Le déni retarde la connexion intérieure

Les énergies du mois de janvier ont été pour beaucoup assez déstabilisantes. Elles le sont encore. Beaucoup espèrent un répit mais n’est-ce pas dans la reconnexion intérieure et la paix du cœur que la pause s’installe ? Notre chemin est sans fin et dans cette période exceptionnelle où nous nous sommes engagés et où la Reconnexion intérieure est en cours, nous ne pouvons que poursuivre en nous aimant, en nous comprenant, en nous acceptant tels que nous sommes pour nous libérer de l’illusion.

Il est temps d’agir en s’engageant dans le changement que nous voulons voir autour de nous. Cesser de nous plaindre, d’être victimes et accepter que le monde est notre reflet. Agir en soi et non dans le désir de voir les autres changer. Nous ne pouvons changer le monde qu’en commençant par nous-mêmes et non en agissant sur ce qui ne nous convient pas à l’extérieur de nous. Tout est notre reflet et seul notre vouloir de changement intérieur se répercute à l’extérieur.

Nous vivons une période exceptionnelle et la capacité de nous libérer de l’illusion fleurit dans nos cœurs. Nous avons la possibilité de lâcher peu à peu le passé avec une rapidité que jamais auparavant nous n’avions vécue. Cette période exceptionnelle a été choisie par notre âme et l’importance de basculer dans le cœur prend actuellement toute sa raison si nous le désirons vraiment, si la pureté du cœur prend l’ascendant sur le mental.

L’individu veut le changement et parfois, il peine à le mettre en action, activant ses anciens schémas et demeurant dans ses anciennes croyances. Le vouloir de changer n’est pas réellement présent. La tâche intérieure ne voit pas le soleil. Il recherche encore l’allègement de ses souffrances à l’extérieur de lui et son ego le mène souvent dans cette voie illusoire. Il ne comprend pas encore qu’il est la Lumière, qu’il est la Vérité, qu’il est l’Amour qui peut tout. Il a peur de regarder ce qui fait mal, ce qui dérange, ce qui en fait lui permet de grandir et d’aller vers ce renouveau qu’il espère tant.

Or, c’est en faisant un retour vers l’intérieur qu’on trouve la clé de la libération de nos souffrances. Elle ouvre la porte à la raison du cœur. Et si la vie et les autres êtres humains sont accueillis par cette énergie et sa propre responsabilité prise dans les situations vécues, les libérations interviennent rapidement. Le temps de l’accusation de l’autre se termine, celui de la culpabilité et du jugement également. Le temps de la compréhension de soi et de l’acceptation de ce qui est nous fait renaitre à la Vie.

Certaines personnes restent bloquées dans la rancœur et la fermeture du cœur. Elles sont toujours dans le déni de leur état négatif, demeurant dans la victimisation et reportant leurs problèmes sur les autres, sur la vie. Elles restent enfermées dans le déni de leur propre responsabilité qui pourrait les aider à vivre dans le bien-être du corps et de l’esprit, et attirer l’abondance à elles en vibrant différemment.

Elles refusent de regarder en face leur propre responsabilité à attirer les situations négatives, elles nient le miroir que leur tend l’Univers et s’enferment dans l’illusion. Oui il n’est pas aisé pour tous de se voir réellement, de vouloir se voir tel qu’on est, car c’est un retour vers ses propres souffrances qui est parfois insupportable.

Pourtant, le déni n’arrange rien. Il ne permet pas de se libérer du passé et des mémoires. Le déni retarde la progression et ce qui n’est pas réglé dans cette vie, sera à vivre dans une autre incarnation. On ne peut passer à travers les mailles du filet de la Vie.

En cette période exceptionnelle, dans le basculement de conscience que nous vivons, il est pourtant nécessaire d’activer en soi le baume du cœur qui peut tout changer. La douceur, la tendresse, la compréhension la tolérance, la simplicité, la vérité, autant de valeurs d’ouverture qui sont la Vie, à accueillir et à respecter. Les faire nôtres afin que l’illusion se défasse. Intégrer que nous sommes la Vérité, la Lumière, l’Amour. Oui, nous sommes cela et rien d’autre. Seul le mental nous dit le contraire.

Notre envol vers la liberté intérieure demande encore de la volonté et de la transparence. Le chemin n’est jamais terminé. De repos il n’y a, sauf dans notre cœur. Et le vrai chemin est bien celui-ci, là où la pause nous définit dans la beauté de la Vie, là où on sait, là où on comprend, là où on ne se pose plus de question, là où on n’est pas différent, là où le pouvoir n’est plus.

Renaitre à la Vie est le chemin du retour vers l’intérieur. C’est se poser et ne rien rechercher dans la pause du cœur. C’est Être cela, tout simplement, dans la Joie et l’Amour qui nous portent, dans la fusion intérieure où l’Être prend toute la place. C’est le lieu où l’on a envie de peu de choses tellement on est bien. C’est le lieu où l’on comprend tout et où la Connaissance demeure.

C’est le lieu où l’on Est enfin vivant !

