La nourriture : un aliment spirituel ?

Le repas est un moment privilégié qui doit être pris en conscience pour nourrir l’être dans sa totalité et non simplement pour remplir l’estomac. Mieux manger et manger léger, permet à nos différents corps de s’alléger pour accueillir les énergies de l’avancement.
Les allègements, les purifications de nos corps, nous permettent d’être en  accord avec les énergies de lumière. Ainsi nous nous nourrissons physiquement et spirituellement.
Voici un article d’ Alessandra Moro Buronzo sur l’importance de considérer la nourriture comme un aliment spirituel.

 la_nourriture_un_aliment_spirituel_24Il est intéressant de voir comment tous les grands sages ou les grands initiés – si nous voulons employer un terme savant – ont donné, depuis le passé, une grande importance à l’alimentation.

Toutes les personnes religieuses, quelle que soit leur confession, accordent un instant de réflexion, de prière ou simplement de recueillement avant de manger et normalement le repas se déroule dans le silence. Dans certains cas, donc, les aliments deviennent une nourriture spirituelle, parce qu’à travers la nourriture il est possible de nourrir toutes les parties qui composent l’être humain : certes, la partie physique, mais aussi les corps qui sont appelés subtils.

En reprenant la théorie et l’enseignement du philosophe et du pédagogue français, d’origine bulgare, Omraam Mikhael Aivanhov, nous découvrons une signification de la nourriture, très originale et hautement spirituelle. C’est à travers la nourriture qu’Aivanhov nous enseigne comment il est possible d’augmenter notre spiritualité. Se nourrir devient, grâce à ses enseignements, un acte de conscience auquel nous devrions, tous, tendre.
La nourriture a certainement la fonction de nous nourrir physiquement, mais aussi de porter de la nourriture à toutes les autres composantes de notre être, à tous les autres corps qui nous composent. Ce sera le but de la partie éthérée de tout aliment, de nourrir nos corps subtils, qui sont le siège de nos fonctions psychiques et spirituelles.

La première règle est celle d’être conscients de la première bouchée que nous portons à notre bouche : le début est extrêmement important, vu que, de lui, dépend tout le reste du repas. Si nous commençons bien le repas, celui-ci se déroulera bien jusqu’à la fin, mais si nous le commençons quand nous sommes nerveux ou agités, nous resterons dans cette condition jusqu’à la fin. L’harmonie naît donc de la première bouchée.

Les aliments doivent ensuite être mâchés convenablement, c’est-à-dire lentement et pendant longtemps ; car c’est dans la bouche que se produit la première digestion, même au niveau subtil. Selon Aivanhov, c’est dans la bouche, à travers de petites glandes situées sous la langue, que sont absorbées les particules éthérées des aliments, celles qui peuvent se définir comme l’énergie subtile, pas calorique, de l’aliment et qui servent à alimenter le système nerveux (c’est peut-être pour cette raison que, en homéopathie, on dit qu’il faut garder les granules sous la langue, pour qu’elles soient efficaces ?).

La partie éthérée d’un aliment est liée aux couleurs, à la vie qu’il contient : tout un monde qui est situé dans le domaine de l’air. Voilà pourquoi, pour bien alimenter le corps éthéré, il faut accompagner chaque repas d’une bonne respiration. Il faut penser à respirer en profondeur entre une bouchée et l’autre pour permettre une bonne combustion. Soutenir de cette manière notre corps éthéré signifie soutenir notre vitalité, notre mémoire tout comme notre sensibilité.

Mais la conscience ne suffit pas si nous voulons arriver à nourrir le corps astral, où résideraient nos émotions et nos sentiments : pour cela, il faut aimer la nourriture que nous consommons. Être en harmonie avec soi-même est une condition fondamentale pour pouvoir s’arrêter et avoir une pensée de paix, de façon à permettre, même à ce corps, qui est encore plus subtil, d’extraire ce dont il a besoin. Pour ceux qui croient, il est suffisant de voir dans la nourriture une manifestation de la Divinité et se concentrer sur telle pensée pour tirer le plus grand bénéfice et l’illumination grâce à l’acte répétitif du repas.

