La lumière de Vie

Lorsque l’être intègre son appartenance au Tout de l’universalité, il reste centré dans sa profondeur et dans sa plénitude. L’essence de la conscience de la Vie naît pour une parfaite union avec ce bonheur intérieur qui est en soi.

Lorsque l’on ne trouve pas l’essence de la Vie en son for intérieur, lorsque l’équilibre n’est plus, la tristesse et la souffrance humaine viennent emporter les belles projections, les beaux moments de paix. La séparation intervient alors pour différencier deux états : l’état humain de l’état divin.

La tristesse et la souffrance humaine sont cette séparation. Elles différencient l’illusion de la Vie. Elles positionnent et emportent dans leur profondeur négative tout être qui se croit séparé de la Source. Les moments de doute et de déprime ne sont que des révélateurs qui montrent combien l’éloignement de sa demeure est bien présent, combien l’illusion reprend sa place.

La Vie est la découverte du bonheur en soi, de la paix et de l’amour. Lorsque la tristesse et la souffrance humaine viennent voiler tout cela, il y a une rupture avec la lumière intérieure. Vous trouvez mes mots faciles et ne savez pas comment ressurgir dans la plénitude intérieure ? Vous trouvez l’éloignement trop important et ne savez pas y revenir ?

Prenez la flamme de la Vie dans le creux de vos mains. Appelez-la, elle viendra vous rejoindre et vous répondra. L’émanation de la lumière transmet les ondes de l’apaisement. Concentrez-vous sur cette flamme et imprégnez-vous d’elle par le cœur. Ressentez ses bienfaits, ressentez ce qu’elle vous transmet. Elle est la Vie. Elle noie votre tristesse, elle transmute la négativité qui se situe dans votre cœur et dans votre esprit. Restez avec elle aussi longtemps que vous en éprouverez le besoin. Elle vous permettra de vous relever de bien des doutes, de votre peine, de votre éloignement avec la Source.

La lumière est la Vie. Elle est votre trésor intérieur. Sa vibration est celle de la beauté de la Source et de ses bienfaits. Dans les moments de tristesse et de souffrance intérieure, laissez-vous guider par ses ondes et restez avec elle. La conscience se fera ainsi et déploiera toute la raison de cette vérité qui demeure celle de l’Unité.

Toute être en souffrance doit se relier à la lumière de Vie. Rien ne nous différencie d’elle. Seul le mental nous éloigne de sa vérité. En s’imprégnant d’elle, les liens sombrent se coupent. La méditation avec une flamme de bougie vous relie à cette présence de vie qui est vous, qui est en nous tous. Les vibrations s’élèvent. La conscience humaine s’ouvre à cet état.

La conscience peut tout réaliser. Lui ouvrir la porte permet de vous libérer de l’entrave de toute ombre, de toute tristesse. La conscience vous montre la voie de toutes les réalisations. Avec elle, tout peut se réaliser et notamment rejaillir dans la lumière si telle est notre volonté. Nous n’avons pas besoin d’une autre source, ni d’une autre évidence. Elle est la liberté, la grandeur de tout être en notre monde.

Nous devons retrouver notre équilibre et rester illuminés par notre belle lumière de Vie. Elle brille d’une intense lueur et nous montre qui nous sommes. Elle nous dévoile notre beauté! Car nous sommes elle, l’amour, la joie de vivre, la paix,  l’abondance. La richesse intérieure est notre lumière. Quand on la sent vibrer en nous, quand on s’unit en conscience à sa douceur, plus rien n’existe sinon le pur bonheur d’Être.

Mirena, le 11 Mars 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

 

La lumière

L’Amour divin

« Les humains ne conçoivent généralement l’amour que comme quelque chose qu’ils peuvent seulement se donner les uns aux autres. En réalité, l’amour est répandu partout dans l’univers, mais sous une forme tellement subtile, lumineuse, qu’ils ne le voient pas, qu’ils ne le sentent pas. Pourtant, ce que l’homme cherche auprès de la femme, et la femme auprès de l’homme, n’est en réalité que cet élément impalpable. Quand ils s’embrassent, qu’ont-ils reçu ? Ils n’ont rien enlevé l’un à l’autre pour le manger ou le boire. Tant qu’ils n’auront pas compris que ce qu’ils cherchent, ce n’est pas le corps, quelque chose à tenir, à toucher, à posséder, mais un élément spirituel, ils s’exposent à être déçus.
Cet élément spirituel que les hommes et les femmes n’ont pas encore appris à se donner, c’est cela l’amour divin. Cet amour que l’on peut absorber, respirer, est le seul qui ne laisse ni impureté, ni insatisfaction. Les Initiés qui ont tout sacrifié pour avoir cet amour, se sentent toujours heureux, comblés, dans la plénitude : parce qu’ils boivent à la source de l’amour divin. »

 Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le jour où je me suis aimé pour de vrai

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place,
au bon moment.
Et, alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle,
n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation, ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne
ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer
de tout ce qui ne m’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans ,
j’ai abandonné les mégaprojets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher
à toujours avoir raison et me suis rendu
compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir ,
mais si je la mets au service de mon coeur,
elle devient un allié très précieux.

