A la rencontre des mondes parallèles

Les mondes parallèles

Nous nous ouvrons aux mondes parallèles, aux divers espaces multi dimensionnels qui sont autour de nous. Certains demeurent également en nous. Nous appartenons au microcosme et au macrocosme. Nous sommes à la fois l’infiniment grand, l’infiniment petit et l’Unité aussi. Notre conscience appréhende peu à peu ces aspects de l’Univers et très bientôt nous les découvrirons dans la simplicité de « Qui Nous Sommes ».

Mais pour cela, il est impératif de nous ouvrir à la puissance de l’Amour divin qui demeure dans nos cœurs afin de nous laisser porter par celle-ci. Lorsque nous découvrons cette puissance infinie, notre conscience s’ouvre au-delà de nos limites et de nos croyances. Nous faisons ainsi un pas vers la découverte de l’Univers qui demeure en nous et autour de nous.

Par l’intention nous avons la capacité de nous y déplacer, de voyager par la pensée et de nous y déposer pour découvrir tous ces mondes merveilleusement beaux. Plus nous serons libérés de nos mémoires et de nos liens négatifs, plus notre conscience avancera dans cette découverte, libérant peu à peu toute la simplicité de l’Univers qui n’est autre que l’ampleur de nos capacités à vivre en Lui.

L’Amour divin est le nôtre et il est important de nous en rapprocher pour toucher à l’infiniment grand et à l’infiniment petit. En nous unissant à Lui, en fusionnant avec ses énergies, en les semant autour de nous, nous entrons dans la conscience universelle du Tout et nous nous rapprochons peu à peu de sa conscience.

C’est grâce à l’Amour que nous comprenons les autres, la vie, le bien et le moins bien. C’est grâce à l’Amour que nous ne voyons plus les différences, la séparation, et que nous unissons notre conscience à la conscience du Tout. Ainsi il est possible de vivre dans l’harmonie, en paix avec soi-même ainsi qu’avec les autres.

L’Amour nous rapproche également de la nature, des végétaux, des minéraux, des animaux, du ciel et des étoiles, du soleil et de La Source. Avec Lui, nous ne faisons qu’Un et nous appartenons à cette vérité. Ainsi nous dépassons toutes nos limites et allons au-delà de notre vie humaine.

Nos déplacements dans les diverses dimensions vont s’étendre. Dès lors que nous sortons de nos limites, il demeure en nous un appel vers ce retour à La Source que nous ressentons profondément. Nous retrouvons ainsi nos capacités multi dimensionnelles et nous accédons aux diverses formes de la connaissance qui sont des fragmentations de la Connaissance universelle.

Il est temps aujourd’hui de comprendre cela pour sortir de nos limites intellectuelles. Il est temps de ressentir l’appel de notre âme pour enfin aller au-delà de ce que nous connaissons. Il est temps d’user de nos capacités multi sensorielles, multi dimensionnelles afin de nous projeter hors du temps, dans l’espace divin de l’Univers auquel nous appartenons.

Pour cela, pas de peur, pas de mental négatif mais du lâcher prise. C’est en nous laissant porter par notre volonté que nous sortons des limites du temps humain pour découvrir l’infini de nos capacités.

Les connaissances humaines doivent être dépassées afin de nous en remettre uniquement à notre intuition et à notre âme. Elle seule sait mieux que quiconque nous conduire sur les sommets de l’élévation.

Mirena, le 2 Décembre 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Nous sommes l’infinie création

L'infinie création

L’être humain se pose beaucoup de limites.
Il n’arrive pas à avancer dans ce qu’il aime car il doute de lui,
il doute de ses capacités. Il croit plus en ses limites qu’en ses capacités.
Ses doutes bloquent toutes ses possibilités d’avancement.
Ses doutes ferment la porte aux énergies de la réalisation.
De ce fait, l’être subit sa vie, plutôt qu’il ne la vit.

Maître Saint-Germain – Extrait tiré du livre de « La Clé de Vie »
Transmis par Mirena

 

La pensée est la logique de toute vie car elle transporte avec elle l’avancement en tout lieu. C’est par elle que chacun construit sa vie.

Nous devons opter pour le choix de nous situer dans des pensées « lumière ». En étant dans cette volonté, nous amplifions le processus de guérison de notre corps physique. En pratiquant la pensée « lumière », nous augmentons nos vibrations et nous ouvrons la porte à tous les possibles. 

La libération en chacun peut évoluer à cette condition. Nos limites sont ainsi dépassées et nous franchissons alors, en accord avec la vibration « lumière », les étapes de guérison. En donnant cette impulsion et en développant la vibration de foi et d’amour, nous créons un dépassement certain qui apporte la guérison. C’est pourquoi, il est important de comprendre le but de la guérison humaine et nous y stabiliser.

La volonté a une forte influence sur notre chemin et sur le placement de notre être en lui. Il n’y a aucune limite à voir au-delà de nos perceptions et de nos croyances, bien au contraire, c’est ce qui ouvre les portes de l’infinie création. Il y a la Vie et la grandeur en toute parcelle de vie, car en elle demeure la Vérité pure et profonde. En elle demeure l’atome divin qui agit, qui actionne nos demandes à l’infini.

