La compréhension par Sananda

La progression passe par la compréhension. Nul ne peut s’identifier à ce qu’il est réellement sans progression. La voie de Dieu est celle que vous avez tout d’abord à identifier. Elle est celle qui vous mènera à l’illumination.

Vous devez par un travail certain, ouvrir en vous tout un échelonnement de compréhension intérieure. Tout est donné à l’heure actuelle pour vous aider en ce sens. La découverte intérieure est une richesse inestimée. Avant de pouvoir y accéder, il vous faut enlever peu à peu, les différentes couches qui la cachent. La neutralité de chacun aidera le voile à se lever, sans différence, sans culpabilité. L’espoir de connaître un jour cette lumière intérieure vous appartient. L’épuration de tous les anciens rouages, de toutes les volontés personnelles et karmiques sera une ouverture vers celle-ci.

Toutefois, il faudra à chacun un vouloir profond, une situation de volonté, un espoir défini en son cœur pour laisser partir tout ce qui n’a pas lieu d’être. Le nettoyage intérieur est une épuration du corps et de l’esprit humain. Chaque étincelle de pureté qui jaillira de vos actions, de vos pensées, établira en vous une recherche certaine vers la vérité.
Le voile se lève enfin autour de vous et aussi en vous. Retrouvez l’espérance du cœur dans la désillusion de ce monde. C’est elle qui doit prendre possession de votre corps et vous devez pour lui ouvrir le passage, la laisser  s’installer avec cette épuration que vous devez effectuer.

La volonté ne peut tout faire. Le travail doit être un vouloir certain. La compréhension doit émerger dans chaque situation sinon vous ne pourrez modifier ce qui n’a pas lieu d’être. Tout reviendra alors s’installer dans la plus pure logique. Le travail n’étant pas terminé, tout sera à recommencer et seule la compréhension pourra vous libérer de ce système.

Chaque action, chaque pas que vous ferez avec une volonté certaine vous ouvrira les portes de la compréhension. Il sera alors le moment d’écouter votre cœur pour comprendre le pourquoi des situations. La résonance doit être priorité en vous. Ce qui n’a pas d’accord avec votre être doit être rejeté.

Le travail sera long si vous ne lâchez pas, si vous retenez l’ancien, si vous essayez de vous protéger sans accueillir dans la foi cette purification. L’emploi d’un renouveau vous ouvrira les portes vers la lumière et c’est à vous qu’il revient, seulement à vous, d’effectuer ce changement en reconnaissant ce qui n’est pas lumière et ce qui demande une nouvelle ouverture
.
L’effort peut-être considérable et il peut-être également moindre si vous allez avec foi et accueil vers cette vérité. Vérité de votre personne, de votre parcours qui peuvent aussi être difficiles à reconnaître et libérer en vous des frustrations, des « vérités ». Il faut avoir du courage pour se reconnaître et s’accepter. Tout être doit savoir que l’illusion n’est qu’humaine. C’est à force de volonté que s’ouvrira la compréhension.
Alors, prenez en vous cet apport des énergies du moment qui vous montrent la voie à reconnaître.  

Les temps actuels sont un cadeau du ciel. Ils vous ouvrent avec force la voie éternelle. Ce moment qui vous est donné de reconnaître cette voie, doit être considéré comme tel. Ces énergies qui vous bousculent sont, elles aussi, ce cadeau car elles représentent le vouloir divin de vous aider dans cette progression pour reconnaître la lumière qui brille en vos cœurs. Ce cadeau est celui de la reconnaissance éternelle et le bonheur qui emplit votre âme de cette libération qui s’annonce, doit parvenir à votre conscience d’homme. L’emploi de la lumière dirigera bientôt votre être et également cette terre qui s’emploie à se purifier. Toute action sera une action divine et la reconnaissance de ce qui Est deviendra vérité.

Paix en vos cœurs éternels.
Le miracle c’est vous qui pouvez l’accomplir!

Sananda.