Charlie Chaplin


Nébuleuse du coeur –  Photo de Cédric Thomas
avec son aimable autorisation

 

La plénitude de la conscience du Tout par Maha Chohan

Bonjour, chers Êtres de lumière, bonjour à vous tous en ce monde qui grandit.

Je suis Maha Chohan, Maître Ascensionné et je viens aujourd’hui vous révéler dans votre évidence, une oraison belle et joyeuse à la fois. Elle est l’hymne de l’univers, elle est louange aussi et elle vous rendra grâce lorsqu’elle aura touché vos cœurs.

Vous recherchez la plénitude, vous optez pour des choix de vie en cherchant toujours à l’extérieur de vous une raison, un plaisir, un vouloir de grandir et de laisser derrière vous vos bagages emplis d’un passé dépassé.

Mais ce passé, savez-vous qu’il vous a modelé, qu’il vous a transmis sa forme, qu’il vous a acquis et donné « qui vous êtes » ? Il a aussi délivré les situations qui vous ont menés à votre présent, avec toutes les joies et les peines qui ont accompagné vos années.

Ce passé a aussi servi de tremplin à vos choix de vie. Il vous a apporté ce que vous avez voulu et vous l’avez inscrit en l’univers. Peu à peu, pas à pas, il a été le témoin de votre existence. Et aujourd’hui, avec toute l’application que vous mettez dans vos actions, vous vivez votre passé au temps présent car vous avez posé votre vie, en cette journée que vous vivez actuellement.

Lorsque vous évoluez, vous marquez votre chemin de repères, de distances, de désirs, de choix et lorsque vous avancez sur ce chemin, vous vivez les situations que vous avez programmées.

Cette limite qui n’en est pas une, est au contraire une ouverture. Elle doit vous appeler, elle doit vous interpeller afin que votre conscience s’éveille et se dirige vers un chemin fleuri de lumière et d’espérance.

Chaque action vécue est un hymne de l’univers qui vous renvoie votre reflet. Et malgré toutes les techniques, toutes les connaissances, s’il résiste une incompréhension dans la création de vos actions, de votre vie, vous ne changerez rien à ce que vous avez attiré à vous.

La pensée est une voie qui ouvre les actions de chacun. Elle doit être pure et respectueuse. Elle peut être négative et ouverte au contre emploi de la lumière. Le choix est là. Il vous est posé pour une œuvre de vie belle et lumineuse, pour un parcours de joie, d’amour, d’abondance.

La pensée est un être en vous qui ouvre sa projection sur un univers en action. La résonance est forte car l’onde nouvelle qui vibre, est une révélation de l’énergie divine. Elle reçoit et renvoie. Elle accueille et multiplie. Elle transmet sa toute puissance dans une union des énergies qui développe la création. Telle une balle qui bondit, elle va, elle vient et développe une trajectoire directe ou indirecte par un don de l’énergie qui attire à elle la réciprocité, l’immensité.

La pensée détermine le vouloir de l’homme, votre vouloir dans une fonction déterminante de la création. L’homme a un choix à faire dans sa création de vie, vous avez un choix à établir dans votre création de vie. Tel un aimant qui attire, vous attirez à vous la condition que vous placez en vous.

La pensée, la parole, l’action sont des éléments déterminants de création. Ils utilisent l’énergie et s’en nourrissent. Ils prennent en elle une résonance, une couleur, la polarité qui s’accorde. Vous jouissez ainsi d’un pouvoir légitime, d’un accord parfait avec les énergies. Car cet accord est parfait dans toute sa logique. Il illumine l’essence même de la création en délivrant votre ressemblance. Vous devez comprendre son emploi et l’utiliser en toute conscience.

Le bien, le mal n’existent que dans votre création personnelle.
Le beau, le laid sont votre reflet.
Le blanc, le noir sont les polarités qui vous identifient à votre vie.

La jouissance de l’Être est parfaite. Elle est pleinement belle. Elle marque une voie qui doit être étudiée, intégrée. La conscience prime. Elle donne l’effet vibratoire nécessaire à l’ouverture consciente de la création de vie, de votre vie.

Nul ne peut espérer, sans consentement individuel, sans foi personnelle, sans regard sur soi, évoluer dans une parfaite entente avec les énergies et établir sa vie en communion avec l’univers.

La conscience d’un être est la naissance du Tout en vous. Elle vous transmet une vue nouvelle qui résonne en vos cellules et donne une vision positive de la création. Elle enlève les blocages et les utilise pour une meilleure compréhension. Elle sait et retransmet la naissance de toute chose, la pureté. L’onde nouvelle s’étend en vous et clarifie peu à peu votre volonté d’aller vers le meilleur. Cette conscience délie toute source négative et, grâce à elle, la compréhension permet une évacuation des schèmes dépassés pour un accueil favorable et certain des nouvelles constructions.

