Le besoin de se libérer

Se libérer devient un besoin. Pour cela, nous devons agir sur la purification de tout le négatif qui est en nous pour ne pas subir la tristesse et la souffrance. Lorsque l’être est prêt, se présentent à lui les situations nécessaires au grand nettoyage de son corps et de ses corps. Dans ce domaine, la pensée est très importante. Elle intervient puissamment dans le changement. Faire le choix par la pensée d’entrer dans l’élimination des schémas et comportements obsolètes qui sont en nous, permet d’en placer le commencement. Le pouvoir de la pensée est puissant. Il transmet l’onde avec de plus en plus de puissance. Les énergies présentes nous rapprochent un peu plus chaque jour de la Source et leur forme vibratoire élevée nous pousse dans cette créativité qui nous répond de plus en plus rapidement.

Nous éprouvons donc la nécessité de nous libérer de tout ce qui nous pèse. Ces fardeaux de 3° dimension ne sont plus en accord avec les vibrations actuelles. Nous sommes soumis à épurer, à transformer, à comprendre et intégrer les formes négatives de notre mental, ainsi que les schémas, les comportements négatifs et les blocages, pour les lâcher et les transformer. En effaçant les anciennes mémoires, nous accueillons en nous un jour nouveau qui laisse la place à l’Être que nous sommes. Nous ôtons peu à peu les voiles de la séparation et une nouvelle vision, une nouvelle conscience s’ouvre à nous. Plus nous entrons dans la profondeur de notre purification, plus nous nous rapprochons de la Source.

En ôtant les voiles sombres de notre être, nous nous tournons vers ce qui est plus en accord avec nous-mêmes. La conscience s’ouvre, s’élargit. Ce qui était accepté, ne l’est plus maintenant. Nous avons besoin de changer à tous les niveaux. Le taux vibratoire nous met en relation avec d’autres personnes. Les anciennes relations se défont. Les habitudes alimentaires changent. Le mental négatif faiblit. Nous sommes en accord avec de nouveaux schémas, de nouveaux comportements. Nous lâchons ce qui est lourd, ce qui nous entraîne vers le bas. C’est pourquoi certaines personnes ressentent le besoin de changer de vie, de changer de profession… Ceci n’est pas une fuite mais une autre compréhension de la vie. Vivre dans la souffrance et entourés de liens qui nous étouffent ne nous permet pas de nous envoler vers ce qui nous appelle.

Nos choix de vie sont importants. Certains ne veulent pas en changer. Les anciens schémas sont fortement ancrés en eux. Les croyances aussi. La matérialité les retient. La peur de manquer également. Ils sont dans la souffrance mentale, physique et ne savent pas ce qui les fait souffrir. Ils cherchent où est la faute, où est la responsabilité. Ils n’ont pas encore compris qu’ils sont les seuls responsables de leur vie et de ce qui les fait souffrir. Ils n’ont pas encore ouvert leur cœur à la transformation d’eux-mêmes. Le mental négatif les tient fermement. Mais jusqu’à quand ?

Si nous souffrons, c’est que nous avons quelque chose à comprendre. Ce quelque chose se trouve en nous et non ailleurs. L’amour de soi et l’humilité nous permettent de nous voir réellement dans une vérité vraie. J’insiste sur ces mots car ils sont souvent loin de l’esprit humain. L’homme préfère se convaincre qu’il n’est pas responsable de ce qu’il vit. Le changement passe par cette compréhension. Les voiles sombres peuvent parfois être karmiques, ancestraux mais il y a aussi une part de notre propre création dans ce que nous vivons. Et tant que nous resterons éloignés de cette vision, tant que nous resterons dans nos croyances obsolètes, nous souffrirons.

La vie est pourtant bien simple si nous lui portons un autre regard. Un regard juste, humble, qui nous montre ce qui est à lâcher. Le changement ne peut intervenir sans notre vouloir. Ceux qui choisissent de lâcher permettent des renaissances intérieures mais se placent aussi dans le recevoir de la vie qui envoie la transformation. Le positif remplace le négatif. Les opportunités se présentent. Le cœur s’ouvre. L’amour se répand. Le corps et l’esprit accueillent l’ouverture de la conscience à un autre niveau.

J’ai constaté avec la purification de l’ADN de grands changements dans l’ouverture de la conscience. La transformation ne se fait pas seulement dans les mémoires cellulaires. Elle se transmet à tout le corps, à notre aura, à notre esprit, à notre mental, à notre émotionnel. La vision de la vie et de nous-mêmes se fait plus profonde. Nos comportements se modifient. Nous laissons les anciens schémas de vie pour en accueillir de nouveaux plus en accord avec nos vibrations. Nous percevons de nouvelles ouvertures, de nouvelles compréhensions. Nous nous rapprochons de la lumière et de l’amour. Ceux qui veulent réellement la transformation peuvent l’accueillir à tous les niveaux et il est beau de voir les transformations se faire en profondeur.