Transmis par Mirena, le 04/06/09.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Qu’est ce que la liberté lorsque l’on se retient prisonnier ? par Sananda

La liberté est celle que vous vous accordez, celle que vous voulez bien prendre.
Le mot prisonnier est celui qui vous mène, qui vous retient, qui vous entraîne…

Voyez cet être que vous êtes ! Regardez-vous tel que vous êtes ! Ne voulez-vous pas vous voir ? Et pourtant vous devriez. Quelle opportunité vous avez là de vous reconnaître!  Cette opportunité vous ne la prenez pas car la peur de vous voir vous entraîne. Cet être de chair que vous êtes devrait pourtant s’identifier à sa divinité et tout se délierait.

Vous avez tissé vos liens et ceux-ci vous retiennent prisonniers. Ils sont bien là, présents en vous et autour de vous. Ils sont ceux que vous avez créés sans même les voir. Ils se sont disposés dans vos corps, dans votre corps. Ils ont pris le pouvoir en vous, autour de vous, le pouvoir de votre vie, de votre vouloir. Ils ont tissé peu à peu la trame, ils se sont multipliés pour prendre possession de vous, tout comme de la terre qui se meurt. C’est vous qui les avez créés, entretenus, nourris, intensifiés et vous leur avez donné leur pouvoir et non le vôtre.

Aujourd’hui, en ces temps de grande transformation, en ces temps désunis qui sont la fin d’un cycle de l’humanité, il est temps de réinstaurer la liberté de l’homme et de la terre, il est temps de prendre le pouvoir en vous et autour de vous. Votre vie doit se libérer de vos liens.

Le travail de grande transformation que vous effectuez actuellement est un moment de grâce qui vous est donné. Accueillez-le comme tel, prenez-le en vos cœurs et regardez-le dans toute sa splendeur. Il vous est donné pour cesser cette démesure humaine, il vous est donné pour une libération, pour un renouveau.

L’être a besoin de se libérer, de sortir de son carcan, de la rigidité qui le retient, d’aller à sa guise et de prendre le pouvoir. Ce qui vous est donné actuellement est l’opportunité que Dieu vous donne de vous débarrasser de votre démesure humaine. C’est pourquoi la liberté doit être recouvrée.

Ces liens qui vous empêchent de vous mouvoir en toute liberté doivent devenir lumière. Pour cela, en résonance avec votre corps, vous devez vous en défaire. Prenez cette pensée en vous, laissez-la pénétrer au plus profond de vos cellules. La reconnaissance de ce qu’elle est, de ce qu’elle représente doit être forte. Le vouloir est la mesure divine. Il doit être profondément ancré en vous. C’est lui qui fera le travail, c’est lui qui commandera l’acte, c’est lui qui libèrera l’être de ses liens.

Ce vouloir, il faut le travailler profondément, il doit faire partie intégrante de votre personne. Sans un vouloir certain, vous ne pourrez vous débarrasser de vos liens. Il en est de même pour tout ce dont vous ne voulez plus en vous. Toutes les techniques échoueront si le vouloir n’est pas   réellement présent en vous. Ce vouloir c’est votre libération, c’est votre liberté.

Les doutes, les peurs sont des liens qui vous retiennent. Vos anciens schémas sont encore des liens qui prennent sur votre être. Vos blessures, votre culpabilité sont aussi des liens qui vous tiennent. Votre raison elle-même vous retient.

– Et avec tout ceci, me direz vous, comment puis-je me libérer ?
– Avec le vouloir, vous répondrai-je. La volonté est une force qui doit faire partie intégrante de votre personne. Lorsqu’elle est présente en vous, elle peut vous mener à tout, même à vous libérer de vos liens.

Prenez-la en votre cœur, aimez-la et laissez-la s’installer en vous. Demandez-lui de vous libérer et regardez-la dissoudre tous les liens qui vous retiennent, qui vous empêchent d’aller. Cette volonté doit faire disparaître tous vos doutes, toutes vos peurs et c’est elle qui doit mener cette libération. L’être doit s’installer dans la foi de celle-ci et se laisser porter.

