La Reconnexion universelle

La Reconnexion*

Nous entrons dans une phase de reconnexion à la Lumière de Vie. Elle est et demeure le chemin de la découverte du Soi. Chacun peut s’il le désire, y accéder en reconnaissant sa part de lumière intérieure mais aussi en acceptant de faire partie du Tout. La relation macrocosme et microcosme s’établit alors dans la conscience. Ne pas se sentir séparés ni différents les uns des autres et appartenir à la Vie permet de pénétrer dans cette reconnaissance. La conscience s’établit ainsi pour un retour à La Source progressif.

L’établissement de la Vie en soi permet l’édification d’un grand changement intérieur. Chaque pensée, chaque acte et chaque parole sont alors placés dans cette relation universelle. Nous sommes conscients de l’impact de qui nous sommes sur Terre et dans l’Univers. Les reconnexions peuvent alors se faire car nous ne nous reconnaissons plus en tant qu’êtres individuels mais bien en tant qu’êtres universels. Et cela change tout. Nous nous reconnaissons Enfants de la Source et savons que chacun de nous en est un également.

Tout est appartenance à la Lumière de Vie et rien n’est différent de soi en ce monde. La relation fusionnelle avec la Terre, avec les hommes et l’Univers agit ainsi vers la Reconnexion universelle tant espérée.

Le changement intérieur nous montre la voie de l’union à tout être et toute chose. Le voile qui nous séparait tombe. Les libérations intérieures sont toutes des opportunités de nous reconnecter à la Lumière de Vie. Dans cette conscience, nous ne sommes plus placés dans l’individualisme mais dans l’Unité. Penser à soi est bien mais être dans la conscience du Tout est complémentaire et nécessaire pour lâcher la dualité et entrer dans l’Unité de la Vie.

Ne plus lutter contre les choses, contre les êtres, contre le négatif, contre la vie… cela change tout. Accueillir ce qui est, et demeurer dans la conscience du Tout et son appartenance est libérateur.

Être pour la paix et non contre la guerre
Être pour la joie et non contre la tristesse
Être pour l’union et non contre la séparation
Être pour le bien et non contre le mal
Être pour le positif et non contre le négatif

Chacun pourrait se fixer cet objectif pour ne plus nourrir le négatif et l’ego. Cela modifierait toutes les luttes et permettrait au cœur de rayonner.

Je vous souhaite en cette année 2016 de vous reconnaitre dans la Vie éternelle. Le temps du doute et de la peur, celui de la lutte et du pouvoir, doivent laisser la place à l’Être divin que nous sommes tous.

Mirena, le 11 Janvier 2016
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

*

S’ abandonner à la Vie ! (1)

s'abandonner à la vie*

Depuis longtemps le contrôle fait partie de l’humain. Le pouvoir du mental est appliqué dans chaque chose car la peur reste présente. L’être se sent séparé du Tout. Il pense trouver la sécurité en contrôlant sa vie et celle des autres.

L’état de conscience dans lequel nous entrons actuellement, où l’état de l’Être prend sa forme, nous montre que ce fonctionnement devient obsolète. Nous constatons que dans cette dimension le lâcher prise nous apporte l’abondance de la vie sur tous les plans si nous ne sommes pas en attente de, si nous restons centrés dans notre présence intérieure en nous abandonnant au flux de l’énergie, en nous abandonnant avec foi à la lumière.

En reconnaissant « Qui Nous Sommes » réellement, nous nous laissons porter par la foi et non par le vouloir humain. Nous pénétrons ainsi dans l’ampleur de la Vie et dans sa pureté. Nous sommes la Vie et tous les possibles peuvent alors venir à nous. Nous sommes ainsi alignés à notre Présence et l’Essence de Vie nous ouvre la porte à l’abondance. Dans cet espace, l’Être a les commandes. Il ouvre les portes du Tout, ce qui nous procure la Joie profonde, la paix, l’amour, la liberté et aussi tout ce dont nous avons besoin pour vivre. Dans cet espace plus de vide intérieur, ni de besoin de reconnaissance, ni de vouloir. L’intériorité prend sa pleine puissance et rien n’est séparé de soi. Et si nous donnons l’élan à notre vie, il ne nous reste plus qu’à recevoir et accueillir ce qui est bon pour nous, pour notre chemin et parfois ce n’est pas ce à quoi nous pensions. 

