Projet en cours

Réfection de la cuisine de l’école tibétaine de Choglamsar (Ladakh) Inde

Deux mille deux cents repas sont servis chaque jours à mille huit cents enfants réfugiés tibétains de cette école, ainsi qu’à quatre cents personnes âgées. La cuisine où sont préparés les repas est dans un état de vétusté important et l’hygiène est difficile à maintenir.
Le plafond se détache peu à peu et les débris tombent dans les préparations. Le sol est en partie en terre battue. La citerne d’eau et le matériel sont à changer. Les travaux de plomberie et d’électricité sont également à prévoir.

main-kitchen-013main-kitchen-009

Ce projet s’élève à environ 6.500 €. Nous avons déjà récolté 1.000 € pour celui-ci. Une autre association a également versé 500 €. Il manque donc 5.000 €.
Nous espérons de tout cœur réunir cette somme d’ici l’été prochain. Tout don est important, même minime. Imaginons que 500 d’entre vous versent 10 €. Le projet serait alors réalisé.

Rien n’est impossible et nous remercions par avance, ceux qui se joindront à ce projet et qui permettront d’améliorer les conditions difficiles dans lesquelles ce peuple tibétain vit.


renovation-cuisine

Si vous désirez participer à ce projet et être informés des actions réalisées, vous pouvez faire un don en cliquant sur le lien ci-dessous :

Toute aide est une énergie, donner c’est aussi recevoir.
Merci pour eux !
Mirena et Saadgi

Contact de l’association:
Saadgi tel : 06 89 52 09 18
aideethumanite@gmail.com

 

La 5e dimension par Sananda

L’emploi de mes mots permettra que se mette en place le grand plan divin en chacun. Car chacun devra entendre pour pouvoir y participer. Mes mots toucheront ceux qui auront le désir de grandir. Grandir en lâchant tout ce qui pèse. Car la lumière doit rejaillir en chacun et chacun doit s’accorder avec foi et reconnaissance, sa volonté. Une volonté toute idéaliste d’aller vers l’Apogée.

La 5e dimension sera une étape intemporelle qui glorifiera chacun en son cœur. Elle sera importante et nécessitera une ouverture profonde. La vie ne sera plus celle que vous connaissez ici actuellement et la transformation qui va s’opérer doit dès à présent débuter. Le sens de la vie ne sera plus le même Tout prendra un abord différent et l’ouverture permettra que se fasse l’adombrement en chacun. L’Être intérieur sera en communication avec les Êtres de lumière et la différence sera en la transformation des actions dirigées par une volonté nouvelle, la lumière.

Votre Être va se renouveler par sa position de mener avec Amour votre vie. Cette vie si rude, vous ne la connaîtrez pas. La lumière authentifiera une autre volonté de grandir dans votre essence divine. Votre transformation permettra une utilisation de la lumière. La grandeur éternelle amplifiera vos actions et vous découvrirez enfin votre vraie nature. Avec cela, la purification se poursuivra car votre Être grandira encore et toujours. Rien n’est limité et les expériences se poursuivront. Tout permettra de renouveler des actions de réalisation et le monde nouveau ouvrira de grandes possibilités en ce sens.

La 5e dimension est un monde différent. Il est celui de la transformation intérieure. C’est à vous d’accueillir ce qui se prépare afin que la connaissance des actions à venir soit pleinement comprise. La responsabilité incombe à chacun de grandir en conscience et avec volonté. Personne ne peut agir pour l’autre. Tout est personnel et l’individualité prime dans ce choix important. C’est pourquoi, mes enfants, vous devez entendre. La volonté de grandir vous est donnée. Votre volonté doit se faire également.

Dieu est avec vous pour vous guider. Demandez-lui de vous ouvrir le chemin et il le fera. Demandez-lui sa grâce et il vous la donnera. Car les enfants de Dieu seront entendus et la cause éternelle se fera en eux et aussi autour d’eux. La lumière est donnée à chacun. Alors, prenez-la, elle est pour vous, elle est en vous. Elle vous portera, elle vous donnera la Paix.

Sananda.

Transmis par Mirena, le 04/06/09.

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Trouver la joie de vivre et vivre sa joie par Maha Chohan

Aujourd’hui je reviens vers vous, mes enfants, pour vous donner un beau message sur la joie de vivre. Car il est important que vous vous accordiez des moments de joie dans votre existence. Ils sont aussi nécessaires à votre envolée dans le monde qui arrive et vous devez les prendre pour un mieux être et être mieux avec vous-mêmes, avec vos amis, vos voisins, votre monde et tous ceux que vous côtoyez.

