Le juste milieu

Le Juste milieu

*

On parle peu des actions positives qui ont lieu dans notre monde et beaucoup des actions négatives. Ce sont elles qui retiennent l’attention et activent la peur. L’impact que cela a sur l’humanité est important. Il est évident que nous avons besoin d’être informés de ce qui se passe dans le monde. Mais le trop d’images et la répétition du négatif ne font qu’accentuer la puissance négative qui sévit autour de nous.

Ainsi nous en sommes nourris dès lors que nous accueillons émotionnellement ce qui est et que nous l’entretenons par les pensées et les paroles. Nous ajoutons à cela notre semence d’indignation, de désapprobation, voire de colère ou de peur. Et cela génère une amplification du processus négatif qui retient l’humanité sous son pouvoir.  Si bien que nous voulons œuvrer pour un monde de paix et d’amour mais en réalité, nous ouvrons des portes au négatif, nous nous en nourrissons et le nourrissons en retour.

Les images qui circulent sur internet ou à la télévision véhiculent l’énergie et celle-ci de surcroit s’ancre dans nos cellules. C’est ainsi que nous absorbons les images et les informations qui s’y inscrivent et influencent nos états d’être, de faire et de penser.

Alors, comment sortir indemne de cette énergie qui agit sur chacun sans être discernée et comprise ? Comment pouvons-nous être libres en ouvrant les portes de notre énergie individuelle aux vagues que nous générons ?

La progression spirituelle passe par l’amour de soi et des autres, et par l’acceptation des expériences humaines qui engendrent la négativité sur Terre. Ceci permet de comprendre le processus universel de la relation de l’énergie positive et négative et de la cause à effet qui en découle. C’est ouvrir son esprit à ce qui est en accueillant chacun dans les expériences qui le font grandir. En sachant qu’il n’y a aucun dieu vengeur mais un juste retour de l’énergie déployée. Ce qui revient à dire que tout acte négatif (toute énergie émise) retourne à l’émetteur. Ainsi nous nous plaçons dans le détachement émotionnel, nous ne jugeons pas et ne condamnons qui que ce soit.

Comprendre et agir avec compassion, libérer le flux d’amour pour aider la Terre et ne rien nourrir par nos jugements, pardonner les actes négatifs pour permettre d’alimenter le processus positif de redressement et trouver l’équilibre. Là est l’activation de la pleine conscience qui passe par l’acceptation de notre responsabilité dans l’émission de l’énergie créatrice sur Terre. Un nouvel horizon  peut alors être entrevu et créé.

Et si nous changions nos émissions négatives en émissions positives ? La Terre et l’humanité en seraient transformées. Et si nous alimentions la trame énergétique de la Terre par des pensées positives, par des sentiments positifs et des actes d’amour ? Et si nous cessions d’entretenir le processus négatif ? Que pensez-vous qu’il se passerait si des millions de personnes refusaient d’être inconsciemment des conducteurs de l’énergie négative ?

Nous oublions trop souvent l’ici et maintenant, les petites choses que la vie nous offre et qui sont de réelles bénédictions. Elles nous placent dans le moment à vivre et sont savourées avec bonheur si nous leur accordons de l’attention et si nous leur ouvrons notre cœur. Le plus important dans nos journées n’est-ce pas de les laisser renaitre encore et encore avec conscience et amour ?

Mirena, le 06 Mai 2016
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

*

L’attente ou la volonté du changement ?

L'attente*

L’être humain espère le meilleur mais ne met pas toujours en place son propre changement pour cela. L’attente extérieure est souvent sa motivation. Il attend souvent une aide extérieure et ne s’implique pas dans sa propre progression. Il attend aussi de la lumière qu’elle créée le nouveau monde, qu’elle change en lui ce qui l’empêche d’avancer, qu’elle le libère. Ainsi, aucun élan n’est donné à ses rêves et à sa propre transformation. Il invoque souvent la lumière plutôt qu’il n’élargit son regard pour voir enfin le reflet de son illusion dans la vie qui l’entoure.

