Le déni retarde la connexion intérieure

Les énergies du mois de janvier ont été pour beaucoup assez déstabilisantes. Elles le sont encore. Beaucoup espèrent un répit mais n’est-ce pas dans la reconnexion intérieure et la paix du cœur que la pause s’installe ? Notre chemin est sans fin et dans cette période exceptionnelle où nous nous sommes engagés et où la Reconnexion intérieure est en cours, nous ne pouvons que poursuivre en nous aimant, en nous comprenant, en nous acceptant tels que nous sommes pour nous libérer de l’illusion.

Il est temps d’agir en s’engageant dans le changement que nous voulons voir autour de nous. Cesser de nous plaindre, d’être victimes et accepter que le monde est notre reflet. Agir en soi et non dans le désir de voir les autres changer. Nous ne pouvons changer le monde qu’en commençant par nous-mêmes et non en agissant sur ce qui ne nous convient pas à l’extérieur de nous. Tout est notre reflet et seul notre vouloir de changement intérieur se répercute à l’extérieur.

Nous vivons une période exceptionnelle et la capacité de nous libérer de l’illusion fleurit dans nos cœurs. Nous avons la possibilité de lâcher peu à peu le passé avec une rapidité que jamais auparavant nous n’avions vécue. Cette période exceptionnelle a été choisie par notre âme et l’importance de basculer dans le cœur prend actuellement toute sa raison si nous le désirons vraiment, si la pureté du cœur prend l’ascendant sur le mental.

L’individu veut le changement et parfois, il peine à le mettre en action, activant ses anciens schémas et demeurant dans ses anciennes croyances. Le vouloir de changer n’est pas réellement présent. La tâche intérieure ne voit pas le soleil. Il recherche encore l’allègement de ses souffrances à l’extérieur de lui et son ego le mène souvent dans cette voie illusoire. Il ne comprend pas encore qu’il est la Lumière, qu’il est la Vérité, qu’il est l’Amour qui peut tout. Il a peur de regarder ce qui fait mal, ce qui dérange, ce qui en fait lui permet de grandir et d’aller vers ce renouveau qu’il espère tant.

Or, c’est en faisant un retour vers l’intérieur qu’on trouve la clé de la libération de nos souffrances. Elle ouvre la porte à la raison du cœur. Et si la vie et les autres êtres humains sont accueillis par cette énergie et sa propre responsabilité prise dans les situations vécues, les libérations interviennent rapidement. Le temps de l’accusation de l’autre se termine, celui de la culpabilité et du jugement également. Le temps de la compréhension de soi et de l’acceptation de ce qui est nous fait renaitre à la Vie.

Certaines personnes restent bloquées dans la rancœur et la fermeture du cœur. Elles sont toujours dans le déni de leur état négatif, demeurant dans la victimisation et reportant leurs problèmes sur les autres, sur la vie. Elles restent enfermées dans le déni de leur propre responsabilité qui pourrait les aider à vivre dans le bien-être du corps et de l’esprit, et attirer l’abondance à elles en vibrant différemment.

Elles refusent de regarder en face leur propre responsabilité à attirer les situations négatives, elles nient le miroir que leur tend l’Univers et s’enferment dans l’illusion. Oui il n’est pas aisé pour tous de se voir réellement, de vouloir se voir tel qu’on est, car c’est un retour vers ses propres souffrances qui est parfois insupportable.

Pourtant, le déni n’arrange rien. Il ne permet pas de se libérer du passé et des mémoires. Le déni retarde la progression et ce qui n’est pas réglé dans cette vie, sera à vivre dans une autre incarnation. On ne peut passer à travers les mailles du filet de la Vie.

En cette période exceptionnelle, dans le basculement de conscience que nous vivons, il est pourtant nécessaire d’activer en soi le baume du cœur qui peut tout changer. La douceur, la tendresse, la compréhension la tolérance, la simplicité, la vérité, autant de valeurs d’ouverture qui sont la Vie, à accueillir et à respecter. Les faire nôtres afin que l’illusion se défasse. Intégrer que nous sommes la Vérité, la Lumière, l’Amour. Oui, nous sommes cela et rien d’autre. Seul le mental nous dit le contraire.

Notre envol vers la liberté intérieure demande encore de la volonté et de la transparence. Le chemin n’est jamais terminé. De repos il n’y a, sauf dans notre cœur. Et le vrai chemin est bien celui-ci, là où la pause nous définit dans la beauté de la Vie, là où on sait, là où on comprend, là où on ne se pose plus de question, là où on n’est pas différent, là où le pouvoir n’est plus.

Renaitre à la Vie est le chemin du retour vers l’intérieur. C’est se poser et ne rien rechercher dans la pause du cœur. C’est Être cela, tout simplement, dans la Joie et l’Amour qui nous portent, dans la fusion intérieure où l’Être prend toute la place. C’est le lieu où l’on a envie de peu de choses tellement on est bien. C’est le lieu où l’on comprend tout et où la Connaissance demeure.

C’est le lieu où l’on Est enfin vivant !

Mirena
Source : www.audeladesmots.org

 

 

 

Être et ne plus vouloir être

 

L’œuvre intérieure se poursuit dans l’ouverture de la lumière. Chacun la perçoit et recherche le moyen de grandir dans la conscience du Tout. Beaucoup font encore le choix de demander à l’extérieur d’eux le moyen de s’élever, se privant de leur propre puissance intérieure d’Amour qui peut tout. Il est, en effet, difficile d’accueillir la simplicité de la Vie en soi et lâcher ce que nous connaissons, ce à quoi nous nous référons depuis si longtemps. Tout devient si simple que l’être humain a du mal à comprendre cette nouvelle forme d’être.

