Trouver la joie de vivre et vivre sa joie par Maha Chohan

Aujourd’hui je reviens vers vous, mes enfants, pour vous donner un beau message sur la joie de vivre. Car il est important que vous vous accordiez des moments de joie dans votre existence. Ils sont aussi nécessaires à votre envolée dans le monde qui arrive et vous devez les prendre pour un mieux être et être mieux avec vous-mêmes, avec vos amis, vos voisins, votre monde et tous ceux que vous côtoyez.

La joie de vivre est une situation porteuse. Elle influe sur votre vitalité, votre guérison, votre entrain à aller dans la profondeur de la conscience et celle de votre vie d’homme. Elle détermine qui vous êtes et vous êtes celui ou celle qui se place dans le choix important de sa vie. Elle fait partie de l’ouverture pleine et belle de la lumière qu’elle infuse en vos cellules et leur transmet sa puissance vibrationnelle.

En votre monde pourtant, nombreux sont ceux qui ne la possèdent pas. Ils n’ont découvert qu’une infime partie de ce qu’elle représente. Ils ont perçu une part très faible de sa puissance. La société matérialiste noie cette partie divine en vous. Elle ne lui laisse aucune ouverture, aucun moyen de se positionner. Elle infuse son lot de discours et de peurs et ferme ainsi la porte à cette possibilité qui ne peut vous rejoindre.

La joie de vivre est pourtant faite d’une autre substance que le discours ou la peur. Elle est une énergie de lumière puissante qui irradie de toute sa beauté. Elle est douce, belle, chaude et tendre à la fois. Elle porte le vouloir, établit la pureté, délaisse la maladie. Chaque partie d’elle est un tout qui se relie à la Source et transmet sa puissance. Elle se vit pleinement, sans calcul. Elle est.

J’aimerais que mes mots puissent toucher votre cœur. J’aimerais que mes mots puissent vous aider à trouver cette joie de vivre qui vous fait défaut. Elle doit venir à vous et vous devez l’accueillir sans peur en sachant qu’elle est votre alliée, votre amie, qu’elle est là pour vous porter de sa puissance, de sa pureté.

Beaucoup d’entre vous ont peur d’elle car ils n’ont jusqu’à présent connu que la différence, l’indifférence et ne se croient pas assez bien pour elle. Ils pensent qu’elle n’est pas pour eux, qu’elle est pour les autres, qu’ils ne la méritent pas. Pourtant, ce bonheur là est pour tous. Il est la création que chacun doit s’accorder. Il appartient à tous. C’est vous qui choisissez de l’avoir et non l’inverse. La joie de vivre est une position que vous créez, que vous goûtez, que vous transmettez. Si vous lui ouvrez les portes et si vous l’accueillez, elle sera votre choix, votre position d’être et de vivre avec elle. Elle est un but qui définit l’essence de l’Être et tout ce qui s’y rapporte. Chaque être a sa puissance et sa vertu et doit la définir avec toute sa volonté pour vivre une vie d’amour, de paix, de bonheur. La joie de vivre est aussi un moyen, une liberté individuelle de vivre dans la gaieté et de la transmettre.

Celui qui désire être triste ne s’accorde pas l’avantage de la joie. Il se positionne dans son choix et pense qu’il ne peut accéder à autre chose car le monde lui dit qu’il est coupable et ses peurs l’empêchent de découvrir ce bonheur d’être et d’être heureux. Il suit le vouloir que l’on lui transmet et non le sien. Il ne sait pas qu’il a le droit d’y accéder et que cette accession dépend de son choix, de sa liberté individuelle d’être qui il a envie d’être. Sa vue est trouble car on lui montre un reflet sale, incertain, dévalorisant et coupable. Le vouloir de la société est le plus fort.

Aujourd’hui pourtant, je viens vous ouvrir les yeux en vous disant que vous êtes beaux, que vous n’êtes pas coupables, que vous avez un choix à faire et que vous devez vivre libres et heureux. Vous devez trouver cette joie de vivre en vous. Vous devez vous accorder cette possibilité. Vous devez rire et non pleurer. Vous devez espérer et non baisser les bras. Vous devez grandir en ayant cette part de joie en votre cœur. Vous devez la ressentir, la savourer, la laisser vous porter vers une direction plus claire de votre chemin et de votre reflet. Vous devez la voir, la sentir, la caresser, la vivre pleinement dans son immensité, dans sa valeur, dans sa force de lumière, de paix et d’amour. Enfin, vous devez l’adopter à chaque moment. Elle doit faire partie de votre être, de votre raison, de votre regard, de vos mots, de vos actes. Et vous devez rire et aimer rire, vous devez écouter sa douceur, son calme, son apaisement. Car votre cœur a souffert. Il a besoin de retrouver la paix profonde de l’âme. Et c’est avec elle, grâce à elle que vous la trouverez et que vous prendrez un nouveau chemin dans la joie de vivre car vous vivrez cette joie pleinement, sûrement, dans l’espoir d’un monde nouveau qui aura ce reflet, votre reflet d’une joie de vivre éblouissante et porteuse, aimante et nourrissante, belle et apaisante, guérissante et lumineuse. La joie est un monde nouveau parmi le monde. Il doit éclore enfin. Il doit définir la nouvelle vie, votre nouvelle vie. Il doit édifier la lumière.

