Pardonner pour être en paix

Nous devons évoluer dans l’ère nouvelle avec un passage qui soumet bien des états, des schémas et des comportements au grand nettoyage. Nous sommes mis devant des situations pour nous permettre de comprendre ce qui ne va pas dans notre vie et ce qui a besoin d’être épuré pour pouvoir avancer sur notre chemin. Nous ne pouvons plus marcher avec le fardeau que nous avons en nous et notre dos ne peut plus supporter ce poids lourd qui demande à être considéré et réglé. Les énergies ambiantes sont là pour nous rappeler au fur et à mesure de notre avancée, ce qui n’a pas encore été réglé et nous prenons en pleine face ce qui n’est plus en accord avec le nouveau monde.

Nous nous révélons parfois par la force des choses. Nous sommes soumis à faire des choix pour nous libérer de ces entraves, de ces liens sombres qui nous tiennent fermement. Nous devons nous ouvrir à une vue plus simple de la vie, en comprenant que nous sommes des êtres soumis aux expériences de la dualité pour nous révéler dans la lumière. Peu à peu, la conscience se révèle dans la profondeur. Nous entrons dans des compréhensions de plus en plus profondes et évidentes. Nous lâchons ce qui n’est plus en accord avec nous, avec notre profonde révélation d’être libres de toute attache sombre de la dualité.

Mais ce choix n’est pas si facile à réaliser car nous devons lâcher notre mental qui résiste avec force à ce que nous voulons établir en notre vie et en notre corps. Pour cela, nous devons nous rendre à l’évidence que le pardon est celui qui permet de remonter vers la lumière. En effet, lorsque notre mental s’emballe et nous déballe toute sa litanie négative sur les autres, sur la vie, sur ce qui ne va pas, sur le monde… nous devons avoir le réflexe de ne pas le suivre et de pardonner. Pardonner est la prière de l’homme qui conduit ses pas dans la lumière. Elle est le reflet de la Vie, la pleine floraison de l’âme. Sans pardon, nous ne pouvons nous ouvrir à l’avancement. Celui qui reste dans la croyance de la dualité ne peut se révéler sans pardon.

Pardonner c’est vivre ce qui est avec compréhension et humilité. L’homme a trop souvent besoin d’un autre pour rejeter la faute de ce qui est. Il ne veut pas regarder ce qui ne va pas en lui. Il ne veut pas entrer dans la compréhension de la vie. Il se laisse entraîner par la force de son mental négatif et résiste en soutenant qu’il n’est responsable en rien.

Or, tout ce que nous vivons est notre reflet : notre vie, nos relations, nos souffrances, nos maladies… Tout ce qui est autour de nous nous ressemble. C’est comme si nous avions un miroir autour de nous qui nous révèle qui nous sommes par ce que nous attirons. Car nous attirons qui nous sommes. Ceci a pour but de nous révéler ce qui ne va pas. Et avec le pardon, nous pouvons sortir de la souffrance et entrer dans la profondeur de la conscience pour voir plus loin que le bout de notre nez en comprenant le jeu de la vie et le rôle de premier que nous tenons.

Le pardon est la grâce de l’univers. Il nous unit à la lumière. Il peut tout gommer, il peut tout effacer et surtout, il nous permet de lâcher notre ego. Il est le sauveur de notre monde et il le restera. Sans pardon, nous vivons dans la souffrance et nous espérons que l’autre changera, que le monde lui-même changera. Mais ceci appartient au passé et à dualité. Nous devons renaître à l’évidence de l’ouverture nouvelle qui naît et qui n’est plus limitée désormais. Nous ne sommes plus obligés de souffrir, de rester dans le monde de l’ego et de la soumission de l’être. Nous pouvons être nous-mêmes sans les voiles de la séparation pour vivre libres, heureux, dans l’amour et la lumière qui est en nous.