Il a en lui une volonté intellectuelle de comprendre, d’assimiler toutes sortes d’informations mais il n’applique pas toujours ce qu’il sait. Il laisse la connaissance au niveau de son intellect. Il s’en nourrit grâce au mental qui l’abreuve de celle-ci et ne la descend pas au niveau du cœur pour la vivre et s’accomplir. Il est souvent dans l’incapacité de reconnaitre sa propre responsabilité dans ce qu’il voit autour de lui et dans ce qu’il vit. Il n’accepte pas le reflet que lui renvoie l’humanité. Il reste séparé de celui-ci.

L’œuvre de lumière à construire débute en soi et non à l’extérieur de soi, ça nous le savons tous. Pourtant il reste encore une longue tâche d’acceptation à établir dans nos cœurs. Chaque être doit établir la volonté du changement en discernant les rouages de l’ego afin d’agir pour une transformation durable mais aussi pour purifier les mémoires qui le retiennent dans l’illusion. Il désire prendre part au grand changement actuel et ce n’est pas en recherchant des béquilles hors de lui qu’il l’établira en lui. Les limites posées par l’ego ôtent la vision claire et simple de ce qui est. L’être s’ancre ainsi dans ses croyances illusoires qui limitent sa progression.

La peur de s’ouvrir aussi à ses propres blessures et traumatismes lui ferme la porte de la libération. Il en ressort un manque de volonté individuelle pour accomplir l’œuvre libératrice et pour s’ouvrir à ses propres blessures. L’être s’en remet alors à l’extérieur, attendant de la vie, la clé qui le transformera ou le soulagera de ses maux. Il attend souvent de l’autre qu’il se transforme à sa place car il n’entre pas dans l’acceptation de ses propres créations. Il n’accepte pas d’être le créateur de ce qu’il vit, de ce qu’il attire à lui. Pourtant tout est fait pour le mettre face à lui-même. Il joue le rôle de sa vie inconsciemment la plupart du temps.

L’attente est un arrêt sur notre chemin de vie. Elle peut durer longtemps, toute une vie et même plus… Or aujourd’hui, alors que la lumière inonde de sa puissance vibratoire chaque zone d’ombre, la volonté en chacun doit se mettre en place. Elle permettra ainsi d’aller vers la libération intérieure et donnera l’élan aux projets par la foi qui activera l’énergie du cœur.

Le temps de se sentir victime des autres et de la vie est maintenant terminé. Le temps de l’attente également. La volonté d’avancement est un axe qui peut tout changer lorsque le regard se pose en soi pour voir et ne pas juger, pour accepter les expériences, pour ouvrir sa conscience à sa propre création de vie en s’impliquant totalement dans le rôle de l’énergie universelle qui active la transformation.

Pour trouver les failles et les blocages, il suffit de regarder en soi.
Pour avancer, il suffit de les accepter.
Pour se libérer, il suffit de se pardonner. Elles sont ainsi purifiées par amour.

Rien ni personne d’extérieur à nous-mêmes ne peut agir pour une transformation durable. Chaque être est seul face à lui-même, seul à pouvoir se libérer de la dualité et de ses souffrances en s’ouvrant à la rigueur et à la volonté, en prenant sa propre responsabilité dans ce qu’il vit. Les autres personnes ne sont pas responsables des situations que nous attirons. Ce que nous voyons à l’extérieur de nous est bien notre reflet. La tristesse de notre monde est notre tristesse. La violence également. L’illusion aussi. Le reflet de qui nous sommes se répercute à l’extérieur de nous et l’énergie nous renvoie celui-ci afin que nous voyions ce que nous avons à modifier, à transformer en lumière. Pour œuvrer vers un changement durable sur Terre, nous devons œuvrer en nous et comprendre que tout reflet extérieur négatif nous apporte l’opportunité de grandir.

La lumière est notre phare mais elle ne fait pas tout. Nous avons à accepter nos propres expériences duelles et leurs mémoires pour nous placer dans l’axe de la transformation. S’il n’y a pas d’acceptation, il n’y a pas non plus de libération.

