La lumière du soleil

La lumière du soleil
« Chaque matin, dès l’aurore, le soleil projette dans l’espace une profusion de paillettes d’or ; et ces paillettes d’or, nous pouvons en remplir notre esprit, notre âme, notre intellect, notre cœur, et aussi notre corps physique. Cet or-là, tout notre organisme peut en bénéficier, depuis le cerveau jusqu’aux pieds.

Il existe différentes sortes de lumières. Celle dont notre système nerveux et tout notre organisme ont le plus besoin est la lumière du soleil avant son lever. C’est la lumière la plus subtile, la plus spirituelle, et elle agit sur nos corps psychiques. C’est pourquoi, si nous savons comment regarder le soleil, une porte s’ouvre dans notre plexus solaire et nous commençons à boire la lumière. C’est comme un réservoir qui se remplit d’une quintessence précieuse. Quand le réservoir déborde, on n’éprouve plus que le besoin de distribuer cet élixir à toutes les créatures vivantes, et il n’y a pas de plus grande joie que de donner ce qu’on a reçu du soleil. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

La nourriture : un aliment spirituel ?

Le repas est un moment privilégié qui doit être pris en conscience pour nourrir l’être dans sa totalité et non simplement pour remplir l’estomac. Mieux manger et manger léger, permet à nos différents corps de s’alléger pour accueillir les énergies de l’avancement.
Les allègements, les purifications de nos corps, nous permettent d’être en  accord avec les énergies de lumière. Ainsi nous nous nourrissons physiquement et spirituellement.
Voici un article d’ Alessandra Moro Buronzo sur l’importance de considérer la nourriture comme un aliment spirituel.

 la_nourriture_un_aliment_spirituel_24Il est intéressant de voir comment tous les grands sages ou les grands initiés – si nous voulons employer un terme savant – ont donné, depuis le passé, une grande importance à l’alimentation.

Toutes les personnes religieuses, quelle que soit leur confession, accordent un instant de réflexion, de prière ou simplement de recueillement avant de manger et normalement le repas se déroule dans le silence. Dans certains cas, donc, les aliments deviennent une nourriture spirituelle, parce qu’à travers la nourriture il est possible de nourrir toutes les parties qui composent l’être humain : certes, la partie physique, mais aussi les corps qui sont appelés subtils.

En reprenant la théorie et l’enseignement du philosophe et du pédagogue français, d’origine bulgare, Omraam Mikhael Aivanhov, nous découvrons une signification de la nourriture, très originale et hautement spirituelle. C’est à travers la nourriture qu’Aivanhov nous enseigne comment il est possible d’augmenter notre spiritualité. Se nourrir devient, grâce à ses enseignements, un acte de conscience auquel nous devrions, tous, tendre.
La nourriture a certainement la fonction de nous nourrir physiquement, mais aussi de porter de la nourriture à toutes les autres composantes de notre être, à tous les autres corps qui nous composent. Ce sera le but de la partie éthérée de tout aliment, de nourrir nos corps subtils, qui sont le siège de nos fonctions psychiques et spirituelles.

La première règle est celle d’être conscients de la première bouchée que nous portons à notre bouche : le début est extrêmement important, vu que, de lui, dépend tout le reste du repas. Si nous commençons bien le repas, celui-ci se déroulera bien jusqu’à la fin, mais si nous le commençons quand nous sommes nerveux ou agités, nous resterons dans cette condition jusqu’à la fin. L’harmonie naît donc de la première bouchée.

Les aliments doivent ensuite être mâchés convenablement, c’est-à-dire lentement et pendant longtemps ; car c’est dans la bouche que se produit la première digestion, même au niveau subtil. Selon Aivanhov, c’est dans la bouche, à travers de petites glandes situées sous la langue, que sont absorbées les particules éthérées des aliments, celles qui peuvent se définir comme l’énergie subtile, pas calorique, de l’aliment et qui servent à alimenter le système nerveux (c’est peut-être pour cette raison que, en homéopathie, on dit qu’il faut garder les granules sous la langue, pour qu’elles soient efficaces ?).

