Le bonheur est la clé de la vie

Quand j’étais petit, ma mère m’a dit que le bonheur était la clé de la vie. A l’école, quand on m’a demandé d’écrire ce que je voulais être plus tard, j’ai répondu « heureux ». Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, je leur ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie.
– John Lennon –

Le bonheur est une source intarissable de bienfaits. Il transmet la Vie. Il nous aligne sur des vibrations élevées qui nous portent et qui nous transforment.

Beaucoup le recherchent à l’extérieur d’eux-mêmes et souvent, compensent leur mal-être par des achats, par des dépendances, par des assouvissements éphémères et illusoires qui ne durent qu’un temps. Toutes ces recherches extérieures montrent que l’être n’a pas compris ce qu’est le bonheur et où il se situe.

Le bonheur se vit de l’intérieur. Il se ressent dans notre corps, dans notre cœur, dans notre esprit. Lorsque nous sommes heureux, nous sommes emplis de l’énergie du bonheur. Elle est si puissante qu’elle comble le vide intérieur. Ainsi, nous n’avons plus besoin d’aller rechercher ailleurs ce qui pourrait nous permettre d’être heureux. Nous vibrons dans cette énergie lumineuse.

Trop de personnes sont tristes et soumises à ce qui est, à leur entourage, à leur profession, à leurs croyances. Elles ont peur de prendre les rênes de leur vie et ne se donnent pas l’opportunité d’être heureuses. Elles ne trouvent pas l’harmonie et la sérénité. Elles subissent leur vie plutôt qu’elles ne la vivent. Leurs choix sont restreints car elles restent dans des croyances négatives qui les retiennent prisonnières. Elles n’arrivent pas à exprimer leur plein potentiel créatif ainsi que leurs choix de vie. Elles restent cloisonnées dans une vie qui n’est pas celle qu’elles aimeraient vivre. Elles agissent par obligation et non par plaisir.

Et si aujourd’hui, vous vous faisiez plaisir ?
Et si aujourd’hui, vous alliez dans la direction de votre choix ?
Et si aujourd’hui, vous ne subissiez pas votre vie ?
Et si aujourd’hui, vous viviez enfin heureux ?

Pour cela, vous devez analyser ce qui ne vous convient pas, ce qui n’est pas en accord avec vous, ce qui ne vous élève pas. Peu à peu, vous devez le changer car vous avez le choix de le faire. Les peurs sont à éliminer. L’œuvre intérieure doit se réaliser en ce sens. Vous devez renaître à vous-mêmes, avec envie, avec conviction, avec volonté, avec plaisir, avec bonheur et dans la paix.

Si vous êtes heureux, vous êtes dans l’amour. Vous avez envie de transmettre ce bonheur qui vous porte et vous le rayonnez, vous le transmettez à ceux que vous côtoyez. Ainsi, vous construisez votre vie dans la positivité et vous attirez à vous toutes les bonnes choses qui sont sur la même vibration que le bonheur. Vous vous transformez grâce à lui et le plus important, c’est que vous ne subissez plus votre vie. Vous la vivez pleinement en accord avec la personne que vous désirez être. Vous accomplissez également la voie de votre âme qui vous pousse dans cette direction.

Il est temps que chacun ouvre sa conscience au bonheur. Nous sommes ce que nous pensons. Alors pensons « bonheur » et exprimons-le. Il doit venir de l’intérieur pour ne pas être éphémère. Toutes les attirances extérieures ne sont qu’illusion et ne comblent nullement le mal-être intérieur.

Je vous souhaite de le découvrir et de le ressentir pour trouver la justesse de la vie. Car la vie c’est de vivre heureux et libre de l’être !

Belle réflexion à toutes et à tous.

Mirena, le 17 Décembre 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Photo Mirena

 

Une vie s’efface

Depuis quelques temps, ne trouvez-vous pas une différence dans votre vie ? Ne trouvez-vous pas une différence dans votre être, vos pensées, votre vouloir d’être ?

La transformation opère en chacun. Elle est bien présente et plus ou moins active selon la personne. Même le temps s’accélère de plus en plus. Il s’en va lui aussi, il se transforme dans sa durée et nous met face à ce qui est, à ce qui intervient, à ce grand bouleversement que nous avons choisi de vivre. Il dirige nos pas vers l’essentiel. Car ne serait-ce pas là que nos pas doivent se diriger ? Ne serait-ce pas ce chemin lumineux que nous devons tous poursuivre ?

Ce chemin intérieur est l’axe lumineux de nos pensées, de nos paroles, de nos agissements. Il est la pleine reconnaissance de notre façon d’exister. Nous devons lâcher l’ancien, notre ancienne vie, notre ancienne relation avec ce qui est lourd, avec ce qui nous retient dans le pouvoir, dans le contrôle, dans l’ego. Nous devons lâcher ce poids car il devient lourd à porter. Il pèse tant qu’il empêche notre être de vibrer, de s’élever.