Pour Aivanhov, si nous voulons recevoir les parties les plus subtiles des aliments, il faut être conscients et surtout prédisposés envers l’amour, et voilà que notre corps sera ainsi prêt et ouvert pour recevoir le meilleur de l’aliment. En effet, c’est comme quand nous accueillons une personne avec beaucoup d’amour, elle s’ouvrira à nous et nous donnera tout ; mais si nous la recevons avec hostilité, elle se fermera et nous ne pourrons rien recevoir de cette personne.
Tout comme une fleur s’ouvre et cède tout son parfum à la lumière et à la chaleur, de la même manière l’aliment se comportera avec nous, si nous sommes habiles à nous positionner envers lui de façon positive.
Un autre point fondamental dans sa théorie précise qu’il est possible de manger de tout, mais seulement comme il se doit et dans des quantités raisonnables. Se laisser aller à consommer des quantités au-dessus des véritables nécessités est nuisible et favorise une perte d’énergie. Une fois compris comment s’alimenter, il serait possible de se nourrir en doses « homéopathiques».

L’alimentation possède, évidemment, un rôle fondamental, mais la vie psychique et spirituelle est encore plus importante.

Voilà pourquoi les pensées positives et pleines d’amour constituent la base pour pouvoir jouir de façon complète des aliments qui sont ingérés. De telles pensées sont nécessaires, même pendant la préparation des repas, lorsque nous sommes en contact avec les aliments, nous pouvons leur fournir des énergies positives, à travers nos pensées.(…)

Aivanhov donne des priorités aux aliments qui sont en mesure de développer la spiritualité. En partant du postulat que nous nous nourrissons même des odeurs, des couleurs, des sons, il devient évident de comprendre comment les fruits et les légumes, qui sont des aliments imprégnés de lumière solaire, nous permettent de l’absorber, à travers eux, lorsque nous les mangeons. Par contre, la viande, selon lui, est pauvre de cette lumière et surtout elle a un temps rapide de putréfaction. Voilà pourquoi elle n’est pas apte à l’alimentation humaine. De plus, l’animal sent la mort s’approcher lorsqu’il arrive à l’abattoir, ce qui fait que ses glandes produisent des hormones qui sont des poisons pour ceux qui mangent ensuite sa viande.
Même l’énergie solaire contenue dans les végétaux peut nous nourrir, mais il est important que, par la pensée, nous arrivions à lui faire atteindre toutes les parties de notre corps.

Le silence est fondamental pendant le repas pour pouvoir se concentrer, pour être conscient de l’acte qui s’accomplit. De cette manière, le repas devient un moment privilégié de méditation.

À travers cette façon de méditer, nous sommes présents à l’acte qui s’accomplit, et grâce à l’amour et à la conscience, notre corps est nourri de manière complète, même dans ses corps les plus subtils.(…)

Pour en savoir plus :

L’alimentation intelligente, Editions Médicis, Alessandra Moro Buronzo

www.buronzo.com

Transmis par mirena, le 29 Avril 2013.

L’influence des schémas ancestraux dans nos comportements

J’ai constaté, lors des purifications de l’ADN que je transmets, que beaucoup sont menés par des mémoires négatives qui appartiennent au passé ancestral et parental. Elles agissent avec toute leur représentation négative, avec leur puissance d’origine et influencent grandement les êtres dans leur vie de chaque jour.

Nous avons hérité des mémoires de nos ancêtres et de nos parents, tout comme de leurs ressemblances physiques. Nous avons les mêmes yeux, la même couleur de cheveux, la même couleur de peau, les mêmes attitudes qu’eux. Nous constatons ces ressemblances de parents à enfants. Mais nous ne voyons pas l’héritage des mémoires qui font évoluer l’être dans les mêmes schémas et comportements sans qu’il ait la pleine maîtrise de sa vie.

Lors de la purification de l’ADN, de grandes libérations se font. Les êtres qui connaissent un enfermement négatif à cause de ces mémoires, peuvent se libérer d’un passé lourd qui ne leur appartient pas. Ils sont soumis à agir, à penser, à faire comme l’ont fait leurs ancêtres et ils n’ont pas conscience de ce qui est. Ils sont dans des positionnements négatifs qui peuvent être de colère, de peurs, de soumission, de violence, de dépendances à l’alcool, au sexe, etc. … Ils obéissent à ces énergies qui sont imprimées dans les cellules de leur  ADN.

