Conscience et maitrise de soi

 Le Yin et le Yang*

La haine est le pire des sentiments. Au-delà de la colère, elle happe l’être dans un combat sans merci qui le relie au centre puissant des forces sombres. Elle est un point d’ancrage de la matrice négative qui entraine la rupture avec la lumière. Plus le conditionnement de la haine est puissant, plus l’être perd le contrôle de lui-même. Les drames ont ainsi lieu.

La peur provoque également en soi une ouverture énergétique et le hameçonnage de la matrice négative peut alors se faire et agir au sein même de l’être. Les sentiments négatifs sont tous des ouvertures sur le négatif. Ainsi nous ne sommes pas libres de penser, pas libres d’être, pas libres de vivre.

Si nous désirons la paix, nous ne devons pas céder aux émotions mais rester centrés dans notre lumière. Nous devons agir en êtres responsables et conscients de ce qui est et ne pas nous laisser entrainer dans le sillage des forces sombres ; ne pas répondre à la violence par la violence.

Les médias nous inondent d’images des derniers évènements et attentats de Paris. Regarder ces images et écouter les commentaires diffusés à longueur de journée, c’est s’en nourrir. Ceci provoque des émotions de tristesse, de peur, de colère, et donc des décentrages. Et nos enfants regardent ces images de guerre et s’en imprègnent. Imaginez l’impact que cela a.

La compassion est en revanche la meilleure aide que chacun puisse apporter. Elle ne consiste pas à se laisser prendre par les émotions des êtres en souffrance. Lorsqu’elle rayonne en soi, elle les éclaire justement par l’Amour sincère et vrai. La vibration est modifiée et agit sur les êtres et les circonstances.

Tant que la guerre répondra à la guerre, le négatif sera nourri. Tant que les gouvernements n’agiront pas pour le meilleur des populations et non pour régner sur le monde, la paix ne sera pas. Le pouvoir et le profit sont le moteur de la décadence mondiale.

Rester maitre de soi est la voie à tenir. La paix ne s’instaurera qu’à cette condition. Les luttes alimentent les luttes. La guerre alimente le pouvoir de l’ombre et nous entraine avec lui. Devenons des êtres conscients et agissons en conséquence. Il est temps de s’unir en ce sens.

Mirena, le 17/11/2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Aujourd’hui je choisis … la paix intérieure

La paix*

Aujourd’hui je choisis la paix et je reste centré dans le calme intérieur de mon être. Je choisis de laisser entrer en moi uniquement les énergies positives, les énergies de joie, d’amour et de lumière.

Aujourd’hui je m’élève au-dessus de la négativité et je comprends le jeu des énergies positives et négatives. Ainsi, je reste stable dans mes énergies de lumière et je ne laisse personne y pénétrer.

Aujourd’hui je me détache des images de violence et de peur que l’on me soumet, ainsi que du mental négatif qui essaie de me garder sous son pouvoir.

Aujourd’hui je m’entoure de l’énergie de l’amour pour mon bien-être et ma stabilité.

Aujourd’hui je suis en paix avec moi-même et avec tout ce qui est extérieur à moi. Je reste dans cette énergie et je bénéficie de ses bienfaits.

Aujourd’hui je suis la paix et je la répands autour de moi. Chaque être est ainsi touché par sa vibration et la transmet également autour de lui pour la répandre sur Terre.

Aujourd’hui je choisis la paix intérieure, je choisis le meilleur pour moi et mes énergies.

 

Affirmation positive.
Mirena, le 4 Décembre 2014Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Le refuge de la paix intérieure

Le refuge est en soi
En ces temps de troubles, de grands questionnements se posent. Chacun est dans la recherche d’un mieux pour survoler les turbulences qu’il peut parfois ressentir.