Ce fonctionnement n’est pas toujours facile à comprendre et à appliquer. Le vouloir du mental a trop longtemps pris l’ascendant sur l’être au détriment du pouvoir du cœur. C’est une grande différence qui fait tout et il est important de basculer dans l’énergie du cœur afin de laisser s’exprimer l’Être qui demeure en nous. L’abondance de la vie peut ainsi nous combler.

Vouloir c’est être dans le mental, c’est vouloir garder le contrôle. C’est demander toujours plus en croyant que la richesse extérieure établit le bonheur en nous. Enfin, c’est se sentir séparé de La Source et de ce fait ne pas exercer sa puissance créatrice. C’est ne jamais être satisfait.

Être dans l’énergie du cœur, c’est lâcher prise. C’est ne rien contrôler tout en donnant l’élan à notre vie, tout en faisant des choix. Le cœur a une grande puissance créatrice qui agit pour le meilleur, qui apporte les synchronicités et les opportunités, qui comble l’être au-delà de toutes les espérances. C’est enfin demeurer dans l’Être intérieur en lui laissant la capacité de s’exprimer.

Nous constatons de plus en plus cette forme d’être si nous laissons la vie nous conduire…  Être dans l’acceptation de ce qui est, s’en remettre à la vie avec foi, avec joie aussi… Ne rien contrôler rend toute chose magique et belle ! Les synchronicités nous permettent ainsi d’accueillir l’abondance sur tous les plans. Nous vivons alors de grandes joies, de belles rencontres, des synchronicités magiques. Tout est porteur et élevant ! La Vie prend soin de nous. 

Chaque être a en lui la capacité de vivre de tels moments de grâce. Mais tant que le vouloir établit chaque chose dans le moindre détail, l’énergie créatrice du cœur ne peut s’exprimer pour apporter le meilleur. Et le meilleur n’est pas toujours ce que l’on pense et ce que l’on désire. L’abondance n’est pas uniquement matérielle. Elle est avant tout intérieure. Lorsque l’Être rayonne en soi, la joie profonde, source d’Amour inconditionnel, se révèle. La vibration du cœur et la foi exercent alors l’énergie de Vie qui n’a aucune limite. Elle apporte le meilleur, place les synchronicités et les opportunités riches en devenir.

S’abandonner est réellement l’état de la nouvelle conscience. Demeurer dans le cœur et ne pas être en attente de, transmet la richesse de la Vie et nous comble au-delà de toute espérance.

Nous sommes devant un choix important à faire aujourd’hui : contrôler et rester dans le mental ou bien s’abandonner à la lumière en ouvrant son cœur.

Mirena, le 28 Octobre 2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

*

 

Se libérer !

Se libérer Lâcher prise sur ses souffrances, et donc sur le passé, permet de se placer dans l’instant d’éternité où tout demeure, où tout devient simple, juste et beau. Ainsi, plus de luttes contre soi-même, ni contre les autres. L’Amour, seulement l’Amour émane de l’être.
N’avez-vous jamais remarqué qu’il suffit parfois de peu de choses, d’un regard, d’un mot, d’une pensée, pour raviver une blessure et n’être plus véritablement soi-même ?

L’échange d’énergie passe alors par le mental et non par le cœur. L’émotion gagne et voilà que, la stabilité intérieure n’est plus. L’ego prend l’ascendant sur l’être pour le placer dans une spirale négative qui le descend au sous-sol de sa demeure. Il le fait douter de lui-même, des autres. Il lui transmet la peur et le maintient sous sa coupe. Son pouvoir est parfois dévastateur. Il emporte l’harmonie intérieure et la remplace par de tumultueuses mise en scène.

Il est pourtant possible de garder notre liberté intérieure en lâchant notre ego. Avec de la volonté, cela est possible. Et si vous vous libériez de lui ? Et si vous vous libériez de vos chaînes ? L’éveil consiste à cela.

Se libérer, c’est ne plus vouloir vivre dans le passé.
Se libérer, c’est lâcher ce qui fait mal.
Se libérer, c’est reprendre le pouvoir de ses pensées, de ses paroles et de ses actes.
Se libérer, c’est ne plus lutter contre soi-même, ne plus résister et ne plus se fermer à la Vie.
Se libérer, c’est reconnaître l’autre comme son égal, le reconnaitre comme soi-même. C’est l’accueillir par l’amour de son cœur.
Se libérer, c’est s’aimer et s’accepter pleinement. C’est avoir confiance en soi et en la Vie. C’est accueillir sa propre lumière pour l’aimer divinement.
Se libérer, c’est accueillir la Vie dans sa totalité, avec bonheur. C’est comprendre que nous en sommes les concepteurs.
Se libérer, c’est permettre au Soleil de l’Univers d’illuminer notre chemin.