C’est pourquoi, souvent l’incompréhension est présente car la conscience de ce qui est n’est pas établie. L’être subit sa vie dans la souffrance morale, mentale, physique, émotionnelle. Il n’arrive pas à s’épanouir et attire à lui les situations et les personnes qui sont en résonance profonde avec ses mémoires. Il agit au travers de la conduite que lui donnent ces mémoires. Il est orienté par elles. Il est mené par elles. Il pense avec elles. Il parle avec elles. L’énergie qu’elles dégagent attire l’énergie qui est sur la même fréquence. Il ne comprend pas pourquoi il vit toujours les mêmes schémas de vie, pourquoi il rencontre toujours le même type de personnes, pourquoi il n’arrive pas à vivre en harmonie et à s’épanouir comme il le désire, pourquoi il est toujours influencé à agir par des comportements négatifs, pourquoi il n’arrive pas à sortir de certains schémas négatifs…

Bien entendu notre âme a choisi de naître avec ces mémoires. Elle a voulu vivre ses expériences à travers elles dans la dualité. Aujourd’hui pourtant, il est possible de les purifier et d’entrer dans la nouvelle ère sans ce lourd bagage génétique. Nous pouvons prendre conscience de tout cela et aller dans la libération qui nous revient, sans jugement mais avec amour car nous avons grandi grâce à elles. Maître Saint-Germain nous offre avec la purification de l’ADN, de grandes et belles libérations pour nous retrouver réellement sans toute cette négativité qui nous a longtemps gardés dans la souffrance. Il nous fait le cadeau d’intégrer que tout le négatif doit maintenant partir car il n’est plus en accord avec les énergies présentes. Nous devons faire un travail intérieur en ce sens et nous ouvrir à la guérison de nos cellules de l’ADN.

Les souffrances deviennent obsolètes. Nous ne sommes plus obligés de souffrir pour découvrir la lumière. Tout ce que nous avons vécu jusqu’à présent faisait partie de la dualité et nous permettait de connaître les opposés pour la réalisation de notre âme : le négatif pour le positif, le noir pour le blanc, le mal pour le bien, etc. …  Nous ne pouvions connaître la lumière sans expérimenter l’ombre. Mais maintenant, nous avons l’opportunité d’entrer dans une ère différente qui nous ouvrira à une autre compréhension de la lumière par l’amour. Nous allons expérimenter l’amour sous toutes ses formes. Nous allons pouvoir intégrer cette forme dans sa profondeur et dans sa beauté. Nous avons la chance d’être à l’orée de cette ère et de pouvoir aider l’humanité à cette grande transformation.

En libérant nos mémoires cellulaires de leur négativité, nous entrons dans cette guérison qui aidera le passage et permettra que les corps s’allègent, que les ouvertures de conscience se fassent en accord avec les nouvelles énergies et le travail intérieur que nous auront à réaliser. En le faisant sur nous, nous le faisons également sur nos enfants car le lien qui  nous unit est également purifié. En effaçant les mémoires négatives de notre corps, nous les effaçons également chez nos enfants. Les enfants qui naîtront par la suite seront de plus en plus légers, de plus en plus purs dans leur ADN. Ils n’auront plus ce lourd passé qui ne leur appartient pas. Ils viendront peu à peu sur Terre avec un ADN purifié et ne seront plus influencés par le négatif. Ils pourront alors vivre librement ce qu’ils ont choisi de vivre.

Nous sommes les meneurs de ce passage dans la nouvelle dimension. Nous pouvons aider l’humanité à se défaire de la négativité en nous ouvrant à une nouvelle conscience qui fera de nous des êtres libres et maîtres de leur vie.
Franchissons donc les différents paliers de la conscience pour nous rapprocher de notre lumière intérieure. Ôtons nos habits négatifs pour mettre notre robe de lumière !

Mirena, le 18 Mars 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Dépasser les épreuves que la vie nous envoie

Nous sommes tous confrontés aux épreuves que la vie nous envoie et nous les recevons souvent de plein fouet. Nous ne voyons pas toujours ce qu’il y a à comprendre et nous sommes déstabilisés par ce qui nous arrive. Notre mental s’emballe, nous vivons des émotions négatives qui nous mènent bien au-delà de ce que nous aimerions. Nous n’avons à ce moment là aucun moyen pour nous relever dans la positivité et malgré nous, nous répondons aux messages négatifs de notre mental par l’inquiétude, la peur, ou tout autre sentiment négatif.

Pourtant avec détachement, nous pouvons relativiser tout ce que nous recevons, tout ce que nous attirons à nous. Nous savons que la vie est une création que nous renouvelons à chaque instant par nos pensées, par nos paroles, par nos actes. Elle est notre reflet et par l’attirance des énergies, nous recevons ce qui nous correspond pour grandir chaque jour un peu plus.

