Remercier le passé

Demeurer dans le passé nous maintient souvent dans les origines de la souffrance et avec elle, tout ce que cela représente. Sans acceptation de notre vécu, sans remerciement, nous restons en lui et nous bloquons notre avancement.

Pour laisser partir le passé, il est impératif de le remercier. Ainsi, nous ouvrons pleinement votre conscience à de nouvelles possibilités et capacités d’avancement. Nous acceptons ce que nous avons vécu en comprenant que nous avons grandi grâce à lui. La négativité nous a montré la voie de la lumière. Les êtres que nous avons rencontrés nous ont permis d’intégrer les leçons et les expériences de vie. Tout a été une grande ressemblance avec nous-mêmes, et nous avons subi la réactivité pour ne pas nous voir tels que nous sommes, pour ne pas souffrir.
.

Accepter cela, permet de fermer la porte du passé pour être en paix avec lui et avec les souffrances que nous avons eues. Accepter cela, permet d’ouvrir la porte de l’avancement car ainsi nous coupons le lien avec le passé. Nous savons ce que nous avons vécu, et rien ne peut désormais nous retenir à lui. Par le remerciement, nous nous dégageons de lui. Par le remerciement, nous appliquons également le pardon pour ce qui a été, mais également pour nous-mêmes.

Nous devons également remercier les êtres que nous avons rencontrés. Ils nous ont permis d’avancer sur notre chemin. En sachant que nous sommes 100 % responsables de ce qui vient à nous, nous comprenons que nous les avons attirés pour être mis face à ce qui doit être dépassé. Garder en soi le ressentiment, la honte, la culpabilité, la tristesse, nous maintient dans la séparation …

Nous devons aussi nous pardonner pour nos actes passés. Il ne sert à rien de rester bloqués dans ces moments de souffrances et donc d’illusion. La grande scène de la vie nous y a placés et nous y avons joué nos rôles. L’être humain a longtemps résisté à l’autre, il a trop souvent répercuté ses illusions et leurs causes sur ce qui est extérieur à lui. Aujourd’hui, il est temps de regarder le miroir de la vérité et de tourner le dos à l’ego et à son pouvoir directionnel.

Pardonner, se pardonner, remercier, aimer, sont des états de grâce qui libèrent du joug de l’illusion et donc du passé. Nous avons tous cheminé longtemps avec ces formes égotiques. Il est temps maintenant de les laisser aller.

Remercier le passé, c’est découvrir sa propre lumière intérieure. C’est également reconnaitre la vérité qui demeure en tout ce qui est. Pardonner, remercier et aimer, ouvre le chemin de l’avancement et du recevoir. Ainsi, plus rien ne nous retient. Plus rien n’entrave nos pas. Nous sommes la lumière et nous marchons dans l’acceptation de la vie et de tout ce qu’elle nous apporte.

Tout est comme il se doit d’être et nous sommes toujours à la place que nous avons choisi d’occuper. Belle réflexion à vous…

Mirena, le 24 Février 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Fermer la porte du passé

Tout est parfait !

Me voici de retour d’un voyage en Inde du nord, au Ladakh plus précisément, et le retour à la maison est un véritable bouleversement. Un bouleversement qui me met devant une vie étrange pour ne pas dire étrangère. C’est comme si je ne faisais pas partie d’elle, comme si je n’avais jamais appartenue à elle, ni vécu en elle. Pourtant ici, tout est moi. Depuis ma naissance j’ai vécu dans cette société à l’appartenance matérialiste qui est relativement axée dans le paraître. Le retour est d’un contraste étonnant avec l’Inde. Cette fois, j’ai réellement du mal à me remettre à ma place. C’est pire que les autres fois, plus envie de poursuivre dans cette société en manque d’amour, de simplicité et de sincérité.

Alors aujourd’hui, je me pose beaucoup de questions. Que suis-je ici ? Que faire ici ? Pourtant, ici j’ai construit ma vie et je me suis construite avec tout ce qui est moi. J’ai grandi parmi cette société très factice et j’ai appris grâce à elle. Oui, je l’en remercie car grâce à elle, je suis ce que je suis. Je suis effectivement à ma place ici et maintenant, et mon âme a choisi cette place-là pour me mener sur ce chemin actuel d’ouverture intérieure dans lequel je progresse.