Le besoin de nous libérer influence aussi notre vie. Nous attirons tout ce qui est nécessaire à ce grand changement. Nous vivons une époque magnifique et nous avons une immense chance de participer à ce renouveau. La terre doit s’épurer. Alors commençons par nous épurer ! C’est en nous transformant, c’est en nous ouvrant à d’autres niveaux de conscience plus élevés que nous pourrons entreprendre une nouvelle vie plus équitable, plus sage, plus propre, plus positive. Nous pouvons entreprendre de sauver la planète en nous purifiant de notre négativité. Seul notre changement pourra changer le monde et l’humanité. Si tout va mal actuellement, c’est pour nous montrer que nous ne pouvons continuer dans cette ouverture négative de la vie.

Alors, lâchons nos peurs. Ouvrons-nous à la compréhension de ce que les ondes vibratoires nous offrent pour ne plus souffrir. Nous avons un grand potentiel à notre disposition. L’ère nouvelle nous envoie les outils de la transformation et du changement intérieur. Prenons-les pour aller sans souffrance sur notre chemin. Je le répète encore, la souffrance n’est pas un passage obligé. Nous pouvons aller sans peur, avec la foi et l’amour car nous attirons à nous qui nous sommes.

Belle réflexion à toutes et à tous.

Mirena, le 16 Février 2012.

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Libérer les blessures de l’enfance

Nous entrons dans une nouvelle ère qui nécessite une purification de nos mémoires ainsi qu’un travail individuel pour guérir nos blessures émotionnelles. Nous devons considérer cette tâche avec attention car elle permet de nous ouvrir à l’amour.

Les blessures de l’enfance sont pour certains, non réglées. Elles sont enfouies bien profondément à l’intérieur de l’être qui a choisi cette option en pensant qu’en essayant de les oublier, elles ne reviendraient pas. Hélas, actuellement, tout ce qui n’est pas réglé remonte en nous pour être reconsidéré avec amour afin d’être libéré. Nous ne pouvons garder des blessures, quelles qu’elles soient. Nous devons les sortir de notre être pour pouvoir nous guérir.

L’amour fait des miracles et permet une juste considération de la chose, sans colère, sans rancœur, sans ego. Il permet la libération d’un passé que nous ne pouvons garder et qui, bien souvent, provoque des maladies. Nous devons conscientiser ces souffrances et les remercier pour le travail qu’elles nous ont permis d’effectuer. Car le hasard n’existe pas et l’injustice également. Tout a sa raison d’être. Nous avons vécu ce qu’il était utile pour nous de vivre, pour notre avancement, pour notre réalisation. L’expérience est donnée pour une compréhension de soi et une tâche qui doit toujours être dirigée par la lumière et l’amour.

Les blessures de l’enfance sont profondes et souvent liées à des mémoires karmiques. A l’heure actuelle, et pour ceux qui en ressentent le besoin, elles doivent être évacuées de l’être par l’amour qui est en leur centre et non par le mental qui leur dit que c’est le moment de le faire. Cette libération doit se vivre par le cœur, se vivre pleinement, en comprenant que rien n’est le fait du hasard et que ce qui a été reçu, est ce qui devait être reçu. Ces souffrances sont des souvenirs qui doivent être considérés simplement, sans mentalisation, et accueillis avec amour. Cet enfant qui a souffert, et qui est en l’être, est l’enfant intérieur. En conscience, il faut lui donner beaucoup d’amour, un amour sincère qui sort du centre coeur. Cet amour est pur, il vient de la Source. Cet  enfant intérieur doit entendre qu’il doit se libérer de sa peine, maintenant, que le passé est terminé, qu’il n’a plus à avoir peur, que personne ne lui veut du mal, qu’il est beau. Il doit être consolé, rassuré. Les paroles viennent du cœur, avec douceur. Elles font sortir les larmes, et permettent de laisser partir la peine.

Ainsi ces blessures de l’enfance vont pouvoir guérir. Cet enfant intérieur, s’il a été cajolé avec amour, doit pouvoir se libérer de sa peine. Vous devez pouvoir le voir avec un beau sourire, avec soulagement, sans tristesse mais avec un poids en moins sur vos épaules. Vous devez vous sentir légers, libérés par cette souffrance qui était en vous. Puis, vous devez vous rappeler à l’instant présent, ici et maintenant, pour revenir à qui vous êtes.

L’amour, je vous le répète, fait des miracles. Avec celui-ci déployé par votre centre cœur, vous pouvez panser vos blessures et vous libérer de leur poids. L’amour est une belle ouverture qui peut vous faire renaître, qui peut vous guérir de votre passé, qui peut vous ouvrir sur un avenir lumineux, sans peine, sans souffrance, mais avec une belle lumière qui n’est autre que la vôtre, celle de votre cœur.