La partie éthérée d’un aliment est liée aux couleurs, à la vie qu’il contient : tout un monde qui est situé dans le domaine de l’air. Voilà pourquoi, pour bien alimenter le corps éthéré, il faut accompagner chaque repas d’une bonne respiration. Il faut penser à respirer en profondeur entre une bouchée et l’autre pour permettre une bonne combustion. Soutenir de cette manière notre corps éthéré signifie soutenir notre vitalité, notre mémoire tout comme notre sensibilité.

Mais la conscience ne suffit pas si nous voulons arriver à nourrir le corps astral, où résideraient nos émotions et nos sentiments : pour cela, il faut aimer la nourriture que nous consommons. Être en harmonie avec soi-même est une condition fondamentale pour pouvoir s’arrêter et avoir une pensée de paix, de façon à permettre, même à ce corps, qui est encore plus subtil, d’extraire ce dont il a besoin. Pour ceux qui croient, il est suffisant de voir dans la nourriture une manifestation de la Divinité et se concentrer sur telle pensée pour tirer le plus grand bénéfice et l’illumination grâce à l’acte répétitif du repas.

Pour Aivanhov, si nous voulons recevoir les parties les plus subtiles des aliments, il faut être conscients et surtout prédisposés envers l’amour, et voilà que notre corps sera ainsi prêt et ouvert pour recevoir le meilleur de l’aliment. En effet, c’est comme quand nous accueillons une personne avec beaucoup d’amour, elle s’ouvrira à nous et nous donnera tout ; mais si nous la recevons avec hostilité, elle se fermera et nous ne pourrons rien recevoir de cette personne.
Tout comme une fleur s’ouvre et cède tout son parfum à la lumière et à la chaleur, de la même manière l’aliment se comportera avec nous, si nous sommes habiles à nous positionner envers lui de façon positive.
Un autre point fondamental dans sa théorie précise qu’il est possible de manger de tout, mais seulement comme il se doit et dans des quantités raisonnables. Se laisser aller à consommer des quantités au-dessus des véritables nécessités est nuisible et favorise une perte d’énergie. Une fois compris comment s’alimenter, il serait possible de se nourrir en doses « homéopathiques».

L’alimentation possède, évidemment, un rôle fondamental, mais la vie psychique et spirituelle est encore plus importante.

Voilà pourquoi les pensées positives et pleines d’amour constituent la base pour pouvoir jouir de façon complète des aliments qui sont ingérés. De telles pensées sont nécessaires, même pendant la préparation des repas, lorsque nous sommes en contact avec les aliments, nous pouvons leur fournir des énergies positives, à travers nos pensées.(…)

Aivanhov donne des priorités aux aliments qui sont en mesure de développer la spiritualité. En partant du postulat que nous nous nourrissons même des odeurs, des couleurs, des sons, il devient évident de comprendre comment les fruits et les légumes, qui sont des aliments imprégnés de lumière solaire, nous permettent de l’absorber, à travers eux, lorsque nous les mangeons. Par contre, la viande, selon lui, est pauvre de cette lumière et surtout elle a un temps rapide de putréfaction. Voilà pourquoi elle n’est pas apte à l’alimentation humaine. De plus, l’animal sent la mort s’approcher lorsqu’il arrive à l’abattoir, ce qui fait que ses glandes produisent des hormones qui sont des poisons pour ceux qui mangent ensuite sa viande.
Même l’énergie solaire contenue dans les végétaux peut nous nourrir, mais il est important que, par la pensée, nous arrivions à lui faire atteindre toutes les parties de notre corps.

Le silence est fondamental pendant le repas pour pouvoir se concentrer, pour être conscient de l’acte qui s’accomplit. De cette manière, le repas devient un moment privilégié de méditation.

À travers cette façon de méditer, nous sommes présents à l’acte qui s’accomplit, et grâce à l’amour et à la conscience, notre corps est nourri de manière complète, même dans ses corps les plus subtils.(…)

Pour en savoir plus :

L’alimentation intelligente, Editions Médicis, Alessandra Moro Buronzo

www.buronzo.com

Transmis par mirena, le 29 Avril 2013.

