Retrouvons l’état de la Joie profonde

Joie profonde*

Les êtres humains ont en eux beaucoup de tristesse dont ils ne sont pas toujours conscients. Ils avancent avec le poids de leur vécu et de leurs lourdes mémoires. Ils portent même ce qui ne leur appartient pas. Or actuellement, ce fardeau devient de plus en plus lourd. Il est mis face aux vibrations de lumière présentes. Il est mis en évidence pour être conscientisé, accepté et lâché.

Nous avons le choix aujourd’hui de poursuivre avec ce bagage ou bien nous en libérer. Nous avons le choix de vivre libres et dans la joie. Cette joie doit être profonde et remonter de l’intérieur. Elle n’a rien à voir avec le plaisir extérieur, le bien-être du moment. Elle est la douceur et la puissance du Soi. Elle est l’énergie qui porte et qui nourrit l’être de l’intérieur.

La Joie profonde porte et illumine, elle comble le vide intérieur. Elle est la connexion au Soi profond. Elle est la richesse de notre vie car elle nous place dans l’harmonie et la paix intérieure. Elle nous permet également d’être en accord avec nous-mêmes, ce qui place la fluidité dans notre énergie. Ainsi les blocages tombent et la vie parait différente alors que rien n’a changé autour de nous. C’est nous qui avons changé de vibration et qui laissons exprimer la vibration de la lumière du Soi.

Lorsque la Joie profonde s’installe, il persiste un sentiment de sécurité et d’unité. Unité au Tout, à chacun, à tout ce qui est sur Terre et dans l’Univers. Beaucoup parlent d’amour mais celui-ci ne peut s’exprimer totalement lorsque l’être est triste, lorsque les mémoires sont encore présentes en soi.

L’élan de l’amour, lorsqu’il est porté par la Joie profonde, exprime une autre puissance dimensionnelle et se développe à l’infini. Il est dans cette pause intérieure, l’accès au stade de la réalisation et de la guérison dans toute sa splendeur.

Il n’y a pas d’amour inconditionnel sans la vibration de la Joie profonde. Ressentir en soi la profondeur du Tout par la Joie profonde qui nous porte, par ce retour à notre Présence intérieure … tout un programme. Mais lorsque l’on touche à cette vérité, on se place dans l’Unité de la Vie. Là, la pause prend place et se place dans notre vie, dans notre regard, dans nos paroles, dans nos actes et nos pensées. Tout est alors infiniment beau et nous ressentons la beauté de la Vie. Nous retournons à l’origine de la Création.

Il est nécessaire aujourd’hui d’ôter toutes les mémoires de tristesse en soi pour pouvoir s’élever. Chaque blessure vécue a imprimé celle-ci dans notre aura, dans notre corps physique, dans notre ADN. Ces mémoires que nous portons sont des opportunités de nous reconnaitre dans la Vérité si nous posons notre regard sur elles pour les libérer par l’acceptation et le pardon. L’état de conscience qui se dégage alors, nous permet d’entrer dans la profondeur de notre âme et nous touchons ainsi à la vibration de l’Amour pur et de la Joie profonde.

Je cite la Joie « profonde » car elle est à différencier du plaisir. Lorsque nous touchons à cette vibration, nous sommes différents. Le mental ici n’a pas de place. Seul le cœur parle, voit, entend, agit. Ici il n’y a aucune séparation, aucune différence, aucun pouvoir. Seul demeure l’Amour inconditionnel.

Il suffit de regarder autour de soi pour ressentir la tristesse de l’humanité. Elle est vraiment un poids pour chacun d’entre nous. Elle exprime l’empreinte du vécu duel de chacun. Nos cœurs sont emplis de tristesse et il suffit de se rapprocher de son enfant intérieur pour que les émotions remontent, pour ressentir la peine enfouie en nous.

La Terre continue à tourner. Les hommes continuent à sourire. Mais qu’y a-t-il vraiment en soi ? Vous êtes-vous posés la question ? Un sourire sur un visage n’est pas forcément l’expression de la Joie profonde. Il est souvent une marque de politesse, un geste poli qui cache derrière cette façade un fardeau difficile à porter, une apparence…

Beaucoup de personnes avancent avec ce poids. Elles avancent car il faut avancer, portées par la masse humaine et la direction qu’elle affiche. Elles sourient car c’est ainsi qu’elles ont appris à faire face à la vie. Elles avancent avec leurs mémoires et s’évadent parfois dans le plaisir extérieur. Quelques fois, elles pleurent et vivent dans une grande solitude intérieure. Et comme ce qui est à l’intérieur se reflète à l’extérieur, la vie est parfois une épreuve.