Nous devons poursuivre nos efforts, nous devons libérer tout ce qui n’est pas en accord avec cette belle lumière qui sort de notre centre, cette belle lumière qui essaie de nous montrer son chemin, sa direction. Nous devons lâcher nos anciens schémas de pensée, nos anciens comportements liés à la dualité, lâcher nos jugements pour voler au-dessus de la vague qui est présente. Nous devons également accepter que tout est parfait, que chacun est à sa place et que cette place n’est pas forcément la même pour tous.

Nous devons également remercier la vie pour ce que nous vivons en ce moment. Être reconnaissants pour les leçons que nous recevons chaque jour, même si parfois elles nous font mal. Nous devons avoir une profonde gratitude pour ce qui est.

Beaucoup d’êtres sont bousculés actuellement et ont peur de ne pas tenir le cap. Beaucoup sont dans cette tourmente qui remet en question toute une vie passée. Il faut pourtant tenir bon. Il faut pourtant lâcher ce qui n’a plus lieu d’être. Il faut pourtant accepter ce changement profond. Il ne faut pas se laisser « gaver » de négativité par ceux qui veulent garder le pouvoir sur nous et notre monde. Ce pouvoir pourtant, nous le leur avons donné sans même en être conscients. Nous avons vécu dans cette grande illusion humaine! Cette fausse liberté qui est la nôtre, nous l’avons prise et nous avons vécu par elle, en elle, avec elle. Et nous avons appris grâce à elle !

Mais maintenant, nous savons que nous pouvons reprendre notre liberté et poser nos pas dans la positivité de notre création, en toute compréhension. Nous devons poursuivre nos efforts afin de sortir de cet étau métallique qui nous enserre. Nous savons tous que nous agissons comme nous le pouvons et parfois nos actes ne sont pas lumineux. Nous savons qu’il est difficile de se relever d’une vie de dualité et d’un vécu parfois lourd de souffrances. Les blessures ont marqué l’être. Elles ont mené un lourd combat en nous tous. Mais nous ne devons pas faiblir. Nous devons être courageux, avoir la volonté de poursuivre dans cette œuvre remarquable que nous avons choisie de vivre. Nous devons relever la tête et garder le cœur plein d’espoir. Nous devons regarder la lumière et la suivre. Nous devons tourner définitivement le dos à l’ombre, à la négativité, au pouvoir, à ce qui ne nous convient plus et ne pas avoir peur du changement qui se fait. Nous ne sommes pas obligés d’adhérer à ce qui n’est plus en accord avec nous. Nous avons notre propre liberté de choix et nous devons lâcher tous les liens qui nous retiennent à la négativité, quels qu’ils soient.

L’essentiel n’est-il pas d’être heureux ?      
L’essentiel n’est-il pas de se débarrasser de tous les parasitages négatifs, de tout ce qui n’est plus en accord avec nous ?
L’essentiel n’est-il pas de vivre dans la paix intérieure en accord avec soi-même et avec ce qui est ?
L’essentiel n’est-il pas de comprendre l’autre sans jugement ?
L’essentiel n’est-il pas d’accepter l’autre tel qu’il est ?
L’essentiel n’est-il pas de lâcher notre contrôle ?
L’essentiel n’est-il pas d’ouvrir nos ailes pour nous envoler là où nous pousse notre âme ?
L’essentiel n’est-il pas d’être qui nous avons envie d’être ?

Quoiqu’il en soit le choix de chacun sera toujours le meilleur car toute chose est parfaite, toute création de vie est parfaite ! Personne n’est mieux placé que soi-même pour le savoir ! Et tout est leçon de vie pour soi-même et pour les autres !

Avec amour et lumière,

Photo Mirena

Mirena, le 16 Octobre 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

Trouver la joie de vivre et vivre sa joie par Maha Chohan

Aujourd’hui je reviens vers vous, mes enfants, pour vous donner un beau message sur la joie de vivre. Car il est important que vous vous accordiez des moments de joie dans votre existence. Ils sont aussi nécessaires à votre envolée dans le monde qui arrive et vous devez les prendre pour un mieux être et être mieux avec vous-mêmes, avec vos amis, vos voisins, votre monde et tous ceux que vous côtoyez.

La joie de vivre est une situation porteuse. Elle influe sur votre vitalité, votre guérison, votre entrain à aller dans la profondeur de la conscience et celle de votre vie d’homme. Elle détermine qui vous êtes et vous êtes celui ou celle qui se place dans le choix important de sa vie. Elle fait partie de l’ouverture pleine et belle de la lumière qu’elle infuse en vos cellules et leur transmet sa puissance vibrationnelle.