La joie de vivre est une situation porteuse. Elle influe sur votre vitalité, votre guérison, votre entrain à aller dans la profondeur de la conscience et celle de votre vie d’homme. Elle détermine qui vous êtes et vous êtes celui ou celle qui se place dans le choix important de sa vie. Elle fait partie de l’ouverture pleine et belle de la lumière qu’elle infuse en vos cellules et leur transmet sa puissance vibrationnelle.

En votre monde pourtant, nombreux sont ceux qui ne la possèdent pas. Ils n’ont découvert qu’une infime partie de ce qu’elle représente. Ils ont perçu une part très faible de sa puissance. La société matérialiste noie cette partie divine en vous. Elle ne lui laisse aucune ouverture, aucun moyen de se positionner. Elle infuse son lot de discours et de peurs et ferme ainsi la porte à cette possibilité qui ne peut vous rejoindre.

La joie de vivre est pourtant faite d’une autre substance que le discours ou la peur. Elle est une énergie de lumière puissante qui irradie de toute sa beauté. Elle est douce, belle, chaude et tendre à la fois. Elle porte le vouloir, établit la pureté, délaisse la maladie. Chaque partie d’elle est un tout qui se relie à la Source et transmet sa puissance. Elle se vit pleinement, sans calcul. Elle est.

J’aimerais que mes mots puissent toucher votre cœur. J’aimerais que mes mots puissent vous aider à trouver cette joie de vivre qui vous fait défaut. Elle doit venir à vous et vous devez l’accueillir sans peur en sachant qu’elle est votre alliée, votre amie, qu’elle est là pour vous porter de sa puissance, de sa pureté.

Beaucoup d’entre vous ont peur d’elle car ils n’ont jusqu’à présent connu que la différence, l’indifférence et ne se croient pas assez bien pour elle. Ils pensent qu’elle n’est pas pour eux, qu’elle est pour les autres, qu’ils ne la méritent pas. Pourtant, ce bonheur là est pour tous. Il est la création que chacun doit s’accorder. Il appartient à tous. C’est vous qui choisissez de l’avoir et non l’inverse. La joie de vivre est une position que vous créez, que vous goûtez, que vous transmettez. Si vous lui ouvrez les portes et si vous l’accueillez, elle sera votre choix, votre position d’être et de vivre avec elle. Elle est un but qui définit l’essence de l’Être et tout ce qui s’y rapporte. Chaque être a sa puissance et sa vertu et doit la définir avec toute sa volonté pour vivre une vie d’amour, de paix, de bonheur. La joie de vivre est aussi un moyen, une liberté individuelle de vivre dans la gaieté et de la transmettre.

Celui qui désire être triste ne s’accorde pas l’avantage de la joie. Il se positionne dans son choix et pense qu’il ne peut accéder à autre chose car le monde lui dit qu’il est coupable et ses peurs l’empêchent de découvrir ce bonheur d’être et d’être heureux. Il suit le vouloir que l’on lui transmet et non le sien. Il ne sait pas qu’il a le droit d’y accéder et que cette accession dépend de son choix, de sa liberté individuelle d’être qui il a envie d’être. Sa vue est trouble car on lui montre un reflet sale, incertain, dévalorisant et coupable. Le vouloir de la société est le plus fort.

Aujourd’hui pourtant, je viens vous ouvrir les yeux en vous disant que vous êtes beaux, que vous n’êtes pas coupables, que vous avez un choix à faire et que vous devez vivre libres et heureux. Vous devez trouver cette joie de vivre en vous. Vous devez vous accorder cette possibilité. Vous devez rire et non pleurer. Vous devez espérer et non baisser les bras. Vous devez grandir en ayant cette part de joie en votre cœur. Vous devez la ressentir, la savourer, la laisser vous porter vers une direction plus claire de votre chemin et de votre reflet. Vous devez la voir, la sentir, la caresser, la vivre pleinement dans son immensité, dans sa valeur, dans sa force de lumière, de paix et d’amour. Enfin, vous devez l’adopter à chaque moment. Elle doit faire partie de votre être, de votre raison, de votre regard, de vos mots, de vos actes. Et vous devez rire et aimer rire, vous devez écouter sa douceur, son calme, son apaisement. Car votre cœur a souffert. Il a besoin de retrouver la paix profonde de l’âme. Et c’est avec elle, grâce à elle que vous la trouverez et que vous prendrez un nouveau chemin dans la joie de vivre car vous vivrez cette joie pleinement, sûrement, dans l’espoir d’un monde nouveau qui aura ce reflet, votre reflet d’une joie de vivre éblouissante et porteuse, aimante et nourrissante, belle et apaisante, guérissante et lumineuse. La joie est un monde nouveau parmi le monde. Il doit éclore enfin. Il doit définir la nouvelle vie, votre nouvelle vie. Il doit édifier la lumière.