Mais au-delà de tout cela, je ne me sens plus à ma place ici ou plutôt dans cette société de pouvoir et d’argent qui ne vit que pour elle, qui brasse du vent et des belles paroles et qui évolue dans un paraître éblouissant, si éblouissant qu’elle aveugle beaucoup d’entre nous pour mener son pouvoir sur l’être humain.

Alors que faire ? Ce retour est le plus difficile des retours. J’ai vécu quelques semaines avec le peuple indien, ladakhi et tibétain, avec des êtres qui sont dans l’Être et non dans le paraître, avec des êtres qui sont dans l’amour, qui parlent avec leurs yeux (regardez donc les yeux de cette dame), qui donnent avec leur cœur, avec des êtres qui savent ce qu’est la vie au jour le jour et qui ne cherchent pas à évoluer dans la supériorité artificielle de leur personne. Ces êtres-là ont choisi eux aussi leur place et ils vivent intensément cette vie, plus intensément que l’on pourrait le croire.

Ces êtres-là savent réellement ce qu’est la vie et je disais hier à mon amie Marie-Claude que nous n’avons pas le droit de nous plaindre ici en France. Toute l’illusion de la vie y réside. Nous vivons dans cette illusion, dans ce superflu et nous sommes aveuglés par l’opulence que l’on nous montre. Bien entendu nous avons choisi cette place et je sais que tout est parfait pour nous. Mais maintenant, avec les changements planétaires qui se profilent, je me dis que toute cette superficialité, tous ces strass qui brillent en nous et autour de nous, ne peuvent perdurer et nous devons prendre réellement conscience de cette vie superficielle qui n’est autre que celle menée par notre mental négatif et par le pouvoir de l’ombre.

Nous avons le choix de modifier ceci. Actuellement, tout est soumis aux énergies de lumière qui se déversent sur Terre et l’opposition entre la lumière et l’ombre mène des combats en nous et dans notre société. Je me dis que plus vite nous prendrons conscience de ce décalage entre la vie dans notre société et la vraie vie, plus vite nous pourrons nous libérer de ces attaches négatives qui ont le contrôle de nos pas. Ainsi nous pourrons nous placer dans l’accueil du changement car il va y avoir un grand changement planétaire…

Le mental négatif et le pouvoir devront laisser la place à l’Être. Rien de ce qui est ne pourra survivre. Le monde du pouvoir devra laisser la place à un autre monde. L’homme aura sa propre liberté individuelle et ses choix seront placés à l’intérieur de lui. Il n’y aura plus de paraître, ni d’illusion. Et ces peuples que j’ai rencontrés sont en avance sur nous. Ils vivent dans la misère mais ils sont pour beaucoup dans l’Être. Par leur vécu, ils ont appris à vivre au jour le jour, ils ont appris à vivre par le cœur, à partager, à s’entraider, à ne pas dominer. Ils Sont !

Ceci est une belle leçon de vie pour moi, une leçon vécue en direct et non pas sur le petit écran ! Je l’ai vécue sur le grand écran de la vie, avec toutes ses vraies couleurs, avec toutes ses émotions débordantes d’amour et de gratitude, avec tous ses échanges de regards profonds, de sourires sincères, de toucher amicaux, de rires extraordinaires, de partages véritables… Qu’ils sont beaux ces êtres, qu’ils sont grands ces frères de l’avancement ! Merci à vous tous qui m’avez apporté ce bonheur, cette joie dans mon cœur, ces larmes de bonheur. Un grand merci pour ces belles leçons de vie !

Aujourd’hui je suis là devant mon ordinateur, et je ne me sens plus à ma place. Je n’ai plus envie de poursuivre dans cette superficialité et je la refuse clairement. Je vis dans ma belle montagne auvergnate et heureusement pour moi, cela me permet d’être en dehors de tout ceci. Je sais que tout est parfait, que tout a sa raison d’exister et j’essaie de l’intégrer au plus profond de moi mais le décalage avec ce qui est ici et ce qui est ailleurs est tellement grand… Je sais que chacun doit vivre ce qu’il vit pour avancer sur sa voie et chaque voie a sa propre raison d’être. Alors, je vous souhaite à tous un beau chemin dans la compréhension de votre avancement mais avant tout, je vous souhaite de découvrir le pur bonheur d’Être dans la réalité de la Vie.

