Libérer les blessures de l’enfance

Nous entrons dans une nouvelle ère qui nécessite une purification de nos mémoires ainsi qu’un travail individuel pour guérir nos blessures émotionnelles. Nous devons considérer cette tâche avec attention car elle permet de nous ouvrir à l’amour.

Les blessures de l’enfance sont pour certains, non réglées. Elles sont enfouies bien profondément à l’intérieur de l’être qui a choisi cette option en pensant qu’en essayant de les oublier, elles ne reviendraient pas. Hélas, actuellement, tout ce qui n’est pas réglé remonte en nous pour être reconsidéré avec amour afin d’être libéré. Nous ne pouvons garder des blessures, quelles qu’elles soient. Nous devons les sortir de notre être pour pouvoir nous guérir.

L’amour fait des miracles et permet une juste considération de la chose, sans colère, sans rancœur, sans ego. Il permet la libération d’un passé que nous ne pouvons garder et qui, bien souvent, provoque des maladies. Nous devons conscientiser ces souffrances et les remercier pour le travail qu’elles nous ont permis d’effectuer. Car le hasard n’existe pas et l’injustice également. Tout a sa raison d’être. Nous avons vécu ce qu’il était utile pour nous de vivre, pour notre avancement, pour notre réalisation. L’expérience est donnée pour une compréhension de soi et une tâche qui doit toujours être dirigée par la lumière et l’amour.

Les blessures de l’enfance sont profondes et souvent liées à des mémoires karmiques. A l’heure actuelle, et pour ceux qui en ressentent le besoin, elles doivent être évacuées de l’être par l’amour qui est en leur centre et non par le mental qui leur dit que c’est le moment de le faire. Cette libération doit se vivre par le cœur, se vivre pleinement, en comprenant que rien n’est le fait du hasard et que ce qui a été reçu, est ce qui devait être reçu. Ces souffrances sont des souvenirs qui doivent être considérés simplement, sans mentalisation, et accueillis avec amour. Cet enfant qui a souffert, et qui est en l’être, est l’enfant intérieur. En conscience, il faut lui donner beaucoup d’amour, un amour sincère qui sort du centre coeur. Cet amour est pur, il vient de la Source. Cet  enfant intérieur doit entendre qu’il doit se libérer de sa peine, maintenant, que le passé est terminé, qu’il n’a plus à avoir peur, que personne ne lui veut du mal, qu’il est beau. Il doit être consolé, rassuré. Les paroles viennent du cœur, avec douceur. Elles font sortir les larmes, et permettent de laisser partir la peine.

Ainsi ces blessures de l’enfance vont pouvoir guérir. Cet enfant intérieur, s’il a été cajolé avec amour, doit pouvoir se libérer de sa peine. Vous devez pouvoir le voir avec un beau sourire, avec soulagement, sans tristesse mais avec un poids en moins sur vos épaules. Vous devez vous sentir légers, libérés par cette souffrance qui était en vous. Puis, vous devez vous rappeler à l’instant présent, ici et maintenant, pour revenir à qui vous êtes.

L’amour, je vous le répète, fait des miracles. Avec celui-ci déployé par votre centre cœur, vous pouvez panser vos blessures et vous libérer de leur poids. L’amour est une belle ouverture qui peut vous faire renaître, qui peut vous guérir de votre passé, qui peut vous ouvrir sur un avenir lumineux, sans peine, sans souffrance, mais avec une belle lumière qui n’est autre que la vôtre, celle de votre cœur.

Je vous souhaite une belle libération et un plein bonheur dans cette ouverture de l’amour qui doit être considéré pour ce qu’il est réellement et conscientisé pour un beau parcours.
Que l’amour soit !

Mirena, le 11 Décembre 2011.

Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.