En votre monde pourtant, nombreux sont ceux qui ne la possèdent pas. Ils n’ont découvert qu’une infime partie de ce qu’elle représente. Ils ont perçu une part très faible de sa puissance. La société matérialiste noie cette partie divine en vous. Elle ne lui laisse aucune ouverture, aucun moyen de se positionner. Elle infuse son lot de discours et de peurs et ferme ainsi la porte à cette possibilité qui ne peut vous rejoindre.

La joie de vivre est pourtant faite d’une autre substance que le discours ou la peur. Elle est une énergie de lumière puissante qui irradie de toute sa beauté. Elle est douce, belle, chaude et tendre à la fois. Elle porte le vouloir, établit la pureté, délaisse la maladie. Chaque partie d’elle est un tout qui se relie à la Source et transmet sa puissance. Elle se vit pleinement, sans calcul. Elle est.

J’aimerais que mes mots puissent toucher votre cœur. J’aimerais que mes mots puissent vous aider à trouver cette joie de vivre qui vous fait défaut. Elle doit venir à vous et vous devez l’accueillir sans peur en sachant qu’elle est votre alliée, votre amie, qu’elle est là pour vous porter de sa puissance, de sa pureté.

Beaucoup d’entre vous ont peur d’elle car ils n’ont jusqu’à présent connu que la différence, l’indifférence et ne se croient pas assez bien pour elle. Ils pensent qu’elle n’est pas pour eux, qu’elle est pour les autres, qu’ils ne la méritent pas. Pourtant, ce bonheur là est pour tous. Il est la création que chacun doit s’accorder. Il appartient à tous. C’est vous qui choisissez de l’avoir et non l’inverse. La joie de vivre est une position que vous créez, que vous goûtez, que vous transmettez. Si vous lui ouvrez les portes et si vous l’accueillez, elle sera votre choix, votre position d’être et de vivre avec elle. Elle est un but qui définit l’essence de l’Être et tout ce qui s’y rapporte. Chaque être a sa puissance et sa vertu et doit la définir avec toute sa volonté pour vivre une vie d’amour, de paix, de bonheur. La joie de vivre est aussi un moyen, une liberté individuelle de vivre dans la gaieté et de la transmettre.

Celui qui désire être triste ne s’accorde pas l’avantage de la joie. Il se positionne dans son choix et pense qu’il ne peut accéder à autre chose car le monde lui dit qu’il est coupable et ses peurs l’empêchent de découvrir ce bonheur d’être et d’être heureux. Il suit le vouloir que l’on lui transmet et non le sien. Il ne sait pas qu’il a le droit d’y accéder et que cette accession dépend de son choix, de sa liberté individuelle d’être qui il a envie d’être. Sa vue est trouble car on lui montre un reflet sale, incertain, dévalorisant et coupable. Le vouloir de la société est le plus fort.

Aujourd’hui pourtant, je viens vous ouvrir les yeux en vous disant que vous êtes beaux, que vous n’êtes pas coupables, que vous avez un choix à faire et que vous devez vivre libres et heureux. Vous devez trouver cette joie de vivre en vous. Vous devez vous accorder cette possibilité. Vous devez rire et non pleurer. Vous devez espérer et non baisser les bras. Vous devez grandir en ayant cette part de joie en votre cœur. Vous devez la ressentir, la savourer, la laisser vous porter vers une direction plus claire de votre chemin et de votre reflet. Vous devez la voir, la sentir, la caresser, la vivre pleinement dans son immensité, dans sa valeur, dans sa force de lumière, de paix et d’amour. Enfin, vous devez l’adopter à chaque moment. Elle doit faire partie de votre être, de votre raison, de votre regard, de vos mots, de vos actes. Et vous devez rire et aimer rire, vous devez écouter sa douceur, son calme, son apaisement. Car votre cœur a souffert. Il a besoin de retrouver la paix profonde de l’âme. Et c’est avec elle, grâce à elle que vous la trouverez et que vous prendrez un nouveau chemin dans la joie de vivre car vous vivrez cette joie pleinement, sûrement, dans l’espoir d’un monde nouveau qui aura ce reflet, votre reflet d’une joie de vivre éblouissante et porteuse, aimante et nourrissante, belle et apaisante, guérissante et lumineuse. La joie est un monde nouveau parmi le monde. Il doit éclore enfin. Il doit définir la nouvelle vie, votre nouvelle vie. Il doit édifier la lumière.

Croyez en vous, mes enfants. Aimez-vous avant de chercher le bonheur et le bonheur viendra à vous. Il est vous et vous êtes beaux, pleinement beaux. Je vous aime et je vous transmets cette joie de vivre par mes mots, par mes énergies, afin que cette découverte fasse enfin partie de vous et de l’humanité. Toute la beauté de l’univers vous appartient et vous lui appartenez aussi. Vous êtes elle, elle est vous. Elle est belle, vous êtes beaux. Riez, aimez, respirez pleinement cette joie, cette beauté universelle. Elle est là pour vous. Elle est vous.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 29/06/2009.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.