L’Amour divin

« Les humains ne conçoivent généralement l’amour que comme quelque chose qu’ils peuvent seulement se donner les uns aux autres. En réalité, l’amour est répandu partout dans l’univers, mais sous une forme tellement subtile, lumineuse, qu’ils ne le voient pas, qu’ils ne le sentent pas. Pourtant, ce que l’homme cherche auprès de la femme, et la femme auprès de l’homme, n’est en réalité que cet élément impalpable. Quand ils s’embrassent, qu’ont-ils reçu ? Ils n’ont rien enlevé l’un à l’autre pour le manger ou le boire. Tant qu’ils n’auront pas compris que ce qu’ils cherchent, ce n’est pas le corps, quelque chose à tenir, à toucher, à posséder, mais un élément spirituel, ils s’exposent à être déçus.
Cet élément spirituel que les hommes et les femmes n’ont pas encore appris à se donner, c’est cela l’amour divin. Cet amour que l’on peut absorber, respirer, est le seul qui ne laisse ni impureté, ni insatisfaction. Les Initiés qui ont tout sacrifié pour avoir cet amour, se sentent toujours heureux, comblés, dans la plénitude : parce qu’ils boivent à la source de l’amour divin. »

 Omraam Mikhaël Aïvanhov

Le pouvoir du changement par Maha Chohan

Lorsque vous marchez sur votre chemin avec des vues trop rigides, vous ne pouvez laisser s’épanouir l’âme, telle une fleur qui s’ouvre aux rayons du soleil et bénéficie de sa radiance. Vous ôtez toute présence en vos actes. Vous êtes vous, simplement, dans toute votre puissance humaine.

Les actes sont beaux lorsqu’ils sont conçus avec amour. Ils sont « limite » lorsqu’ils sont investis par un mental fort qui les mène. Tout ce qui est mentalisé est posé avec doute, méfiance et sans amour. Tout ce qui est fait avec le cœur, sans recherche, sans attente, sans jugement, simplement avec l’accueil de la vie, telle qu’elle est, telle qu’elle vient à vous, est une preuve d’amour et donc entraîne une libération du flux de l’âme en votre corps. A ce moment, vous êtes vous et vous êtes aussi dans votre présence. Tout ce qui est dégagé par votre action s’extériorise au-delà de votre être et vous irradiez cette puissance, cette beauté qu’est la présence en vous.

Tout comme les mots, les actions sont des positions spirituelles qui vous  définissent au-delà de tous les schémas humains. En effet, chaque son, chaque geste dépose en l’univers sa vibration et dégage sa séquence. Celle-ci ouvre alors la porte au positif comme au négatif. Chaque être déploie ainsi sa forme d’être bien au-delà de l’aspect qu’il montre, qu’il entretient.

Les vibrations sont un tout dans l’univers, un monde de basse et de haute fréquence, une création de chaque instant où se vit la vérité ou bien l’illusion. Chacun a accès à ces ondes de vie qui partent à chaque instant car elles sont créées par vos pensées, vos paroles, vos actions. Chaque être est pourvu de la toute puissance de l’univers et doit aujourd’hui connaître la portée de ses créations. Il est important que chacun sache que le vent qu’il crée peut provoquer la tempête par la puissance des énergies qu’il déploie. Il est important aussi qu’il sache que chaque acte d’amour qu’il dégage peut transmettre une nouvelle conscience, une guérison à celui qui la reçoit. Rien n’est inactif dans l’énergie. Tout se joue avec l’intention, tout se perd ou tout se gagne, tout se crée dans l’ombre ou la lumière.

C’est pourquoi en ces jours où le changement apporte la puissance des énergies, vous devez savoir et aussi comprendre, intégrer et agir en toute conscience en sachant que ce que vous donnez peut grandir ou détruire et vous revient avec toujours plus de puissance pour une compréhension nécessaire. Tant que vous n’aurez pas intégré toute cette compréhension, vous jouerez le même acte, la même scène jusqu’à ce qu’elle soit transformée et admise par votre psyché.

