Le pur bonheur de l’instant

Le temps passe vite, si vite… Nous sommes nombreux à le constater. Nous sommes nombreux à ne pas trouver assez de temps pour faire ce que nous aimerions faire, pour nous poser un peu plus souvent. Nous sommes soumis à la puissance des nouvelles énergies qui nous emportent dans leur tourbillon… Nous constatons tous que rien n’est plus pareil et que nous devons faire des choix pour gérer au mieux ce que nous avons à faire.

Ainsi, nous devons choisir d’aller à l’essentiel et ne plus nous accrocher à nos anciennes habitudes, à nos attentes, à nos schémas mentaux. Nous devons changer cela aussi. Nous avons des habitudes, des dépendances, des schémas et des comportements qui nous maintiennent dans des attitudes de vie lourdes qui ne sont plus en accord avec la nouvelle vie qui est là maintenant.

Nous devons réapprendre à faire, nous devons faire confiance à la vie et à ce qui vient à nous. Nous devons dépasser nos limitations et comprendre que maintenant, les choses ne fonctionnent plus comme auparavant. Nous devons passer à la vitesse supérieure.

Je constate moi-même que je ne peux plus planifier à long terme. Mes guides me demandent de vivre ainsi, de laisser se mettre en place les opportunités et d’accueillir ce qui vient dans l’instant. Je le constate et le pratique bien souvent au détriment de mon mental qui essaie de me faire douter. Mais la magie de la vie opère et tout se place au bon moment, sans forcer, avec une facilité déconcertante qui me surprend toujours et que j’accueille avec amour et reconnaissance.  Ainsi, j’apprends à ne plus entrer dans mes peurs, j’apprends à lâcher mes anciens comportements et quand un problème à résoudre vient à moi, je ne force pas, je fais ce qu’il y a à faire et je sais qu’il va se régler sans aucun problème très rapidement. Et c’est ce qui se passe…

La lourdeur de la troisième dimension doit partir avec la foi en la vie. Nous devons ne plus vouloir résoudre, ne plus vouloir savoir à l’avance, ne plus vouloir que cela soit ainsi. Nous devons lâcher notre contrôle. Nous devons nous laisser guider par ce qui vient en sachant que tout se règlera parfaitement et au bon moment. Notre état intérieur doit changer par une purification et une modification intense de nos anciennes lourdeurs. Si nous luttons et ne voulons pas lâcher notre contrôle, les choses ne pourront peut-être pas se faire parfaitement. Nous devons avoir confiance en la vie. Ceci n’est pas facile mais c’est tellement merveilleux de voir se réaliser avec facilité et rapidité les choses.

Ne rien prévoir, ne rien contrôler n’est pas aisé à réaliser. Mais il faut faire le premier pas. Et lorsque l’on constate cette magie de la vie, alors on comprend réellement ce qu’elle représente et ce qu’elle va être dans notre nouvel avenir.

L’être humain a trop longtemps vécu avec son besoin de contrôle. Le lâcher prise est un bien grand mot que beaucoup n’arrivent pas à intégrer. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire. Au contraire il faut agir, mais agir dans le bon sens, celui de la foi. Nous devons nous laisser porter par ce qui est, par ce qui vient à nous en toute confiance, et rester toujours dans la lumière et l’amour. Les mois, les années à venir vont nous apprendre à agir ainsi. 

Vivre le pur bonheur de l’instant est notre nouvelle direction de vie.

Mirena, le 14 Septembre 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

La confiance en soi

La confiance en soi permet d’ouvrir les portes de la réalisation. Elle nous transmet l’assurance nécessaire pour aller sur notre chemin, pour établir notre voie avec plus de stabilité. Elle libère les nœuds émotionnels et mentaux, les convictions erronées de soi et permet d’entreprendre sereinement.