Mirena
Source : www.audeladesmots.org

 

 

 

Le chemin du coeur

Les rêves de l’homme sont bien souvent des constructions mentales menées par l’ego. Celui-ci élabore sa vie en fonction de ses désirs. Il anticipe, il prévoit, il prend des dispositions avant même que les choses aient le temps nécessaire de se placer. Il écoute la petite voix de l’ego qui lui montre l’illusion de la vie. Il se laisse emporter pour des placements, pour des édifications illusoires qui en sont le reflet.

Alors qu’un souffle nouveau prend naissance actuellement sur Terre, il est nécessaire d’apprendre à lâcher prise afin d’accueillir le meilleur pour soi. Il est temps de vivre sans établir des scénarios de vie, de ne pas se précipiter, de ne pas élaborer par le mental, mais de nous fixer sur notre ressenti intérieur, en créant notre vie avec nos désirs et en laissant les énergies nous apporter le meilleur.

L’être humain doit laisser remonter ce qui vient de l’intérieur et croire que ses rêves se réaliseront de la meilleure façon possible.

Écouter le cœur parler, lui laisser la place pour nous conduire. Là est le chemin…
Mirena.

Et pour illustrer cette réflexion :

Il était une fois trois arbres…

Il était une fois sur une montagne, trois arbres qui partageaient leurs rêves et leurs espoirs.

Le premier dit :  » Je voudrais être un coffre aux trésors, richement décoré, rempli d’or et de pierres précieuses. Ainsi tout le monde verrait ma beauté « .
Le deuxième arbre s’écria :  » Un jour, je serai un bateau solide et puissant, et je transporterai des reines et des rois à l’autre bout du monde. Tout le monde se sentira en sécurité à mon bord « .
Le troisième arbre dit :  » Je veux devenir le plus grand et le plus fort des arbres de la forêt. Les gens me verront au sommet de la colline, ils penseront au ciel et à Dieu, et à ma proximité avec eux. Je serai le plus grand arbre de tous les temps et les gens ne m’oublieront jamais « .

Les trois arbres prièrent pendant plusieurs années pour que leurs rêves se réalisent. Un jour arrivèrent trois bûcherons. L’un d’eux s’approcha du premier arbre et dit : « Cet arbre m’a l’air solide, je pourrais le vendre à un charpentier « . Et il lui donna un premier coup de hache. L’arbre était content, parce qu’il était sûr que le charpentier le transformerait en coffre aux trésors.

Le second bûcheron dit en voyant le second arbre : « Cet arbre m’a l’air solide et fort, je devrais pouvoir le vendre au constructeur de bateaux ». Le second arbre se réjouissait de pouvoir bientôt commencer sa carrière sur les océans.

Lorsque les bûcherons s’approchèrent du troisième arbre, celui-ci fut effrayé, car il savait que si on le coupait, ses rêves de grandeur seraient réduits à néant. L’un des bûcherons s’écria alors : « Je n’ai pas besoin d’un arbre spécial, alors je vais prendre celui-là ». Et le troisième arbre tomba.

Lorsque le premier arbre arriva chez le charpentier, il fut transformé en une simple mangeoire pour les animaux. On l’installa dans une étable et on le remplit de foin. Ce n’était pas du tout la réponse à sa prière. Le second arbre qui rêvait de transporter des rois sur les océans, fut transformé en barque de pêche. Ses rêves de puissance s’évanouirent. Le troisième arbre fut débité en larges pièces de bois et abandonné dans un coin. Les années passèrent et les arbres oublièrent leurs rêves passés.

Puis un jour, un homme et une femme arrivèrent à l’étable. La jeune femme donna naissance à un bébé et le couple l’installa dans la mangeoire qui avait été fabriquée avec le premier arbre. L’homme ne pouvait offrir un berceau pour le bébé, et cette mangeoire fit l’affaire. L’arbre comprit alors l’importance de l’événement qu’il était en train de vivre et sut qu’il contenait le trésor le plus précieux de tous les temps.

Des années plus tard, un groupe d’hommes monta dans la barque fabriquée avec le bois du second arbre. L’un d’eux était fatigué et s’endormit. Une tempête terrible se leva et l’arbre craignit de ne pas être assez fort pour garder tout son équipage en sécurité. Les hommes réveillèrent alors celui qui s’était endormi. Il se leva et dit : « Paix ! » Et la tempête s’arrêta. À ce moment, l’arbre sut qu’il avait transporté le Roi des rois.

Enfin, quelqu’un alla chercher le troisième arbre oublié dans un coin. Il fut transporté à travers les rues et l’homme qui le portait se faisait insulter par la foule. Cet homme fut cloué sur les pièces de bois élevées en croix et mourut au sommet de la colline. Lorsque le dimanche arriva, l’arbre réalisa qu’il avait été assez fort pour se tenir au sommet de la colline et être aussi proche de Dieu que possible, car Jésus le Christ avait été crucifié à son bois.

Ces trois arbres vécurent leur rêve d’une manière différente de ce qu’ils imaginaient, tellement moins orgueilleuse mais tellement plus forte ! Il est toujours important de croire en ses rêves et de toujours avoir la foi qu’ils vont se réaliser de la meilleure façon possible.

N’hésitez pas à faire confiance en l’énergie divine, qui sait mieux que vous, ce qui est bon pour vous.

Source inconnue.

Transmis par Mirena, le 3 Mars 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.