Nous sommes ce que nous croyons être

La croyance*

Les états de conscience se forment et se modèlent. D’autres compréhensions de la vie se font et nous ouvrent à la totalité de Qui nous sommes. Nous sommes l’Univers, la Terre, le Tout. Chaque parcelle de vie est nous et nous n’en sommes pas séparés.

Pourtant nous sommes pris dans les mailles du filet de l’illusion. Nous avançons à tâtons, parfois dans la souffrance et souvent dans la lutte. L’être humain est ainsi fait. Il ne peut lâcher prise sur ce qu’il connait. Il  s’accroche à ses croyances et notamment à ce qu’il pense être. Ainsi va la vie, ainsi s’expérimente le chemin.

Tant que l’être croit qu’il n’est pas fait pour être heureux, il n’est pas heureux. Tant qu’il se juge, il est jugé. Tant qu’il ne se sent pas digne de vivre dans l’abondance, il vit dans le besoin. Tant qu’il ne se trouve pas bon, il rejoue son rôle de victime.

Toutes les croyances émises, consciemment et inconsciemment, nous modèlent et créent notre vie. Or aujourd’hui, la conscience individuelle se modifie. Une lueur d’espoir nait et chacun peut entrevoir le renouveau dans son cœur.

N’écoutez pas les accusations, les jugements, les croyances formulées par les autres. Sortez de leur emprise énergétique et regardez-vous autrement. Aimez-vous et accueillez-vous tels que vous êtes, acceptez-vous avec vos bons et moins bons côtés, et ouvrez votre cœur à la libération. Nous sommes tous venus vivre les expériences duelles ; c’est-à-dire connaitre le négatif pour révéler le positif, vivre la peur pour révéler l’amour.

Il n’y a aucun pouvoir sur le chemin de la progression intérieure. Il y a seulement la joie, l’amour, le positif, la paix… tout est beau en soi et seuls ceux qui pensent connaitre les autres et le monde, agissent dans l’ancien mode de pensée. Sachez que leurs croyances sont les leurs, uniquement les leurs. Nous sommes autrement au fond de notre cœur. Nous sommes doux, aimant, lumineux, et l’expression de la Vie dans sa totalité !

La société nous formate dans la peur, crée des besoins illusoires qui nous éloignent de nous-mêmes. Les croyances entretenues et leurs programmations nous maintiennent totalement sous le joug de la matrice négative. Ainsi nous demeurons sous cette emprise énergétique et si nous écoutons ceux qui nous jugent, ceux qui nous disent que nous sommes mauvais, que nos agissements ne sont pas bons, nous pensons cela de nous-mêmes et ainsi la croyance formée qui nous colle à la peau, dirige notre vie négativement.

Le passé se termine et ses croyances avec lui. Il est temps de tourner la page. La lutte contre ses propres comportements nourrit le négatif. Se reconnaitre en eux est bien pour accueillir la transformation mais la croyance d’être cela nous ôte la capacité de la réaliser.

Nous savons que le changement commence par nous-mêmes. Dans le lâcher-prise total, en ouvrant la porte du cœur à nos peines, à notre souffrance et à nos croyances, en les laissant aller sans jugement, sans culpabilité ni négativité, nous laissons au flux de la Vie la capacité de la transformation intérieure. Rien ne bloque celle-ci et le changement intervient alors. Pour cela il est impératif de ne rien vouloir et croire en sa lumière, en l’âme qui nous porte et nous entraine vers le meilleur. Car nous sommes le meilleur de la Vie. Nous sommes seulement cela et ne le savons pas. La lumière de Vie que nous portons est belle. Elle est notre miroir, elle nous montre la voie à tenir, le lâcher prise, l’amour, la foi…

Les croyances sont des liens qui nous retiennent au passé. N’avez-vous pas envie d’être autre chose que celui-ci ? N’avez-vous pas envie de vous voir autrement, de croire en vos capacités et en votre amour ? Offrez à la Vie ce qui vous retient encore au passé. Sans rien vouloir, et tout en poursuivant la tâche intérieure purificatrice, laissez la lumière du cœur vous soulager et vous apporter le changement. Ceci est un état de conscience transformateur qui vous montrera que vous êtes beaux !

Nous découvrons aujourd’hui que le chemin est le basculement dans le cœur et pour cela, la dualité se doit d’être lâchée. Le retour vers l’intérieur en lâchant prise ouvre des vues nouvelles. L’énergie libre peut ainsi agir pour le meilleur de l’être. En ce lieu le mental ne dirige pas. En ce lieu seul le cœur parle et agit. Sachez vous définir positivement et dans l’amour. Aimez-vous. Votre vibration et votre vie en seront transformées.

La reconnaissance du Soi en soi n’est-elle pas le chemin ?

Mirena, le 03 Octobre 2016
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

Illustration Mario Duguay

Le jeu de pouvoir de l’ego

Le Jeu de l'ego

*

La tâche intérieure se poursuit, nous mettant face à nos conditionnements façonnés par l’ombre de notre mental. Ceci nous permet de libérer intensément nos états d’être, de faire et de penser négatifs dès lors que nous posons notre cœur dans la compréhension de qui nous sommes. Nous pouvons vivre d’importantes libérations si nous accueillons les bouleversements que nous vivons pour de grandes opportunités d’évolutions et si nous nous acceptons tels que nous sommes, sans jugement mais dans le lâcher prise du mental et de son pouvoir.