Beau chemin à vous toutes et tous.

Photos Mirena.

Mirena, le 12 Octobre 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

Le libre arbitre est la liberté

Il est important que chacun d’entre nous garde son libre arbitre. Nous devons prendre nos choix, nos décisions, notre vie, sans qu’aucune interférence ne vienne l’arrêter. Notre liberté individuelle en dépend.

La société dans laquelle nous vivons établie beaucoup pour nous, en nous indiquant nos choix, en nous maintenant dans la peur. Elle influence l’humanité par ce qu’elle montre (télévision, médias, musique, guerre, jeux vidéos…etc.) Elle nous élève comme les moutons suivent leur berger. La masse humaine est entraînée dans cette spirale de peur, de consommation excessive, en étant formatée par ce pouvoir.

Nous pensons être libres, nous croyons agir en toute liberté mais en fait, nous sommes tenus et dirigés par le courant négatif que l’on nous montre. Ce courant est actuellement très puissant. Plus la lumière perce, plus la négativité essaie de la contrer pour garder la main mise sur l’humanité. Nous sommes endormis par cette masse sombre qui voile notre lumière intérieure. Elle nous ôte toute la liberté que nous pourrions avoir en totale concordance avec notre Être intérieur ou avec notre âme, pour prendre nos décisions. Sans même nous en apercevoir, nous sommes dirigés par la peur, la violence, la négativité. Nous répondons oui à ce que l’on nous dit, à ce que l’on nous montre, à la voie qui doit être prise. Nous ne sommes plus à même de prendre les décisions en fonction de qui nous sommes.

De même, trop souvent, ceux qui nous entourent, qu’ils soient famille ou amis, influencent notre pouvoir créateur en nous indiquant les choix à faire, les opportunités à prendre, les décisions à établir. Ils ne se rendent pas compte de l’influence ou du pouvoir qu’ils ont sur les autres et ils les poussent à agir comme ils le désirent. Ils pensent qu’ils sont mieux placés pour donner des conseils, pour décider, et ainsi ils ne les laissent pas décider en toute liberté.

Il est important de comprendre que chacun a son chemin, qu’il soit bon ou moins bon. Chacun le choisit en fonction de son avancement et en fonction de ce qu’il est capable de réaliser. Chaque être a un bagage différent et avance avec lui, avec ses compréhensions, ses intégrations. Il avance en fonction de qui il est, de ce qu’il peut réaliser. C’est pourquoi, chacun d’entre nous doit être libre de faire ses choix, de se tromper aussi, car il doit comprendre et intégrer certaines leçons de vie.

Chacun a le choix de vivre ce qu’il veut vivre. Même s’il se trompe, il choisit de passer par le courant de vie qui lui apportera une compréhension supplémentaire dans sa réalisation. Les choix et décisions doivent être personnels et pris en toute liberté, sans la domination de la peur, sans l’autorité d’une tierce personne. Ils doivent être pris en toute conscience, en pleine liberté individuelle, pour un avancement certain. Ils doivent vibrer en nous. Rien ni personne ne doit, ni ne peut, diriger l’autre. Le libre arbitre est la vie.

En toute conscience, nous devons comprendre que nous ne devons pas influencer le chemin de l’autre, ni être soumis à l’autorité de quiconque pour faire nos choix. L’amour donne cette conscience là. Sinon, il s’agit de l’ego qui dicte le pouvoir sur l’autre.

Il est intéressant de s’analyser dans ce contexte.
–    Est-ce l’amour ou l’ego qui dicte notre autorité ?
–    Laissons-nous les autres marcher librement ?
–    Est-ce le pouvoir qui nous dirige vers nos choix ?
–    Sommes-nous libres de nos décisions ?
–    Avons-nous notre libre arbitre ?

Mirena le 08/10/2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.