Je vous souhaite une belle libération et un plein bonheur dans cette ouverture de l’amour qui doit être considéré pour ce qu’il est réellement et conscientisé pour un beau parcours.
Que l’amour soit !

Mirena, le 11 Décembre 2011.

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

L’extériorité ou l’intériorité ? (1)

L’hiver arrive peu à peu, le froid est bientôt là. Nous évoluons aux rythmes des saisons, nous menons notre vie en fonction de celles-ci. Nous savons que nous entrons dans une saison où il est bon de se poser un peu, de prendre le temps, de nous intérioriser pour nous découvrir… Après avoir passé l’été à l’extérieur, nous passons maintenant à l’intérieur grâce à l’hiver.

Cette saison qui n’est pas toujours appréciée car il fait froid, est pourtant une période intense au point de vue intérieur. Si nous nous réglons sur elle, nous pouvons nous poser, tout comme elle, entrer en nous, faire le point sur ces derniers mois et en tirer les conclusions, donc les bénéfices. Car le regard sur soi est un geste d’humilité, de pleine conscience, qui nous montre notre image. Les bons, les mauvais moments, ne sont pas importants. Il ne doit pas y avoir de jugement. Ce qui compte est le travail que nous avons effectué grâce à eux et avec eux. Nous pouvons faire le point sur notre avancement, sur nos changements et en tirer profit.

–    Que s’est il passé ces derniers mois ?
–    Y a-t-il eu un changement en moi, dans ma vie ?
–    Qu’ai-je réglé ou pas ?
–    Quel est le point que je peux encore approfondir, que je peux libérer ?

Il ne s’agit pas de faire un étalement, mais un constat qui, s’il est fait en toute sincérité, peut nous apporter des réponses. En nous intériorisant, en nous posant, nous pouvons avoir une vue juste de notre chemin. Il ne s’agit pas de revenir en arrière pour rejouer encore les mêmes scènes par la pensée, mais au contraire accueillir avec le cœur les évènements de ces derniers mois pour les comprendre et leur dire merci pour le travail qu’ils nous ont permis d’effectuer en nous.

L’intériorité mène à cela. Elle nous initie, elle nous montre, elle nous dévoile, elle nous permet de nous libérer, de prendre conscience. Elle est un outil à notre avancement car elle est pleinement dans l’instant. Avec elle, nous ne nous évadons pas. Au contraire, nous restons bien centrés sur nous, sur notre vie, sur notre corps, à l’écoute… Avec elle nous ne fuyons pas !

L’extériorité, quant à elle, est une vision éphémère, un rêve de projections, une constante évasion de notre être pour une vie souvent chaotique, pleine à ras bord, qui nous tient plutôt qu’elle ne nous libère. Nous croyons répondre à nos envies, à nos besoins, mais en fait elle nous tient de toute sa force et nous conduit dans la mêlée de nos émotions et de notre mental. Avec elle, pas de repos. Avec elle, une infinité de mouvements, qu’ils soient du corps ou de l’esprit. Un mouvement sans cesse répété qui nous éloigne de notre Être intérieur, de notre voie initiatique et de tous ses bienfaits. Nous y entrons pourtant volontiers pour essayer de nous débarrasser de nos problèmes, pour nous occuper l’esprit, pour ne pas entendre ce que notre voix pourrait nous dire. Car nous mettre à nu devant qui nous sommes, devant notre création est parfois déplaisant. Nous préférons foncer, renverser les barrières et courir à perdre haleine pour ne pas être rattrapés par le temps. Cette éphémère construction est pourtant notre création de chaque jour. Nous ne voyons pas, nous n’entendons pas. Nous préférons l’évasion inconsciente à la conscience de notre évasion.
Alors aujourd’hui, il est temps de regarder notre comportement d’action. Il est temps car les changements sont là, bien présents, et nous bousculent. Nous devons prendre conscience de cet état de notre vie et essayer de nous poser, de nous intérioriser fréquemment pour nous retrouver, pour retrouver notre lumière et sa douce chaleur. Notre travail prend beaucoup de temps sur notre vie. Mais il reste toutefois les week-ends, les soirées… La télévision, quant à elle, n’arrange rien. Elle est le constat de notre vie actuelle. Elle nous endort dans la violence, dans l’immoralité, dans la peur…. Elle nous empêche de nous poser pour entendre notre voix, pour entendre la raison du cœur. Elle est elle aussi le reflet de notre existence.