L’onde de vie est forte, elle est puissante. Elle définit la puissance des énergies afin que vienne la guérison en chacun. Elle prend ou donne, elle fait ou défait, elle vit en chacun de vous et vous donne l’élan de votre existence. Chaque être a en lui la possibilité du changement. C’est grâce aux énergies qu’il peut se transformer et transformer sa vie. La base de toute action est la pensée. La parole joue aussi la partie et nécessite une application fondamentale basée sur l’amour.

Toute substance de création humaine est forgée par l’esprit humain et se définit en la matière. Bientôt vous créerez sans matière et la singularité sera une ouverture de la floraison de l’âme qui vous transmettra la puissance divine pour une implantation de votre psyché humaine en énergie pure et simple qui déploiera sa nature sans matérialisation. Sa vibration sera si fine qu’elle ne pourra être perçue dans le monde de la matière et intensifiera de ce fait le processus divin dans toute création. L’harmonie des énergies établira un véritable processus d’actions intemporelles, qui créeront en l’instant, pour la nécessité, et disparaîtront dès que le moment ne sera plus. L’alchimie remarquable se fera.

Mais pour le moment, je vous demande de prendre conscience de la valeur de mes mots et de ce qu’ils vous transmettent. Ils vous sont donnés pour une compréhension des lois de l’univers afin que vous privilégiez dans l’amour et la positivité chaque pensée, chaque parole, chaque geste. Tout a sa fonction d’être : vous, votre vie, les personnes qui vous entourent, la simplicité ou les complications, la sagesse ou l’excès, les rires ou les pleurs, l’abondance ou le besoin, le soleil ou la pluie… Tout dans votre monde est votre création, de même que l’ombre et la lumière sont votre projection. Tout a sa raison d’exister car c’est vous qui le créez : un monde dans votre monde, l’humanité dans l’univers.

Votre reflet vous lance aujourd’hui un appel au secours. Il vous montre votre création, il vous montre votre monde, celui que vous avez édifié en toute logique. Il vous dit que maintenant vous ne pouvez poursuivre sans conscience, sans compréhension. Vous ne pouvez plus dire que vous ne savez pas. Vous ne pouvez plus ne rien voir, ne rien entendre. Votre état se montre aux yeux de tous. Vous ne pouvez tourner le dos à cette création car la puissance des énergies vous renvoie immédiatement ce que vous créez et vous ramène à la conscience de ce que vous avez édifié.

Alors, pourquoi ces lamentations, ces pleurs ? Vous savez maintenant que vous pouvez changer votre vie pour une vie meilleure basée sur l’amour, la beauté, l’abondance. Vous savez que vous avez le pouvoir de tout changer car le pouvoir des mots est en vous, le pouvoir de la pensée est en vous, le pouvoir d’action est en vous. Vous pouvez vous transformer et transformer votre vie. Celle est si simple que vous n’osez le croire. Pourtant, tout est en vous je vous l’assure. Tout est puissance nouvelle et individuelle de transformation.

L’esprit crée et l’âme vous montre le chemin, vous délivre la raison éternelle. Sachez qu’il est temps mes enfants, d’appliquer cette transformation en votre vie pour noyer toute illusion de l’ego, toute négativité humaine. Vous pouvez agir ainsi et j’attends de vous une grande transformation en vos cœurs.

L’illusion doit se défaire de vous et vous devez vous défaire de l’illusion. Certes, cette tâche sera de chaque instant car vous devrez rectifier peu à peu les empreintes passées et tout votre vouloir sera nécessaire pour cela, toute votre volonté devra être requise pour affirmer votre choix.

L’illusion ne peut s’effacer en un jour. Elle est celle qui recouvre toute votre humanité et vous devez ôter le voile pour libérer votre essence afin que celle-ci prenne en main votre destinée, votre nouvelle vie, pour un monde meilleur parmi les mondes.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 22/06/09.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.