La pensée : vérité ou ego

Les pensées sont des énergies qui révèlent une puissance positive ou une puissance négative. Elles s’intègrent à l’être et celui-ci n’est pas toujours maître de ce qu’il est réellement. Elles sont la vérité ou bien l’ego.

Dès le matin, nous sommes pris par ce flot incessant qui nous remet dans le contexte de la vie avec ses hauts et ses bas. Nous sommes dès lors soumis à la positivité ou bien à la négativité. De même que le centrage, nous devons prendre conscience de cette voix que nous entendons, car elle conduit notre journée dans la direction que nous lui laissons prendre. Si la négativité, le doute, la peur, prennent le dessus par cette petite voix, nous sommes entraînés par eux. En lui répondant, nous ouvrons  la porte à ce qu’elle nous dit. Plus nous nous laissons entraîner par ses pensées, plus elle nous en envoie et nous avons du mal à les arrêter et à ne pas y répondre.

Nous pouvons pourtant entretenir des pensées positives et d’amour si nous prenons garde à ne pas nous laisser entraîner par cette voix qui veut diriger notre vie. Nous devons être attentifs à chaque instant pour ne pas répondre à ce qu’elle nous dit. Nous devons rester centrés dans la pensée positive et nous orienter vers sa valeur. Lorsque nous répondons à notre ego, il prend le pouvoir. Et lorsqu’il prend le pouvoir, nous n’avons plus le pouvoir de nos pas. Nous écoutons ce que l’ego dit et sommes persuadés qu’il a raison. Nous entrons alors dans sa forme de direction. Il nous transmet ensuite d’autres pensées qui forment une spirale descendante de laquelle il est difficile de se sortir. Plus nous lui répondons, plus il entretient son pouvoir sur nous en nous envoyant d’autres pensées directionnelles.

En ayant conscience de cela, nous pouvons travailler à ne plus entretenir ces pensées directionnelles transmises par notre ego. Nous pouvons les laisser aller et ne pas les relever. Nous pouvons aussi les rectifier. Chaque pensée négative peut être annulée et reformulée dans le sens positif. Plus nous travaillons à cela, plus nous nous libérons de leur emprise négative. Plus nous veillons à rester dans la pensée lumière, moins l’ego a d’emprise sur notre vie.

La pensée est une aide de chaque instant pour construire notre chemin. Elle est un support à l’homme et elle ne doit pas être le meneur de notre vie. Nous devons entretenir des pensées positives et accomplir tout ce que nous faisons en parfait accord avec la personne que nous sommes. Y veiller nous permet d’entrer dans la conscience de ce qui est pour ne plus nous laisser mener par notre ego.

Ce travail de changement demande de la rigueur. Les schémas de l’ego sont bien implantés en nous. Mais avec de la volonté, nous pouvons changer cela en répondant de moins en moins à ce qu’il nous dit. Il perdra peu à peu sa force d’action et l’emprise qu’il a sur nous. En avoir conscience est un grand pas vers la transformation. La conscience est puissante. Elle ouvre le travail de chacun vers sa réalisation. Elle est la force qui entame le processus du changement.

L’ego n’a que trop dirigé notre vie. Il est temps de le laisser aller et d’entrer dans une conception différente de nos pensées. Il est temps d’apprendre à aller avec la pensée positive et à ne plus répondre à la négativité. Nous avons le choix chaque matin, lorsque nous nous éveillons, de prendre la décision de vivre notre journée dans le meilleur, dans la positivité, et ne pas laisser l’ego nous dire ce que nous avons à faire.

Chaque matin est un  jour nouveau. Rien n’est définitivement acquis en nous. Nous devons nous remettre à notre tâche individuelle du chercheur de vérité et poursuivre dans la direction positive, celle de la lumière et de l’amour. Nous devons entretenir la flamme qui brûle en notre centre et la répandre autour de nous à chaque seconde par la pensée, par l’amour, par la parole, par le geste. Nous devons entretenir notre lumière pour être bien, pour être heureux, pour vivre en paix. Nos premières pensées seront le moteur de notre journée. Veillons à ce qu’elles soient positives et empreintes de lumière et d’amour.

Mirena, le 26 Mars 2012.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

L’extériorité ou l’intériorité ? (2)

Je poursuis cette réflexion car elle a été appréciée et certains sont restés sur leur faim…

L’intériorité est une phase transcendante qui nous unit au Tout. Elle devient une nécessité lorsque nous avons conscience que la voie extérieure est l’illusion. Avec elle, nous nous unissons à cette conscience supérieure qui est en nous et nous entrons dans la compréhension de la Vie.

