Trouver la joie de vivre et vivre sa joie par Maha Chohan

Aujourd’hui je reviens vers vous, mes enfants, pour vous donner un beau message sur la joie de vivre. Car il est important que vous vous accordiez des moments de joie dans votre existence. Ils sont aussi nécessaires à votre envolée dans le monde qui arrive et vous devez les prendre pour un mieux être et être mieux avec vous-mêmes, avec vos amis, vos voisins, votre monde et tous ceux que vous côtoyez.

La joie de vivre est une situation porteuse. Elle influe sur votre vitalité, votre guérison, votre entrain à aller dans la profondeur de la conscience et celle de votre vie d’homme. Elle détermine qui vous êtes et vous êtes celui ou celle qui se place dans le choix important de sa vie. Elle fait partie de l’ouverture pleine et belle de la lumière qu’elle infuse en vos cellules et leur transmet sa puissance vibrationnelle.

En votre monde pourtant, nombreux sont ceux qui ne la possèdent pas. Ils n’ont découvert qu’une infime partie de ce qu’elle représente. Ils ont perçu une part très faible de sa puissance. La société matérialiste noie cette partie divine en vous. Elle ne lui laisse aucune ouverture, aucun moyen de se positionner. Elle infuse son lot de discours et de peurs et ferme ainsi la porte à cette possibilité qui ne peut vous rejoindre.

La joie de vivre est pourtant faite d’une autre substance que le discours ou la peur. Elle est une énergie de lumière puissante qui irradie de toute sa beauté. Elle est douce, belle, chaude et tendre à la fois. Elle porte le vouloir, établit la pureté, délaisse la maladie. Chaque partie d’elle est un tout qui se relie à la Source et transmet sa puissance. Elle se vit pleinement, sans calcul. Elle est.

J’aimerais que mes mots puissent toucher votre cœur. J’aimerais que mes mots puissent vous aider à trouver cette joie de vivre qui vous fait défaut. Elle doit venir à vous et vous devez l’accueillir sans peur en sachant qu’elle est votre alliée, votre amie, qu’elle est là pour vous porter de sa puissance, de sa pureté.

Beaucoup d’entre vous ont peur d’elle car ils n’ont jusqu’à présent connu que la différence, l’indifférence et ne se croient pas assez bien pour elle. Ils pensent qu’elle n’est pas pour eux, qu’elle est pour les autres, qu’ils ne la méritent pas. Pourtant, ce bonheur là est pour tous. Il est la création que chacun doit s’accorder. Il appartient à tous. C’est vous qui choisissez de l’avoir et non l’inverse. La joie de vivre est une position que vous créez, que vous goûtez, que vous transmettez. Si vous lui ouvrez les portes et si vous l’accueillez, elle sera votre choix, votre position d’être et de vivre avec elle. Elle est un but qui définit l’essence de l’Être et tout ce qui s’y rapporte. Chaque être a sa puissance et sa vertu et doit la définir avec toute sa volonté pour vivre une vie d’amour, de paix, de bonheur. La joie de vivre est aussi un moyen, une liberté individuelle de vivre dans la gaieté et de la transmettre.

Celui qui désire être triste ne s’accorde pas l’avantage de la joie. Il se positionne dans son choix et pense qu’il ne peut accéder à autre chose car le monde lui dit qu’il est coupable et ses peurs l’empêchent de découvrir ce bonheur d’être et d’être heureux. Il suit le vouloir que l’on lui transmet et non le sien. Il ne sait pas qu’il a le droit d’y accéder et que cette accession dépend de son choix, de sa liberté individuelle d’être qui il a envie d’être. Sa vue est trouble car on lui montre un reflet sale, incertain, dévalorisant et coupable. Le vouloir de la société est le plus fort.

Aujourd’hui pourtant, je viens vous ouvrir les yeux en vous disant que vous êtes beaux, que vous n’êtes pas coupables, que vous avez un choix à faire et que vous devez vivre libres et heureux. Vous devez trouver cette joie de vivre en vous. Vous devez vous accorder cette possibilité. Vous devez rire et non pleurer. Vous devez espérer et non baisser les bras. Vous devez grandir en ayant cette part de joie en votre cœur. Vous devez la ressentir, la savourer, la laisser vous porter vers une direction plus claire de votre chemin et de votre reflet. Vous devez la voir, la sentir, la caresser, la vivre pleinement dans son immensité, dans sa valeur, dans sa force de lumière, de paix et d’amour. Enfin, vous devez l’adopter à chaque moment. Elle doit faire partie de votre être, de votre raison, de votre regard, de vos mots, de vos actes. Et vous devez rire et aimer rire, vous devez écouter sa douceur, son calme, son apaisement. Car votre cœur a souffert. Il a besoin de retrouver la paix profonde de l’âme. Et c’est avec elle, grâce à elle que vous la trouverez et que vous prendrez un nouveau chemin dans la joie de vivre car vous vivrez cette joie pleinement, sûrement, dans l’espoir d’un monde nouveau qui aura ce reflet, votre reflet d’une joie de vivre éblouissante et porteuse, aimante et nourrissante, belle et apaisante, guérissante et lumineuse. La joie est un monde nouveau parmi le monde. Il doit éclore enfin. Il doit définir la nouvelle vie, votre nouvelle vie. Il doit édifier la lumière.