Il n’y a pas de hasard. Si nous sommes attentifs, nous pouvons voir ce qui vient avec une autre vision. Nous pourrons ainsi lâcher prise et rester centrés dans l’énergie positive. Répondre au négatif ne fait qu’accentuer notre état négatif. Lâcher prise permet de rester soi-même et de vivre avec compréhension chaque étape de la vie.

La progression dans les divers paliers de la conscience, nous ouvre une vision plus claire et nous fait accepter ce qui vient. Nous pouvons ainsi comprendre et entrevoir un horizon nouveau qui sera fait d’acceptation et changera la perception de notre vie. En acceptant les épreuves de la vie, nous lâchons le mental et nous nous ouvrons la compréhension des choses. Alors, nous accueillons le nouveau dans notre vie car nous avons grandi. Par contre, si nous vivons mal ces épreuves, nous attirons à nous d’autres situations négatives jusqu’à ce qu’elles soient bien intégrées en profondeur, par notre esprit humain et notre conscience.

Vivre le détachement permet de ne pas souffrir. Ce n’est pas de l’indifférence mais l’acceptation de ce qui est, l’acceptation de ce rôle que nous jouons tous dans notre vie. Nous sommes des êtres humains. Nous expérimentons la matière et la dualité est bien présente pour nous le rappeler. A nous de comprendre et surtout d’intégrer cette forme de vie que nous avons choisie lors de notre incarnation. Lutter n’engendre que la souffrance ; la souffrance morale, la souffrance mentale, la souffrance émotionnelle, la souffrance physique. Notre travail individuel de chaque jour nous apporte ces situations, ces épreuves, dans notre travail, dans notre foyer, dans nos relations, dans tout ce qui est et qui peut nous faire grandir.

Nous ne devons pas nous juger, ni juger les autres. Nous devons simplement accepter et comprendre ce que nous vivons. Nous devons accepter avec amour ce que veut notre âme, ce que nous faisons, même si nous n’arrivons pas toujours à ce que nous désirons.

La vie a un rôle grandiose qui peut nous révéler dans l’amour et la lumière. Nous devons la considérez ainsi avec tout notre amour et la remercier pour ce qu’elle nous offre chaque jour. La conscience est  et demeurera toujours le facteur de notre progression. A nous de grandir dans sa profondeur pour guérir de tous nos maux.

Belle continuation à toutes et à tous dans la conscience de la vie.

Mirena, le 29 Février 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Le besoin de se libérer

Se libérer devient un besoin. Pour cela, nous devons agir sur la purification de tout le négatif qui est en nous pour ne pas subir la tristesse et la souffrance. Lorsque l’être est prêt, se présentent à lui les situations nécessaires au grand nettoyage de son corps et de ses corps. Dans ce domaine, la pensée est très importante. Elle intervient puissamment dans le changement. Faire le choix par la pensée d’entrer dans l’élimination des schémas et comportements obsolètes qui sont en nous, permet d’en placer le commencement. Le pouvoir de la pensée est puissant. Il transmet l’onde avec de plus en plus de puissance. Les énergies présentes nous rapprochent un peu plus chaque jour de la Source et leur forme vibratoire élevée nous pousse dans cette créativité qui nous répond de plus en plus rapidement.

Nous éprouvons donc la nécessité de nous libérer de tout ce qui nous pèse. Ces fardeaux de 3° dimension ne sont plus en accord avec les vibrations actuelles. Nous sommes soumis à épurer, à transformer, à comprendre et intégrer les formes négatives de notre mental, ainsi que les schémas, les comportements négatifs et les blocages, pour les lâcher et les transformer. En effaçant les anciennes mémoires, nous accueillons en nous un jour nouveau qui laisse la place à l’Être que nous sommes. Nous ôtons peu à peu les voiles de la séparation et une nouvelle vision, une nouvelle conscience s’ouvre à nous. Plus nous entrons dans la profondeur de notre purification, plus nous nous rapprochons de la Source.