Plus le temps passe, plus j’avance dans la compréhension de la nature humaine, de moi-même également, mais aussi des schémas entretenus, et je constate qu’être simple est la voie qui ouvre le chemin à la lumière et à la Vie, la voie de la libération intérieure. C’est dans cet élément que je me reconnais. Les enseignements que je reçois, m’incitent à cette expression pour apprendre à demeurer dans l’Être.

Être simple ne veut pas dire vivre retiré de tout. Être simple ne veut pas dire vivre sans plaisir. Le plaisir doit faire partie de notre vie. Les richesses de la vie sont pour nous tous et nous nous devons de les apprécier et de les vivre.

La simplicité est un état d’être, de faire et de penser. Elle nous permet d’exister et de vivre en restant axé sur le lien qui nous unit au Tout, en être conscient et voir en soi ainsi que chez l’autre, la lumière et l’amour. Ainsi nous sommes dans un positionnement intérieur qui privilégie l’Amour et le don de soi sans attente.

L’ego est l’opposé de la simplicité. Il est durement éprouvé actuellement. Il est mis au jour par le jeu des énergies qui soulève le voile qui le recouvre. Il met en évidence le besoin de reconnaissance de l’homme qui a le désir d’être apprécié, d’être considéré. Il essaie ainsi de combler un temps le vide en lui. Vide créé par les blessures qu’il porte. Ce vouloir de reconnaissance l’éloigne de sa demeure intérieure d’amour et de lumière, inconsciemment … Oui inconsciemment car lorsque la guidance est menée par le pouvoir de l’ego, l’être devient aveugle ; aveugle dans ses propres fonctionnements.

Cette vérité est une expérience qu’il vit pour comprendre ses souffrances, pour panser ses blessures. Ses expériences le rapprochent de la compréhension de ses fonctionnements pour un jour, arriver à voir clair dans le jeu de l’ego et de sa direction.

Il est parfois difficile de rester dans la simplicité car l’ego est le meneur de l’être humain. Il y a pourtant une clé qui ouvre au discernement et à la compréhension de nos fonctionnements. Pour rester dans notre demeure intérieure et ne pas nous égarer dans la direction que nous soumet le mental, il est tout d’abord important de ne rien vouloir, de ne rien demander sauf si c’est un besoin ou une nécessité. Il est essentiel de rester soi-même, centré sur sa lumière afin d’agir par l’intention du cœur.

La question pour comprendre son propre fonctionnement doit être formulée. Pourquoi est-ce que je fais ceci ou cela ? Pourquoi suis-je dans le vouloir ? Ai-je un besoin de reconnaissance ou bien est-ce l’amour de mon cœur qui parle ? Le discernement doit se faire…

Trop de vouloir empêche l’amour de s’exprimer. L’être humain croit souvent qu’il s’agit d’amour mais à bien y réfléchir, rien n’est certain… Mettre en balance nos fonctionnements et « nos vouloirs » nous permet de discerner l’ego et l’aveuglement qu’il nous transmet.

Lorsque l’on est prêt à recevoir, on reçoit. Lorsque l’on est prêt à œuvrer, tout se met en place. Lorsque l’on est prêt à aider et à guider, les personnes viennent à nous. La vie sait très bien nous conduire lorsque l’on ne contrôle pas. L’ego sait aussi très bien nous aveugler pour nous garder sous sa coupe.

Tant que le vouloir satisfera l’ego, l’homme ne trouvera pas la paix en lui. Quand il se posera dans la simplicité, il permettra à la vie de le conduire sur le chemin de la compréhension de soi pour attirer le meilleur.

Nous n’avons pas besoin de paraitre, ni de forcer la voie. Pas besoin d’artifices qui donnent de l’importance à l’ego. Pas besoin d’attirer l’attention à soi pour être. Le rayonnement de notre lumière et de notre amour sont les seules vérités à développer. L’univers se charge du reste.

Restons conscients de la justesse dans la vie, de sa justesse et de sa perfection.
Le cœur est bien le révélateur de la liberté humaine.

Mirena, le 4 Mai 2015
Copyright © www.audeladesmots.org
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

*

Le pouvoir de l’acceptation de soi

Le pouvoir de l'acceptation de soi

L’acceptation de soi a un grand pouvoir ; un pouvoir d’ouverture, de raison et de cœur. Elle ne limite pas et permet d’accueillir les évènements et les actes avec compréhension. Elle aide également à comprendre ses propres états intérieurs. Ainsi l’ouverture qui était restreinte auparavant, se fait en grand et permet d’accueillir la vie, les autres et soi-même avec un autre regard. Ce regard est celui de notre ressemblance avec l’âme et sa pureté. Plus nous sommes dans l’acceptation de ce qui est et de ce que nous attirons, plus nous suivons avec simplicité et amour le chemin que nous montre notre âme. Nous sommes ainsi proches d’elle par l’ouverture créée, laissant se dérouler les compréhensions qui auparavant ne pouvaient se faire.