La conscience sera déterminante dans la nouvelle vie. Elle est l’ouverture en soi, la compréhension des étapes de l’Ascension et non la révélation de l’homme dans l’ego et le pouvoir. Les anciens schémas, les anciennes compréhensions sont maintenant obsolètes. Nous devons nous révéler par le pardon pour pouvoir évoluer dans la nouvelle dimension.

Le monde meilleur est là. A nous de le saisir par la compréhension de ce qui est et par l’ouverture du pardon en soi pour une vie de paix.

Mirena, le 3 Avril 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

Un grand saut dans l’Amour compassion

L’Amour compassion ouvre une large perspective de réalisations. Nous entrons dans une ère où se réalisera par l’Amour compassion, toute forme de guérison, qu’elle soit intérieure ou extérieure. Il est évident dans ce monde qui se révèle à nous un peu plus chaque jour, que nous devons percevoir cette naissance en nous, la naissance d’une œuvre qui relève de l’intériorité et que nous devons déployer. Déployer en nous avant de pouvoir la transmettre aux autres. Il s’agit là  d’une forme de réalisation individuelle qui demande un niveau de conscience supérieur.

Nous devons établir un état de cette supériorité d’avancement. Un état important qui demande de la rigueur. Pour transmettre aux autres, nous devons avant tout l’intégrer. Intégrer l’Amour compassion, c’est jouir de sa faculté, l’étendre à nous-mêmes pour nous pardonner, nous guérir, nous aimer. Et la chose n’est pas si simple. Nous manquons beaucoup d’indulgence pour nous-mêmes. Nous sommes souvent soumis à des heurts intérieurs qui ne nous permettent pas d’avancer avec lui. Tant que le travail intérieur n’est pas assez profond, nous n’intégrons pas qui nous sommes réellement. Nous savons, tout au plus. Mais de là à intégrer tout notre savoir… il y a de grands pas à franchir.

Souvent, nous ne savons pas nous reconnaître dans notre réalité humaine. C’est pour cela que nous avons besoin d’aide. Cette aide doit nous permettre d’établir notre bilan afin de transformer ce qui doit l’être. La culpabilité vient souvent au devant de nous et nous met face à nos actes. Il y a aussi la honte, le regard des autres, les souffrances intérieures… et tout ce que nous avons enseveli bien profondément en nous et que nous ne voulons pas voir remonter à la surface. Pourtant, nous devons les laisser venir à nous pour permettre leur libération qui est aussi la nôtre. Nous devons tous passer par cette étape de la transformation en acceptant qui nous sommes en toute simplicité. Le regard de soi est très important car il nous permet d’entrer dans la phase de la transformation intérieure. Sans acceptation de nous-mêmes, nous ne pouvons rien libérer. Nous devons nous regarder avec cette évidence simple, sans jugement, seulement pour ce qu’elle est. Car nous sommes des êtres incarnés pour une évolution volontaire de notre âme et nous devons toucher l’ombre pour renaître dans la lumière. Sans ce contraire, il n’est aucune réalisation. Nous passons tous par des phases de dualité, de séparation, pour retrouver notre essence première.

Dans cette renaissance à nous-mêmes, nous devons trouver, en nous libérant de nos liens sombres, le pouvoir de l’Amour compassion. En intégrant ce niveau de conscience, nous comprenons que notre mental négatif nous conduit à l’opposé de cet amour. Il nourrit nos états sombres pour essayer de renouer avec le pouvoir qu’il avait sur nous. Il met à mal notre émotionnel pour nous maintenir sous sa coupe. Les schémas négatifs sont bien ancrés. Ils provoquent des états de souffrance qui nous démontrent que rien n’est réglé et qu’il nous faut agir pour nous libérer. Mais nous libérer des liens qui nous tiennent, est souvent difficile car nous ne nous accordons pas l’indulgence nécessaire. Et sans indulgence, il ne peut y avoir d’amour. Nous devons renouer avec nous-mêmes et accepter que ce qui doit être éliminé fait partie de notre chemin. Le regard de soi facilite l’acceptation des souffrances intérieures et permet le dégagement de celles-ci. L’amour, quant à lui, permet le regard simple de soi, des autres, de ce qui a été établi dans le passé, sans jugement mais seulement avec la capacité de prendre ce qui est pour le libérer. L’amour est un état d’humilité. L’amour est un état de conscience supérieur. L’amour est celui qui nous permet de transmuter notre négativité en lumière.