Bien souvent nous ne nous faisons pas confiance et passons à côté des belles choses que la vie pourrait nous offrir. Nous pensons ne pas être à la hauteur, ne pas être capables d’effectuer certaines choses et également d’en recevoir. Nos relations aussi sont limitées car nous avons peur de nous ouvrir aux autres, peur d’entreprendre, peur de nous dévoiler tels que nous sommes… Nous bloquons ainsi toute possibilité d’avancement.

Bien des portes se ferment lorsque nous ne nous faisons pas confiance. Les peurs qui sont en nous expriment leurs énergies et transmettent le refus d’avancer. Avec elles, nous sommes dans le repli de soi et non dans l’ouverture qui pourrait être la nôtre. Or, les opportunités ne peuvent se saisir sans la confiance dans le cœur de chacun.

La confiance en soi est une nourriture saine qui pourrait pourtant apporter son énergie pour former des constructions, des édifications personnelles. Sans elle, nous ne pouvons réellement nous épanouir dans notre vie, dans notre famille, dans notre travail, dans nos relations, dans nos désirs et nos passions. Nous ne nous exprimons pas véritablement car nous avons peur du jugement. Nous ne nous exprimons pas librement car nous sommes toujours dans la retenue de l’action et de la parole. Nous ne nous accordons pas la possibilité d’exprimer notre créativité, d’exprimer qui nous sommes, d’exprimer ce que veut notre âme et d’être réellement nous-mêmes. Beaucoup n’osent pas, d’autres passent à côté du bonheur car ils ne se permettent pas l’épanouissement personnel qui pourrait être le leur. Nous avons tous vécu des frustrations, des brimades dans notre vie. Souvent, celles de l’enfance ont formaté le manque de confiance en nous qui reste gravé dans nos mémoires.

Nous pouvons pourtant les surmonter et passer à autre chose en exprimant tout d’abord l’amour que nous avons pour nous-mêmes, mais aussi en ré-apprenant à nous aimer et à nous apprécier, en comprenant que nous sommes des êtres d’amour et de lumière. Nous avons la capacité de croire en notre valeur. Pour cela, nous devons avoir la certitude que nous ne sommes pas différents. Nous devons seulement nous ouvrir à la vie, à l’amour, en nous faisant confiance, en développant nos pas dans cette assurance.

Nous ne sommes pas moins bien que les autres. Seules les expériences que nous choisissons de vivre nous différencient. Nous avons tous les mêmes capacités de création. A nous de les exploiter avec nos propres moyens, avec nos propres désirs, avec tout l’amour que nous possédons dans notre coeur. Notre valeur individuelle est à respecter. Notre valeur d’âme est lumière. Notre valeur intérieure est un trésor divin. Alors, que demander de plus à la vie ?

Nous devons nous répéter chaque jour que nous pouvons dépasser cette croyance erronée que nous avons de nous-mêmes et passer à l’ouverture de la confiance en soi. Nous devons faire chaque jour un pas en avant pour nous affirmer sur cette voie. Le vouloir de croire en notre valeur fera de nous des êtres ouverts à recevoir ce que nous pensons. La pensée est créatrice et permettra d’inverser le processus de limitation inscrit en nous. Avec elle, nous dépasserons nos limites et entrerons dans la confiance en soi qui établira peu à peu, l’assurance de nos pas et nous ouvrira à la réalisation de ce que nous désirons réellement.

Ouvrons-nous à la création de nos passions, à la capacité de dire ce que nous avons à dire, toujours dans le respect de l’autre et de la vie, sans peur, sans honte, sans timidité mais avec une belle et grande assurance ! Osons aller vers les autres et ouvrons-leur notre cœur ! Sans confiance en soi, nous ne pouvons donner notre amour car nous sommes dans la retenue. Permettons-nous d’être ouverts à ce que nous désirons ! Epanouissons-nous dans le bonheur d’être tout simplement, le bonheur d’être qui nous sommes, sans retenue mais avec une profusion d’amour à donner par l’élan de notre cœur, par l’élan de notre personne que nous transmettra la confiance que avons en nous-mêmes !