L’acceptation de soi a une grande influence sur l’ouverture de la conscience. Une influence qui dirige les pensées vers la reconnaissance des actes passés et qui permet la libération des mémoires en soi. S’accepter c’est se reconnaitre et s’ouvrir au véritable pardon qui libère l’être de ses créations négatives. Avec lui, l’illusion ne dirige plus l’être, ne le maintient plus dans les états inférieurs de conscience. Les blocages en soi proviennent uniquement de cet état de croyance qui sépare et différencie, qui éloigne les êtres ainsi que toute vérité.

L’acceptation se soi permet de se libérer du mental. Elle pose sur les actes passés un regard apaisant. Ainsi, le mental n’a plus aucun pouvoir et ne peut maintenir l’être dans la culpabilité, dans la rancœur, dans les schémas et comportements négatifs.

L’acceptation de soi est le regard du miroir que l’on pose sur soi, en acceptant l’être que l’on est avec amour et compréhension. C’est être en accord avec soi et ne pas se dissocier des problèmes mais au contraire reconnaitre leur sens réel ainsi que leurs causes.

L’acceptation de soi permet de se détacher du passé et de ses souffrances. C’est enfin lâcher les regrets et la culpabilité pour s’ouvrir à la compréhension du chemin spirituel et de l’ouvrage à réaliser. C’est accepter son rôle d’élève de la Vie et ne plus nourrir le négatif.

L’acceptation de soi ouvre la porte de l’amour. Son onde peut ainsi nourrir l’être de ses énergies. Car s’accepter c’est s’aimer avant tout, c’est se reconnaitre partie divine de l’Univers.

L’acceptation de soi permet enfin d’accueillir les autres dans l’amour car leur reflet ne renvoie plus l’image négative de soi. Elle délivre au contraire l’image bienfaisante et positive qui rayonne en soi et autour de soi.

L’acceptation de soi est la reconnaissance de sa propre responsabilité dans tout ce qui est. C’est également reconnaitre sa vraie nature lumineuse et aimante.

Mirena, le 28 Août 2014.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

La Gratitude

La Gratitude est tout d’abord reconnaissance.
Reconnaître que vous n’y êtes pour pas grand chose dans votre évolution si tous ceux qui vous ont accompagnés dans votre existence n’avaient pas été là pour vous apprendre à vivre. Pas seulement pour leurs conseils et leur soutien, mais aussi pour leurs « coups de pieds aux fesses » lorsque vous étiez dans la résistance ou dans l’erreur.
Reconnaissance envers vos parents, qui ne l’ont pas été par hasard. Et même si votre enfance a été difficile ou cruelle, pouvoir tirer des leçons du passé la quintessence du savoir et de l’humilité, acquise au fil des ans par leur intermédiaire. Parfois le Divin s’arrange pour que nous puissions apprendre certaines leçons que nous avions refusé d’étudier depuis plusieurs vies…

La Gratitude, c’est aussi accepter ce que la Vie vous propose, que cela soit agréable ou pas, facile ou difficile, doux ou amer.
Parce que la Vie sur Terre est faite d’ombre et de lumière, de jours et de nuits, et que sans cette alternance et cette polarité, vous ne pourriez connaître les deux faces de l’existence terrestre.
Accepter la douleur sans qu’elle devienne souffrance, accepter les épreuves sans qu’elles se transforment en tragédie, accepter les difficultés sans toucher la misère, les départs sans sombrer dans le chagrin, la mort sans tomber dans le désespoir.

La Gratitude, c’est dire « merci » à tous ceux qui ont croisé votre route, à tous vos amis sur la Terre qui vous ont offert leur aide, leur soutien, leurs sourires, leurs encouragements, leurs rires et leurs baisers.
La Gratitude, c’est aussi dire « merci, un merci qui vient du fond du cœur, à tous vos amis qui ont été et qui sont encore vos « maîtres » dans l’invisible.
Que vous les appeliez anges ou archanges, êtres de Lumière ou divins messagers, qu’ils aient pris l’apparence de Bouddha, de Jésus, de Marie, de Krishna ou de Confucius, remerciez-les pour leur aide précieuse dans les courants changeants de la vie, pour toute cette Lumière quand vous étiez dans l’ombre, pour vous avoir hissé sur le rocher quand vous pataugiez dans la boue…

Enfin, le cœur plein de Gratitude envers la Vie, Dieu ou ce que vous appelez le Divin, abandonnez-vous à cet état de Grâce dans lequel vous vous trouvez maintenant, et remerciez-vous d’avoir remis votre vie entre les mains du Potier. Lui seul connaît la vitesse à laquelle doit tourner la roue et de quelle façon l’argile doit être façonnée pour faire de votre existence une œuvre d’art.

Alleluia, Namaste.

Extrait du livre « Semences pour la Nouvelle Terre » de Patrick Giani :
http://www.giani.fr/SemencesNouvelleTerre.htm