Le refuge de la paix intérieure

Le refuge est en soi
En ces temps de troubles, de grands questionnements se posent. Chacun est dans la recherche d’un mieux pour survoler les turbulences qu’il peut parfois ressentir.

Pourtant, malgré les tensions, au-delà des divergences et des peurs, il règne un profond calme en soi. Celui-ci est « le refuge ». Il est à découvrir et à ressentir pour ne pas se laisser envahir par les ondes négatives. L’espoir renait en lui car, en ce lieu règne la paix. Lorsque les pensées y sont placées, la paix intérieure s’installe. Tout ce qui pourrait être déstabilisant ne peut percer sa pureté. Ainsi l’être accueille ce qui vient à lui différemment, c’est-à-dire par l’amour de son cœur.

Ce refuge de paix intérieure dans lequel demeure l’Amour, est un cocon de lumière qui nourrit intensément l’être de ses vibrations élevées. Lorsque la pensée est placée en lui, la conscience déploie avec certitude sa puissance et sa subtilité. Dans cette demeure rien ne peut troubler cette vibration. Ainsi centré, la lumière de Vie se répand pour former une carapace d’Amour que rien ne peut déstabiliser.

La vision du monde est troublée par les états négatifs que chacun émet et entretient. Se forment ainsi des nœuds qui empêchent le courant de l’amour de circuler librement. Imaginons un instant que chacun émette une fréquence d’amour continue. Cela engendrerait une étendue de celui-ci par la trame de l’univers. Chacun placerait ainsi son choix au niveau supérieur de sa pensée et agirait grâce à la conscience de l’Amour. Ses actes ne seraient pas dirigés par l’état négatif. Se répercuteraient ainsi sur le monde et sur l’humanité de réelles ouvertures et des prises de conscience lumineuses qui apaiseraient la violence.

Chacun d’entre nous est, un jour ou l’autre, touché par la grâce de l’Amour et son état de conscience. Il peut ainsi s’orienter vers une étape supérieure de la conscience et faire des choix plus lumineux. Chacun d’entre nous à la capacité d’œuvrer sur le plan de la conscience de la Vie pour aider ceux qui se sont égarés par la négativité.

L’énergie que nous émettons, est plus puissante qu’il n’y parait, et il demeure dans cette action, dans cette conscience, une possibilité concrète d’œuvrer au sein de la Terre et de l’univers. Chacun a l’opportunité d’œuvrer pour un monde meilleur, d’œuvrer pour apaiser les souffrances, en rayonnant l’Amour de son centre. Cette simplicité est pourtant une vérité. Nous n’avons pas besoin de techniques compliquées pour répandre la paix dans le monde.

Mirena, le 08 Septembre 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Le monde est notre reflet

« Toute âme qui s’élève, élève le monde. »
— Gandhi

Le changement ne peut intervenir qu’à la base de sa création. Il existe dans le monde beaucoup de souffrances. Elles sont le reflet de notre création, de tout ce que nous avons formé en nous et autour de nous. Nos énergies ont créé la négativité qui forme aujourd’hui toute celle de la Terre. Car rien ne nous dissocie d’elle. Nous sommes faits du même atome divin et nous provenons de la même source.

Nous devons prendre conscience des répercussions de nos créations. Tout est matière à réflexion. Nous devons observer notre façon de vivre, de penser, de parler, d’agir. Il ne suffit plus de savoir et de ne pas agir. Il est nécessaire de reconnaître la négativité que nous créons, et à qui nous donnons forme dans notre monde. Tout s’inscrit et se développe autour de nous pour former notre humanité.

Certains êtres dénoncent les souffrances, l’inégalité, et œuvrent pour un changement mondial. Mais, si nous voulons réellement transformer ce qui est pour un monde meilleur, il est important aujourd’hui que nous ne soyons pas séparés de ce que nous créons.

Notre image est la Terre. Les souffrances qui y demeurent sont nos souffrances. Nous avons créé tout cela, et nous devons rectifier en nous toute la négativité qui y demeure pour pouvoir étendre le meilleur au-delà de notre être. Nous devons inverser nos positionnements et nos actes. Chacun a en lui cette responsabilité-là.

Tant que la croyance humaine demeurera dans la séparation et donc dans l’illusion, il ne sera pas possible d’œuvrer pour un changement mondial durable et donner le meilleur à tous. Nous ne formons qu’un, mais pas uniquement dans la lumière. Nous le sommes dans l’ombre également. C’est en modifiant nos états négatifs que nous pourrons basculer dans une vie plus équitable, plus juste, plus vertueuse. La violence attire la violence. L’amour attire l’amour.

Nous voulons une nouvelle vie ? A nous de la construire afin qu’elle puisse rayonner au-delà de nos êtres.

Nous voulons vivre dans l’amour ? A nous de l’intégrer, de le réaliser pour qu’il puisse s’étendre et toucher tout ce qui est.

Nous voulons la paix sur Terre ? A nous de la trouver en nous pour qu’elle touche ceux qui nous entourent.

Nous voulons plus de justice, plus d’honnêteté ? A nous d’être juste avec nous-mêmes et avec les autres, à nous de ne pas tricher.

Pour un monde de liberté, nous devons trouver la liberté de nos êtres en nous libérant de tout ce qui n’est pas lumineux. Nous devons œuvrer en nous pour étendre toutes les belles valeurs. Nous devons rayonner l’amour pour que celui-ci touche les cœurs de l’humanité.

Mirena, le 1er Mars 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.