Croyez en vous, mes enfants. Aimez-vous avant de chercher le bonheur et le bonheur viendra à vous. Il est vous et vous êtes beaux, pleinement beaux. Je vous aime et je vous transmets cette joie de vivre par mes mots, par mes énergies, afin que cette découverte fasse enfin partie de vous et de l’humanité. Toute la beauté de l’univers vous appartient et vous lui appartenez aussi. Vous êtes elle, elle est vous. Elle est belle, vous êtes beaux. Riez, aimez, respirez pleinement cette joie, cette beauté universelle. Elle est là pour vous. Elle est vous.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 29/06/2009.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Le Dalaï Lama et le peuple tibétain

Voici un peuple qui me tient à cœur et que j’aime tout particulièrement. J’ai pu rencontrer les tibétains lors d’un voyage au Ladakh, en Inde du nord.

J’ai été émerveillée par ce peuple, très pauvre, très simple, mais tellement chaleureux. Un peuple opprimé qui ne demande qu’à garder son identité. Les enfants sont souriants, espiègles, serviables. Pourtant ils n’ont rien ou si peu.

J’ai pu visiter des écoles tibétaines et dormir dans l’une d’elle. Les enfants ont tout juste de quoi se couvrir, certains n’ont pas de chaussettes, ni de blouson, alors que le temps est froid. Ils mangent à même le sol. Pas de meuble ou si peu. Les fenêtres ont des vitres cassées qui ne seront pas remplacées avant l’hiver par manque de moyens. Et pourtant, ils ont le sourire. Ils ne paraissent pas souffrir de ce manque de confort car ils ne connaissent rien d’autre. Tout ce qui leur importe, c’est d’avoir à boire et à manger, et un toit sur leur tête.

Avec les larmes aux yeux, j’ai regardé ces enfants vivre. Une belle leçon pour nous occidentaux, nous qui sommes dans une société de consommation excessive, dans un excès de toute sorte, pris dans la spirale de la société des pays riches. Ces gens là n’ont rien mais ils ont tout partagé avec moi et mon compagnon : leur repas, leur maison, mais aussi la seule ampoule en leur possession afin que nous ne soyions pas dans le noir. Malgré nos protestations ils n’ont pas voulu la reprendre. Une grande leçon de vie et d’amour.

Alors, je me suis interrogée sur les valeurs existentielles de la vie. Ces gens-là nous montrent combien nous sommes dépendants du confort, de la consommation excessive… Mais, sommes-nous plus heureux ainsi ? Je ne le pense pas. Il suffit de regarder autour de soi pour voir la souffrance des gens, la souffrance intérieure. Nous comblons nos manques par des achats de toute sorte, par une recherche extérieure à soi qui nous éloigne de notre lumière intérieure. La société prend les commandes de l’être sans assouvir les envies et les besoins que nous nous créons. Tout n’est qu’illusion !

Ce peuple, à l’image d’autres peuples sur terre, nous fait prendre conscience que le bonheur, l’amour, le partage, ne s’achète pas. Ils sont dans l’instant présent et donne ce qu’ils ont à cet instant là. Ce qu’ils partagent est énorme. Ils ne se soucient pas du manque mais donnent avec le cœur. Ils n’ont rien mais donnent tout ce qu’ils ont. Un cadeau qui a une valeur inestimable.

L’autre cadeau que nous avons reçu là-bas, a été la venue du Dalaï Lama. Nous ne savions pas qu’il était de passage dans la région. Nous avons accueilli sa visite avec bonheur. Nous étions placés à une dizaine de mètres de lui et avons ressenti avec intensité ses vibrations. Ouah ! Ça décoiffe ! Je plaisante bien sûr, mais qu’elle puissance nous avons reçu au niveau du chakra cœur. Quelle beauté dans cet être si simple qui œuvre pour son peuple! Un pur bonheur, un moment que nous n’oublierons jamais ! Même si, pendant son discours nous n’avons rien compris, nous avons accueilli ces énergies qui nous ont portés et ouvert le cœur.

Alors, qu’en pensez-vous ? Donner avec le cœur, recevoir avec le cœur, n’est ce  pas cela le plus important ?

Mirena, le 18 Octobre 2011

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.