Mirena, le 22 Novembre 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Lâcher le contrôle

Depuis toujours nous contrôlons notre vie mais aussi celle des autres. Nous avons peur de lâcher, peur d’être sous l’emprise des circonstances de la vie, peur de perdre notre pouvoir, peur d’être nous-mêmes et sans tous nos repères qui forment notre existence.

Or ce contrôle qui forme une parfaite unité avec nous-mêmes et dont nous n’avons pas réellement conscience, nous oblige à bifurquer dans notre vie, à changer les directions et les opportunités qui viennent à nous, si celles-ci ne sont pas en accord avec ce que nous désirons. Et ce que nous désirons n’est pas forcément ce qui convient le mieux à notre avancement. C’est pourquoi, certaines situations se trouvent bloquées ou avancent avec difficulté.

Nous désirons certaines choses, certaines relations, certaines situations, certaines rencontres et nous nous employons à tout remuer afin qu’elles aboutissent car cela est notre vouloir. Mais nous ne voyons pas qu’en contrôlant notre vie, nous bloquons l’énergie de vie qui ne peut se dérouler et venir à nous pour nous apporter ce qui est le plus approprié à notre chemin et à notre progression intérieure. Ainsi nous forçons les choses et se positionnent alors les blocages, car nous ne sommes plus axés sur notre chemin de vie.

Bien entendu, nous avons toujours notre libre arbitre pour les choix que nous faisons. Mais il faut savoir que dans notre évolution, nous pouvons prendre le chemin le plus court mais aussi le chemin le plus long. Tout est possible. Lorsque vous partez en randonnée, plusieurs chemins s’offrent à vous. Vous pouvez prendre le plus court. Vous pouvez prendre le plus long. Certains chemins sont faciles ou difficiles. D’autres sont directs ou bien vous éloignent de votre but. Certains même peuvent vous perdre. D’autres encore sont plaisants ou déplaisants. Tout dépend du choix que nous faisons. En contrôlant ce que nous désirons, nous ne nous ouvrons pas forcément à ce que désire notre âme. Nous avons des situations à vivre pour nous re-connaître et les éloigner ne sert à rien car, tôt ou tard, elles reviendront.

Nous contrôlons également les autres. Nous établissons un pouvoir sur leur vie et nous ne les laissons pas libres d’avancer comme ils le désirent, avec leur pleine volonté de choix. Nous voulons qu’ils agissent comme nous aimerions qu’ils agissent. Nous voulons qu’ils choisissent ce que nous aimerions qu’ils choisissent. Nous voulons qu’ils prennent le chemin que nous aimerions qu’ils prennent… Car nous croyons que le meilleur pour eux dépend de ce que nous voulons. Or, nous ne comprenons pas que la vie de chacun est un territoire libre qui ne doit pas être envahi par le pouvoir de l’autre. Le chemin de chacun doit être déterminé par un choix personnel, en fonction de ce que la personne veut vivre pour avancer vers la compréhension. Nous ne pouvons influencer l’avenir de l’autre par le pouvoir du contrôle des situations et des choix de vie de chacun.

Nous devons prendre conscience de ce contrôle que nous exerçons. Nous devons comprendre que tout est à sa place et que chacun a une place bien précise dans sa propre vie. Le contrôle provoque des tensions dans le corps et l’esprit de chacun ainsi que dans les relations. Il provoque également des blocages sur les chemins de vie et nous rencontrons alors des problèmes pour avancer, des souffrances aussi. Nous ne comprenons pas que le meilleur pour notre compréhension n’est pas là où nous voulons qu’il soit.

Laissons donc notre vie se dérouler facilement en ne mettant pas d’opposition, ni de blocage. Accueillons-la avec amour et foi. Ce qui vient est le meilleur pour notre compréhension car le hasard n’existe pas. Si nous lâchons le contrôle, alors se positionneront devant nous les opportunités d’avancement. Le meilleur pour nous et pour les autres n’est pas obligatoirement ce qui nous voulons. Entrons dans cette ouverture de conscience et laissons la vie prendre les commandes de notre vie et de la vie de ceux qui nous entourent. 

Mirena, le 21 Avril 2012
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.