Pourtant, malgré les tensions, au-delà des divergences et des peurs, il règne un profond calme en soi. Celui-ci est « le refuge ». Il est à découvrir et à ressentir pour ne pas se laisser envahir par les ondes négatives. L’espoir renait en lui car, en ce lieu règne la paix. Lorsque les pensées y sont placées, la paix intérieure s’installe. Tout ce qui pourrait être déstabilisant ne peut percer sa pureté. Ainsi l’être accueille ce qui vient à lui différemment, c’est-à-dire par l’amour de son cœur.

Ce refuge de paix intérieure dans lequel demeure l’Amour, est un cocon de lumière qui nourrit intensément l’être de ses vibrations élevées. Lorsque la pensée est placée en lui, la conscience déploie avec certitude sa puissance et sa subtilité. Dans cette demeure rien ne peut troubler cette vibration. Ainsi centré, la lumière de Vie se répand pour former une carapace d’Amour que rien ne peut déstabiliser.

La vision du monde est troublée par les états négatifs que chacun émet et entretient. Se forment ainsi des nœuds qui empêchent le courant de l’amour de circuler librement. Imaginons un instant que chacun émette une fréquence d’amour continue. Cela engendrerait une étendue de celui-ci par la trame de l’univers. Chacun placerait ainsi son choix au niveau supérieur de sa pensée et agirait grâce à la conscience de l’Amour. Ses actes ne seraient pas dirigés par l’état négatif. Se répercuteraient ainsi sur le monde et sur l’humanité de réelles ouvertures et des prises de conscience lumineuses qui apaiseraient la violence.

Chacun d’entre nous est, un jour ou l’autre, touché par la grâce de l’Amour et son état de conscience. Il peut ainsi s’orienter vers une étape supérieure de la conscience et faire des choix plus lumineux. Chacun d’entre nous à la capacité d’œuvrer sur le plan de la conscience de la Vie pour aider ceux qui se sont égarés par la négativité.

L’énergie que nous émettons, est plus puissante qu’il n’y parait, et il demeure dans cette action, dans cette conscience, une possibilité concrète d’œuvrer au sein de la Terre et de l’univers. Chacun a l’opportunité d’œuvrer pour un monde meilleur, d’œuvrer pour apaiser les souffrances, en rayonnant l’Amour de son centre. Cette simplicité est pourtant une vérité. Nous n’avons pas besoin de techniques compliquées pour répandre la paix dans le monde.

Mirena, le 08 Septembre 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Le lait de vie

Une phrase articulée est un univers, un mot prononcé est un monde avec son soleil, un son émis est une planète, une terre de vie. Sachez qu’en réalité, vous êtes un dieu pour les paroles que vous faites naître de votre bouche. Elles créent et supportent des mondes que vous ne soupçonnez pas mais que vous devez maintenant ne plus ignorer. Les plus anciens textes que porte notre Terre proclament que tout vint d’un son émis par le Père. Cela n’est pas une vaine affirmation. La vibration est la vie la plus originelle qui se puisse concevoir. Il importe donc, pour œuvrer dans la voie du Sans-Nom, que les mots ne tombent point de vos lèvres mais en coulent doucement comme un lait de vie. Il importe qu’ils n’en surgissent point tel un torrent mais se répandent paisiblement ainsi qu’une onde de fraîcheur. D’autres frères que moi vous ont enseigné l’analogie et ses principes, recevez donc mes paroles selon ceux-là. A compter d’aujourd’hui, vous essaierez de voir en chaque mot un système solaire, vous en boirez la racine signifiante en tant que feu central, vous en ressentirez chaque syllabe, chaque son comme autant de planètes…

Sachez bien que ces sons sont matière sur un plan que vos regards et votre réflexion ne peuvent encore appréhender. Retenez-le, la matière est une force. Il vous faudra apprendre à la faire rouler selon votre cœur car, comme toute énergie, elle se montre duelle, vivifiante ou dévastatrice… De l’exactitude de votre prononciation, de la chaleur que vous saurez y enclore par les vibrations de votre cœur dépendra son action…

De mémoire d’Essénien – Daniel Meurois et Anne Givaudan.
Editions Le Passe-Monde.

Transmis par Mirena, le 17 Janvier 2013.