Avec l’Amour compassion, nous entrons dans une phase de lumière. Celle-ci nous montre que nous sommes dans un rôle de réalisation intérieure. Nous nous acceptons et nous réglons nos souffrances en nous détachant d’elles. Le rôle du mental nous a maintenu dans ces blessures. L’ego nous a éloigné de l’acceptation. Il nous a maintenu dans la dualité. Et quand il y a dualité, il n’y a pas d’Amour compassion car ils sont l’opposé. Ceci pour dire que si nous ne connaissions pas la dualité, nous ne pourrions découvrir l’Amour compassion. Un peu difficile à accepter, n’est-ce pas ? Mais ceci est une évidence, bien apparente dans nos temps actuels. Notre âme a choisi la dualité pour réaliser la pleine conscience de l’amour, la pleine réalisation de la lumière, la pleine capacité de ce qu’ils sont. Sans son expérience, nous ne pouvons entrer dans l’amour.

Aujourd’hui, nous avons la possibilité d’accepter ces compréhensions, de les faire nôtres pour retrouver notre liberté. Nous sommes à l’orée d’un monde nouveau qui change toute notre conception ancienne de la vie. Nous pouvons changer en modifiant nos états de compréhension en prenant conscience de l’illusion. Nous pouvons faire un grand saut dans l’Amour compassion et libérer l’obsolète. En entrant dans cette nouvelle dimension, nous devons nous guérir de nos maux en acceptant ce qui est et en nous ouvrant à l’Amour compassion. Si nous comprenons ceci pour nous, nous le comprenons aussi pour les autres. Nous nous détachons des souffrances de l’humanité. Se détacher n’est pas être indifférent mais au contraire, c’est regarder et accepter que tout est à sa place, que chacun a un rôle à tenir dans son évolution et qu’il a choisi d’être à sa propre place. L’homme révèle sa lumière intérieure comme il le peut, comme il le désire, en faisant ses choix de vie. Nous avons tous un travail intérieur à réaliser en ce sens. Par contre, nous pouvons aider tous ceux qui le demandent. Nous pouvons les guider dans cette compréhension de la vie, en leur montrant la lumière. Nous pouvons donner de façons multiples en donnant avec l’Amour compassion qui part de notre centre cœur et qui reste sans attente. Nous devons apprendre à donner avec notre cœur et laisser nos attentes dans l’oubli de notre mental.

En cette année 2012, que beaucoup redoutent, nous ne devons pas avoir peur. La peur ne fait qu’attirer ce que nous ne voulons pas. Nous devons au contraire lâcher l’illusoire et renouer avec notre pouvoir intérieur, avec l’Amour que nous détenons dans notre cœur et aller avec la foi sur notre parcours de chercheur de vérité. Nous devons accueillir le changement dans l’Amour. Nous devons œuvrer avec lui. Nous devons rester sur son alignement pour vivre dans la réalité de ce qui est, dans l’espérance, dans l’attirance de ce que nous dégageons. C’est ainsi que nous passerons les différentes étapes que la vie nous enverra.

Alors, avec toute la reconnaissance que j’ai pour moi-même, je prends mon amour et je vous l’adresse pour vous souhaiter une excellente année 2012 dans la réalisation de l’Amour compassion. Que la vie vous comble ! Qu’elle soit pour tous, le développement de votre acceptation, de votre réalisation dans la compassion.
Que la joie soit dans vos cœurs, que la foi vous porte, que la lumière soit !