Le plus beau cadeau que nous pouvons nous offrir est bien celui-ci ! 

Mirena, le 22 Avril 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

Lâcher le contrôle

Depuis toujours nous contrôlons notre vie mais aussi celle des autres. Nous avons peur de lâcher, peur d’être sous l’emprise des circonstances de la vie, peur de perdre notre pouvoir, peur d’être nous-mêmes et sans tous nos repères qui forment notre existence.

Or ce contrôle qui forme une parfaite unité avec nous-mêmes et dont nous n’avons pas réellement conscience, nous oblige à bifurquer dans notre vie, à changer les directions et les opportunités qui viennent à nous, si celles-ci ne sont pas en accord avec ce que nous désirons. Et ce que nous désirons n’est pas forcément ce qui convient le mieux à notre avancement. C’est pourquoi, certaines situations se trouvent bloquées ou avancent avec difficulté.

Nous désirons certaines choses, certaines relations, certaines situations, certaines rencontres et nous nous employons à tout remuer afin qu’elles aboutissent car cela est notre vouloir. Mais nous ne voyons pas qu’en contrôlant notre vie, nous bloquons l’énergie de vie qui ne peut se dérouler et venir à nous pour nous apporter ce qui est le plus approprié à notre chemin et à notre progression intérieure. Ainsi nous forçons les choses et se positionnent alors les blocages, car nous ne sommes plus axés sur notre chemin de vie.

Bien entendu, nous avons toujours notre libre arbitre pour les choix que nous faisons. Mais il faut savoir que dans notre évolution, nous pouvons prendre le chemin le plus court mais aussi le chemin le plus long. Tout est possible. Lorsque vous partez en randonnée, plusieurs chemins s’offrent à vous. Vous pouvez prendre le plus court. Vous pouvez prendre le plus long. Certains chemins sont faciles ou difficiles. D’autres sont directs ou bien vous éloignent de votre but. Certains même peuvent vous perdre. D’autres encore sont plaisants ou déplaisants. Tout dépend du choix que nous faisons. En contrôlant ce que nous désirons, nous ne nous ouvrons pas forcément à ce que désire notre âme. Nous avons des situations à vivre pour nous re-connaître et les éloigner ne sert à rien car, tôt ou tard, elles reviendront.

Nous contrôlons également les autres. Nous établissons un pouvoir sur leur vie et nous ne les laissons pas libres d’avancer comme ils le désirent, avec leur pleine volonté de choix. Nous voulons qu’ils agissent comme nous aimerions qu’ils agissent. Nous voulons qu’ils choisissent ce que nous aimerions qu’ils choisissent. Nous voulons qu’ils prennent le chemin que nous aimerions qu’ils prennent… Car nous croyons que le meilleur pour eux dépend de ce que nous voulons. Or, nous ne comprenons pas que la vie de chacun est un territoire libre qui ne doit pas être envahi par le pouvoir de l’autre. Le chemin de chacun doit être déterminé par un choix personnel, en fonction de ce que la personne veut vivre pour avancer vers la compréhension. Nous ne pouvons influencer l’avenir de l’autre par le pouvoir du contrôle des situations et des choix de vie de chacun.

Nous devons prendre conscience de ce contrôle que nous exerçons. Nous devons comprendre que tout est à sa place et que chacun a une place bien précise dans sa propre vie. Le contrôle provoque des tensions dans le corps et l’esprit de chacun ainsi que dans les relations. Il provoque également des blocages sur les chemins de vie et nous rencontrons alors des problèmes pour avancer, des souffrances aussi. Nous ne comprenons pas que le meilleur pour notre compréhension n’est pas là où nous voulons qu’il soit.