Prenons l’hiver comme un cadeau, même s’il pleut, même s’il fait froid, même si nous manquons de soleil. Le soleil est dans notre cœur. Si nous le découvrons, il illuminera nos journées, il nous réchauffera, il nous transmettra sa douceur, sa connaissance. Il sera pour nous un fidèle ami, un maître qui nous conseillera, nous initiera. Profitons de ses bienfaits et entrons en nous pour le retrouver…

Transmis par Mirena, le 21 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Nous sommes 100% responsables

Beaucoup se plaignent d’être bousculés, de ne plus s’y retrouver, de perdre le sens de la vie, de leur vie… Beaucoup disent ne pas comprendre ce qui se passe, le pourquoi de tous ces bouleversements en eux et autour d’eux. L’incompréhension fait place à la souffrance intérieure. Tout ce qui n’est pas encore réglé remonte à la surface et nous devons encore prendre conscience de ce qui ne va pas en nous et dans nos relations aux autres. Il nous faut travailler encore et encore…

Ces déstabilisations proviennent du non alignement de l’être avec les énergies de la terre et  nous devons  changer pour pouvoir être en accord avec elles. L’accord avec les énergies ne se fait qu’à la condition de se libérer de toute sa lourdeur. Pour cela, il faut accepter sa responsabilité dans tout se qui est. Si la fréquence de nos vibrations n’est pas en accord avec les vibrations de la terre, nous sommes bouleversés.

Avec tous les enseignements que nous avons à l’heure actuelle, nous devons prendre conscience réellement de ce qu’ils nous transmettent afin de progresser au mieux sur  notre voie. Nous devons ouvrir nos oreilles et  nos yeux, afin de pouvoir mieux nous comprendre et comprendre que nous sommes 100% responsables de ce que nous vivons. Tant que nous ne serons pas à même d’appliquer cette connaissance, nous recevrons cette déstabilisation.

Nous nous sommes endormis dans notre vie, dans cette dualité qui nous a menés par un pouvoir toujours plus pressant. A force d’agir avec notre mental négatif et notre ego, nous avons oublié l’essentiel. Nous avons délaissé notre lumière intérieure et maintenant, nous devons nous débarrasser de tous nos voiles négatifs afin d’être nous-mêmes pour vivre notre vie dans la lumière et non dans le pouvoir. Et le réveil est brutal ! Il nous met face à nos comportements, à nos schémas négatifs. Cela fait mal mais il faut s’en libérer pour renaître dans la lumière de notre cœur.

Il faut donc faire preuve d’humilité afin de  nous regarder, afin de  nous accepter tels que nous sommes, et avoir beaucoup de volonté pour renaître dans la valeur de notre Être. Il faut vouloir le changement en modifiant nos pensées, nos paroles et nos actes. Tant que la responsabilité de tout ce qui vient ne se fait pas en nous, nous ne sommes pas aptes à attirer le changement, et donc nos vibrations ne sont pas en accord avec celles de la terre. Ensuite, nous devons lâcher, lâcher ce qui nous fait mal et ne plus y retourner. Tant que nous restons accrochés au passé, à l’autre, à la souffrance, à la culpabilité, à la peur, à la sécurité matérielle, nous ne pouvons avancer.

Utilisons cette belle créativité pour renaître à qui nous sommes. Utilisons ces belles et puissantes énergies pour changer notre vie et attirer à nous la beauté, la paix, l’amour, l’abondance. Nous n’avons pas le choix. Nous devons modifier nos schémas car ceux-ci sont dépassés. Ils ne vibrent plus avec les énergies du moment. Commençons donc à la base au lieu de vouloir des techniques élevées qui ne peuvent rien faire pour nous. Nous sommes des créateurs et tout ce que nous recherchons à l’extérieur de nous, nous ôte la découverte de notre puissance intérieure, qui est la véritable puissance de transformation. Car c’est bien elle qui peut tout !

La véritable conscience est établie par notre intériorité. Elle peut, si nous sommes en accord avec elle, nous diriger vers l’établissement d’une nouvelle direction de vie, sans souffrance, sans déstabilisation. Lâchons notre ego. Regardons-nous sincèrement, simplement, sans jugement. Appliquons des pensées pures, des paroles pures, des actes purs. Rectifions tout ce qui n’est pas dans la lumière. C’est ainsi que nous attirons le changement dans notre vie. Il ne faut pas avoir peur de lâcher nos fondements de 3e dimension. Ils sont dépassés maintenant. Tant que nous n’opèrerons pas ces changements, nous serons en souffrance. Il faut réellement en prendre conscience.

Alors, dans cette puissance des énergies qui se déversent maintenant sur notre terre, ouvrons notre compréhension à cette vérité. Ne soyons plus dans le pouvoir destructeur de notre être. Arrêtons de nous mentir et ouvrons-nous à la transparence de qui nous sommes. L’Être pourra enfin remplacer le mental négatif et prendre sa véritable place.

Mirena, le 5 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.