La maîtrise du mental

dauphins

Le mental relève souvent de l’illusion. Il est entretenu par l’homme et fait partie de lui. Les liens que tous deux ont tissés, sont des chaînes de pouvoir souvent non conscientisées. De toute évidence, ils entretiennent une relation bien définie à laquelle est rattachée l’illusion de la vie. Comprendre ce fonctionnement et être attentif à ce flot incessant de pensées, de paroles, d’images, peut permettre de ralentir et modifier peu à peu cet état.

Ainsi on comprend l’étroite relation de pouvoir qui se joue entre tous deux. Le mental soumet souvent la négativité. Il tend des ouvertures de séparation, de différenciation, d’illusion; il apporte sans discontinuer une source négative qui fait douter de soi, des autres et de la vie parfois.

Si on arrive à porter un regard nouveau sur ce fonctionnement des pensées, on peut défaire ces liens et se dissocier de lui, et donc de l’illusion qu’il nous transmet. On sait que l’on a créé cette force mentale, qu’on lui a laissé tout pouvoir, une totale liberté. Or, en reprenant la barre de nos pensées, en reconnaissant cette usurpation, en se dissociant de lui, en ne répondant pas à ce qu’il nous dit, il est possible de le calmer peu à peu. Ainsi, on peut prendre la direction de l’Être, là où tout demeure, là où règne la paix et la beauté de la vie.

On sort du pouvoir du mental en accueillant cette évidence. Le fait de reconnaître que nous l’avons entretenu, le fait de comprendre qu’il est attaché à nous, qu’il vit à travers nous, qu’il se nourrit de l’énergie que nous fournissons à l’entretenir, nous aide à nous séparer de lui énergétiquement. Une fois cette prise de conscience établie, nous pouvons choisir d’orienter nos pensées différemment. Pour cela, il est nécessaire de se concentrer sur ce que nous faisons, c’est-à-dire axer nos pensées dans l’instant et vivre ce qui est de l’intérieur.

Le mental définit, juge, élabore, entretient continuellement un discours qui nous éloigne de notre demeure intérieure. Lorsque la conscience est posée sur son fonctionnement, avec de l’attention, le détachement peut s’établir et il est possible de s’en libérer peu à peu. Tout ce qui est conscientisé est une ouverture sur la libération. Pour la maintenir, il suffit de la vivre, c’est à dire de se poser dans le calme intérieur en se détachant de tout ce qui est séparé de soi, car nous ne faisons qu’un avec l’univers. Le mental relève de la séparation. Son fonctionnement est basé sur celle-ci. Il est la grande illusion de l’homme qui suit ses discours et ses directions.

la natureSe connecter à la nature par le cœur permet de trouver le calme intérieur en soi. Avec elle, la paix s’installe. En elle est la Vie et vous trouverez grâce à elle la connexion qui vous ouvre à la lumière de la Source. Regardez autour de vous. Regardez réellement la beauté en chaque chose. Ressentez la paix que transmet la nature. Plus vous vous reliez à elle par ses belles énergies, plus vous les ressentez et les vivez de l’intérieur, plus vous vous rapprochez de l’Être.

Le mental vous éloignera toujours de cette véritable beauté. Si vous le laissez faire, il ne vous permettra pas d’entrer dans cet espace de liberté. Par contre, si vous le mettez de côté, en accueillant les énergies de beauté qui vous entourent, vous entrerez dans la reliance de l’Être. Et plus vous accueillerez la paix intérieure, plus vous vous relierez à l’univers et à la Connaissance.

Tout se trouve en vous. Pour le découvrir le barrage du mental doit être levé. En vous dissociant de ce qu’il vous dit, vous ouvrez la porte à la paix intérieure et libérez le potentiel de l’Être.

Belle découverte intérieure à tous dans la paix de votre demeure…

Mirena, le 8 Août 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de la faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Les non-dits

Les non-dits sont une source négative importante logée en notre ADN. Ils sont la création que nous avons déterminée mais aussi celle de nos ascendants.