La conscience est aussi un accès à l’Unité. Plus elle est élevée, plus elle vous relie à l’univers. Avec elle vous allez dans la transformation de votre être mais aussi dans le regard profond de votre âme. La fusion s’établit dans un respect nouveau de votre présence et un allègement des fardeaux de votre vie qui deviennent peu à peu des moyens de compréhension, des éléments positifs qui vous permettent un regard autre sur la création de votre vie. Vous comprenez que les problèmes ne sont que des moyens pour vous aider à grandir et à modifier votre intériorité. Car ils sont votre reflet, le reflet de votre vie. Vous les reportez à l’extérieur de vous et attirez leur ressemblance, leur sosie. C’est pourquoi actuellement, avec l’ampleur de la puissance des énergies, tout vous revient rapidement et très aisément.

Chacun construit sa vie en étant « qui il est ». C’est en acceptant, en comprenant cette forme de création de vie que vous parviendrez à modifier votre être pour retrouver la paix. C’est en modifiant vos pensées, en établissant l’amour dans votre vie que vous parviendrez au souhait de chacun, au plaisir certain d’une vie harmonieuse édifiée dans l’abondance de la création.

L’unité est en vous. Elle est paix et amour. Elle est liberté aussi. Liberté de l’être dans l’édification de sa vie. Vous êtes les constructeurs de votre vie, de toute vie sur terre. Vous êtes ancrés dans la douceur et la lumière et pourtant  vous ne les trouvez pas.

Prenez un temps de réflexion et regardez votre vie avec amour, sans jugement. Regardez en vous chaque souffrance, chaque peur, chaque pensée négative, chaque action, chaque parole. Analysez-vous sans critique. Constatez seulement. N’ayez aucune peine, aucun rejet de vous-mêmes. Prenez conscience seulement.

Toutes ces souffrances sont des blessures à guérir, les blessures d’une vie et aussi les blessures anciennes de vos autres vies. Vous êtes ici et maintenant pour les guérir. Vous en avez la possibilité, le moyen. Et c’est la conscience qui va vous aider à le faire. C’est votre foi en l’univers et en vous aussi qui va l’établir. Si votre vouloir de guérir ces blessures est empreint d’humilité, vous arriverez à ôter toutes les couches, tous les voiles qui les cachent et vous pourrez les mettre au jour, à la lumière de votre compréhension pour les laisser sortir de votre intériorité. Vous arriverez ainsi à la ressemblance, à l’action de la transformation.

En laissant remonter vos blessures, vous comprenez « qui elles sont ». Elles vous montreront « qui vous êtes » et c’est en les identifiant que vous saurez que le moment est venu de vous séparer d’elles. Elles partiront alors, chargées de votre volonté et vous pourrez ainsi les remplacer par leur polarité positive. Peu à peu, vous modifierez votre état d’être et vous rentrerez dans une création positive de votre vie.

Mais comment, me direz-vous, vais-je arriver à éliminer toutes les souffrances qui se trouvent en moi ?

Avec la conscience de « qui elles sont », vous répondrai-je, seulement avec elle. La conscience de chaque chose, le regard sur soi, sans jugement, sans rejet, sans peur, avec humilité et respect pour ces actions qui vous ont aidés à être « qui vous êtes », tout ceci est une clé précieuse pour modifier votre vie. Si vous avez la volonté sincère de vous reconnaître tel que vous êtes, si vous n’avez aucun regret, aucune culpabilité mais une compréhension des expériences de vie qui vous ont mené à être ici et maintenant, alors vous pouvez engager cette transformation.

Le constat doit être fait sans jugement. Laissez simplement passer vos actions. Ne les retenez pas. N’y revenez pas. Regardez-les passer tel un film que vous visionnez. N’y accordez qu’un constat et remerciez-les pour vous avoir construits dans toutes ces vies, pour vous avoir aidés à être « qui vous êtes » ici et maintenant. Ce ne sont que des expériences de vie pour une réalisation, une poussée vers votre divinité. Ces souffrances ne sont que ce que vous en avez fait. Le reflet de votre vie est votre reflet et vous devez l’accepter tout simplement. Un simple accord avec votre conscience libèrera les points négatifs un à un. Et s’ils reviennent de temps en temps à votre esprit, regardez-les passer, sans les retenir.

Revenez à votre conscience et revenez à cette compréhension que vous édifiez en vous en sachant qu’ils ont été des expériences de la dualité, des témoins négatifs, des sources du passé qui vous ont aidé à grandir, à comprendre, à prendre conscience.

Dans l’immensité le vouloir d’aller plus loin dans la lumière vous sera retourné pour vous aider à grandir encore et encore, avec plus d’amour pour trouver enfin la paix.
Je vous aime chères âmes, je vous dédis ces mots car ils sont l’immensité, le pouvoir de la création et je sais que vous saurez acquérir cette conscience, cette compréhension pour un nouveau choix de vie, une nouvelle destinée qui vous attend dans la lumière et l’amour.

Je vous remercie et je remercie les énergies qui vont vous aider à vous transformer et à transformer de ce fait ceux qui vous entourent et la terre elle-même, Mère de l’humanité, qui attend votre transformation pour sa transformation.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 19/03/09.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.