Retrouvons la simplicité

La joie, la paix, la VieLa vie est un flux et un reflux, l’inspir et l’expir, l’alpha et l’oméga. Dans l’alignement parfait de la Terre et du Ciel, il existe le point qui relie l’être à sa divinité, à sa lumière. Chacun peut toucher ce point de l’infini qui vibre dans son cœur. Nul n’est séparé de lui et en lui demeure la Connaissance de la Vie.

La conscience que la Vie n’est aucunement séparée de soi, doit se faire. Elle n’est ni en haut, ni ailleurs, elle est en nous. Elle est reliée à notre centre de lumière et se définit par la pureté de celui-ci dans la profondeur de l’Être. Elle est la Présence intérieure.

C’est pourquoi, les recherches extérieures égarent les êtres et les poussent loin de l’abondance, loin de l’Amour qui nourrit, qui guide, qui guérit les maux. Elles éloignent des valeurs de la Vie et de la beauté de celle-ci.

Alors pourquoi rester accroché à l’illusion que nous montre le mental ? Pourquoi suivre encore et encore les directions du mental qui cherche à nous éloigner de la vérité ? Il suffit pourtant de se relier au Soi, à sa propre lumière, et s’en remettre à elle, uniquement à elle. Les schémas de pensée récurrents entretiennent la séparation et tant qu’ils ne seront pas mis en évidence, ils persisteront.

Nous savons que l’émergence du nouveau monde est le ralliement des cœurs, l’ouverture des Cœurs Solaires et le partage fraternel par l’Amour et la Lumière. Le positionnement dans notre lumière intérieure est bien le chemin à suivre. Situé en lui l’apaisement vient, qui guérison intervient, la joie se révèle. Et c’est de la joie profonde qui remonte de l’intérieur que l’on touche aux richesses de la Vie. Elle libère dans les énergies de l’être l’immensité, sa douceur, sa beauté, la pause éternelle.

La joie profonde est la découverte de l’univers en soi. Elle est l’expansion de l’Être intérieur. C’est pourquoi les êtres ayant parcouru un long chemin vers la lumière, sont dans la joie et dégagent la paix. Ils rayonnent la beauté de la lumière qui brille en eux. La joie intérieure déroule la puissance de la Lumière et de l’Amour.

Là où demeure la Présence, on découvre les paroles d’apaisement, on laisse la compassion se dérouler, on vibre sur la fréquence de l’Amour. Le ressenti est puissant. Les mots ne peuvent le définir. L’état de l’Être s’étend peu à peu, se transmet à chaque cellule du corps, élève la fréquence vibratoire, illumine l’être et son aura. Là est la réalité, la vérité. Là demeure la Vie.

C’est dans la simplicité également que tout se découvre. L’être humain se complique trop souvent la tâche par ses recherches extérieures. Il écoute son mental car il ne se fait pas confiance. Dans ce positionnement et par l’attrait de ses recherches, il s’éloigne de la réalité vraie de la Vie.

Lorsque l’être vit dans la simplicité, lorsqu’il ouvre son cœur à la lumière et à l’amour, l’ego ne peut lui transmettre son vouloir. Il ne peut l’orienter et l’égarer. Dans la simplicité, la pause intérieure gagne l’être de ses énergies, la joie profonde et la paix peuvent ainsi s’exprimer. Elles deviennent l’expression légitime du Soi qui le conduit.

Les souffrances, les guerres, la violence, sont le résultat de cette séparation. Elles sont le reflet de l’éloignement du Soi et maintiennent les êtres dans la différence qui les éloigne de l’Unité. Elles entretiennent l’intolérance, le pouvoir, et séparent les cœurs.

Si le monde était dirigé par un état de joie profonde, la violence et la guerre n’existeraient pas. Il en résulterait une libération de justesse, de sagesse, d’aide et de partage, une libération de compassion et d’Amour.

Pour que la paix soit, la joie profonde doit se révéler !
Pour que naisse l’Unité, la simplicité doit conduire les pas de chacun !

Cet état de découverte intérieure est aussi un état de conscience qui se trouve par la volonté, par l’allègement des mémoires négatives, par la tâche intérieure de lumière et d’amour.

Il est temps de ne plus rechercher à l’extérieur ce qui est déjà en soi. C’est à cette seule condition que s’installera la paix. C’est à cette seule condition que la tristesse disparaitra des cœurs de l’humanité.

Il est temps de ne plus reproduire les schémas du passé. Il est temps de couper définitivement avec nos croyances erronées et avec l’illusion de la vie. Nous devons nous ouvrir à une autre compréhension, en ne nous sentant plus séparés des autres êtres, de la Terre, des éléments, de l’univers.

Car nous sommes tout cela à la fois…

Nous sommes la joie, nous sommes la paix, nous sommes l’Amour, nous sommes l’Unité, nous sommes la Vie !