Avec tout votre amour, il est nécessaire de vous ouvrir à vos mémoires négatives, à votre tristesse. Il est important de les conscientiser, de les accepter. Les accepter c’est aussi les aimer. Ainsi, la compréhension arrive au stade de la conscience qui libère par le pardon de soi. C’est en acceptant la tristesse en soi et que vous la libèrerez par le cœur et libèrerez aussi le passé. Plus vous serez conscients de vos états d’être, plus vous pourrez les lâcher.

Ainsi, peu à peu, vous vous éclairerez et laisserez remonter des parcelles de joie intérieure qui deviendront de plus en plus présentes. Puis un jour, elles demeureront définitivement en vous. Vous les exprimerez de plus en plus durablement pour un jour basculer totalement dans votre amour, l’Amour inconditionnel.

Mirena, le 8 Septembre 2015
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Aujourd’hui je choisis … de m’aimer

L'amour de soi*

Comment puis-je être aimée et aimer à mon tour, si je ne m’aime pas ?
Je prends conscience de cela et je m’ouvre à l’amour de mon être, à l’amour de mon corps, à l’amour de qui je suis.

Aujourd’hui je m’aime et je m’entoure de mon amour. Je porte un regard apaisant sur ma personne. Je le reçois avec plaisir, avec gratitude. Je le ressens et il me fait du bien. L’amour est un baume qui guérit mes blessures. Il comble en moi le vide intérieur, il guérit ma tristesse. Je reçois enfin l’amour qui me manque et je suis en joie. Je suis enfin en paix avec moi-même ainsi qu’avec les autres.

Aujourd’hui j’accepte de m’aimer. J’enveloppe mon être de la vibration de l’amour et de sa douceur. J’accepte de le recevoir et je m’accorde ses bienfaits apaisants et nourrissants. Les cellules de mon corps s’illuminent, les blocages disparaissent. Je suis consciente que l’amour que je me porte, rejaillit autour de moi. Je le rayonne et je le donne. Car c’est en m’aimant que je peux aimer les autres et être aimée en retour.

Aujourd’hui j’accueille le meilleur par l’amour que je me donne. Je suis en accord avec la vie. Car je suis la vie par l’amour qui est en moi. Je suis en accord avec la vibration de l’amour car je suis l’amour.

Aujourd’hui j’aime qui je suis. Je suis consciente de ma beauté, de ma valeur, de mes potentialités, de mon amour. Je poursuis ma voie pleinement centrée dans l’amour de mon cœur. Je suis en accord avec moi-même.

Aujourd’hui je m’aime et je reçois en retour l’amour de l’univers.

Affirmation positive.
Mirena, le 23 Décembre 2014 – Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Les valeurs de la vie

Pourquoi dépenser toute son énergie à rechercher à l’extérieur de soi le bien-être, l’amour, l’harmonie ou tout autre chose ?

Tout se trouve se soi mais l’homme ne le comprend pas toujours. Il recherche sans cesse quelque chose qui pourrait lui apporter un quelconque plaisir, il recherche une compensation à l’absence qu’il ressent, et il n’en a pas toujours conscience. Ce qu’il désire est bien souvent séparé de lui et le plaisir ne dure pas car il appartient à l’illusion. Le plaisir extérieur est l’éphémère.

Lorsque l’on a compris et intégré que tout le bonheur de la vie réside en soi, on ne recherche plus de compensation, on n’en a plus besoin. On sait que tout est en soi et on reste centré dans ces énergies qui comblent le corps et l’esprit et qui élèvent au-delà de toute limite. On comprend ainsi l’existence de la vie en soi et l’égarement de l’homme dans sa non-liberté d’action.

Les valeurs de la vie sont en soi et notre puissance de création ainsi que notre liberté y résident. Ne confondons pas les désirs que nous nous créons et les valeurs de la vie. C’est en comprenant cette différence que nous pouvons aller chercher en nous le bonheur d’Être.