Avec elle, nous prenons conscience de ces états qui nous mènent et nous malmènent. L’émotionnel et le mental sont les meneurs de notre vie illusoire, de notre rêve. Ils nous conduisent dans la dualité et non dans l’harmonie et l’amour. C’est pourquoi, il est bon de se retirer en soi, de se poser dans le calme, de vivre avec cette pause, d’écouter le silence qui nous entoure, de le toucher, de laisser aller la douceur de notre cœur… Il est bon de se re-trouver… Dans ce calme intérieur, le mental n’a plus sa puissance d’action, il s’éteint peu à peu car nous donnons la priorité à notre ressenti, à notre pouvoir intérieur et à sa voix. Alors, viennent à nous les compréhensions et nous savons ! Nous savons sans élaboration, sans construction, sans mentalisation. Nous savons ce qui est bon pour nous, pour notre voie, nous comprenons nos rêves illusoires et nous recevons des cadeaux d’intégration qui nous permettent d’avancer et de lâcher nos fardeaux.

Se poser et s’intérioriser ne veut pas forcément dire s’asseoir et attendre dans le calme. Nous pouvons vaquer à nos occupations sans stress, sans bruit, en prenant plaisir à créer dans le silence, à lire des livres qui nous élèvent, à écouter la musique qui nous plaît, à regarder se dérouler la vie, sans que le mental prenne le dessus. La marche dans la nature est aussi un déroulement de l’intériorité, une union avec le Tout, une fusion avec la terre. C’est en elle, que je prends mon inspiration, et que viennent la conscience, la raison du cœur et leur développement. La nuit  est aussi porteuse de découvertes intérieures, de messages. Maître Saint-Germain qui est mon guide actuellement, vient parfois me réveiller la nuit pour me transmettre ses enseignements et ses guidances. Car à ce moment là, le mental est calme. C’est là que je reçois les plus belles choses.

Nous avons tous intérêt à nous intérioriser. Si nous courrons sans arrêt, comment la lumière peut-elle émerger en nous ? Comment les guides peuvent-ils se faire entendre ? La méditation est la même chose que l’intériorisation. Elle est une voie d’ouverture vers l’intérieur. Elle calme le mental et laisse remonter la lumière. Mais nous pouvons la pratiquer sans nous asseoir, en nous calmant et en faisant les choses en conscience, sans attente, simplement avec le plaisir de ressentir qui nous sommes de l’intérieur. Si nous restons dans l’attente de quelque chose, nous sommes dans l’illusion, dans l’extériorité. Nous ne nous positionnons pas à l’intérieur de nous et coupons tout moyen de nous relier à notre Être.

Nous devons vraiment faire la différence entre « intériorité » et « extériorité ». L’attente extérieure est une illusion, le déploiement extérieur est une illusion, le paraître est une illusion. Nous devons réapprendre à Être nous-mêmes, simplement Nous, en nous et non à l’extérieur de nous. C’est là qu’il fait beau, c’est là que se trouve l’amour, c’est encore là qu’apparaissent les différents niveaux de conscience.

Le ressenti, l’inspiration intérieure sont des ressources qui développent la puissance de notre avancement. Dès que nous sommes dans notre intériorité, nous comprenons que tout nous appartient ; notre construction de vie, nos pensées, nos paroles, nos actes sont nous. Ils nous appartiennent et nous conduisent là où nous les posons. Nous sommes responsables de ce que nous construisons, de nos pas et de leur déroulement sur notre chemin de vie. Tout ce qui est extérieur à nous n’est que dualité et donc, illusion. Nous devons rester nous-mêmes en toutes circonstances et être présents dans toute construction de vie, en être conscients.

Voilà pour le développement de cette réflexion. J’espère qu’il pourra satisfaire vos questions, votre découverte intérieure. Je vous souhaite un beau parcours intérieur afin qu’il vous dise qui vous êtes réellement.

Mirena, le 22 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

L’extériorité ou l’intériorité ? (1)

L’hiver arrive peu à peu, le froid est bientôt là. Nous évoluons aux rythmes des saisons, nous menons notre vie en fonction de celles-ci. Nous savons que nous entrons dans une saison où il est bon de se poser un peu, de prendre le temps, de nous intérioriser pour nous découvrir… Après avoir passé l’été à l’extérieur, nous passons maintenant à l’intérieur grâce à l’hiver.