Laissons donc notre vie se dérouler facilement en ne mettant pas d’opposition, ni de blocage. Accueillons-la avec amour et foi. Ce qui vient est le meilleur pour notre compréhension car le hasard n’existe pas. Si nous lâchons le contrôle, alors se positionneront devant nous les opportunités d’avancement. Le meilleur pour nous et pour les autres n’est pas obligatoirement ce qui nous voulons. Entrons dans cette ouverture de conscience et laissons la vie prendre les commandes de notre vie et de la vie de ceux qui nous entourent. 

Mirena, le 21 Avril 2012
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Couper avec les habitudes

Je vous retrouve après quelques jours d’absence car ma ligne téléphonique et Internet est encore en dérangement. Il est vrai que j’ai voulu me retirer de la ville et vivre en pleine montagne dans une région très belle qui m’apporte beaucoup. Mais ici, loin de tout, je dois accepter de vivre avec quelques contraintes, si je peux les nommer ainsi. Car ces coupures de téléphone qui m’empêchent de vous retrouver sur mon site par l’intermédiaire de mes réflexions et des messages, me permettent de me retrouver avec moi-même. Je lâche ainsi Internet et je reste centrée sur moi. D’autres énergies peuvent ainsi m’atteindre car mon mental et mes pensées ne sont plus axés sur autre chose.

Mon attention, mes pensées n’étant pas axées sur le faire, je reste centrée et je laisse venir ce qui ne pouvait m’atteindre auparavant. Je poursuis ainsi ma tâche personnelle intérieure. Je reçois des compréhensions et des guidances, je me retrouve avec moi-même et je peux intégrer ce qui ne pouvait l’être auparavant car mes pensées ne laissaient pas la place à autre chose. 

C’est pourquoi, nous devons tous couper avec nos habitudes et surtout ne pas être dépendants de quoi que ce soit. Nous devons nous accorder des pauses et nous relier intérieurement pour permettre aux énergies qui peuvent nous atteindre de le faire. Ces moments nous font avancer et nous donnent l’élan de la progression intérieure.

La méditation permet de nous relier à notre intériorité mais pour une courte période. En nous éloignant de la vie active, du monde, de son stress, de nos habitudes, nous pouvons faire une vraie pause intérieure et recevoir ce qui est pour nous. Il est intéressant de le faire quelques jours, en partant loin de la ville et de son bruit, pour retrouver la sérénité de la nature et retrouver sa vraie nature. Les temps de pause intérieure ne sont pas des moments inutiles, ni du temps perdu. Ce sont de véritables opportunités qui nous permettent de nous relier à notre centre et communiquer avec notre Être intérieur, avec notre âme. Même si nous n’entendons pas, nous recevons des pensées, des compréhensions, des intégrations qui nous remettent sur notre chemin. Nous sommes bien, simplement bien et n’avons pas besoin de monde, pas besoin de bruit, pas besoin de compensation extérieure. 

Nous devons apprendre à laisser venir à nous les énergies qui nous font progresser intérieurement. Nous devons apprendre à faire le vide de notre mental, à laisser de côté la télévision et l’ordinateur, pour nous relier à la Terre Mère, à la nature. Le printemps est une saison favorable au ressenti des énergies présentes, à la douceur de la nature qui nous entoure et qui peut nous transmettre sa sérénité, ses énergies douces et puissantes à la fois. 

Nous accordons trop de temps aux futilités de la vie matérielle, aux désordres extérieurs, à l’attirance de la matérialité. Prenons donc le temps de nous poser pour être centrés sur nous. Laissons l’extériorité suivre son chemin et prenons le chemin de notre découverte intérieure par le positionnement de nos pensées sur nous-mêmes. 

Je vous retrouve peut-être bientôt. En attendant d’avoir à nouveau ma ligne téléphonique en fonctionnement, je retourne à ma tâche intérieure et je vous souhaite une belle découverte intérieure à vous tous.

Mirena, le 13 Avril 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.