Aujourd’hui je choisis … la simplicité

la simplicité*

Aujourd’hui je m’ouvre à la simplicité de mon cœur et de mon amour. La simplicité est le moteur de la Vie. Elle  me place dans la fluidité des énergies et elle m’apporte l’équilibre. Avec elle je suis clair avec moi-même et avec les autres. Mes intentions sont claires et vibrent sur une fréquence élevée.

Aujourd’hui la simplicité me permet de vivre en accord avec moi-même, sans lourdeur, sans blocage, sans limite, sans obligation, sans pouvoir.  Je la répands autour de moi par des pensées simples, dénuées de peur.

Aujourd’hui je vis ma vie dans l’énergie du cœur et non dans celle du mental. Je me détache de la complexité des choses. Je suis simple dans mon esprit et dans mon cœur. Je comprends et je vois la beauté dans tout ce qui est, au-delà des apparences.

Aujourd’hui la simplicité me permet de me reconnecter aux vraies valeurs de la vie. Avec elle je perçois le meilleur en toute chose car elle me place dans la pureté d’intention. La simplicité vibre avec clarté, honnêteté, justesse, foi, amour, paix intérieure, joie, lumière, harmonie…

Aujourd’hui grâce à la simplicité, je me situe dans le courant de l’amour et non dans celui de la peur. La simplicité me permet de vivre en paix, de me relier à la transparence, loin des artifices et de l’illusion.

Aujourd’hui je choisis la simplicité et je me laisse porter par son énergie.
Aujourd’hui je choisis d’être simplement moi.


Affirmation positive.
Mirena, le 16 Décembre 2014 – Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

La lumière de Vie

Lorsque l’être intègre son appartenance au Tout de l’universalité, il reste centré dans sa profondeur et dans sa plénitude. L’essence de la conscience de la Vie naît pour une parfaite union avec ce bonheur intérieur qui est en soi.

Lorsque l’on ne trouve pas l’essence de la Vie en son for intérieur, lorsque l’équilibre n’est plus, la tristesse et la souffrance humaine viennent emporter les belles projections, les beaux moments de paix. La séparation intervient alors pour différencier deux états : l’état humain de l’état divin.

La tristesse et la souffrance humaine sont cette séparation. Elles différencient l’illusion de la Vie. Elles positionnent et emportent dans leur profondeur négative tout être qui se croit séparé de la Source. Les moments de doute et de déprime ne sont que des révélateurs qui montrent combien l’éloignement de sa demeure est bien présent, combien l’illusion reprend sa place.

La Vie est la découverte du bonheur en soi, de la paix et de l’amour. Lorsque la tristesse et la souffrance humaine viennent voiler tout cela, il y a une rupture avec la lumière intérieure. Vous trouvez mes mots faciles et ne savez pas comment ressurgir dans la plénitude intérieure ? Vous trouvez l’éloignement trop important et ne savez pas y revenir ?

Prenez la flamme de la Vie dans le creux de vos mains. Appelez-la, elle viendra vous rejoindre et vous répondra. L’émanation de la lumière transmet les ondes de l’apaisement. Concentrez-vous sur cette flamme et imprégnez-vous d’elle par le cœur. Ressentez ses bienfaits, ressentez ce qu’elle vous transmet. Elle est la Vie. Elle noie votre tristesse, elle transmute la négativité qui se situe dans votre cœur et dans votre esprit. Restez avec elle aussi longtemps que vous en éprouverez le besoin. Elle vous permettra de vous relever de bien des doutes, de votre peine, de votre éloignement avec la Source.

La lumière est la Vie. Elle est votre trésor intérieur. Sa vibration est celle de la beauté de la Source et de ses bienfaits. Dans les moments de tristesse et de souffrance intérieure, laissez-vous guider par ses ondes et restez avec elle. La conscience se fera ainsi et déploiera toute la raison de cette vérité qui demeure celle de l’Unité.

Toute être en souffrance doit se relier à la lumière de Vie. Rien ne nous différencie d’elle. Seul le mental nous éloigne de sa vérité. En s’imprégnant d’elle, les liens sombrent se coupent. La méditation avec une flamme de bougie vous relie à cette présence de vie qui est vous, qui est en nous tous. Les vibrations s’élèvent. La conscience humaine s’ouvre à cet état.

La conscience peut tout réaliser. Lui ouvrir la porte permet de vous libérer de l’entrave de toute ombre, de toute tristesse. La conscience vous montre la voie de toutes les réalisations. Avec elle, tout peut se réaliser et notamment rejaillir dans la lumière si telle est notre volonté. Nous n’avons pas besoin d’une autre source, ni d’une autre évidence. Elle est la liberté, la grandeur de tout être en notre monde.

