La croyance d’appartenir au passé

 

Il est réellement possible de sortir du carcan de la 3e dimension pour évoluer dans un espace de liberté universelle. L’ancienne énergie nous tient encore et a un certain pouvoir sur nos pensées. En découle une retenue conditionnelle qui freine notre élan. Nous doutons de la vie et de nous-mêmes. Nous avons du mal à passer à autre chose. Nous ne savons que faire pour sortir de l’emprise de l’énergie du passé. En réalité, nous luttons contre la vie.

Si nous regardons la chose avec simplicité, nous pouvons comprendre notre position dans cette incarnation. Elle a été rude parfois mais joyeuse aussi. L’essentiel est de considérer avec clarté l’énergie dans laquelle nous avons évolués, celle que nous avons entretenue par la croyance d’appartenir au passé. Elle est inscrite en nous et nous retient dans ce qui a été. Ainsi, nous le revivons sans fin, y compris ses souffrances. Nous demeurons sous leur emprise sans même en être conscients. Cette énergie forme un tout auquel nous restons reliés, un tout qui nous colle à la peau et nous ôte notre liberté d’évolution.

Pourtant le passé n’est qu’une énergie qui vit en nous car nous l’entretenons et le mental sait très bien agir pour qu’il en soit ainsi. Nous ne sommes pas notre vécu ancien. Nous sommes le moment, simplement l’instant où notre souffle est. Rien d’autre n’existe sinon ce qui est ici et maintenant.

L’énergie du passé est une illusion entretenue par beaucoup d’êtres humains. Or si nous analysons la chose, il n’y a rien qui, dans l’instant présent, puisse appartenir au passé, sinon sa mémoire. Elle est la conscience du vécu qui nous a permis d’acquérir une certaine compréhension et un certain savoir de nous-mêmes. Hormis cela, nous sommes une personne et une âme sur le chemin de la vie.

L’ignorance nous maintient sous la coupe du passé car nous croyons y appartenir alors qu’il n’en est rien. Le passé est un passage qui nous permet d’évoluer vers la lumière. Le passage dans une infinie succession de moments. Il nous conduit toujours dans l’instant qui est et rien d’autre n’existe. Le moment passé n’existe déjà plus car nous sommes à nouveau dans un autre espace de vie.

Rien n’est figé dans l’Univers. Rien n’est figé dans l’incarnation. Seule la croyance du contraire l’est.

A méditer…

Mirena
Source : www.audeladesmots.org

 

 

 

S’abandonner n’est pas s’arrêter

 

L’abandon à l’énergie de la Vie n’est pas l’arrêt. C’est au contraire, verser dans l’instant présent et donc dans l’énergie du Cœur, et reprendre le pouvoir de sa vie. C’est aussi sortir de l’emprise du mental pour agir en être conscient. L’instant présent n’est pas dissocié de nous mais l’homme le place souvent loin de lui dans son esprit. L’illusion aidant, il pense qu’il s’agit d’un abandon total, sans action, alors qu’il n’est est rien.

Car c’est dans l’instant que tout se passe. Quand on s’y abandonne, l’énergie du Cœur prend place dans notre vie. Le vouloir humain n’est plus au premier plan. Seul résulte le vouloir de l’âme, associé à la vie humaine et notre appartenance au Tout est bien présente. C’est un alignement avec La Source, une imprégnation même dans ce Que Nous Sommes.

L’instant, il est vrai, est la pause. Mais la pause dans le Cœur et son énergie bienfaisante et non l’arrêt de la vie dans cet espace dimensionnel. Il est au contraire la volonté d’agir dans la conscience du moment et requiert la présence de l’esprit humain dans une liberté d’action consciente, sans le pouvoir du mental.

Le moment est alors vécu pleinement et son accès développe une ouverture sur tout ce qui est et non une séparation. C’est un contact avec la Vie universelle et le fait de vivre en être conscient permet l’émergence de la Conscience du Tout. La créativité consciente agit alors pour le meilleur, dans la matière et dans une grande ouverture. L’individualisme n’est plus. L’unité prend place. Plus l’instant est vécu en conscience, plus la répercussion dans l’infinitude est lumineuse et la création instantanée.

Mirena
Source : www.audeladesmots.org

 

La peur d’exprimer Qui Vous Êtes

Il n’y a pas d’élu en ce monde car chacun de vous participe au Grand Plan Universel. Certains êtres ont des missions particulières à réaliser car c’est le moment pour eux de le faire.

Votre âme est belle. Elle contient la pureté originelle et vous avez tous cette particularité qui vous lie et vous unit. Vous êtes tous égaux, sans début ni sans fin, mais dans une constance de vie qui vous permet d’évoluer librement grâce à vos souhaits et aux choix que vous posez.

Oui, vous évoluez librement car vous êtes les créateurs de votre vie. Vous émettez des vibrations simples mais puissantes qui construisent votre chemin dans la positivité et la négativité, dans la paix et l’amour mais aussi dans la peur.

La peur de vivre ce pourquoi vous êtes ici sur Terre. La peur de lâcher ce que vous connaissez. La peur du vide de l’immensité. La peur de la mort. La peur d’exprimer simplement Qui Vous Êtes.