Mirena, le 22 Décembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Faire face à nos peurs

Le monde est en pleine mutation. Tout bouge à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de nous. Nous sommes en plein choix de vie, en pleine mutation intérieure et nous sommes bousculés par tout ce que nous recevons mais aussi par ce que nous émettons. C’est pourquoi, nous devons faire face à nos peurs.

D’une part, elles sont amplifiées par le monde qui nous entoure. Nous recevons des énergies de peurs et tout est fait pour nous garder dans la peur. Ainsi, nous ne pouvons que nous « raccrocher » à ce que l’on nous dit, à ce qu’une minorité d’hommes de pouvoir veut. Notre liberté est endormie par ces peurs et nous ne percevons plus notre lumière intérieure.

D’autre part, nous avons en nous des peurs qui remontent afin d’être travaillées pour être éliminées. Ces peurs sont celles de l’héritage de nos ancêtres. Ce sont des mémoires transmises lors de notre conception. Elles figurent dans notre ADN et nous les transmettons à nos enfants si elles ne sont pas éliminées.

Nous possédons également nos propres peurs, celles que nous créons chaque jour par notre façon d’être…peur du manque, peur de la maladie, peur de perdre son emploi, peur pour ses enfants, peur de l’avenir…etc.

Toutes ces peurs sont des freins à notre progression. Elles annihilent notre propre pouvoir intérieur. Elles installent en nous des états négatifs et nous connectent à des vibrations de même intensité. Nous sommes ainsi reliés par elles à des égrégores de peur. Nous savons que tout ce que nous émettons, nous revient amplifié. Donc, en tout état de cause, en émettant celles-ci, nous recevons des ondes de peurs amplifiées. Nous sommes ainsi connectés aux peurs de l’humanité. En sachant que celles-ci s’amplifient de jour en jour, nous devons prendre conscience de cet état et ne plus y répondre. Car nous nous laissons entraîner par ces peurs. Elles nous tiennent dans la souffrance intérieure et nous ne sommes plus à même de prendre des décisions, des choix opportuns et lumineux. Elles nous tiennent par leurs liens sombres et nous entraînent avec elles.

Si nous  ne faisons pas face à ces peurs, nous risquons de ne plus pouvoir nous relever. Les forces obscures sont puissantes et entraînent avec elles, tous ceux qui y répondent. C’est pourquoi, il faut prendre conscience de nos peurs, quelle qu’en soit l’origine et stopper cette spirale qui nous entraîne hors de notre puissance intérieure lumineuse. Il ne faut pas nous identifier à elles, ne pas répondre à notre mentalisation qui accélère le processus de peur. Il faut au contraire, stopper cet état de peur quand il apparaît, l’annuler pour ensuite envoyer une pensée contraire, une pensée positive, lumineuse qui nous reliera à une vibration de même nature. Ce travail d’annulation et de reformulation des pensées de peur devra être renouvelé chaque fois qu’une peur apparaîtra. C’est une tâche longue et rigoureuse mais elle en vaut la peine. A force de se connecter à la lumière, l’ombre recule. Ceci fait partie de l’œuvre du chercheur de lumière. Rester dans la lumière et l’amour et ne plus se laisser emporter par le mental, par ses peurs et leur négativité pour rester dans des vibrations élevées.

Le monde change et je me répète. Les peurs s’amplifient sur terre et tout est fait pour que les hommes demeurent dans la peur. Si nous ne faisons rien pour ne plus répondre à celle-ci, nous serons déstabilisés et emportés par ce courant négatif. Or, nous devons rester dans notre bulle de lumière pour appréhender le changement qui s’annonce. Nous devons rester dans notre lumière intérieure pour ne pas être ébranlés par les ondes négatives.

Plus nous serons lumière, moins nous souffrirons et, nous pourrons passer avec l’humanité dans le monde nouveau.

Mirena, le 09/10/11.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.