La Foi, acte de vie

La foi est maîtresse souveraine. Elle agit dans le cœur et attire les demandes. Elle place l’être dans le recevoir. Avec elle, aucune limite n’est érigée et ainsi, l’énergie se déroule parfaitement, divinement.

Le corps physique dans sa totalité, doit libérer l’onde de la foi et vibrer sur sa fréquence. Lorsque l’on a foi en la vie, on s’en remet à l’Esprit créateur. On n’émet plus de doute, plus de peur. On a assez d’estime de soi pour recevoir les demandes. On sait « qui on est » et on se reconnait dans sa propre lumière. On éclaire la Flamme de la Vie dans le cœur pour permettre à son énergie de dérouler sa puissance.

La foi peut devenir une douce compagne. Nous devons lui apporter toute notre attention, nous devons l’aimer et entretenir sa lumière. Nous devons lui permettre de gagner en puissance. Associée à l’amour, elle peut tout réaliser. Oui, ne pas oublier l’amour. L’amour de soi, l’amour des autres, l’amour de la vie. Ouvrir son cœur et y plonger. Nager dans l’amour et sa beauté. Être amour et mêler sa vibration à la foi. Agir ainsi est entrer dans la création consciente de la vie. Si nous savons qui nous sommes, nous pouvons tout réaliser, nous pouvons créer nos demandes, nous pouvons guérir.

La foi peut être une grande meneuse. Associée à l’amour, elle oriente toujours les cœurs sur un parcours beau et lisse. Elle n’irrite pas l’esprit humain mais au contraire, elle permet d’agir avec compréhension et dans le non-contrôle de soi et des autres. Car il n’y a rien de plus puissant qu’une intention formulée avec foi. L’acte de foi est un acte de vie pour qui sait l’utiliser.

L’être humain est parfois envahi par le feu du mental qui brûle toute demande positive. Le nourrir négativement donnera un échange égal à celui qui a été formulé. Les pensées négatives activent le tumulte intérieur. Elles ne transmettent pas la paix et dévient le sens réel que nous désirons atteindre.

Les leçons de vie ne sont que des jeux et il faut apprendre à se situer dans ce contexte ludique. Ne rien prendre au sérieux. Délimiter son territoire et ne rien laisser de négatif y pénétrer. La lumière intérieure de l’être peut ainsi s’étendre et apaiser. Elle demeure la protection de chacun. Elle nourrit l’être de ses énergies. Ainsi, plus de déstabilisation mais au contraire, une grande ouverture qui ancre dans l’univers magique de la création consciente ainsi que de la paix intérieure.

 La foi peut ainsi se révéler et pousser l’être sur un beau chemin d’évolution intérieure.

Mirena, le 5 Mars 2014
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

L’éveil des connaissances

L'Eveil intérieurLes connaissances sont souvent intellectualisées et non vécues de l’intérieur. Les êtres restent souvent séparés d’elles et associés à leur mental. Ils n’adhèrent pas à l’éveil des connaissances de l’univers qui sont déjà en eux.

Il est pourtant essentiel de nous rapprocher de notre demeure intérieure afin d’y puiser les richesses qui y sont contenues. Pour cela, les lectures d’avancement ainsi que leurs applications doivent être ressenties de l’intérieur. Ainsi, nous éveillons ce qui est endormi, nous activons le potentiel qui dort en nous, et nous prenons conscience de la beauté et de la richesse qui nous unit au Tout.

Ressentir de l’intérieur est l’origine du réveil de nos connaissances endormies. Nous retournons à la Source et retrouvons le bien-être originel. Il est important de vibrer sur les ondes de l’éveil, et sentir dans son corps l’application des techniques et des connaissances qui ont été lues. L’intégration se vit avec l’éveil des mémoires originelles. Car nous les connaissons déjà et nous pouvons les retrouver avec joie.

L’intégration ne passe pas par la mentalisation. Elle se déroule par le cœur et par l’Être. Si les connaissances ne sont pas vécues de l’intérieur, si elles ne sont pas accueillies par le cœur, elles se rajoutent à l’ensemble des connaissances de l’homme et ne peuvent ouvrir au changement. Le savoir spirituel doit être digéré comme l’est la nourriture. Il doit ouvrir la conscience du changement et seul l’être est capable de réaliser ses propres intégrations en vivant ses connaissances à chaque souffle de vie pour qu’elles intègrent ses cellules et ne fassent qu’un avec lui.

La visualisation, la respiration, le geste, la concentration sur le ressenti intérieur, et la compréhension de soi, permettent de vivre le changement pour l’accueillir définitivement. Si la connaissance reste au niveau de l’intellect, elle ne pourra être intégrée dans les cellules du corps. Celle-ci s’ajoutera aux autres connaissances sans permettre l’intégration.

L’être humain est doté d’un potentiel infini qui réside dans sa demeure intérieure. L’heure est à l’éveil de toutes ces connaissances et celles-ci ne doivent pas rester figées par trop d’intellectualisation. Pour vibrer sur la fréquence divine et activer la richesse intérieure, l’être humain doit se définir hors du mental. Il doit s’en dissocier et ne plus lui accorder le pouvoir qu’il lui a laissé depuis si longtemps.

Chaque leçon de vie ne doit pas rester figée à son seul fait. Chacun doit être à l’écoute de ce qui vient à lui pour appliquer le changement. Chacun doit ouvrir son cœur à l’accueil des connaissances et maîtriser son mental. Ainsi, le basculement aura lieu dans la demeure de l’Être.

Apprendre à se poser et faire taire son mental, permet de recevoir la richesse intérieure, permet à l’être humain de trouver sa demeure intérieure. La méditation y mène, tout comme la connexion à la nature, à la Terre Mère. A chacun de trouver ce qui lui correspond le mieux.

Mirena, le 22 Août 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de la faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.