Lorsque nous venons sur Terre, lors de notre incarnation, nous venons avec tout un bagage de mémoires négatives qui appartiennent au passé. Ce passé est le nôtre, celui de nos précédentes incarnations, mais il est aussi celui du vécu de nos aïeux, de notre lignée. Cet héritage nous transmet toutes les mémoires vécues, qu’elles soient positives et négatives.

De même nous transmettons ces mémoires à nos enfants qui eux aussi les transmettent aux leurs. Toutes ces mémoires sont comprises dans l’ADN humain et lorsque nous nous libérons de l’une d’elle, nous libérons également notre descendance. Le lien est coupé, purifié. Le travail individuel que nous faisons sur nous, nous le faisons aussi sur eux.

Les non-dits sont donc un bagage important négatif qui nous est transmis et que nous transmettons aussi. Ils opèrent un blocage sur notre énergie de vie car il renferme une symbolique cachée avec sa propre puissance. Par ce qui n’a pas été dévoilé, l’être se ligote fermement avec les liens négatifs de ce qu’il tient secret. Ces liens renferment la peur, la colère, la souffrance, la malhonnêteté, le mensonge, la frustration, la violence, l’acte négatif par lui-même, etc. … Ils sont un blocage dans notre corps mais aussi dans notre aura.

C’est pourquoi, il est temps que nous prenions conscience de ce que représentent les non-dits. Avec notre conscience nous pouvons les purifier même s’ils sont anciens. La purification de l’ADN libère de grands blocages du passé et avec elle, tous les liens négatifs qui s’y rapportent et qui provoquent des limitations importantes dans notre progression. Ces non-dits agissent sur notre pleine volonté et sont une source de mal-être et de maladie. Nous ne savons pas qu’ils sont là mais ils nous transmettent toute leur puissance négative et toute leur représentation. Sans cette conscience de ce qu’ils sont, nous ne pouvons vouloir leur purification car ce qui est nié n’existe pas et ce qui n’existe pas ne peut être changé.

La conscience ouvre la voie. Elle établit véritablement les choses. Elle définit et crée ce qui est et met à l’évidence ce qui ne se voyait pas. Nous ne pouvons changer qu’avec la conscience des choses et celle de qui nous sommes réellement. Nous ne pouvons modifier nos schémas qu’avec la constatation de ce qu’ils sont véritablement. Sans regard clair et évident de nous-mêmes et de ce que nous dégageons, nous n’engageons pas la conscience de ce qui est et rien ne peut être changé. L’humilité est une ouverture sur la conscience de qui nous sommes. Elle nous permet de voir les choses telles qu’elles sont. Elle nous montre sans jugement cet être en voie de réalisation qui parcourt ces expériences.

C’est pourquoi, nous devons reconnaître toutes les sources négatives qui sont en nous et qui sont nous afin de les purifier. Sans regard sur soi, il est impossible d’avancer sur la voie de la purification. Les non-dits sont des sources négatives qu’il faut conscientiser pour les mettre à l’évidence de ce qu’ils sont, sans retour en arrière, sans regret, sans jugement. Il faut qu’ils soient constatés simplement pour les changer.

Par contre, il est de notre tâche d’avancer dans la transparence de qui nous sommes et de ne pas garder les non-dits de notre propre création. Les dire permettra de les libérer et de libérer les autres. Les mots ont une vibration qui libère, elle aussi. Par les mots les liens négatifs peuvent être purifiés. Par respect et par amour, nous devons entrer dans l’évidence du blocage que nous provoquons aussi chez les autres.

L’amour que nous avons pour nous-mêmes et pour les autres, nous permet toujours d’avancer. Il est notre phare, notre Soi. Avec lui, nous pouvons tout réaliser. La purification passe par cet amour. Avec lui et avec la conscience de qui nous sommes, nous pouvons entrer dans cette belle purification de l’ADN et de l’être.

Tant qu’il y a de l’amour, il y a la vie. Le reste n’est que jugement et création de l’ego.

Transmis par Mirena, le 17 Janvier 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.