Pour aider le monde à se relever, il est nécessaire d’entrer dans la compréhension du rôle de l’énergie de lumière qui se déverse autour de nous et en nous. Comprendre et y entrer avec volonté et rigueur, mais avec simplicité aussi. Élargir également sa conscience pour la rapprocher de celle du Tout. Chaque être a sa propre tâche à effectuer et il est temps de s’impliquer avec amour et discernement.

Nous ne devons rien attendre mais tout espérer de la vie et de nous-mêmes.

Mirena, le 1er Septembre 2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Les enfants de la Terre

Les enfants de la Terre 1

J’aime ces enfants de la Terre. Ils sont beaux, ils sont vrais !
Ils ont cette innocence qui touche.
J’aime leurs yeux, leur regard profond qui reflète la beauté de leur âme.
J’aime les regarder vivre et jouer dans la simplicité du moment.
J’aime la vie en eux et la beauté qui s’en dégage.
Ils sont tous différents mais si semblables à la fois…
Ils sont nos enfants. Ils sont notre passé et aussi notre avenir, celui de la Terre.

Les enfants de la Terre 3Aidons chaque enfant, qu’il soit blanc ou noir, occidental ou oriental, français ou de toute autre nationalité à se reconnaitre dans tout ce qui est. Soyons proches de lui et regardons la grandeur qui se dégage de son âme et de la Vie qu’elle exprime.

Aidons chaque enfant à se construire, à aller dans la profondeur de la Vie, à exprimer ses potentialités, à avoir confiance en ses capacités. Aidons chaque enfant à construire sa vie dans la positivité et la lumière en lui montrant ce qu’est réellement la Vie ! Car nous sommes des enseignants, des phares auxquels ils s’identifient. Montrons-leur la voie de l’Amour afin qu’ils s’épanouissent en elle.

inde  - 2015.06.03 834_800x600Ce passage dans lequel nous sommes doit être pour nous une ouverture consciente sur l’éducation donnée, sur les paroles dites, sur les valeurs enseignées. Nous ne pouvons changer le monde qu’en changeant nous-mêmes. Nos enfants sont nos reflets et nous nous devons de leur inculquer le sens du respect et de la liberté à afin qu’ils construisent une vie lumineuse et positive, paisible et harmonieuse, riche en rires également. Leur cœur doit s’ouvrir à la beauté plutôt qu’à la violence. Ils doivent se sentir en sécurité et non rejetés.

La conscience de l’éducation donnée devient nécessaire. Chaque être peut voir en ces enfants de la Terre l’opportunité d’aller vers un changement durable de notre société, un changement salvateur pour notre Terre Mère. Leur âme attend cela. Elle nous demande d’aller dans la conscience de la Vie en passant par eux car ils sont là pour cela ! Ils attendent que nous leur fassions confiance, que nous les placions sur le chemin de la restructuration de la Terre. Leurs capacités demandent à être prises en compte, développées avec confiance et exprimées. Ne les laissons plus en retrait. Ne les faisons plus taire. Croyons en eux. Lâchons la rigidité ou le laxisme et aidons-les à avancer avec des repères, avec ce qu’ils « voient », avec ce qu’ils « entendent » afin qu’ils puissent exprimer leurs capacités, afin qu’ils ne se sentent plus perdus ni isolés. Ils vivent parfois une grande solitude, se sentant seuls, différents et ne comprenant pas pourquoi. Certains d’entre eux ne s’ouvrent pas à leur famille par peur. Ils ne parlent pas de l’autre monde auquel ils touchent… Il est pourtant nécessaire qu’ils se sentent incarnés et vivants. Les différences ne doivent pas être entretenues. Nous sommes tous des âmes en devenir et la lumière doit nous réunir pour nous permettre de retrouver l’Unité de la Vie.

Les enfants de la Terre 2Nourrir un enfant d’amour, c’est lui inculquer les bases du respect, les limites. C’est aussi l’écouter, le comprendre et l’encourager.
C’est accueillir sa partie lumineuse afin qu’elle s’exprime pleinement. C’est lui enseigner les valeurs de la Vie afin qu’il sache que l’Amour est la valeur la plus riche et la plus puissante.