C’est pourquoi, hors de nos limites, de nos doutes, et de nos blocages, nous sommes des êtres de l’infinie création. Nous sommes des créateurs, et la lumière, dans sa vibration la plus élevée, réalise nos demandes et donc, de ce fait, active la guérison.

Il est temps d’ouvrir nos consciences à la vibration de l’infinie création. La volonté en chacun permet de s’y positionner fermement et ôte les limites qui obscurcissent nos capacités. Savoir que tout est divin en nous et autour de nous, permet d’accéder aux plans supérieurs de la Vie.

Reconnaissons-nous en tant qu’Êtres divins et nous accomplirons les miracles de la Vie, de notre vie, et prendrons enfin notre liberté.

Mirena, le 29 Mai 2014
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Vivre dans le coeur

Amour

Chaque individu a en lui deux fonctionnements, issus de la pensée, et qui régissent et activent les énergies.

Le premier développe la compréhension de l’avancement et donc le changement. Il peut-être en chacun une aide bénéfique lorsqu’il ouvre l’intellect au savoir de l’univers pour être intégré par le cœur. Dans cet alignement, il instruit l’être et le guide sur son chemin d’évolution.

Le deuxième, toujours issu de la pensée, peut-être un simple réservoir de connaissances qui stocke les informations reçues, sans application ni intégration. Et lorsque le savoir reste au stade de la pensée, il ne permet aucune avancée car il est géré uniquement par le mental qui l’utilise souvent pour affirmer l’être dans un jeu de pouvoir lié à sa connaissance personnelle.

La différence entre ces deux formes d’être est importante et chacun doit arriver à la discerner. Les temps actuels nous poussent à avancer et à nous ouvrir à cette évidence. Savoir reconnaitre ces deux formes d’être issues de la pensée est nécessaire pour conscientiser en soi l’avancement.

Il ne faut pas se leurrer, la connaissance reçue doit descendre au niveau du cœur pour être appliquée et vécue, pour être finalement intégrée. Si elle demeure au niveau du mental et ne descend pas dans le cœur pour être vécue, elle ne sert qu’à alimenter le mental qui grossira par cet afflux de connaissances et nourrira l’ego sans jamais permettre à la personne de vivre ce qu’elle a appris.

C’est ainsi que beaucoup de personnes lisent et stockent dans leur mental des connaissances qui ne leur servent pas. Les techniques apprises sont nombreuses, sans être appliquées car non vécues et non intégrées.

Tout savoir doit être compris, appliqué, vécu, intégré. Toute connaissance doit passer par le cœur, c’est-à-dire vécue avec amour, gratitude et joie, et donc comprise. Sans application de l’amour, sans ouverture du cœur, il ne peut y avoir de changement certain en soi.

Il en est de même dans les relations négatives entre personnes. Si l’accueil se fait par le cœur, on comprend l’autre et on lui transmet la vibration d’amour qui apaise. On comprend sa propre responsabilité et le changement qui doit être opéré en soi. Par contre, si l’accueil se fait par le mental, les énergies sont nourries par la négativité et le processus du rejet de l’autre s’installe. La relation devient accusatrice, voire agressive, violente et crée des blessures en chacun.

Vivre et appliquer la raison du cœur, c’est intégrer le savoir de l’univers par notre amour, par notre gratitude et notre joie, pour gravir les étapes de l’élévation et se transformer.

Belle réflexion à tous.

Mirena, le 15 Avril 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Photo www.eternelpresent.ch

La Perception

Qu’est-ce que la perception ? Qu’est-ce que voir ?
Comment voyez-vous cet arbre ? Regardez un instant.

Avec quels yeux le regardez-vous ?
Est-ce une observation purement optique, observant la forme,
le motif ou la lumière qui joue sur les feuilles ?
Ou bien, quand vous observez un arbre, le nommez-vous,
disant « c’est un chêne » et passez à côté de lui ?
En le nommant, vous ne regardez plus l’arbre – le mot nie la chose.
Pouvez-vous le regarder sans mot ?…

Nous apprenons ensemble à observer cet arbre… sans critique,
sans préférence ou aversion, en observant tout simplement.
Maintenant avec cette observation-là, pouvez-vous regarder
votre violence, votre colère, votre irritation, votre conformisme,
votre résignation ?…

Pouvez-vous regarder, observer, avec un regard lucide,

sans les mots, « ma femme » ou « mon mari », sans le souvenir
de toutes les blessures accumulées, sans le souvenir des choses
passées ? Et lorsque vous pouvez observer sans le passé,
sans toutes les images que vous vous faites d’elle ou de vous,
alors il y a une relation correcte entre vous et elle…

Lorsqu’il y a observation et par conséquent, aucun mouvement
de la pensée, l’observateur n’est pas différent de l’observé.

L’observation est comme une flamme qui est attention
et avec cette capacité d’observation, les blessures, le sentiment
d’avoir de la peine, la haine, tout cela est consumé, envolé.

J. Krishnamurti, La Flamme de l’attention, éditions Le Rocher.

Transmis par Mirena, le 12/12/12.
Photo Mirena.