Cette saison qui n’est pas toujours appréciée car il fait froid, est pourtant une période intense au point de vue intérieur. Si nous nous réglons sur elle, nous pouvons nous poser, tout comme elle, entrer en nous, faire le point sur ces derniers mois et en tirer les conclusions, donc les bénéfices. Car le regard sur soi est un geste d’humilité, de pleine conscience, qui nous montre notre image. Les bons, les mauvais moments, ne sont pas importants. Il ne doit pas y avoir de jugement. Ce qui compte est le travail que nous avons effectué grâce à eux et avec eux. Nous pouvons faire le point sur notre avancement, sur nos changements et en tirer profit.

–    Que s’est il passé ces derniers mois ?
–    Y a-t-il eu un changement en moi, dans ma vie ?
–    Qu’ai-je réglé ou pas ?
–    Quel est le point que je peux encore approfondir, que je peux libérer ?

Il ne s’agit pas de faire un étalement, mais un constat qui, s’il est fait en toute sincérité, peut nous apporter des réponses. En nous intériorisant, en nous posant, nous pouvons avoir une vue juste de notre chemin. Il ne s’agit pas de revenir en arrière pour rejouer encore les mêmes scènes par la pensée, mais au contraire accueillir avec le cœur les évènements de ces derniers mois pour les comprendre et leur dire merci pour le travail qu’ils nous ont permis d’effectuer en nous.

L’intériorité mène à cela. Elle nous initie, elle nous montre, elle nous dévoile, elle nous permet de nous libérer, de prendre conscience. Elle est un outil à notre avancement car elle est pleinement dans l’instant. Avec elle, nous ne nous évadons pas. Au contraire, nous restons bien centrés sur nous, sur notre vie, sur notre corps, à l’écoute… Avec elle nous ne fuyons pas !

L’extériorité, quant à elle, est une vision éphémère, un rêve de projections, une constante évasion de notre être pour une vie souvent chaotique, pleine à ras bord, qui nous tient plutôt qu’elle ne nous libère. Nous croyons répondre à nos envies, à nos besoins, mais en fait elle nous tient de toute sa force et nous conduit dans la mêlée de nos émotions et de notre mental. Avec elle, pas de repos. Avec elle, une infinité de mouvements, qu’ils soient du corps ou de l’esprit. Un mouvement sans cesse répété qui nous éloigne de notre Être intérieur, de notre voie initiatique et de tous ses bienfaits. Nous y entrons pourtant volontiers pour essayer de nous débarrasser de nos problèmes, pour nous occuper l’esprit, pour ne pas entendre ce que notre voix pourrait nous dire. Car nous mettre à nu devant qui nous sommes, devant notre création est parfois déplaisant. Nous préférons foncer, renverser les barrières et courir à perdre haleine pour ne pas être rattrapés par le temps. Cette éphémère construction est pourtant notre création de chaque jour. Nous ne voyons pas, nous n’entendons pas. Nous préférons l’évasion inconsciente à la conscience de notre évasion.
Alors aujourd’hui, il est temps de regarder notre comportement d’action. Il est temps car les changements sont là, bien présents, et nous bousculent. Nous devons prendre conscience de cet état de notre vie et essayer de nous poser, de nous intérioriser fréquemment pour nous retrouver, pour retrouver notre lumière et sa douce chaleur. Notre travail prend beaucoup de temps sur notre vie. Mais il reste toutefois les week-ends, les soirées… La télévision, quant à elle, n’arrange rien. Elle est le constat de notre vie actuelle. Elle nous endort dans la violence, dans l’immoralité, dans la peur…. Elle nous empêche de nous poser pour entendre notre voix, pour entendre la raison du cœur. Elle est elle aussi le reflet de notre existence.

Prenons l’hiver comme un cadeau, même s’il pleut, même s’il fait froid, même si nous manquons de soleil. Le soleil est dans notre cœur. Si nous le découvrons, il illuminera nos journées, il nous réchauffera, il nous transmettra sa douceur, sa connaissance. Il sera pour nous un fidèle ami, un maître qui nous conseillera, nous initiera. Profitons de ses bienfaits et entrons en nous pour le retrouver…

Transmis par Mirena, le 21 Novembre 2011.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.