Nous devons retrouver notre équilibre et rester illuminés par notre belle lumière de Vie. Elle brille d’une intense lueur et nous montre qui nous sommes. Elle nous dévoile notre beauté! Car nous sommes elle, l’amour, la joie de vivre, la paix,  l’abondance. La richesse intérieure est notre lumière. Quand on la sent vibrer en nous, quand on s’unit en conscience à sa douceur, plus rien n’existe sinon le pur bonheur d’Être.

Mirena, le 11 Mars 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

La lumière

On ne nous a jamais appris à être heureux !

Cela peut paraître stupide, mais, quelle découverte lorsque l’on s’aperçoit que l’on ne détient pas le « mode d’emploi » du bonheur. Ce cher bonheur que l’on recherche avec frénésie toute notre vie. Que cela soit seul ou en compagnie, le fait d’être heureux, bien avec soi ou de le partager avec l’autre, fait partie des moments privilégiés de notre existence.

C’est ainsi que la part de nous-mêmes cherche qui ou quoi pourrait égayer une journée sans soleil ou sans présence à ses côtés.

Cette quête peut durer toute une vie, ou s’exprimer de temps à autres, lorsque le vide intérieur a besoin de se nourrir d’autre chose que de vacuité, de rêves, de sentiments abstraits. Mais, si rien ne vient emplir ce gouffre, l’être se sent démuni et parfois même en manque.

Notre société a bien compris ce challenge du bonheur et en a profité pour nous nous nourrir à grands renforts de publicités qui racontent que, si nous avons tel objet, telle voiture, tel parfum, telle marque… nous serons comblés à jamais. D’autres, plus insidieuses, nous démontrent que de se nourrir de certains aliments nous redonnera ce punch, cette énergie, cette vigueur si importante dans notre société actuelle, faite de compétition. Ou, son contraire, qu’il ne faut s’alimenter que de produits non pollués, ou encore n’en consommer que quelques-uns en particulier, pour toutes les raisons que tentent de justifier leurs partisans.

Mais, le plus dramatique, c’est qu’on nous vend du vent. Celui-ci tentant de s’engouffrer dans nos manques, nos besoins compulsifs, nos matins chagrins, nos soirées solitudes…

Toutefois, certains d’entre nous savent reconnaitre les petits pièges de cette société qui consomme, et s’en remettre à ce que raconte le corps, à ce que ressent l’esprit, à ce que veut l’être. Sans l’opinion, des autres ou leurs recettes miracles.

Par bonheur, cette forme de « remplissage » a été supplantée par l’arrivée de la spiritualité. Celle-ci a allégé nos vies, fait rire nos rêves, charmé nos conceptions du bonheur, joué avec notre intellect et laissé éclore un monde où tout pouvait être simple et doux. Si peu que l’on se laisse porter par des idées d’élévations, de bonheurs intenses, de joies communes.

Puis, les temps ont passé et nous pouvons nous apercevoir que le même phénomène se crée de nouveau. La boulimie est réapparue mais sous d’autres formes, et les manques aussi.

Par exemple, imaginez-vous le nombre de « messages » qui circulent sur la toile ou ailleurs, en ce moment ? Pouvez-vous compter tout ce que vous avez déjà lu ?

Le plus consternant est peut être que tout et son contraire y soit présent. Et que celui qui cherche une voie qui lui convient risque d’être confronté à de multiples chemins qui s’entremêlent, se ressemblent ou se contredisent totalement. Mais, comment y échapper quand cela devient comme une nouvelle friandise à absorber sans modération ? Pour autant, n’avez-vous pas souvent lu de faire preuve d’un grand discernement ?

Que pensez-vous de la nécessité de vous purifier ? Ce que vous êtes est-il souillé ? Comment concevez-vous que vous deviez faire une grande quantité d’exercices en tout genre pour devenir quelqu’un d’autre ? Alors que vous êtes venus au monde, parfaits. Pouvez-vous imaginer que votre conscience crée des malades en surnombre pour combler tous les thérapeutes qui s’investissent à prodiguer des soins pour les autres ? La vie est équilibre. Elle cherche donc à combler les souhaits de chacun. Y avez-vous songé ? Enfin, quoi penser de toutes les méthodes nouvelles et souvent très onéreuses, qui fleurissent de plus en plus ?

Ceci est aussi valable lorsque l’on vous propose des dates particulières. Celles où il va se dérouler un passage crucial, un évènement hors norme, un portail magique… Combien en avons-nous traversés sans que rien ne se produise ? Et revoilà la déception puisque le film ne se termine pas comme tout le monde l’avait annoncé. Nous voici repartis hors de notre expérience, et encore dans le sensationnel. Ce fameux exutoire qui fait son chemin dans les publicités du monde que nous cherchons à fuir et que nous reproduisons tout de même, sous un autre nom : le Nouveau Monde.