Je sais que vous recherchez des techniques pour vous aider mais je vous assure que vous avez en vous le pouvoir de vouloir. Il n’est nullement nécessaire de vous éparpiller pour retrouver votre liberté. Centrez-vous en votre cœur et installez-y votre volonté. Demandez et vous obtiendrez. Tout est en vous dans la grâce de Dieu le Père. L’unité c’est vous, elle est en vous et non ailleurs.

Pour vous aider, vous pouvez chaque jour pratiquer l’exercice suivant :

– Prenez en vous, en votre cœur la volonté de vous libérer de tous vos liens.
– Visualisez-les autour de vous, ils sont serrés et vous empêchent de vous mouvoir.
– Centrez-vous en votre cœur et visualisez une lumière dorée qui en sort et qui inonde votre corps. Elle est puissante, lumineuse. Elle se répand en vous et vous procure chaleur et douceur. Vous ressentez aussi son amour. Sa force aide à percer peu à peu cette armure qui est autour de vous. Des rais de lumière trouent cette trame et la réduisent petit à petit pour la faire disparaître définitivement. Vous la regardez clairement s’effacer et vous ne voyez plus que votre être beau et lumineux.
– Restez un moment ainsi, apprenez à ressentir les effets de la lumière, apprivoisez-la, dites-lui merci pour le travail qu’elle a effectué en vous et autour de vous. C’est ainsi que vous irez bientôt, c’est ainsi que vous serez…un être de lumière dans la lumière.

Cet exercice, vous pouvez, vous devez le répéter chaque jour. Mais, sachez que votre vouloir sera celui qui déterminera votre travail de transformation. C’est lui qui, sans blocage, vous libèrera.

La liberté vous appartient maintenant. Alors, allez vers elle, allez en elle. Vous le pouvez et si vous le désirez vraiment, vous deviendrez cet être lumineux, d’une grande beauté, que vous avez vu pendant votre travail de purification. C’est vous, oui vous, qui pouvez vous libérer !

Allez en paix mes frères.
Je prie pour vous tous et pour l’humanité afin que vous vous releviez enfin dans la lumière.

Sananda.

Transmis par Mirena le 26 janvier 2008.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.

Trouver la joie de vivre et vivre sa joie par Maha Chohan

Aujourd’hui je reviens vers vous, mes enfants, pour vous donner un beau message sur la joie de vivre. Car il est important que vous vous accordiez des moments de joie dans votre existence. Ils sont aussi nécessaires à votre envolée dans le monde qui arrive et vous devez les prendre pour un mieux être et être mieux avec vous-mêmes, avec vos amis, vos voisins, votre monde et tous ceux que vous côtoyez.

La joie de vivre est une situation porteuse. Elle influe sur votre vitalité, votre guérison, votre entrain à aller dans la profondeur de la conscience et celle de votre vie d’homme. Elle détermine qui vous êtes et vous êtes celui ou celle qui se place dans le choix important de sa vie. Elle fait partie de l’ouverture pleine et belle de la lumière qu’elle infuse en vos cellules et leur transmet sa puissance vibrationnelle.

En votre monde pourtant, nombreux sont ceux qui ne la possèdent pas. Ils n’ont découvert qu’une infime partie de ce qu’elle représente. Ils ont perçu une part très faible de sa puissance. La société matérialiste noie cette partie divine en vous. Elle ne lui laisse aucune ouverture, aucun moyen de se positionner. Elle infuse son lot de discours et de peurs et ferme ainsi la porte à cette possibilité qui ne peut vous rejoindre.

La joie de vivre est pourtant faite d’une autre substance que le discours ou la peur. Elle est une énergie de lumière puissante qui irradie de toute sa beauté. Elle est douce, belle, chaude et tendre à la fois. Elle porte le vouloir, établit la pureté, délaisse la maladie. Chaque partie d’elle est un tout qui se relie à la Source et transmet sa puissance. Elle se vit pleinement, sans calcul. Elle est.

J’aimerais que mes mots puissent toucher votre cœur. J’aimerais que mes mots puissent vous aider à trouver cette joie de vivre qui vous fait défaut. Elle doit venir à vous et vous devez l’accueillir sans peur en sachant qu’elle est votre alliée, votre amie, qu’elle est là pour vous porter de sa puissance, de sa pureté.