Les jeux vidéo, la télévision, le trop de cadeaux ne rendent pas un enfant heureux. La voie de l’Amour par contre, le révèle à sa beauté et aux valeurs de la Vie. Et celles-ci lui permettent de vivre dans la joie profonde et durable, et non dans le plaisir éphémère de la matérialité.

Les étapes de la vie sont des expériences que nous vivons tous. Il est important aujourd’hui d’aller au-delà de celles-ci. Il est nécessaire d’accepter le changement afin d’entreprendre une large ouverture dans le cœur de nos enfants.

Mirena, le 04 Août 2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org
Photos Mirena – Copyright © www.audeladesmots.org

 

Aimer c’est laisser libre

La Clé de Vie

La véritable direction de l’amour est la simplicité. Elle relève de l’état d’Être et non de l’état du mental et de son pouvoir. Si vous désirez construire une œuvre d’amour sur votre Terre, vous devez trouver le respect en toute chose. Le respect est l’évidence. Il est aussi la pureté et non la diversion.

Extrait de La Clé de Vie de Saint-Germain,
Eveil des Cœurs Solaires de l’Humanité
paru aux éditions Hélios.
Par Mirena

 


Certaines personnes pensent être dans la vérité et dans la justesse. Elles essaient alors de diriger les autres en leur montrant une voie, une direction qui n’est pas forcément la meilleure pour eux. Car les chemins et les expériences de chacun sont différents. Il en est de même pour l’avancement. Personne ne joue le même rôle. Donc, pourquoi vouloir contrôler la vie des autres et imposer des directions ?

Comment peut-on se situer dans le véritable amour si la simplicité et l’accueil par le cœur sont absents ? Aimer c’est respecter tout ce qui est. Les différences entrevues sont des jugements, les directions imposées sont une prise de pouvoir.

Lorsque l’on aime, on n’essaie pas de convaincre, ni de diriger. On accueille et on laisse l’autre aller là où il désire. La seule vérité demeure dans la profondeur du cœur et seule la lumière peut montrer la voie.

Les mots font souvent l’objet du mental. Les grands discours sont souvent des prises de pouvoir menées par l’ego. Lorsque la raison est détournée par l’ego, il y a alors distorsion de la vérité. L’âme ne peut se révéler, le cœur ne peut s’ouvrir et accueillir.

Seule la simplicité et l’humilité permettent de sortir de ce contrôle pour s’évader de l’enfermement mené par la puissance mentale. Seule l’humilité et la sagesse permettent de comprendre l’autre dans ses choix de vie, sans vouloir le diriger, sans vouloir le contrôler, ni le juger.

Personne n’a raison ni tort. Seule la présence qui émane de l’être est la marque de la Vérité. Elle seule est capable de transmettre le changement par la lumière et l’amour qui émanent d’elle.

Alors, pourquoi compliquer tout ce qui est ? Pourquoi ne pas accepter la beauté plutôt que voir la négativité ? Pourquoi ne pas être et accueillir la vie dans sa simplicité ? Pourquoi ne pas s’unir simplement par le cœur ? Pourquoi ne pas être et demeurer, simplement cela, et laisser aller l’amour et la lumière entre soi et les autres, entre la Terre et le Ciel, sans encombre et en toute liberté… Que le monde serait beau ainsi !

La complexité de l’homme crée des limites et des peurs dont nous ne sommes pas toujours conscients. Il est pourtant temps de les cerner pour ne plus répondre au pouvoir du mental. Il est temps de basculer dans le cœur et d’appliquer la compassion.

Respecter c’est aimer.
Aimer c’est laisser libre.

 

Il y a des gens dont le regard vous améliore …
C’est très rare, mais quand on les rencontre, il ne faut pas les laisser passer …
[Katherine Pancol ] Balinese woman
*
*

Mirena, le  6 Février 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site :
www.audeladesmots.org.