Nous basculons du mental dans le cœur, vers l’Ascension. Être et ne plus vouloir être. Demeurer dans sa belle lumière et exercer le pouvoir de l’Amour par la foi, l’authenticité et l’humilité. Ne plus rechercher la richesse de la Vie à l’extérieur de soi. Ne plus s’en remettre à l’autre pour grandir et avancer sur son chemin de lumière. Ne plus vouloir « briller » ou être admiré. Là est l’énergie du cœur.

L’état de conscience fait tout et ce n’est pas un Dieu extérieur qui réalise. Savoir qui on est déterminant et il est aujourd’hui nécessaire de sortir de ses croyances anciennes qui bloquent le processus d’élévation pour permettre au cœur de s’exprimer et nous conduire là où la pause demeure.

Certains ont encore besoin d’un outil ou d’une technique pour s’alléger et cela fait partie du chemin. Rien n’est à blâmer dans tout ceci, rien ni personne car chacun avance comme il l’entend et le souhaite, comme il le peut également. Mais la fusion des cœurs se ressent comme un appel intérieur. Un appel que l’âme nous souffle si fort qu’il ne peut rester sourd.

Alors en ces temps de grand changement, il convient de se rassembler pour apprendre à nous « reconnaitre » et à nous aimer.  Pour nous unir dans une fête intérieure où la lumière et l’amour seront intégrés pleinement et rayonneront pour répandre la paix et la joie, pour nourrir chaque être et chaque instant de vie humaine de la forme divine, pour soulager les maux et libérer les cœurs en demande. L’individualisme s’éteindra et l’Unicité sera.

Rappelons-nous que chaque être est exceptionnel par sa lumière et le jugement n’est qu’une forme de l’ego/orgueil qui s’exprime et maintient dans le pouvoir. Le cœur, lui, ne juge pas, ne blâme pas, ne sépare pas, n’attache pas et ne maintient pas dans la peur et le pouvoir. Le cœur comprend, pardonne, réunit, réunifie, rassemble et laisse libre. Il donne des ailes et éclaire tout sur son passage.

Croyez en vous et reconnaissez-vous dans votre puissance intérieure d’amour. Exprimez-la et soyez l’Amour sans peur et sans détour, dans la liberté retrouvée. Car nous sommes tous Un et rien ne nous sépare, unis dans le même amour, par le même amour et issus du même amour.

Le chemin est fait d’authenticité et de simplicité, dans le moment précieux où seul l’Amour rayonne, donne, transmet et illumine.

Car l’Amour est éternel. Il est la Vérité tant recherchée !

Mirena
Source : www.audeladesmots.org

L’envol

L'envol .*

La lumière nous enveloppe de beauté et de douceur dès que nous
posons notre regard dans la profondeur de notre Cœur.
Ainsi nos ailes se déploient pour un envol
vers la Liberté, l’Amour et la Vérité…

Savoir simplement être et aimer, savoir rire et chanter,
nous épanouir
librement dans le sacrement espéré,
sans lien ni retour vers le passé…

Se laisser porter par le pur bonheur intérieur…
Ne plus lutter, ne plus rechercher…
pour simplement Être.

Mirena
Site www.audeladesmots.org

*

Mon petit paradis

Mon petit paradis

J’aime dire que je vis dans un paradis de paix et de beauté ! Ici dans mon lieu de vie, je suis en totale fusion avec la nature, avec les animaux, avec notre Terre Mère… Un besoin  essentiel pour moi car c’est ici que je puise la ressource intérieure pour grandir sur mon chemin. Ici, je suis en parfaite harmonie avec la Vie. Ici je vis au rythme des journées, je travaille, j’organise des rencontres, des initiations, je me repose, je me laisse porter…

Qu’il est bon de sentir le soleil sur sa peau! Qu’il est bon de s’ouvrir à la vie et aux autres! Qu’il est bon d’accueillir les enfants, la famille, les amis, et se retrouver à nouveau pour rire, partager et échanger… L’été est bien présent maintenant et je profite pleinement de ce qu’il me transmet.

S'émerveillerS’émerveiller devant une fleur, écouter le chant des oiseaux, regarder les arbres se balancer au gré du vent… Rien de compliqué dans tout cela mais pour moi, c’est une véritable richesse, un bonheur de pouvoir apprécier cette beauté, de pouvoir la vivre… Un bonheur également partagé par mon compagnon avec qui je parcours ce chemin si beau de l’éveil de soi.

Le bonheur est celui que nous créons dans notre petit univers. Créer ses envies, son bien-être, la jouissance d’une vie choisie… Tout cela est possible et il en résulte de ce que nous y mettons à chaque instant.

Vivre en harmonie avec soi-même et avec les autres, profiter de la vie, être en accord avec l’univers… Vivre pleinement et donner l’impulsion de ce que l’on désire être, de ce que l’on désire vivre… Être libéré des contraintes, des croyances, des limites et définir ce bonheur d’être que l’on désire vivre en toute simplicité, loin de ce que l’on nous soumet et en toute liberté…

N’est-ce pas cela le bonheur ?

Mirena, le 11 juillet 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.