Croyez en vous, mes enfants. Aimez-vous avant de chercher le bonheur et le bonheur viendra à vous. Il est vous et vous êtes beaux, pleinement beaux. Je vous aime et je vous transmets cette joie de vivre par mes mots, par mes énergies, afin que cette découverte fasse enfin partie de vous et de l’humanité. Toute la beauté de l’univers vous appartient et vous lui appartenez aussi. Vous êtes elle, elle est vous. Elle est belle, vous êtes beaux. Riez, aimez, respirez pleinement cette joie, cette beauté universelle. Elle est là pour vous. Elle est vous.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 29/06/2009.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Les non-dits

Les non-dits sont une source négative importante logée en notre ADN. Ils sont la création que nous avons déterminée mais aussi celle de nos ascendants.

Lorsque nous venons sur Terre, lors de notre incarnation, nous venons avec tout un bagage de mémoires négatives qui appartiennent au passé. Ce passé est le nôtre, celui de nos précédentes incarnations, mais il est aussi celui du vécu de nos aïeux, de notre lignée. Cet héritage nous transmet toutes les mémoires vécues, qu’elles soient positives et négatives.

De même nous transmettons ces mémoires à nos enfants qui eux aussi les transmettent aux leurs. Toutes ces mémoires sont comprises dans l’ADN humain et lorsque nous nous libérons de l’une d’elle, nous libérons également notre descendance. Le lien est coupé, purifié. Le travail individuel que nous faisons sur nous, nous le faisons aussi sur eux.

Les non-dits sont donc un bagage important négatif qui nous est transmis et que nous transmettons aussi. Ils opèrent un blocage sur notre énergie de vie car il renferme une symbolique cachée avec sa propre puissance. Par ce qui n’a pas été dévoilé, l’être se ligote fermement avec les liens négatifs de ce qu’il tient secret. Ces liens renferment la peur, la colère, la souffrance, la malhonnêteté, le mensonge, la frustration, la violence, l’acte négatif par lui-même, etc. … Ils sont un blocage dans notre corps mais aussi dans notre aura.

C’est pourquoi, il est temps que nous prenions conscience de ce que représentent les non-dits. Avec notre conscience nous pouvons les purifier même s’ils sont anciens. La purification de l’ADN libère de grands blocages du passé et avec elle, tous les liens négatifs qui s’y rapportent et qui provoquent des limitations importantes dans notre progression. Ces non-dits agissent sur notre pleine volonté et sont une source de mal-être et de maladie. Nous ne savons pas qu’ils sont là mais ils nous transmettent toute leur puissance négative et toute leur représentation. Sans cette conscience de ce qu’ils sont, nous ne pouvons vouloir leur purification car ce qui est nié n’existe pas et ce qui n’existe pas ne peut être changé.

La conscience ouvre la voie. Elle établit véritablement les choses. Elle définit et crée ce qui est et met à l’évidence ce qui ne se voyait pas. Nous ne pouvons changer qu’avec la conscience des choses et celle de qui nous sommes réellement. Nous ne pouvons modifier nos schémas qu’avec la constatation de ce qu’ils sont véritablement. Sans regard clair et évident de nous-mêmes et de ce que nous dégageons, nous n’engageons pas la conscience de ce qui est et rien ne peut être changé. L’humilité est une ouverture sur la conscience de qui nous sommes. Elle nous permet de voir les choses telles qu’elles sont. Elle nous montre sans jugement cet être en voie de réalisation qui parcourt ces expériences.

C’est pourquoi, nous devons reconnaître toutes les sources négatives qui sont en nous et qui sont nous afin de les purifier. Sans regard sur soi, il est impossible d’avancer sur la voie de la purification. Les non-dits sont des sources négatives qu’il faut conscientiser pour les mettre à l’évidence de ce qu’ils sont, sans retour en arrière, sans regret, sans jugement. Il faut qu’ils soient constatés simplement pour les changer.

Par contre, il est de notre tâche d’avancer dans la transparence de qui nous sommes et de ne pas garder les non-dits de notre propre création. Les dire permettra de les libérer et de libérer les autres. Les mots ont une vibration qui libère, elle aussi. Par les mots les liens négatifs peuvent être purifiés. Par respect et par amour, nous devons entrer dans l’évidence du blocage que nous provoquons aussi chez les autres.

L’amour que nous avons pour nous-mêmes et pour les autres, nous permet toujours d’avancer. Il est notre phare, notre Soi. Avec lui, nous pouvons tout réaliser. La purification passe par cet amour. Avec lui et avec la conscience de qui nous sommes, nous pouvons entrer dans cette belle purification de l’ADN et de l’être.

Tant qu’il y a de l’amour, il y a la vie. Le reste n’est que jugement et création de l’ego.

Transmis par Mirena, le 17 Janvier 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.