Mirena, le 1er Octobre 2014
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org

La conscience de l’intra terre…

Je ressens fortement les vibrations de la Terre ces derniers temps, je ressens les énergies d’Adama, il me livre ce message…
« Je suis Adama et je te parle maintenant. Les énergies de la Terre sont différentes, les ressens-tu? J’attire ton attention sur les vibrations nouvelles que tu as reçues, le noyau central envoie plus d’énergie à la surface de la terre.
L’ancrage des êtres humains de la surface est désormais plus profond. Essaie d’imaginer vos véhicules de manifestation comme des programmes gérés en partie par le noyau central. Celui-ci a ouvert ses codes d’accès à certains d’entre vous.
Les mieux ancrés ont la possibilité de se relier à la Source de Vie, par le noyau central de la terre. Ces personnes ne sont plus des véhicules pré-programmés par leur lignée directe. Ils sont capable de se reprogrammer à volonté, toutes les fois qu’ils se trouvent entravés par des énergies qu’ils portent et qui ne leur conviennent plus.
Les êtres libérés, ayant accès au code source, comprennent que les limites de leur incarnation provenaient de l’héritage de leurs lignées imprégné dans leurs cellules. Ils sont capable de reprogrammer ces cellules encodées par le langage de lumière.
Ainsi ils se libèrent de leur karma familial, du karma de leur lignée stellaire, etc et par la même, ils libèrent leurs lignées.
Lorsque vous vous incarnez, vous quittez la conscience unifiée pour représenter l’énergie de vie dans un avatar. Cet avatar porte en lui les mémoires de ses lignées au niveau cellulaire. La conscience qui l’habite va cheminer dans sa vie pour permettre l’évacuation des énergies bloquant l’évolution vers la lumière.
Vous êtes des avatars, vous pouvez reprogrammer vos mémoires cellulaires. Elles ne vous appartiennent pas, elles appartiennent à vos lignées, au sein desquelles vous êtes incarnés pour l’Amour de l’évolution.
A présent vous ne serez plus soumis à vos peurs, vous pourrez les contempler et intuitivement vous saurez comment les évacuer… Grâce à toute cette nouvelle lumière en vous.
Adama je suis, et je me manifeste afin que vous constatiez ces nouvelles fonctionnalités actives en vous! Fils de l’Un je vous salue, je vous porte en mon cœur. »

Message d’Adama, des mondes Intra Terre.
Reçu en canalisation par Aurélie Pech le 21 janvier 2014.

Vous pouvez reproduire ce texte pour le transmettre à condition de ne pas le couper, ne pas modifier le contenu et de mentionner ce site: www.smilingsky.fr

La conscience de l’instant où tout demeure…

Pensée violette

Ce matin, dans mon jardin, alors que je regardais autour de moi, j’ai aperçu une minuscule pensée au milieu de la pelouse. Elle était là, toute petite, avec une belle fleur violette. Mon regard a été attiré par elle. Elle était comme perdue dans cette verdure. Une graine emportée par le vent, a surement pris racine à cet endroit. Mais le plus surprenant est la connexion que j’ai ressentie avec ce moment, cette pause dans l’espace-temps où j’ai communié avec cette fleur. J’ai senti un appel, comme si elle me disait « bonjour, je suis là ». J’ai ressenti entre elle et moi, un échange, le courant d’une énergie qui passait entre nous deux… et l’instant s’est immortalisé…

Nous savons que nous évoluons dans un tout auquel nous sommes reliés, auquel nous appartenons. Nous sommes unis à tout ce qui nous entoure, notre corps étant constitué des quatre éléments de l’univers ; Eau, Terre, Feu, Air. Dans cet espace-temps, où tout s’est arrêté pour une minuscule fleur, j’ai accueilli en moi l’immersion du moment. Car en lui tout nous relie et nous ne faisons qu’Un dans l’immensité de l’Univers. Difficile d’expliquer par des mots cette vérité à laquelle nous sommes tous rattachés, mais elle en est une de toute évidence.

Alors, j’ai imaginé un monde meilleur, un monde où chacun intègrerait cette vérité, où chacun demeurerait responsable et conscient de ses créations de vie. Un monde où la violence, la haine, le racisme, n’existerait pas. Un monde où il n’y aurait plus de jugement, plus d’intolérance puisque sa vérité serait comprise par tous. Un monde où l’honnêteté et le respect de l’autre serait normalité.

Certains parmi vous peuvent croire à une réelle utopie. Moi, je pense qu’au fond de nous nait cette belle conscience. Celle-ci va bientôt éclore. La petite graine est semée dans le fond de nos cœurs. Elle va se nourrir de conscience et grandir dans l’espace de l’instant présent. Elle donnera bientôt une belle fleur qui attirera l’attention d’un être. Celle-ci lui transmettra la pause de l’instant afin que naisse à nouveau la communion entre deux êtres qui se re-connaissent car ils sont le Tout de l’Universalité.

Aujourd’hui est le temps de l’espérance pour toute l’humanité. Un temps où la pause universelle va s’étendre dans le cœur de chacun pour nous unir dans l’essence de la Création. Nous allons prendre conscience de cette reconnexion avec tous nos frères humains, mais également avec le monde minéral, végétal, animal, avec toute la création à laquelle nous appartenons.

Car nous sommes la Création et sa profondeur…

Mirena, le 19 Septembre 2013.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

L’arbre du silence

L'arbre du silence« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti, frissonner l’arbre du silence. C’était après un orage, dans cette odeur de terre et de pierres mouillées qui réveille si bien en nous un écho oublié, venu du fond des âges . Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression ( la conviction ? ) qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes tous issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »
Christian Signol ( Ils rêvaient des dimanches )