséquences de ces accumulations matérielles ?

Lorsque nous regardons le monde autour de nous, nous pouvons constater que rien ne va. L’argent n’a pas pratiqué sa magie. Il a seulement endormi les masses afin que le pouvoir puisse mener à bien sa volonté. Les femmes et les hommes ne sont pas plus heureux car, maintenant que les pays riches se découvrent de leur superbe, la peur enfle chaque jour un peu plus. L’argent et le  profit engendrent l’effondrement du système capitaliste, avec peut-être, la faillite des banques qui entraînera une peur mondiale, la peur du manque d’argent.

Alors, aujourd’hui nous devons réapprendre à vivre avec l’abondance que peut nous donner la vie. Elle est là, à notre portée. Elle nous tend les bras et notre nouvelle vie devra être axée à lâcher la peur du manque. Nous devons encore une fois, nous lancer dans la créativité positive de notre vie afin d’attirer à nous l’abondance.

Attirer l’abondance n’est pas attirer l’argent. C’est attirer à soi, tout ce que nous avons besoin, quand nous en avons besoin. Pour cela, il faut lâcher notre peur du manque. Il s’agit là de toute une réorganisation de notre esprit humain pour accueillir ce que les énergies peuvent nous donner. Bien entendu dans ce schéma, la foi doit être présente et le profit ne doit pas intervenir. L’univers peut tout nous donner si nous sommes sur notre chemin de vie, si notre esprit est ouvert à l’attraction de l’abondance et c’est cette nouvelle vision que nous devons avoir de l’avenir.

Si nous créons des peurs, nous attirerons à nous le manque. Si nous allons en conscience vers le renouveau que l’univers nous propose, nous pouvons avoir le meilleur et nous ne manquerons de rien.

Certains diront que cette façon de voir l’avenir est bien utopique. Pourtant, en étant informés comme nous le sommes par les enseignements, en étant ouverts à la créativité de notre vie, en étant dans le présent et non dans le passé ou l’avenir, nous avons cette possibilité, cette vérité qui est une logique des énergies. Mais pour cela, il faut vouloir lâcher ses acquis, avoir la foi en ce que nous savons, et prendre le chemin de l’éveil en pratiquant chaque jour sa montée en soi. Tout se travaille et l’attraction de l’abondance également.

Lâcher ses acquis est très difficile. Il est plus facile, pour l’instant, de se laisser porter par les schémas qui sont en nous, plutôt que les laisser aller en travaillant sur soi. Mais dans quelques temps, qu’adviendra-t-il de cette position humaine ? Croyez-vous qu’elle puisse tenir longtemps ? Je ne le pense pas. L’humanité va connaître un grand changement qui, par ailleurs, a déjà débuté.

C’est pourquoi, nous devons réagir maintenant pour ne pas nous laisser envahir par nos peurs. Nous devons réapprendre à vivre et modifier la peur du manque par la confiance en la vie qui peut nous apporter tout ce dont nous avons besoin, des besoins simples qui nous ouvrirons à la vie juste et belle qui se trouve en nous et non à l’extérieur de nous.

Car nous n’avons pas besoin de beaucoup de choses pour être heureux. Il suffit d’être sur notre chemin de vie, dans la réalité de la vie et non dans l’excès. Il suffit d’ouvrir notre cœur et notre conscience à ce qui est, simplement mais véritablement.

Mirena, le 06 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.