En ôtant les voiles sombres de notre être, nous nous tournons vers ce qui est plus en accord avec nous-mêmes. La conscience s’ouvre, s’élargit. Ce qui était accepté, ne l’est plus maintenant. Nous avons besoin de changer à tous les niveaux. Le taux vibratoire nous met en relation avec d’autres personnes. Les anciennes relations se défont. Les habitudes alimentaires changent. Le mental négatif faiblit. Nous sommes en accord avec de nouveaux schémas, de nouveaux comportements. Nous lâchons ce qui est lourd, ce qui nous entraîne vers le bas. C’est pourquoi certaines personnes ressentent le besoin de changer de vie, de changer de profession… Ceci n’est pas une fuite mais une autre compréhension de la vie. Vivre dans la souffrance et entourés de liens qui nous étouffent ne nous permet pas de nous envoler vers ce qui nous appelle.

Nos choix de vie sont importants. Certains ne veulent pas en changer. Les anciens schémas sont fortement ancrés en eux. Les croyances aussi. La matérialité les retient. La peur de manquer également. Ils sont dans la souffrance mentale, physique et ne savent pas ce qui les fait souffrir. Ils cherchent où est la faute, où est la responsabilité. Ils n’ont pas encore compris qu’ils sont les seuls responsables de leur vie et de ce qui les fait souffrir. Ils n’ont pas encore ouvert leur cœur à la transformation d’eux-mêmes. Le mental négatif les tient fermement. Mais jusqu’à quand ?

Si nous souffrons, c’est que nous avons quelque chose à comprendre. Ce quelque chose se trouve en nous et non ailleurs. L’amour de soi et l’humilité nous permettent de nous voir réellement dans une vérité vraie. J’insiste sur ces mots car ils sont souvent loin de l’esprit humain. L’homme préfère se convaincre qu’il n’est pas responsable de ce qu’il vit. Le changement passe par cette compréhension. Les voiles sombres peuvent parfois être karmiques, ancestraux mais il y a aussi une part de notre propre création dans ce que nous vivons. Et tant que nous resterons éloignés de cette vision, tant que nous resterons dans nos croyances obsolètes, nous souffrirons.

La vie est pourtant bien simple si nous lui portons un autre regard. Un regard juste, humble, qui nous montre ce qui est à lâcher. Le changement ne peut intervenir sans notre vouloir. Ceux qui choisissent de lâcher permettent des renaissances intérieures mais se placent aussi dans le recevoir de la vie qui envoie la transformation. Le positif remplace le négatif. Les opportunités se présentent. Le cœur s’ouvre. L’amour se répand. Le corps et l’esprit accueillent l’ouverture de la conscience à un autre niveau.

J’ai constaté avec la purification de l’ADN de grands changements dans l’ouverture de la conscience. La transformation ne se fait pas seulement dans les mémoires cellulaires. Elle se transmet à tout le corps, à notre aura, à notre esprit, à notre mental, à notre émotionnel. La vision de la vie et de nous-mêmes se fait plus profonde. Nos comportements se modifient. Nous laissons les anciens schémas de vie pour en accueillir de nouveaux plus en accord avec nos vibrations. Nous percevons de nouvelles ouvertures, de nouvelles compréhensions. Nous nous rapprochons de la lumière et de l’amour. Ceux qui veulent réellement la transformation peuvent l’accueillir à tous les niveaux et il est beau de voir les transformations se faire en profondeur.

Le besoin de nous libérer influence aussi notre vie. Nous attirons tout ce qui est nécessaire à ce grand changement. Nous vivons une époque magnifique et nous avons une immense chance de participer à ce renouveau. La terre doit s’épurer. Alors commençons par nous épurer ! C’est en nous transformant, c’est en nous ouvrant à d’autres niveaux de conscience plus élevés que nous pourrons entreprendre une nouvelle vie plus équitable, plus sage, plus propre, plus positive. Nous pouvons entreprendre de sauver la planète en nous purifiant de notre négativité. Seul notre changement pourra changer le monde et l’humanité. Si tout va mal actuellement, c’est pour nous montrer que nous ne pouvons continuer dans cette ouverture négative de la vie.

Alors, lâchons nos peurs. Ouvrons-nous à la compréhension de ce que les ondes vibratoires nous offrent pour ne plus souffrir. Nous avons un grand potentiel à notre disposition. L’ère nouvelle nous envoie les outils de la transformation et du changement intérieur. Prenons-les pour aller sans souffrance sur notre chemin. Je le répète encore, la souffrance n’est pas un passage obligé. Nous pouvons aller sans peur, avec la foi et l’amour car nous attirons à nous qui nous sommes.

Belle réflexion à toutes et à tous.

Mirena, le 16 Février 2012.

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.