Ne pensez-vous pas qu’il a de grandes similitudes avec celui que nous aimerions tant quitter ?

Pourtant, le « but » de la spiritualité n’est-il pas d’adoucir notre expérience terrestre en nous montrant une autre réalité, remplie d’aspirations simples et délicieuses ?

Depuis des années nous avons entendu dire que les changements étaient proches. Mais, c’est nous ces changements. Même si aucune date ne peuvent les identifier, car ils se produisent chaque jour en nous, et sans que nous fassions quoi que ce soit de particulier, à part aimer.

Toutefois, sans doute est-ce plus compliqué quand nous désirons ressembler à l’autre, acquérir des supers pouvoirs, se jouer de notre société, à vouloir que la balançoire aille plus vite et surtout plus haut….

Etre soi est le plus beau et le plus difficile des challenges qui nous est demandé. Bien que, rien ni personne ne nous l’impose. Etre soi, c’est s’aimer inconditionnellement et totalement, avec nos valeurs et nos imperfections terrestres. C’est aimer chaque partie de nous-mêmes, du corps à l’âme. C’est s’immerger complètement dans notre société, dans notre village, sur notre planète, totalement, pour ne faire qu’un avec tout. S’aimer, c’est aussi honorer notre présence précieuse, unique et fabuleusement belle. Nous sommes des êtres de toute beauté.

Et qui d’autre que nous-mêmes pourrait nous aimer autant ?

C’est ainsi que je referme cette page garnie d’un miroir. Il vous renvoie votre éclat et me fait redécouvrir le mien, afin que nous l’aimions à en perdre la raison, pour retrouver la puissance qui est en nous depuis toujours et sans fin aucune.

N’avez-vous pas lu que vous êtes le Grand Tout et qu’Il est tout Amour ? Alors, qui êtes-vous vraiment et de quoi avez-vous encore besoin pour « être » ? Si ce n’est de vous aimer tels que vous êtes venus sur ce monde d’expressions, d’expériences folles à en oublier votre Beauté infinie ! A en oublier cet enfant que vous êtes et qui s’est arrêté ici, pour jouer avec son gros ballon, qu’est la Terre….

Par Pascale Arcan

 

Déséquilibre spirituel dans un couple

Monique Mathieu, le 12/01/2013

Lorsqu’une personne est en difficulté dans son couple, comment peut-elle dépasser la situation lorsque son conjoint s’oppose formellement à son chemin spirituel et à l’enseignement que vous diffusez ?

Dans une relation, quelle qu’elle soit, il faut qu’il y ait l’équilibre.

Concernant le déséquilibre du couple lorsque l’un des deux ne ressent pas l’énergie spirituelle, nous dirons que c’est à la personne qui est la plus évoluée de prendre la main de son compagnon ou de sa compagne et d’essayer de l’emmener avec douceur et Amour vers ce qu’il ou elle doit devenir.

Nous concevons qu’il n’est pas facile de continuer à vivre en harmonie dans le couple lorsqu’une des deux personnes ressent un envol spirituel qui n’est pas compris par son conjoint ou sa conjointe.

Une personne qui change profondément, qui intègre profondément l’enseignement que nous diffusons, qui intègre profondément l’Amour, peut totalement changer son environnement, ses proches. Des miracles ont lieu, vous pouvez en être certains !

Ce n’est pas à la personne qui n’a pas encore cet éveil spirituel de changer, c’est à la personne qui a commencé à s’éveiller spirituellement de trouver les mots et l’énergie adaptés à la personne qui n’est pas encore éveillée.

Ce n’est pas facile de répondre à cette question parce que chaque être est différent. Telle personne se croira réellement sur le chemin, réellement dans une démarche spirituelle, réellement dans l’Amour, et dans sa relation avec l’autre elle n’appliquera pas ce qu’elle croit être, et elle s’enfermera dans sa spiritualité. Au lieu de s’ouvrir à l’autre, elle mettra un cloisonnement entre celui qui, apparemment, ne la comprend pas, et elle.

Pour en terminer nous dirons : encore une fois, que l’Amour, le vrai, fait tomber toutes les barrières. Les êtres qui ne sont pas prêts à s’ouvrir à la Sagesse et à l’Amour sont encore un peu endormis, ce n’est pas leur faute. Ils ont encore de la souffrance en eux ! Alors, tout doucement, il faut leur prendre la main et les éveiller sans rien forcer. Encore une fois, si vous mettez un phare devant le dormeur afin qu’il puisse s’éveiller, non seulement il n’ouvrira pas les yeux, mais il sera profondément incommodé.

Une toute petite lumière et beaucoup d’Amour suffiront parfois pour accomplir des miracles ».

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

qu’il ne soit pas coupé
qu’il n’y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence à notre site http://ducielalaterre.org/
que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu