Prendre le temps de vivre est essentiel

Prendre le temps de vivre

« Le chemin du Bien-Être, ce n’est pas travailler dur.
Le chemin du Bien-Être, c’est se sentir bien.
Abraham Hicks

*

Prendre le temps de vivre pour découvrir le bien-être, prendre la pause qui nous relie à tout ce qui est, est essentiel. Ceci nous permet d’entrer dans la conscience du Tout et ainsi, les bienfaits qui sommeillent à l’intérieur de nous peuvent se ressentir, s’exprimer, se vivre.

Prendre le temps de vivre et s’accorder ce privilège est essentiel. La pause fait du bien au corps et à l’esprit et procède aux reconnexions intérieures. Elle livre ainsi les richesses endormies, le trésor qui sommeille en nous.

Être bien est être riche de soi. L’âme s’exprime ainsi et se fait entendre. L’intuition atteint la conscience humaine. Car la pause nous fait pénétrer dans le calme intérieur. Elle nous ouvre la voie de l’âme. Elle permet à l’Esprit qui sommeille de se révéler peu à peu. Le cœur s’ouvre et inonde chaque cellule du corps qui rayonne l’amour.

C’est pourquoi, s’accorder du bon temps, prendre le temps de vivre, partager les plaisirs de la vie, permet à l’être de s’ouvrir à la voie intérieure par le bien-être ressenti. Dans cet espace règne le calme, la paix. Dans cet espace le mental ne peut imposer son pouvoir.

L’instant présent se ressent, la connexion se fait plus ou moins longuement mais ici on touche au plaisir simple d’être qui on est. Et ceci fait tout. Ceci nous relie à notre dimension intérieure d’amour où l’essentiel de la vie demeure.

Avec le beau temps, je me relie à la nature, au ciel, au soleil encore plus facilement. J’écoute le chant des oiseaux, les cloches des vaches qui tintent au loin. Je me pose dans le silence profond qui se dégage de la Terre et je fusionne en moi, dans ma profondeur où je trouve le bien-être, la joie, l’amour. Ces moments sont porteurs et me permettent de m’unir au Tout, à mon âme, à la Présence de l’Être en moi. Ne rien rechercher ni vouloir, être simplement bien avec soi … 

Beaucoup de personnes ne prennent pas le temps de pénétrer dans la conscience du Tout, ne savent pas comment être bien et recherchent des moyens extérieurs pour y parvenir. Elles écoutent le bavardage incessant du mental qui pose toujours des limites à l’intériorisation, évoquant le manque de temps, le sentiment de culpabilité aussi car ne pas être dans l’action est souvent mal perçu par l’entourage.

Pourtant il est important qu’il y ait un temps pour travailler, un temps pour se reposer, un temps pour s’intérioriser et prendre soin de soi afin que le bien-être fasse partie de l’être. Toutes les distractions extérieures ne mènent pas à la pause intérieure et l’espace intérieur est pourtant le plus facile à trouver et le moins onéreux. Il est simple d’y pénétrer, simple de le ressentir, simple d’être en lui pour laisser s’exprimer le potentiel qui y demeure.

Aujourd’hui je choisis de me poser et d’apprécier la vie en moi. Et vous, que choisissez-vous ?

Mirena, le 14 Mai 2015.
Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Se libérer de la peur

Se libérer de la peur

Dans la peur, nous avons la capacité de conscientiser la Vérité. Avec elle, nous pouvons grandir. Pourquoi cela ? Parce que la peur est issue d’un passé accompli et grâce à ce vécu toujours présent dans notre corps et dans notre aura par les mémoires qui le représentent, nous pouvons accéder à la forme simple du pardon.

Mais me direz-vous, qu’est-ce que le pardon vient faire dans le cas précis des peurs en soi ? Le pardon est salvateur de bien des maux. Grâce à lui, nous avons la capacité de lâcher prise sur les peurs ainsi que sur tous les sentiments négatifs qui assombrissent nos énergies. Grâce à lui, nous accédons au changement.

Le pardon nous permet d’accéder aux différentes étapes de la conscience individuelle. Il s’agit là du pardon de soi qui coupe les liens avec les actes du passé lorsqu’ils sont reconnus de notre propre création.

Car en nous tout est inscrit ; dans notre ADN, dans nos centres énergétiques du corps, dans nos organes, dans nos tissus, dans notre aura. En nous pardonnant pour les peurs ressenties, nous nous pardonnons également pour les actes du passé, qu’ils soient conscients ou non. Nous accédons ainsi à la libération des peurs en nous. Dans ce positionnement, nous nous reconnaissons responsables de tout ce qui vient à nous.

Lorsqu’une peur survient, elle ne doit pas être repoussée. Nous devons lui ouvrir la voie du cœur et nous pardonner son origine. Par la loi d’attraction, la peur qui remonte en nous, est le juste retour de l’énergie émise et elle demeure de ce fait, notre propre création. Nous sommes responsables à 100 % de ce qui survient dans notre vie. L’énergie que nous avons déployée, et donc nos créations lui ont donné forme.

Tout ce qui est refoulé revient avec plus de puissance. Il ne sert à rien de ne pas voir ou bien de rejeter « la faute » sur l’autre. Tant que la conscience ne s’ouvre pas sur la vérité, la libération ne peut intervenir.

Lorsqu’une peur survient, elle doit être regardée, comprise et acceptée. L’acceptation permet de la libérer par le pardon de soi. Par contre, si la peur est refoulée, elle reviendra plus tard avec plus de puissance. Le mental se fera alors un malin plaisir à l’amplifier par de fausses pensées, par des images, par des croyances erronées qui entraineront l’être dans la spirale de la peur.

Choisissons de nous pardonner les peurs, mais aussi la culpabilité, la rancœur, la violence, la jalousie… et nous serons allégés de leurs poids. Choisissons d’accepter les épreuves, d’accepter d’être responsables d’elles. L’acceptation ouvre la voie du cœur et celle du pardon.

A pratiquer aussi dès que la tristesse émerge en soi, dès qu’un problème survient, dès que le mental essaie de prendre le pouvoir. Ainsi, d’autres étapes de libération peuvent arriver jusqu’à nous et nous pouvons avancer vers la libération de nos êtres.

L’acceptation et le pardon sont de beaux outils libérateurs. Pas besoin de techniques compliquées pour être bien. Il y a juste à reconnaitre ce qui est et l’accepter. Reconnaitre « qui nous sommes » dans le jeu de la dualité et ne pas nous juger. Tout être situé dans l’acceptation, ouvre la porte de son cœur et se libère du poids du passé. Nous avons trop souvent été portés et soumis aux jugements, à la culpabilité, à la tristesse. Aujourd’hui, nous avons la chance de comprendre le fonctionnement de la vie humaine, de la dualité, ainsi que du jeu des énergies que nous déployons dans l’univers. Dans cette reconnaissance, nous n’avons pas besoin d’un Dieu extérieur, salvateur et libérateur. Nous avons la capacité d’ouvrir notre conscience à nous-mêmes et à l’amour qui nous libèrera du poids que nous portons depuis si longtemps.

Mirena, le 15 Octobre 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Le pouvoir de l’acceptation de soi

Le pouvoir de l'acceptation de soi

L’acceptation de soi a un grand pouvoir ; un pouvoir d’ouverture, de raison et de cœur. Elle ne limite pas et permet d’accueillir les évènements et les actes avec compréhension. Elle aide également à comprendre ses propres états intérieurs. Ainsi l’ouverture qui était restreinte auparavant, se fait en grand et permet d’accueillir la vie, les autres et soi-même avec un autre regard. Ce regard est celui de notre ressemblance avec l’âme et sa pureté. Plus nous sommes dans l’acceptation de ce qui est et de ce que nous attirons, plus nous suivons avec simplicité et amour le chemin que nous montre notre âme. Nous sommes ainsi proches d’elle par l’ouverture créée, laissant se dérouler les compréhensions qui auparavant ne pouvaient se faire.

L’acceptation de soi a une grande influence sur l’ouverture de la conscience. Une influence qui dirige les pensées vers la reconnaissance des actes passés et qui permet la libération des mémoires en soi. S’accepter c’est se reconnaitre et s’ouvrir au véritable pardon qui libère l’être de ses créations négatives. Avec lui, l’illusion ne dirige plus l’être, ne le maintient plus dans les états inférieurs de conscience. Les blocages en soi proviennent uniquement de cet état de croyance qui sépare et différencie, qui éloigne les êtres ainsi que toute vérité.

L’acceptation se soi permet de se libérer du mental. Elle pose sur les actes passés un regard apaisant. Ainsi, le mental n’a plus aucun pouvoir et ne peut maintenir l’être dans la culpabilité, dans la rancœur, dans les schémas et comportements négatifs.

L’acceptation de soi est le regard du miroir que l’on pose sur soi, en acceptant l’être que l’on est avec amour et compréhension. C’est être en accord avec soi et ne pas se dissocier des problèmes mais au contraire reconnaitre leur sens réel ainsi que leurs causes.

L’acceptation de soi permet de se détacher du passé et de ses souffrances. C’est enfin lâcher les regrets et la culpabilité pour s’ouvrir à la compréhension du chemin spirituel et de l’ouvrage à réaliser. C’est accepter son rôle d’élève de la Vie et ne plus nourrir le négatif.

L’acceptation de soi ouvre la porte de l’amour. Son onde peut ainsi nourrir l’être de ses énergies. Car s’accepter c’est s’aimer avant tout, c’est se reconnaitre partie divine de l’Univers.

L’acceptation de soi permet enfin d’accueillir les autres dans l’amour car leur reflet ne renvoie plus l’image négative de soi. Elle délivre au contraire l’image bienfaisante et positive qui rayonne en soi et autour de soi.

L’acceptation de soi est la reconnaissance de sa propre responsabilité dans tout ce qui est. C’est également reconnaitre sa vraie nature lumineuse et aimante.

Mirena, le 28 Août 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.