En réalité, toutes les autres peurs sont des illusions créées par le mental. Elles reflètent la réalité de ce que vous ne voulez pas voir. Elles sont ce à quoi vous vous accrochez. Elles sont ce que vous voyez uniquement et consciemment ou inconsciemment, vous les vivez tout en occultant la vérité.

Ayez conscience de cela et tout vous paraitra plus léger et surtout moins complexe. Vous vous éloignez de la vérité et vous n’en voyez qu’une partie. Votre aptitude à reconnaitre la lumière est faussée.Les déviances engendrées par le mental sont puissantes. Vous créez des peurs pour ne pas voir les peurs réelles qui vous entrainent loin de votre Cœur d’Amour.

Mais ceci est le chemin que vous avez choisi.

Canalisé par Mirena
Source : www.audeladesmots.org

 

S’abandonner à la Vie ! (2)

S'abandonner à la Vie (2)
*

En réponse aux mails de Gérard et d’André, je désire approfondir le sens du lâcher prise et du message posté avant hier : S’abandonner à la Vie ! (1)

Lâcher prise et s’abandonner à la Vie, ce n’est pas tout lâcher et sauter dans le vide. C’est poser ses choix de vie, sans contrôle du mental tout en poursuivant l’œuvre intérieure purificatrice. Les peurs sont bien présentes en nous et elles sont un frein à notre évolution. Pour cela nous avons à notre portée de nombreux outils et techniques qui nous permettent de lever le voile sur notre puissance intérieure d’amour afin de révéler notre plein pouvoir créateur. Ainsi, peu à peu, nous nous libérons, nous ouvrons notre cœur et reprenons les rênes de notre être. Tout ne se fait pas en un jour. Sans travail intérieur libérateur, nous ne pouvons nous abandonner à la Vie et le mental continue à nous diriger et à influencer nos états d’être. Le contrôle est partout, même dans nos demandes à l’Univers.

Actuellement nous avançons dans une énergie vibratoire élevée qui accélère les libérations. Les prises de conscience se font, les étapes sont franchies beaucoup plus rapidement qu’auparavant. Peu à peu, nous redécouvrons la beauté de la Vie en nous. La foi se révèle alors car nous savons « Qui Nous Sommes » réellement. Nos désirs ne restent pas situés au niveau du mental mais sont exercés par le cœur, par notre puissance intérieure d’amour. L’attente s’estompe alors et la foi reste en soi. Il en résulte un élan qui domine toutes les situations. La marge de manœuvre devient ample et vraie. Elle est la marque du cœur où tout transpire et se réalise.

Quelle foi placez-vous dans vos intentions ? Les confiez-vous à la Vie, entourées de foi et d’amour ? Là réside le secret de la réalisation de toute orchestration et affirmation. La foi est signe d’accomplissement. Lorsqu’elle émerge en soi, elle définit l’Unité de la Vie qui s’établit dans la conscience. Elle est le palier de la réalisation du Soi hautement défini. Ainsi se font et se placent les directions d’avancement, les opportunités surviennent, le meilleur de la Vie (l’abondance !) vient à soi.

Je constate cela de plus en plus dans ma vie. J’appelle cela la magie de la Vie car parfois elle me comble au-delà de mes espérances. Je me laisse porter en faisant mes choix et en ne contrôlant rien. Le mental n’est présent que pour donner l’élan à ce que je désire. Je ne suis pas en attente de, mais dans l’accueil. Et j’accepte ce qui vient à moi, même si ce n’est pas ce que j’ai souhaité au départ. Je sais que la Vie me conduit vers ce qui me permet de grandir, vers ce qui me conduit dans l’épanouissement et la libération de mon être.

Quand les choix de vie ne sont pas portés par l’attente, la fluidité demeure dans l’énergie créatrice qui apporte ce qui est bon pour soi. La tâche spirituelle n’est pas d’avancer à tout prix. Elle demande plutôt d’être accueillie. Une vue globale de l’être et de sa vie, de son interdépendance avec tout ce qui l’entoure doit être perçue. L’individualisme ne mène pas à l’Ascension.

L’être humain obéit à son mental et se perd dans ses demandes. Il souhaite tant de choses ; l’amour, l’argent, la santé, la gloire… Il est souvent avide de richesses et de pouvoir. C’est ce qui définit son sort. Son côté créatif s’établit trop souvent sans humilité. Être vu, être aimé, être beau, être reconnu… Tant de vouloirs qui sont dirigés par le mental. Autant d’attentes menées par l’ego ! C’est ce qui le différencie de l’accueil de la Vie.

La foi place l’être dans l’espérance et non dans l’attente de. Elle le laisse libre. Elle ne l’enchaine pas au pouvoir du mental. La richesse de la Vie peut alors se placer pour le meilleur et avec amour.

Je vous souhaite d’exercer vos talents par le cœur, seule source véritable de richesse. Mais sans travail sur soi, sans regard de soi, aucune ouverture sur l’abondance de la Vie ne peut se produire.

L’avenir est bien celui-ci. Ouvrez votre cœur, œuvrez en vous, libérez-vous et vous le découvrirez ! Abandonnez-vous dans le calme du mental et demeurez dans la paix du cœur ! Laissez l’Être s’exprimer et rayonnez-le !

Mirena, le 30/10/2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

 

*