Croyez en vous, mes enfants. Aimez-vous avant de chercher le bonheur et le bonheur viendra à vous. Il est vous et vous êtes beaux, pleinement beaux. Je vous aime et je vous transmets cette joie de vivre par mes mots, par mes énergies, afin que cette découverte fasse enfin partie de vous et de l’humanité. Toute la beauté de l’univers vous appartient et vous lui appartenez aussi. Vous êtes elle, elle est vous. Elle est belle, vous êtes beaux. Riez, aimez, respirez pleinement cette joie, cette beauté universelle. Elle est là pour vous. Elle est vous.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 29/06/2009.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Le temps est le repère de l’homme

Qu’est-ce que le temps ? Il est un repère que les hommes se sont donnés pour vivre en relation avec les autres hommes dans leur monde. Mais qu’en est-il réellement ? Pourquoi cette création nous limite-t-elle ? Parce qu’elle n’est pas intégrée à sa juste valeur.

Il est vrai que nous avons besoin de ce repère pour vivre, pour nous repérer dans notre évolution. Le temps a été créé par rapport à la rotation de la terre, mais aussi par sa position face au soleil et aux autres planètes. Il a été défini en années, en mois, en semaines, en jours, en secondes. Nous avions besoin de ce réglage de l’humanité sur le temps.

Mais aujourd’hui, notre conscience nous élève au-delà de cela. Elle nous montre cette relation de l’homme au temps, qui n’en est pas vraiment une. Nous savons que nous sommes dans l’espace temps, à plusieurs endroits en même temps. Nous vivons des vies parallèles dans les différentes dimensions de l’univers. Ceci est plutôt compliqué à concevoir, c’est pourquoi je reviens à notre dimension terrienne définie par le temps.

Les dates sont des créations que l’homme a aussi définies par rapport au temps qui s’écoule. Elles représentent le moment de vie écoulé, le moment de vie qui s’écoule, et aussi le moment de vie qui vient. Avec une conscience supérieure nous pourrions voir qu’il s’agit du même instant et de sa probité. Car tout se vit dans l’instant qui Est et qui Demeure. Ce n’est qu’avec la capacité du pouvoir de la conscience que nous définissons l’instant de l’homme, ou bien l’instant de l’éternité, qui sont la même chose mais ne sont pas perçus dans leur réalité vraie. La dualité différencie la vie. L’éternité l’associe à ce qu’elle est car nous ne formons qu’un seul tout.

Les dates donc sont des créations, des repères. Dans la conscience collective, nous les avons définies par notre savoir humain, par notre intellectualisation, et leur avons attribué des chiffres. Ces chiffres représentent la signification que l’homme a définie, et ils se développent par leurs vibrations. Amplifiés par la conscience, l’homme leur a donné un pouvoir créatif par sa pensée, par ses croyances. La conscience de masse, qui est aussi la conscience collective, transmet donc un énorme pouvoir de signification, de compréhension et donc, de création. Cette conscience collective a mené et mène les hommes depuis des milliers d’années. Elle représente le pouvoir créatif à grande échelle.

Alors, que nous soyons le 11/11/11, ou bien une date quelconque, ceci représente à lui seul, le moment présent de l’éternité. Par contre, au niveau de la conscience collective, tout le monde se base sur ces repères de dates et leurs significations car l’homme en a besoin pour évoluer. De ce fait, la masse amplifie par sa pensée et ses croyances, la création de ce que cela peut représenter sur sa vie et sur terre. Si bien que certaines significations comme le 11/11/11, ouvrent des portes et transmettent par la conscience collective, des pouvoirs amplifiés.

La conscience collective est une amplification de la pensée de l’homme et de ses croyances. Elle donne le pouvoir amplifié de la création par celles-ci. C’est ce qui conduit aux soulèvements de la société, aux guerres, aux religions et à la condition humaine, mais aussi au pouvoir créatif, à la transformation positive de chacun quand la conscience est axée dans cette direction.

Voilà pour cette définition, cette précision sur la conscience de chacun, qui je le répète, peut déployer à grande échelle un pouvoir immense dans notre univers. A nous de le créer dans l’amour, la paix et la sagesse.

Transmis par Mirena, le 13 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.