Je vous propose ce conte hindou pour compléter cette réflexion.

 

Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver.
Le grand problème fut donc de lui trouver la cachette.
Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci :
« Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. »
Mais Brahma répondit :
« Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. »
Alors les dieux répliquèrent :
« Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans. »
Mais Brahma répondit à nouveau :
« Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface. »
Mais alors les dieux mineurs conclurent :
« Nous ne savons pas où la cacher, il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »
Alors Brahma dit :
« Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »
Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Conte hindou.

Transmis par Mirena, le 14 Janvier 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 Montagnes de l'himalayaPhoto Mirena

Cultivons notre jardin intérieur

En ce premier jour du printemps, nous devrions prendre le temps de penser à ce que nous pourrions cultiver en nous. A l’image d’un jardin, nous serions les jardiniers et nous sèmerions les graines du bonheur, de la joie de vivre, de l’amour, de l’amitié, du partage, de la sincérité, de la liberté d’être, de la paix ….

Pour semer les graines du bonheur et de la joie de vivre, nous pouvons renaître réellement à qui nous sommes, nous apprécier, nous dorloter, nous accorder du temps, apprécier la vie, la remercier, fusionner avec elle, nous faire plaisir, mais également faire plaisir aux autres. Car ce que nous semons, nous le récoltons. L’énergie renvoie la même énergie et déroule des accords similaires et de même nature.

Pour semer les graines de l’amour, nous pouvons nous aimer en nous le disant tous les matins devant la glace. Nous pouvons nous voir avec d’autres yeux, nous accepter en sachant que nous sommes des créatures divines venues expérimenter la matière. Nous pouvons également aimer la vie, aimer les autres et le leur dire, les entourer d’attentions et vivre avec le cœur tout ce que nous faisons dans la journée. L’énergie nous renverra l’énergie d’amour amplifiée, car tout ce que nous donnons nous revient amplifié.

Pour semer les graines de l’amitié et du partage, nous pouvons prendre notre téléphone et appeler nos connaissances, leur dire que nous pensons à eux, les inviter à voire un verre, leur accorder de l’attention… L’énergie renverra encore l’énergie de même fréquence et nous recevrons ainsi une amitié sincère de la part de nos amis, un partage de la vie. En constatant qu’ils sont les bienvenus dans vos pensées, ils vous enverront un partage amical.

Pour semer les graines de la sincérité, soyons sincères avec nous-mêmes pour pouvoir être sincères avec les autres. Ne nous cachons pas devant la réalité mais au contraire, recevons qui nous sommes et transmettons cette sincérité de soi aux autres. Ils la percevront et s’ouvriront ainsi à vous avec sincérité et honnêteté.

Pour semer les graines de la liberté d’être, soyons nous-mêmes, réellement, véritablement, sans retenue, sans peur. Soyons en accord avec notre lumière intérieure et épanouissons-nous dans cette liberté en rayonnant ce qui est en nous. Nous attirerons alors à nous les personnes qui sont en accord avec cette lumière et nous pourrons vivre des moments d’exception, des moments de véritable liberté, sans contrainte, sans jugement, sans obligation.

Pour semer les graines de la paix, ouvrons notre cœur à la paix. Laissons-la entrer en nous et restons sur sa fréquence pour évoluer dans notre vie. Nourrissons cette belle appartenance en la répandant autour de nous, en la donnant aux êtres qui nous entourent, en évoluant avec elle. Plus nous la répandrons, plus nous la recevrons dans notre vie.

Le monde a bien besoin de vivre dans l’amour et la lumière. Le printemps est une opportunité pour conscientiser la montée des énergies de la terre pour la faire nôtre en faisant notre semis à l’intérieur de nous pour récolter plus tard les fruits de notre travail intérieur. L’être qui évolue doit travailler en lui chaque jour pour grandir dans le monde qui l’entoure. Chaque jour est un jour nouveau et nous devons cultiver ce qui est en nous en l’arrosant, en le nourrissant, en l’inondant de lumière afin que les plantes grossissent pour donner enfin de beaux fruits colorés, juteux, sucrés et plein de soleil dont chacun se délectera.

Voilà une occasion à ne pas rater en ce premier jour du printemps ! Alors, qu’allez-vous semer aujourd’hui ?

Mirena, le 20 mars 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.