Conscience et maitrise de soi

 Le Yin et le Yang*

La haine est le pire des sentiments. Au-delà de la colère, elle happe l’être dans un combat sans merci qui le relie au centre puissant des forces sombres. Elle est un point d’ancrage de la matrice négative qui entraine la rupture avec la lumière. Plus le conditionnement de la haine est puissant, plus l’être perd le contrôle de lui-même. Les drames ont ainsi lieu.

La peur provoque également en soi une ouverture énergétique et le hameçonnage de la matrice négative peut alors se faire et agir au sein même de l’être. Les sentiments négatifs sont tous des ouvertures sur le négatif. Ainsi nous ne sommes pas libres de penser, pas libres d’être, pas libres de vivre.

Si nous désirons la paix, nous ne devons pas céder aux émotions mais rester centrés dans notre lumière. Nous devons agir en êtres responsables et conscients de ce qui est et ne pas nous laisser entrainer dans le sillage des forces sombres ; ne pas répondre à la violence par la violence.

Les médias nous inondent d’images des derniers évènements et attentats de Paris. Regarder ces images et écouter les commentaires diffusés à longueur de journée, c’est s’en nourrir. Ceci provoque des émotions de tristesse, de peur, de colère, et donc des décentrages. Et nos enfants regardent ces images de guerre et s’en imprègnent. Imaginez l’impact que cela a.

La compassion est en revanche la meilleure aide que chacun puisse apporter. Elle ne consiste pas à se laisser prendre par les émotions des êtres en souffrance. Lorsqu’elle rayonne en soi, elle les éclaire justement par l’Amour sincère et vrai. La vibration est modifiée et agit sur les êtres et les circonstances.

Tant que la guerre répondra à la guerre, le négatif sera nourri. Tant que les gouvernements n’agiront pas pour le meilleur des populations et non pour régner sur le monde, la paix ne sera pas. Le pouvoir et le profit sont le moteur de la décadence mondiale.

Rester maitre de soi est la voie à tenir. La paix ne s’instaurera qu’à cette condition. Les luttes alimentent les luttes. La guerre alimente le pouvoir de l’ombre et nous entraine avec lui. Devenons des êtres conscients et agissons en conséquence. Il est temps de s’unir en ce sens.

Mirena, le 17/11/2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Aujourd’hui je choisis … la paix intérieure

La paix*

Aujourd’hui je choisis la paix et je reste centré dans le calme intérieur de mon être. Je choisis de laisser entrer en moi uniquement les énergies positives, les énergies de joie, d’amour et de lumière.

Aujourd’hui je m’élève au-dessus de la négativité et je comprends le jeu des énergies positives et négatives. Ainsi, je reste stable dans mes énergies de lumière et je ne laisse personne y pénétrer.

Aujourd’hui je me détache des images de violence et de peur que l’on me soumet, ainsi que du mental négatif qui essaie de me garder sous son pouvoir.

Aujourd’hui je m’entoure de l’énergie de l’amour pour mon bien-être et ma stabilité.

Aujourd’hui je suis en paix avec moi-même et avec tout ce qui est extérieur à moi. Je reste dans cette énergie et je bénéficie de ses bienfaits.

Aujourd’hui je suis la paix et je la répands autour de moi. Chaque être est ainsi touché par sa vibration et la transmet également autour de lui pour la répandre sur Terre.

Aujourd’hui je choisis la paix intérieure, je choisis le meilleur pour moi et mes énergies.

 

Affirmation positive.
Mirena, le 4 Décembre 2014Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Se libérer de la peur

Se libérer de la peur

Dans la peur, nous avons la capacité de conscientiser la Vérité. Avec elle, nous pouvons grandir. Pourquoi cela ? Parce que la peur est issue d’un passé accompli et grâce à ce vécu toujours présent dans notre corps et dans notre aura par les mémoires qui le représentent, nous pouvons accéder à la forme simple du pardon.

Mais me direz-vous, qu’est-ce que le pardon vient faire dans le cas précis des peurs en soi ? Le pardon est salvateur de bien des maux. Grâce à lui, nous avons la capacité de lâcher prise sur les peurs ainsi que sur tous les sentiments négatifs qui assombrissent nos énergies. Grâce à lui, nous accédons au changement.

Le pardon nous permet d’accéder aux différentes étapes de la conscience individuelle. Il s’agit là du pardon de soi qui coupe les liens avec les actes du passé lorsqu’ils sont reconnus de notre propre création.

Car en nous tout est inscrit ; dans notre ADN, dans nos centres énergétiques du corps, dans nos organes, dans nos tissus, dans notre aura. En nous pardonnant pour les peurs ressenties, nous nous pardonnons également pour les actes du passé, qu’ils soient conscients ou non. Nous accédons ainsi à la libération des peurs en nous. Dans ce positionnement, nous nous reconnaissons responsables de tout ce qui vient à nous.

Lorsqu’une peur survient, elle ne doit pas être repoussée. Nous devons lui ouvrir la voie du cœur et nous pardonner son origine. Par la loi d’attraction, la peur qui remonte en nous, est le juste retour de l’énergie émise et elle demeure de ce fait, notre propre création. Nous sommes responsables à 100 % de ce qui survient dans notre vie. L’énergie que nous avons déployée, et donc nos créations lui ont donné forme.

Tout ce qui est refoulé revient avec plus de puissance. Il ne sert à rien de ne pas voir ou bien de rejeter « la faute » sur l’autre. Tant que la conscience ne s’ouvre pas sur la vérité, la libération ne peut intervenir.

Lorsqu’une peur survient, elle doit être regardée, comprise et acceptée. L’acceptation permet de la libérer par le pardon de soi. Par contre, si la peur est refoulée, elle reviendra plus tard avec plus de puissance. Le mental se fera alors un malin plaisir à l’amplifier par de fausses pensées, par des images, par des croyances erronées qui entraineront l’être dans la spirale de la peur.

Choisissons de nous pardonner les peurs, mais aussi la culpabilité, la rancœur, la violence, la jalousie… et nous serons allégés de leurs poids. Choisissons d’accepter les épreuves, d’accepter d’être responsables d’elles. L’acceptation ouvre la voie du cœur et celle du pardon.

A pratiquer aussi dès que la tristesse émerge en soi, dès qu’un problème survient, dès que le mental essaie de prendre le pouvoir. Ainsi, d’autres étapes de libération peuvent arriver jusqu’à nous et nous pouvons avancer vers la libération de nos êtres.

L’acceptation et le pardon sont de beaux outils libérateurs. Pas besoin de techniques compliquées pour être bien. Il y a juste à reconnaitre ce qui est et l’accepter. Reconnaitre « qui nous sommes » dans le jeu de la dualité et ne pas nous juger. Tout être situé dans l’acceptation, ouvre la porte de son cœur et se libère du poids du passé. Nous avons trop souvent été portés et soumis aux jugements, à la culpabilité, à la tristesse. Aujourd’hui, nous avons la chance de comprendre le fonctionnement de la vie humaine, de la dualité, ainsi que du jeu des énergies que nous déployons dans l’univers. Dans cette reconnaissance, nous n’avons pas besoin d’un Dieu extérieur, salvateur et libérateur. Nous avons la capacité d’ouvrir notre conscience à nous-mêmes et à l’amour qui nous libèrera du poids que nous portons depuis si longtemps.

Mirena, le 15 Octobre 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.