Beaucoup d’entre vous ont peur d’elle car ils n’ont jusqu’à présent connu que la différence, l’indifférence et ne se croient pas assez bien pour elle. Ils pensent qu’elle n’est pas pour eux, qu’elle est pour les autres, qu’ils ne la méritent pas. Pourtant, ce bonheur là est pour tous. Il est la création que chacun doit s’accorder. Il appartient à tous. C’est vous qui choisissez de l’avoir et non l’inverse. La joie de vivre est une position que vous créez, que vous goûtez, que vous transmettez. Si vous lui ouvrez les portes et si vous l’accueillez, elle sera votre choix, votre position d’être et de vivre avec elle. Elle est un but qui définit l’essence de l’Être et tout ce qui s’y rapporte. Chaque être a sa puissance et sa vertu et doit la définir avec toute sa volonté pour vivre une vie d’amour, de paix, de bonheur. La joie de vivre est aussi un moyen, une liberté individuelle de vivre dans la gaieté et de la transmettre.

Celui qui désire être triste ne s’accorde pas l’avantage de la joie. Il se positionne dans son choix et pense qu’il ne peut accéder à autre chose car le monde lui dit qu’il est coupable et ses peurs l’empêchent de découvrir ce bonheur d’être et d’être heureux. Il suit le vouloir que l’on lui transmet et non le sien. Il ne sait pas qu’il a le droit d’y accéder et que cette accession dépend de son choix, de sa liberté individuelle d’être qui il a envie d’être. Sa vue est trouble car on lui montre un reflet sale, incertain, dévalorisant et coupable. Le vouloir de la société est le plus fort.

Aujourd’hui pourtant, je viens vous ouvrir les yeux en vous disant que vous êtes beaux, que vous n’êtes pas coupables, que vous avez un choix à faire et que vous devez vivre libres et heureux. Vous devez trouver cette joie de vivre en vous. Vous devez vous accorder cette possibilité. Vous devez rire et non pleurer. Vous devez espérer et non baisser les bras. Vous devez grandir en ayant cette part de joie en votre cœur. Vous devez la ressentir, la savourer, la laisser vous porter vers une direction plus claire de votre chemin et de votre reflet. Vous devez la voir, la sentir, la caresser, la vivre pleinement dans son immensité, dans sa valeur, dans sa force de lumière, de paix et d’amour. Enfin, vous devez l’adopter à chaque moment. Elle doit faire partie de votre être, de votre raison, de votre regard, de vos mots, de vos actes. Et vous devez rire et aimer rire, vous devez écouter sa douceur, son calme, son apaisement. Car votre cœur a souffert. Il a besoin de retrouver la paix profonde de l’âme. Et c’est avec elle, grâce à elle que vous la trouverez et que vous prendrez un nouveau chemin dans la joie de vivre car vous vivrez cette joie pleinement, sûrement, dans l’espoir d’un monde nouveau qui aura ce reflet, votre reflet d’une joie de vivre éblouissante et porteuse, aimante et nourrissante, belle et apaisante, guérissante et lumineuse. La joie est un monde nouveau parmi le monde. Il doit éclore enfin. Il doit définir la nouvelle vie, votre nouvelle vie. Il doit édifier la lumière.

Croyez en vous, mes enfants. Aimez-vous avant de chercher le bonheur et le bonheur viendra à vous. Il est vous et vous êtes beaux, pleinement beaux. Je vous aime et je vous transmets cette joie de vivre par mes mots, par mes énergies, afin que cette découverte fasse enfin partie de vous et de l’humanité. Toute la beauté de l’univers vous appartient et vous lui appartenez aussi. Vous êtes elle, elle est vous. Elle est belle, vous êtes beaux. Riez, aimez, respirez pleinement cette joie, cette beauté universelle. Elle est là pour vous. Elle est vous.

Maha Chohan.

Transmis par Mirena, le 29/06/2009.
Vous pouvez partager ce texte à condition de le faire dans son intégralité, y compris ces deux phrases, et en faisant référence au site : www.audeladesmots.org.